Microsoft Surface Duo : un smartphone pliable sous Android

Surface Duo est peut être la plus grande et la plus belle surprise de cette présentation Microsoft Event. L’objet est original et très inattendu. Les plumes laissées par l’éditeur sur le segment de la téléphonie n’ont pas toutes finies de retomber que Microsoft repart à son assaut de manière très pragmatique.

C’est un des maîtres mots de la nouvelle direction de Microsoft, pragmatisme. Et on le comprend de manière très claire avec ce Surface Duo. L’engin montre que la marque a enlevé ses œillères, celles qui transforment des leaders en sociétés en faillites. Après l’obstination des Windows Phone, voilà que Microsoft s’engage du côté de Google pour proposer un smartphone original sous Android.

A y regarder de plus près, divers éléments annoncés par Microsoft ces derniers mois s’imbriquent entre eux aujourd’hui de manière assez logique. Le passage d’Internet Explorer vers le moteur Chrome de Google. L’ouverture de Windows 10 aux assistants vocaux tiers comme Google Assistant. Le portage travaillé des applications Office vers Windows.  Les ponts lancés entre Windows et le monde Linux. Et désormais cette annonce d’un futur smartphone développé sur le système d’exploitation Android… Tout cela finit par faire sens à la découverte de ce Surface duo.

Microsoft Surface Duo

Le Microsoft Surface Duo n’est pas prévu pour maintenant, Microsoft estime une commercialisation possible autour de la fin de l’année prochaine. Un an d’attente d’un côté, un an de travail et d’améliorations de l’autre et surtout un an pour préparer les esprits et associer ensemble Microsoft et Google. Certains jugeront ici qu’il s’agit d’un échec pour Microsoft, si le système Windows Phone a été indubitablement un flop commercial, le passage à un système concurrent qui fonctionne est plutôt une preuve d’intelligence. Quels autres choix pour l’éditeur ? Rester en dehors de ce marché de la téléphonie n’a pas de sens économiquement parlant. Poursuivre dans l’aventure Windows phone aurait été comme jeter de l’argent par les fenêtres. L’alternative Android est la meilleure piste pour exister, quitte à le greffer à son propre écosystème en laissant une grosse cicatrice.

Microsoft était un des seuls géants de la tech pouvant porter un système d’exploitation sur mobile à bout de bras face à Apple et Google, il a échoué dans la tâche. La marge de manoeuvre pour retomber sur ses pattes n’est pas énorme. Apple n’est pas une option et il ne reste donc que Android pour exister. A Microsoft de s’emparer du système pour le malaxer jusqu’à le rendre Windowsien… Et pourquoi pas compatible avec le maximum des applications maison. Et surtout à Microsoft de travailler son offre matérielle pour la rendre suffisamment différente de la concurrence pour garder ses distances avec les autres marques proposant des solutions sous Android.

Microsoft Surface Duo

Et de ce point de vue, le Surface Duo  semble avoir déjà fait les bons choix. L’objet se différencie totalement des produits concurrents avec des propositions innovantes, des scénarios d’usages convaincants et un marketing original. Le choix d’inclure l’objet dans la famille Surface lui donne un pedigree élevé et l’intègre dans une suite de propositions que l’utilisateur pourra comprendre aisément. Cette filiation, facilitée par l’apparition de la tablette Surface Neo, lui donne non seulement du sens mais prolonge l’expérience Surface dans son ensemble. Microsoft semble avoir modifié Android en profondeur pour qu’il singe l’expérience proposée par Windows 10X. En proposant son propre magasin d’applications et un habillage intelligent, il peut faire de cette mise en scène une surcouche suffisamment convaincante pour qu’Android apparaisse très en retrait dans les profondeurs du système.

Microsoft Surface Duo

L’objet en lui même est intéressant. Le Surface Duo est composé de deux écrans de 5.6″ qui sont reliées l’un à l’autre par une charnière. Non pas  un écran souple mais bien une charnière classique, qui se déploie sur 360°. Une technologie qui a su être maîtrisée avant d’être miniaturisée et ici réduite aux extrêmes par les ingénieurs de Microsoft. Cette nuance entre charnière souple avec un écran qui se plie et charnière classique est importante. D’abord parce qu’elle a déjà fait ses preuves avec différentes propositions qui ont réussi à durer dans le temps. Ensuite parce que son coût est sans commune mesure avec les technologies employées par Samsung et son Galaxy Fold. La mécanique employée dans une charnière est fiable, robuste et efficace. Si quand bien même elle ne l’était pas pour pourcentage de Surface Duo, il serait possible de changer cette charnière indépendamment du reste de la machine.

Microsoft Surface Duo

Le Surface Duo est réparable sans avoir à changer la totalité d’un coûteux, très coûteux, écran pliant. Ces éléments autorisent à penser que le Surface Duo pourrait être proposé à des tarifs bien plus bas que le Galaxy Fold. Ne serait-ce que parce que Microsoft pourrait imaginer des versions plus entrées de gamme. On peut tout à fait imaginer à terme des Surface duo sous SoC Qualcomm moins puissant avec 4 Go de mémoire et 128 Go de stockage. On a du mal à imaginer un Galaxy Fold positionné ainsi, le coût de base de son affichage le rendant fort peu appétissant alors.

Microsoft Surface Duo

La proposition de Microsoft est très séduisante : le smartphone pourra s’utiliser comme une solution 5.6″ classique en le déployant dos à dos. Il pourra être doublé comme un minuscule ordinateur portable en considérant une des surface comme un clavier. Il pourra être utilisé comme une grande tablette de 8.3 pouces en le mettant à plat. Et il assumera également tous les avantages du format hybride popularisé par la gamme des Lenovo Yoga : sa charnière lui autorisera des formats tente ou présentation adaptés à des usages de loisir ou de multimédia. On imagine bien Microsoft développer des applications sur mesures pour son dispositif.

Microsoft Surface Duo

Avec une prise en charge des stylets actifs Surface Pen, l’objet pourra être manipulé de manière tactile capacitive classique mais pourra également recevoir des notes ou être utilisé pour dessiner. Les interactions sont nombreuses et collent bien à l’idée d’un système Windows. On découvre en effet deux fenêtres qui permettent de faire circuler l’information ou d’étendre la productivité globale du dispositif. Basculer une application vers un écran pour profiter de l’autre pour prendre des notes. Suivre un correspondant en visiophonie – le Surface Duo embarque une webcam – tout en ayant sous les yeux des documents.

Microsoft Surface Duo

Signer, surligner, corriger, annoter des fichiers facilement. Déplacer des données, les faire basculer… Jouer ou suivre une vidéo tout en ayant un oeil sur d’autres activités. Le Surface Duo correspond à un usage multitâche complet qui colle bien avec l’univers PC et à Windows. Mieux qu’un écran simple et tout en hauteur comme le proposaient les Windows Phone. Moi qui passe mes conférences de presse et rendez vous à prendre des notes, j’imagine très bien le faire sur un engin de ce type du bout de mon stylet.

On ne sait pas grand chose des spécifications de l’objet pour le moment. Si les ingénieurs de Microsoft savent probablement vers quoi ils avancent, il est fort probable que la puce employée ne soit pas encore totalement aboutie ni officialisée. Les modèles présentés par Microsoft pour son Event tournaient sous SoC Qualcomm 855 et on peut imaginer que la marque continuera à équiper de ses puces le futur modèle.

Microsoft Courier

Un prototype de Microsoft Courier…

Andromède ou Android ?

Je pense pour ma part que ce surface Duo est l’aboutissement réel du projet Andromeda de Microsoft. Non seulement le format correspond à 100% à certains prototypes de Microsoft présenté il y a plus d’un an, mais il colle également à certains formats de Courier, un autre prototype avorté qui a engendré Andromeda. Une filiation logique à qui il ne manquait finalement qu’une impulsion de base pour décoller. Celle d’un système d’exploitation fonctionnel.

Le projet est pendant longtemps resté au point mort. Microsoft n’avait aucune porte de sortie. Lancer Andromeda sous Windows Phone était suicidaire. Le lancer sous Windows 10 ne collait pas avec le reste de la gamme. Le grand public ne veut pas d’un système de PC sur un format smartphone de poche. Comme l’éditeur ne voulait pas entendre parler d’une production non Windows en estimant que ce type de projet était une véritable fusée de lancement pour son Store, l’avenir de Courrier puis d’Andromeda semblait totalement bouché.

Microsoft Courier

Une vieille présentation de Microsoft Courier

Avec plus d’ouverture et en acceptant Android dans l’équation, la donne change. Andromeda peut passer du stade de concept à celui de prototype et nous donne naturellement la machine que l’on découvre ici avec le Surface Duo. En acceptant Android, le projet gomme toutes ses problématiques matérielles d’autonomie, d’intégration et de composants. Mais il trouve également immédiatement un écho positif d’un point de vue logiciel auprès des milliards d’utilisateurs de solutions Android. Il n’y a plus de frein à l’achat face à un système d’exploitation exotique. On retrouvera sous Surface Duo la totalité des applications habituelles dan un écosystème dont on connait les performances et les besoins.

Si demain Microsoft annonce que son Surface Duo est équipé d’un SoC Qualcomm 855, avec 6 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage, un modem 4G, du Wifi6 et tel ou tel capteur… On saura immédiatement le placer sur une grille de lecture de performances et le positionner par rapport à ses usages. On saura de quoi il sera capable face à tel ou tel modèle du secteur et on pourra estimer en quelques minutes si son tarif est positionné de manière correcte face à la concurrence. Basculer le projet Andromeda sous Android, c’est lui apporter le crédit nécessaire à sa réalisation, sa communication et sa commercialisation. Un choix courageux mais avant tout logique de la part d’un Microsoft qui ne peut plus en tant que constructeur rester en retrait du marché mobile.

Surface Duo laisse beaucoup de questions en suspens. La première étant l’avenir de Windows sur ARM. Si le Duo décolle, si l’accueil du public est bon, si Microsoft trouve plus son compte au final dans la commercialisation de ce type de solution que dans les échecs répétés de Windows sous ARM… La tentation de se laisser pousser une nouvelle tête Android devrait rapidement démanger la direction. Quel sera la réponse des développeurs ? Autant je ne sens toujours pas beaucoup d’intérêt de la part de ces derniers pour travailler sur le store de Microsoft, autant porter leurs applications et leurs jeux dans une version adaptée sur mesure pour Surface Duo aurait à mon avis beaucoup d’attrait. Imaginez des jeux de cartes déployés sur les deux écrans. Des jeux de courses ou des FPS faisant la part belle aux contrôles sur la moitié du dispositif. Difficile à envisager quand la seule solution pouvant en tirer partie est un smartphone à 2000€. Beaucoup moins si cela devient une gamme complète de machines chez un constructeur comme Microsoft.

Si le succès de Surface Duo est au rendez-vous, je ne donne pas cher de la peau de Windows 10 ARM. Pourquoi continuer à s’acharner sur ce système chez Microsoft ? Le duo d’un Windows classique et d’un Windows sous Android est largement suffisant et déjà extrêmement bien implanté. Je ne suis toujours pas sûr que les partenaires de Microsoft ayant lancé des Windows sous ARM aient jamais payé les moindres royalties pour cette implantation à Microsoft. Il m’est plutôt avis que c’est Microsoft qui les a convaincus en leur offrant leurs campagnes de pub… Si le bilan de Windows ARM se solde par des pertes financières et des problèmes avec les constructeurs, je ne donne pas cher de ce système. Si Android finit par rapporter de l’argent à Microsoft au travers des abonnements  à ses applciations et au lancement de nouvelles… L’entreprise tranchera probablement rapidement sur  ce sujet.


Soutenez Minimachines.net !
54 commentaires sur ce sujet.
  • 9 octobre 2019 - 14 h 14 min

    Bonjour, au début de la vidéo, la jeune femme déplie un PC avec un clavier pliable placé dessous. C’est quoi cet ordi? Merci

    Répondre
  • 9 octobre 2019 - 14 h 39 min
  • 11 octobre 2019 - 0 h 58 min

    Très intéressant ! Ca me rappelle, par le côté outil à tout faire, le Palm dont j’ai été un utilisateur assidu avant l’arrivée du 1er smartphone de Google (le Magic). Ca me semble très prometteur. Tout dépendra du prix…

    Répondre
  • 11 octobre 2019 - 9 h 51 min

    @Rednick: @Rednick: Ah! Le Palm! J’ai adoré cette petite machine, elle était révolutionnaire à son époque! Je dois même avoir le mien quelque part, avec mon Fujitsu Loox 720. C’est le quart d’heure de la nostalgie…

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *