Fin de partie pour la console PC Smach-Z

Trop tôt ? Trop ambitieux ? Trop lent ? L’équipe en charge de la Smach-Z est au bord de la faillite et les personnes ayant investi dans le projet ne verront probablement jamais leur argent.

La Smach-Z est une console PC mobile sous processeur AMD tournant sous SteamOS annoncée en 2014. Date à laquelle AMD n’était pas encore totalement revenu dans la course et où SteamOS avait droit à de beaux coups de projecteurs. 

smach-z_03
Le premier nom de l’objet a d’ailleurs été SteamBoy, une console mobile capable de faire tourner les jeux classiques sous le Linux de Steam qui s’appuyait sur les manettes de Valve. L’idée est bonne mais ressemble déjà – au mieux – au projet d’un fan un peu enthousiaste et – au pire – à un scam.

Au final, je pense que cette idée d’un projet un peu bricolé sans conscience des enjeux liés à la création, la conception, l’industrialisation et la commercialisation de l’objet résume bien la situation. Peu crédible avec l’équipement de l’époque, l‘engin est d’abord présenté sur Kickstarter par une équipe qui n’a pas bien lu les petites lignes du site de financement participatif. Il est impératif de proposer un prototype de son projet avant la fin de la campagne. La console n’avait pas réussi à proposer autre chose que des images de synthèse… Autre détail, ce financement n’avait pas vraiment fonctionné. Il y a un monde entre l’intérêt théorique d’acheteurs potentiels qui disent vouloir à tout prix d’un objet dans les commentaires d’une “news” et l’investissement réel qu’il représente. Sur les 900 000€ qu’espérait la campagne, 160 000 avaient été récoltés…

Minimachines.net

La carte mère de Rhoùb.io pour la console

La Smach-Z reste alors en sommeil quelques mois avant de revenir à la charge grâce à une seconde campagne de financement participatif relancée en 2016 qui obtient 414 000$ toujours sans aucun prototype fonctionnel… A l’époque l’engin essaye de faire rimer jeu vidéo 3D et AMD Merlin Falcon RX. Une puce de l’époque Pré-Ryzen pas franchement à la hauteur des ambitions du projet en terme de possibilités de jeu. L’écran annoncé est une dalle 6″ FullHD avec une gestion des manettes un peu modifiée. Arrivée en 2017, date à laquelle les machines devaient être livrées et les boites aux lettres restent désespérément vides. Pire, on apprend alors qu’un des principaux développeurs de la marque, Rhomb.io, n’est pas du tout en phase avec l’équipe. Jugeant leur calendrier de développement intenable et l’équipe en charge du projet totalement incompétente techniquement. Tellement que le sous traitant a préféré jeter l’éponge. Problème, c’est eux qui développent la partie logique de la machine, sa carte mère. Les personnes ayant investi jusqu’à 299$ dans la console comprennent alors au moment où ils devraient jouer avec l’objet que tout reste encore à faire.

Les mauvaises nouvelles s’accumulent puisque l’amateurisme de l’équipe pose quelques petits soucis techniques de base. Oubli du renouvèlement du nom de domaine smachzero.com de la marque , cash qui brûle trop vite… La Smach-Z n’a tout simplement plus les moyens de sortir. Seconde phase de sommeil.

2018-02-21 16_30_27-minimachines.net

En février 2018 cependant, deux ans après la campagne Indiegogo, AMD annonce ses Ryzen V1000 et, au détour d’un logo de présentation publié par la marque, on redécouvre l’existence de Smach-Z. Sur place lors de la conférence, AMD ne veut pas commenter, aucun responsable de l’équipe n’est présent, aucune information supplémentaire ne sort de cette présentation. Le passage d’un processeur AMD Merlin à un Ryzen V1000 a cependant du sens et il n’est pas impossible que l’équipe ait un nouveau projet.

2018-02-23 10_57_27-minimachines.net

Deux jours plus tard, La Smach-Z se manifeste donc à nouveau avec cette fois des informations plus tangibles. Notamment cette image d’un prototype de carte mère sous Ryzen V1605B. Elle serait alors livrée en 4 Go de mémoire vive et 64 Go de “SSD”. La mémoire pourrait grimper à 16 Go et le stockage à 256 Go “manuellement”.

L’équipe commence à publier des vidéos des performances de la puce et donne à nouveau de l’intérêt à la solution. Le nouveau Ryzen a du muscle, le catalogue de jeux promis est désormais plus efficace et concorde avec l’appétit d’un plus grand nombre de gens. De quoi mieux faire passer la prochaine pilule.

Car suite à cette modification matérielle, la console change également de tarif. Des 299$ (199$ en Early Bird) du début on passe à…629$ pour la version 4/64 Go et 809$ pour la version 8/128 Go. Les premiers investisseurs auraient bien entendu droit à la nouvelle console au prix de base1. Sur IndieGogo, le projet ramasse alors 613 000 nouveaux jolis dollars. Toujours sans aucun prototype fonctionnel. 

2018-09-21 15_08_48-minimachines.net

Il faut attendre Septembre 2018 pour découvrir un premier prototype de la console. Malheureusement, il ne s’agit que d’une coquille vide puisque la machine n’est toujours pas en état de marche… Peu après, l’équipe annonce une mise en production prévue pour 2019.

Un tout premier prototype est présenté en février 2019 dans des conditions enfin sérieuses. L’occasion pour  l’équipe de venir chercher de nouveaux dollars avec l’annonce d’un nouveau financement et la sortie du modèle Smach-Z Ultra basé sur le même processeur mais avec 16 Go de mémoire vive et 256 Go de stockage à 989€… 

Enfin, en juillet 2019, le vidéaste The Phawx reçoit un prototype 100% fonctionnel2 qui est pour la première fois testé de manière indépendante. Un modèle pas au catalogue d’ailleurs puisque la mémoire est boostée à 32 Go avec 256 Go de stockage. L’engin semble commercialisable avec un packaging complet, une prise en main correcte et des performances au rendez-vous.

Petit problème alors, si le concept était novateur en 2015 il l’est beaucoup moins 4 ans plus tard… Non seulement le soufflé des Steam Machines est salement retombé mais la concurrence s’est réveillée. On parle du GPD Win Max employant le même processeur AMD Ryzen et One Netbook annonce déjà sa OneGX. Les internautes ayant investi sont à quatre pattes sur leur pelouse à chercher des trèfles à 7 feuilles, les autres ont depuis longtemps tiré un trait sur le projet.

Aujourd’hui, on apprend donc de la part de Daniel Fernandez – le reponsable en chef du projet – que la console est bien mal en point. Financièrement, la compagnie qui développe la Smasch-Z n’a tout simplement plus les moyens de poursuivre l’aventure. C’est le souci des financements participatifs à rallonge. Chaque mois qui passe coute cher : salaires, loyers, assurances, charges et autres frais s’additionnent déjà depuis trop longtemps. Rongeant le bas de laine financé par les internautes ayant participé aux différentes campagnes de financement. Les premiers tests de conformité d’émission en laboratoire pour la certification CE de la machine ont échoué. Les assemblages des 200 premières machines ont montré des soucis de fiabilité notamment en terme de batterie qui se mettent à chauffer de manière inexplicable. Un problème que l’équipe ne sait pas résoudre. Et pour cause, il ne reste plus que 3 personnes chez Smach-Z et pas assez d’argent pour développer le matériel ni, évidemment, rembourser les investisseurs.

En cas de faillite, la marque pourrait t-elle éventuellement rembourser ses investisseurs ? Je n’y crois pas un seule seconde, le financement participatif est par essence un investissement à risque et en tant que tel, les sommes à rembourser sont tout en bas de la liste face aux autres créanciers que sont l’état, les banques et autres partenaires ayant un contrat plus solide. N’espérer donc pas revoir un centime si vous avez investi dans ce projet. Les seuls à pouvoir espérer quelque chose sont ceux qui auront mis les 10€ demandés par la marque pour “réserver” un des nouveaux modèle en direct sur leur site web. Et même pour ceux-là, je doute qu’il faille vraiment espérer.

Notes :

  1. Une promesse totalement irréaliste…
  2. Le genre de vrai prototype qui coûte des dizaines de milliers de dollars…

Jaune
8 commentaires sur ce sujet.
  • 17 mai 2021 - 13 h 44 min

    C’est vraiment dommage. Ce projet été novateur et pas dépourvu d’intérêt… mais le parpaing de la réalité est bien dur face aux tartelettes aux fraises que sont (parfois) les illusions des créateurs de projets.

    Répondre
  • 17 mai 2021 - 13 h 47 min

    non mais ceux qui l’ont acheter (pas que donner sur kickstarer) i reverront aussi jamais leur argent ?

    Répondre
  • 17 mai 2021 - 13 h 48 min

    @Haruhi: J’ai de gros doutes.

    Répondre
  • 17 mai 2021 - 13 h 53 min

    Punaise, The Phawx a eu le privilège d’avoir, dans les mains, la console la plus chère du monde, un unique exemplaire a 1.2 millions de dollars…ça fait cher la partie de jeux…

    Répondre
  • 17 mai 2021 - 14 h 07 min

    @Haruhi:
    Ça fait partie des risques, Kickstarter n’est pas une boutique.

    Répondre
  • 19 mai 2021 - 12 h 38 min

    Beaucoup d’idées et peu de réalisations concrètes .
    PERSO ,je pense qu’il y a différences entre un consommateur désirant un produit et la guerre entre agents de marketing et ingénieurs dans les entreprises .

    J’ai a une époque répondu a une enquête de chez SONY ,cette enquête concernant le matériel audio portable .
    J’ai été pris pour un Con et même Insulté pour avoir prétendu que le Mini Disc devait IMPERATIVEMENT offrir le format MP3 .

    SI JE DOIS UN JOUR ACHETER UNE CONSOLE PORTABLE PUISSANTE ,je me moque un peu du processeur INTERNE ,ARM ou x86 m’importe peut .
    A l’Inverse ,un bon stockage de type SATA M2 et un bon écran ,question format je dirais celui de la SWITCH me convient donc écran 6 ou 7 pouces .
    Le prix maximum 400 euros ,messieurs les ingénieurs êtes vous capable de faire une SUPER_SWITCH sous x86 ou ARM avec un LINUX ou un ANDROID comme OS .

    Répondre
  • 26 mai 2021 - 15 h 46 min

    […] créations de consoles mobiles de GPD, de One Netbook ou de Aya qui se déploient toutes ensembles. Si la console Smach-Z n’a pas pu sortir finalement, c’est pour la même raison. Il fallait qu’un ensemble de points techniques soient […]

  • 3 juin 2021 - 8 h 47 min

    […] Je plaisante évidemment et je ne devrais pas parce que ce n’est pas si drôle finalement. Le ECS Liva Q3 Plus utilise bien un processeur AMD Ryzen Embedded mais c’est son seul rapport avec la console mobile qui a annoncé la fin de son aventure il y a quinze jours.  […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *