ARM : A quel moment on a changé d’univers ?

Je me demande comment on est arrivé au point où les smartphones ont besoin de ventilation pour donner le meilleur de leurs possibilités ? Comment se fait t-il que la réalité des puces ARM soit désormais si distante de ce qu’elle promettait il y a seulement quelques années ?

Je me suis intéressé à ARM quand ARM s’est intéressé aux PC. Je n’arrive toujours pas à me passionner pour les smartphones et j’ai toujours un rapport compliqué avec les tablettes. Je trouve ces engins trop faibles en ergonomie par rapport aux outils du monde PC traditionnel. Collez moi un clavier dans les pattes, une bonne souris et là je suis content. Face à du tactile je sais faire des trucs mais cela reste à des années lumière de la productivité et de la finesse que proposeront un système d’ordinateur personnel classique.

ARM / Asus Netbook

La première fois que je me suis vraiment penché sur le berceau des puces ARM, cela a été suite aux annonces d’Asus et de Pegatron sa succursale OEM. C’est vieux, cela date de début 2009. A l’époque sur Blogeee, je me prenais à rêver de l’arrivée des solutions ARM sur ce petit monde du netbook qui tournait déjà en rond. Pegatron annonçait alors l’arrivée de SoC Freescale dans des designs de 8 à 10 pouces de type netbooks avec tous les avantages que l’on pouvait imaginer à l’époque : Autonomie importante, performances très correctes, légèreté, confort, finesse et robustesse avec un engin dépourvu de toutes pièces mécaniques. Les prototypes sont apparus et on devinait des netbook-like très convaincants. Des engins sous Linux capables de proposer de vraies alternatives à Windows. 

Et puis quoi ? Et puis rien.

2018-01-09 12_23_03-minimachines.net

Enfin si, il y a eu les pétards mouillés de Windows sur ARM. Un truc qui ne peut pas marcher car c’est une architecture très jolie mais celle d’une ville fantôme, un décor en carton pâte digne des Westerns spaghettis Italiens. Tout semble vrai mais derrière la devanture des baraques il n’y a rien. Quelques applications sont bien réelles, comme le décor de la banque ou du Saloon, car elle servent de nœud au scénario, mais en réalité c’est le grand désert. Le problème étant que dans la tête de tout le monde, Windows rime avec énorme compatibilité logicielle. Et quand les acheteurs se rendent compte de leur erreur, quand ils comprennent que non, leurs applications qu’ils ont déjà ne tourneront pas sur leur nouveau PC Windows ARM, ils renvoient leur machine ou la ramènent au magasin. Microsoft a bien tenté de lancer un service d’émulation pour pouvoir profiter des applications traditionnelles du monde Windows. Mais c’est lent, trop lent. De telle sorte qu’au final le jeu de l’ARM n’en vaut pas la chandelle. A quoi bon avoir 20 heures d’autonomie grâce à un Snapdragon si on doit attendre 2 ou 3 fois plus longtemps qu’une application émulée face le même travail qu’un processeur AMD ou Intel entrée de gamme avec 12 ou 15 heures d’autonomie.

Le résultat est là, c’est un four. Les revendeurs n’en veulent plus. Les marques tirent la langue et les acheteurs ont passé leur chemin. Microsoft va t-il tenter à nouveau l’aventure avec un prochain Snapdragon encore plus puissant ? Peut être. il se heurtera à des solutions Intel et AMD qui le mettront encore et toujours à l’amende et la boucle sera bouclée.

Lenovo Flex 11

Il y a eu aussi des tentatives ARM chez Google avec des Chromebooks chez Acer, HP, Lenovo ou Samsung par exemple. Des solutions tout à fait exploitables d’ailleurs mais vite rattrapées par les puces plus traditionnelles d’Intel. Les marques ayant cédé aux sirènes marketing et commerciales d’Intel qui pouvait assurer leur promotion tout en se faisant un petit plaisir en mettant des bâtons dans les roues de la stratégie ARM de Microsoft.

On touche là au vrai souci du marché actuel. Le logiciel. Ce sont les systèmes d’exploitation qui dirigent le marché ARM et ils le dirigent mal.

Raspberry Pi 4

ARM c’est un truc fermé, hyper cloisonné et hyper étanche. Il est très difficile de développer pour ARM faute de moyen de dialoguer avec les puces. Il faut passer par un traducteur et dans la grande majorité des cas aujourd’hui, ce traducteur c’est Android. Il existe des contre exemples qui illustrent très bien ce problème et le plus fameux c’est le travail de la fondation Raspberry Pi qui a obtenu de la part de Broadcom les informations nécessaires au développement d’une solution Linux dérivée de Debian. D’autres distributions qui sont non seulement optimisées mais qui montrent l’évidente robustesse de ces SoC. Les cartes Raspberry Pi montrent que pour une poignée d’euros, on arrive à réaliser des choses incroyables en terme de développement et de multimédia. Si le même travail était possible avec des solutions récentes, il serait possible de proposer des engins très performants et ne consommant que trois fois rien. 

Seulement personne ne va faire ce travail et personne ne va accepter de libérer les pilotes d’un SoC moderne pour l’ouvrir au monde Linux. Au lieu de cela, tout le monde se tourne vers Android. Et Android se tourne vers le haut de gamme.

2019-07-31 17_54_53-minimachines.netUn smartphone ventilé…

Du netbook sous ARM de 2009 il reste quoi ? Rien. A la place, les constructeurs travaillent à des smartphones de jeu. Des solutions haut de gamme avec des puces sur-musclées qui entrent dans une guerre de compétition entre elles. Qualcomm, Mediatek et d’autres se lancent dans cette compétition de la puce la plus impressionnante qui soit. Avec un résultat étonnant. On en est à penser à des smartphones gaming qui nécessitent l’emploi de systèmes de ventilation pour ne pas surchauffer. Des solutions enfermées dans des châssis toujours plus fins mais de plus en plus grands, avec des batteries démentes pour compenser leur consommation.

2019-07-31 17_56_31-minimachines.net

Un smartphone équipé d’un caloduc pour encaisser la chaleur du SoC

Et tout ça pour jouer à quoi ? Je ne commenterai pas la qualité des jeux, ce n’est pas le sujet. Mais simplement la qualité du marché lui même qui vise avant tout un public le plus large possible. L’argent du développement va dans des jeux de masse qui se doivent, par définition, fonctionner sur un maximum de plateformes. Reste donc quelques titre qui prendront en charge les capacités maximales des jeux les plus gourmands mais sans révolutionner la manière de jouer. Plus de particules, plus de reflets, plus de méchants sur l’écran et un horizon peut être un poil plus lointain également. La majorité des joueurs continuera à lancer des titres très grand public répétitifs et sans réel besoin de performances.

Je me fiche un peu de qui fait quoi avec son smartphone, cela ne me regarde pas. Je trouve juste dommage de ne penser le marché qu’au travers des yeux de Google et d’Android. De la vitesse qui ne sert au final qu’à attirer le chaland. J’aurais bien aimé voir une branche ARM se tourner vers autre chose que le gaming, la prise de vue et la 5G. Se pencher comme l’a fait la Fondation sur le berceau de Linux avec des Smartbook comme ceux dont on rêvait en 2009. 

Avec les puces de ces dernières années, on aurait pu imaginer des engins vraiment impressionnants. Hyper autonomes, hyper connectés, capable de décoder tous les formats vidéo, de surfer et de se transformer en machines bureautique complètes. Elles n’auraient pas pu, peut être, proposer des performances de jeu inoubliables… Mais elles auraient été hyper accessibles et efficaces, peu sensibles aux virus et aux attaques et parfaitement compatibles avec les usages du Web d’aujourd’hui. C’est le cas des Chromebooks sous ARM ? Peut être mais dans un univers finalement très enfermé. 

Les sorties de puces de plus en plus performantes, de plus en plus dépendantes d’un système de refroidissement annexe et d’énormes batteries me laisse un goût amer. Si Android a clairement dopé le marché des puces ARM en le poussant à se surpasser, il est entré dans une phase de sur équipement pas forcément utile et a complètement asséché des marchés alternatifs qui auraient pourtant eu bien du sens.

75 commentaires sur ce sujet.
  • 1 août 2019 - 19 h 33 min

    @mike: C’est quelque qui lui a été plusieurs fois demandé…mais je comprends qu’il ne soit pas très chaud meme si l’idée lui trotte quand meme, n’est ce pas Piérre??

    Répondre
  • 1 août 2019 - 20 h 53 min

    Je dirais même que ces smartphones gaming (et cette course à la puissance) sont totalement obsolète à l’heure actuelle :

    Avec mon vulgaire Mi Max 3 7 pouces payé 240 balles équipe d’un SoC moyen de gamme et d’une grosse batterie, j’ai une autonomie de folie.
    Je peux jouer à GTA5 des dizaines d’heures sans la moindre chauffe : Je joue avec Moonlight en streaming 720p 30fps 3Mbit/s, je dépasse même pas le 25Go de data et biensur c’est fluide.
    Bonus en prime, je bénéficie bien entendu de tout le catalogue PC infiniment plus intéressant que les jeux Android comme le souligne si bien Pierre Lecourt.
    Et pour la productivité pas trop poussé : Teamviewer et un clavier Bluetooth font parfaitement l’affaire.

    Répondre
  • 1 août 2019 - 21 h 02 min

    Bonjour.
    “C’est quoi exactement un SoC dans ce contexte : “personne ne va accepter de libérer les pilotes d’un SoC moderne pour l’ouvrir au monde Linux” ? Un processeur d’un type particulier ?
    Dans les dico d’abréviations informatiques, je compte une centaine de significations possibles donc impossible de chercher par moi-même. Merci d’avance :-)

    Répondre
  • 1 août 2019 - 23 h 17 min

    @prog-amateur: merci beaucoup, je ne connais pas et vais voir ça car c’est le point noir pour moi pour pouvoir passer “full linux” sans avoir d’appareil dédié.
    Une référence a conseillé en GPS pour X86 histoire afin de tester ?

    @Pierre Lecourt: je sais que ça n’a rien à voir avec le billet mais une idée de ce qu’il se passe avec archos aujourd’hui ???

    J’ai un paquet de gens paniqués, je comprends pas pourquoi (pour moi c’est normal vu le contexte).
    Après, si pas possible parce que archos ici, “c’est compliqué”, je comprends, mais un lien “solide” serait la bienvenue (j’avoue que là, je comprends pas le problème, les vacances, c’est pas bon pour tous le monde, vivement fin septembre et les miennes que je décroche un peu).

    Répondre
  • 2 août 2019 - 1 h 35 min

    @orangina rouge: Aucune info particulière sur Archos. Le capital social de la société a été divisé apr 10 à la dernière AG. Passant de 32.818.802,50 euros à 3.281.880,25 euros… Pour le reste, pas d’infos tech.

    Répondre
  • 2 août 2019 - 1 h 38 min

    @Jean-Do: Un SoC ARM, un System On Chip. C’est à dire l’assemblage de coeurs et de leurs technologies qui constitue une puce ARM.

    Répondre
  • 2 août 2019 - 2 h 00 min

    @Pierre Lecourt: ben oui, c’est bien ce qu’il me semblait.
    RAS et que du normal en la matière (voir même une bonne occaz). vivement mes vacances.
    Pffff, je me fais vieux, crevé

    Répondre
  • 2 août 2019 - 3 h 29 min

    @orangina rouge: tu parles d’une application GPS fiable pour Linux ?

    Si oui, eh bien Pure Maps est déjà disponible sous format Flatpak (format installable sur tout type d’OS linux). Et il contient les cartes Mapbox, Here Maps (trafic, satellite, etc.), OpenCycleMaps (pour les cyclistes), Transport Map (pour les moyens de transports), et d’autres. Il est très bon pour tout ce qui est voiture et piéton, mais pas pour les transports en commun.

    Répondre
  • 2 août 2019 - 8 h 00 min

    @Pierre Lecourt Merci :)

    Répondre
  • 2 août 2019 - 8 h 46 min

    @J. DEBON: L’Archimedes… Il m’a fait rêver celui là !!!

    Répondre
  • 2 août 2019 - 10 h 16 min

    @orangina rouge: on vient d’acheter du matos pro chez Archos, un tabletpc durci 2800euros…

    Répondre
  • 2 août 2019 - 11 h 35 min

    @OuiDocteurBob: Imagine aujourd’hui, un Archimède remis au goût du jour,
    en le faisant passer de 8 Mhz à 3000 Mhz, même mono-core ça serait encore une belle Bête !!!

    J’aime rêver, même s’il aurait fallut le faire 20 ans plutôt…
    En l’An 2000, Il aurait été possible d’avoir un ordinateur avec un CPU ARM à 200 Mhz…
    Bon, on ne referas pas l’Histoire !!!
    Mais on est passer à côté de beaucoup de choses extraordinaires,
    mais possibles…

    Répondre
  • hle
    2 août 2019 - 13 h 31 min

    Apple est critiqué, mais iOS est bien mieux optimiser a leur puces ARM que Android, qui lui doit gérer un parc de machine plus important et utilise un linux moins bien optimiser pour cette usage.
    Avec la 5G, il va falloir un gants pour tenir son téléphone sans ce brulé ;)
    Je me rappelle des utilisateurs de PC Portable qui se brulé les cuisses en posant le PC sur les Jambes. Cuisson très lente, comme pour les crabes!8v)

    Répondre
  • 2 août 2019 - 13 h 49 min

    @Yanos: vous devez pas être les seuls dans ce cas là je pense

    Répondre
  • 4 août 2019 - 7 h 49 min

    Analyse intéressante. Mais.

    Tu fais beaucoup référence à la déception de Windows sur ARM. C’est complètement vrai. Par contre, de nos jours, j’entends une vraie demande pour des desktops et laptops soins Androïd de la part des utilisateurs d’en-bas: pas l’élite de la nerditude comme nous, mais mon oncle et ma nièce. Je pense que la situation a changé sur plusieurs fronts depuis l’échec des ARMbooks:
    – les perfs sont maintenant bonnes. Y’a des box Androïd a 100€ avec du Cortex A75, 4Go de RAM, plein d’I/O
    – Androïd est a la la hauteur. Ça va vite,ça plante pas… Manque encore quelques détails ergonomiques et une catégorie “desktop” dans le Playstore, mais globalement ça marche bien
    – y’a les apps. Faut trier, mais y’a largement de quoi faire d’un PC agréable pour senior et kid.
    – et, surtout, les utilisateurs ne sont plus des exilés du PC qui veulent Windows moins cher avec plus de batterie, mais des exilés du smartphone qui veulent la même chose sur grand écran avec clavier, souris, imprimante, gros son, webcam…

    La majorité des gens, de nos jours, leur outil IT c’est leur smartphone. Androïd (l’OS et l’écosystème) en est arrivé au stade où, en version tablette ou laptop/desktop, il fait tellement de trucs tellement bien que 80% du grand public n’a pas besoin de s’emmerder a apprendre Windows, apprendre a être un Admin, trouver les apps Windows/Linux equivalentes à ce qu’ils utilisent sur leur Android, synchroniser les deux…

    Sur ton site, on est tous des geeks, donc pas la cible. Mais dès qu’on sort des gens pour qui le PC c’est un hobby ou un job, les PC non seulement sous ARM mais sous un OS mobile/moderne sont une évidence. La preuve, Google a même réussi a solidifier un 2eme écosystème ChromeOS en partant de rien, simplement parceque Windows/Linux c’est pas bien pour les non-nerds.

    Accessoirement, ça explique aussi que ces fameux forks d’Android qui lui donnent un look de Windows sont stupides. Ça plait aux blogueurs/journos nerds, mais un des attraits principaux d’un desktop Android c’est que l’UI est la même que sur le smartphone/tablette que l’utilisateur connait déjà.

    Bref. Perso je vais acheter des Pi 4 pour moi, and continuer a fourguer des TV Box haut de gamme reconfigurees en PC a mes vieux et a mes jeunes.

    Répondre
  • 4 août 2019 - 10 h 31 min

    @J. DEBON: Si je ne me trompe pas, la société DEC a acheté des droits sur l’architecture ARM et a monté la fréquence de la puce à 1 GHz dans ces années là. La petite histoire raconte que les ingénieurs de chez DEC n’auraient pas eu besoin d’en changer l’architecture car elle était suffisamment optimisée pour ça, ils n’auraient qu’amélioré la gravure. Il se racontait aussi qu’ils auraient pu monter la fréquence plus haut mais l’ARM serait venu en concurrence de leur puce DEC Alpha qui tournait pourtant à 2 GHz. J’ai un peu de mal pour ma part à croire à cette dernière anecdote.

    Répondre
  • 4 août 2019 - 11 h 20 min

    @Kikimoo: Tu as meilleur mémoire que moi…

    Le premier microprocesseur de la famille StrongARM, le SA-110, fonctionnaient à 100, 166 et 233 MHz.
    Ils ont été disponibles et la production en série à commencé en Décembre 1996.

    DEC, c’était Digital Equipement Corporation qui était très célèbre pour ses stations de travail et serveurs,
    qu’il vendait très très chers.
    Ces stations de travail étaient équipées de DEC Alpha, un microprocesseur superscalaire RISC de 64 bits.
    Le DEC Alpha EV8 en 2003 atteignait en effet les 2 Ghz !

    Mais le pire, c’est que DEC a vendu ses processeurs ARM en 1997,
    à l’ennemi public numéro 1, INTEL !
    Donc Intel n’avait pas du tout intérêt à concurrencer lui-même son architecture x86,
    même si du StrongARM, découle l’architecture Intel XScale…

    Dans l’Histoire de l’Informatique, beaucoup d’entreprises et de technologies ont été racheté,
    pour être neutralisé et ne pas faire d’ombre, comme c’est arrivé pour l’Amiga de Commodore.
    Pourquoi acheter les technologies, si ce n’est pas pour les utiliser ?!
    GATEWAY à racheter les technologies Amiga pour le compte de qui ?
    Pour quel grosse ou grosses compagnies ?!
    On peut constater, que les Technologies Amiga ont été totalement neutralisées…
    un Meurtre en Col Blanc !!!

    Répondre
  • 4 août 2019 - 17 h 28 min

    @Pierre Lecourt: Archso est quasiment mort. La direction d’Archos est en roue libre depuis 2012. Archos accumule les pertes depuis. il n’ont plus de fonds propre. Pour faire simple, ils ont essayé de se vendre au vitenamien Vinsmart mais la vente est annulé (a mon avis Vinsmart a bien vue que l’entreprise ne valait plus rien).
    Archos ne conçoit plus rien depuis 2012 rebadge des produit de m…e des pires OEM chinois, évidement elle ne fait aucun sav et arnaque ses clients. Le SAV coûte très cher sur des produit pas fiables et en plus les OEMs ne fournissent aucune pièce détachée. Si vous souhaitez su suivi logiciel il faut le négocier et le payer. Exemple la gamme Z17 de nubia qui reçoit encore des mises a jours alors que les téléphones d’Archos qui sont physiquement les même n’en ont reçu aucune). Le réseau de distribution est quasi inexistant. Le marketing on en parle pas.
    Archos de vaut rien. En plus vinsmart a signé un partenariat avec l’espagnol BQ, donc a mon avis les vietnamiens se sont servis d’Archos pour mieux négocier avec BQ. De toutes façons les smartphones de Vinsmart ne sont pas terrible et ne sont pas compétitif en terme de rapport performance qualité/design/prix par rapport aux chinois.

    Répondre
  • 5 août 2019 - 20 h 52 min

    Je n’arrive pas à le retrouver mais j’ai déjà vu un tableau comparatif de proc au niveau puissance / conso, dans lequel ARM version Apple (celui des iphone / ipad) s’en sortait haut la main, larguant totalement les intel i5 (ou i3, mais plutôt i5 me semble t il) des portables, de mémoire c’était le meilleur ration était ARM Apple, ensuite un peu largué mais encore présent un second ARM d’un fondeur, puis intel et sa dernière gamme i5 pour porttables …

    Tests lus lors de la sortie de l’avant dernière génération de iphone.

    cdlt

    Répondre
  • 5 août 2019 - 22 h 03 min

    Bonsoir,
    J’ai une question :
    je vais offrir une tablette à ma mère afin qu’elle puisse dialoguer avec sa soeur américaine récemment découverte (*)
    utilisation da tablette : consultation / utilisation de facebook, email, google duo, sans doute un peu de YT et de navigation.
    Ma mère a plus de 70 ans, et n’a jamais utilisé d’ordinateur de sa vie, elle n’a pas de smartphone, c’est pour cela que je pense à une tablette plutôt qu’à un PC portable.

    Auriez vous une tablette à me conseiller ?
    plutôt 9″ et >
    pas besoin de grande marque et de processeur super puissant
    tarif contenu, je suis dans une période “pauvre”

    Merci

    (*) ma mère est la fille d’un soldat américain venu en France en 1945, dont nous avons retrouvé la trace en 2014 : https://www.20minutes.fr/lille/2575503-20190802-aisne-comment-deux-demi-urs-nee-france-autre-etats-unis-fini-retrouver

    Cdlt

    Répondre
  • 6 août 2019 - 6 h 36 min

    Ah c’est cool !
    Pour ma mère au même profil, les apps et surtout l’huile de coude se sont avérés aussi importants que la tablette elle-même:
    Un Launcher qui permet de verrouiller la Home, genre Nova
    Un widget météo sympa, pour moi Today Weather
    Plein de widgets sur la home, celui de 20 minutes, de Duo, du mail… et les raccourcis vers ses bookmarks
    Un jeu, Solitaire Scrabble ou Candy Crush
    Bien importer see contacts dans Google Contacts
    Si la vue baisse, les ebooks sur tablette ont l’immense avantage de pouvoir être écrits très gros, et en blanc sur noir pour lire au lit le soir.
    Si l’ouïe baisse, la meilleure solution c’est un petit HP externe.
    Faut une grosse formation anti-scam, ma mère reçoit plusieurs fois par semaine des faux mail de sa banque, des impôts, de la CAF, des amis coincés en prison a l’etranger… Essayer de lui créer des le départ 1 adresse mail amis+famille et une autre pour sites web, fofos louches, sites de commerce… La règle est de ne jamais cliquer sur un lien dans un mail.

    Après pour la tablette une fois resolus les problèmes de son et de la vue (10″, forcément), le dernier problème c’est que ma mère ne comprend pas quand y’a un petit délai dans la réaction de la tablette: faut pas acheter un truc non-qualitatif (mauvais tactile…) où a specs trop basses. Hélas ça veut dire de la marque (Samsung où Huawei) et le modèle le plus haut de gamme possible. Il faut au moins 32 GO de flash interne, et si possible 3 Go de RAM (2 est le strict minimum); un processeur en ARM A72 ou + est un gros plus par rapport a un A54.
    Chez Samsung la série Tab A est le minimum. Chez Huawei faut que je vérifie. Chez Samsung y’a souvent des promos, ne jamais acheter au prix tarif.
    Ne pas oublier une coque solide et qui permet de tenir la tablette droite.

    Répondre
  • 6 août 2019 - 21 h 04 min

    @Emmanuel: Idem que Obarthelemy.
    Ayant “quitté” le monde des tablettes (la mienne est la yoga 1er du nom, c’est dire), je partirais aussi sur du haut de gamme (le reste étant franchement de la [email protected]@@@@).

    Si possible, déjà voir avec elle dans un grand magasin type fnac avec beaucoup de choix (et surtout ceux que vous avez en tête après sélection. donc trouvez-visitez les fnac, darty, boulanger ou autres d’avance! ).

    Avec l’age, certaines techno d’écran peuvent aller, d’autre pas (à spec egale ou proche !).
    Et ça, seule elle pourra vous le dire.

    Je sais qu’on crache beaucoup sur huawei en ce moment (à tord ou à raison), mais ils font de bonnes petites tablettes avec de bons écrans, de bons formats (le 4/3 est dispo par exemple comme un mode anti lumière bleue) et leur surcouche est simple à comprendre.

    Après, il y a pas qu’eux.

    Si vous êtes bricolo, l’écran de pierre (en 15 pouces tactile), une rasp (la 3b+ par exemple), une batterie portable qui alimente les deux si besoin et une imprimante 3D vous feront peut être une tablette plus complète et administrable à distance…
    mais là, c’est du boulot (y compris en administration de l’engin).

    Bon courage

    Répondre
  • 6 août 2019 - 21 h 33 min

    en tout cas merci de votre aide
    (j’ai validé trop vite :(

    Répondre
  • 7 août 2019 - 11 h 56 min

    @alex:

    @alex:

    Peux-tu détailler stp ??

    “Avec mon vulgaire Mi Max 3 7 pouces payé 240 balles équipe d’un SoC moyen de gamme et d’une grosse batterie, j’ai une autonomie de folie.
    Je peux jouer à GTA5 des dizaines d’heures sans la moindre chauffe : Je joue avec Moonlight en streaming 720p 30fps 3Mbit/s, je dépasse même pas le 25Go de data et biensur c’est fluide.
    Bonus en prime, je bénéficie bien entendu de tout le catalogue PC infiniment plus intéressant que les jeux Android …”

    Comment as-tu accès au catalogue PC sur ton Mi Max 3 ?? J’ai du rater quelque chose … ???

    Répondre
  • 7 août 2019 - 13 h 58 min

    @JamesBonze: je pense qu’il se réfère au “projet” Moonlight vu son post (j’en avais entendu parler quand je m’intéressais au streaming sur rasp).

    Maintenant, ça date (pour moi), il répondra lui même (mais à priori, c’est du domaine du possible).

    Par contre, je pense qu’il faut une Nvidia, les carte AMD, je suis pas sur (mais alors, du tout du tout).

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *