ReInkstone : la liseuse miracle ?

ReInkstone vous connaissez ? Sortie de nulle part, la liseuse à encre numérique promet beaucoup au travers d’une future campagne de financement participative. Un produit à suivre ?

ReInkstone, c’est la promesse d’une liseuse aux frontières très floues avec le monde de la tablette. Un engin de 10.1″ à encre numérique couleur piloté par un Android 11 et, évidemment, tactile. Mieux encore, la solution proposerait des compétences techniques capable de faire tourner de “grosses” applications. Le meilleur des deux mondes ?

ReInkstone

Sur le papier, la ReInkstone est plus qu’alléchante. Imaginez un écran 10.1″ d’encre numérique couleur (probablement du E INK Carta HD donc en 1872 x 1404 pixels avec 226 points par pouce en niveaux de gris et une centaine en couleur) piloté par un coeur de tablette. Un engin insensible aux reflets du soleil, capable de lancer votre site préféré en couleur, d’afficher un plan, une partition ou un livre sans aucun problème. Avec 4 Go de mémoire vive à bord, on est loin du maigre gigaoctet des liseuses habituelles. Le stockage de 64 Go qui l’accompagne serait, certes, amputé de l’espace réservé au système mais n’en demeurerait pas moins supérieur au 4, 8 ou 12 Go des engins concurrents. La puce embarquée, non détaillée mais probablement un SoC ARM classique en 4 coeurs cadencée à 1.8 GHz, devrait permettre de lancer la plupart des applications Android.

ReInkstone

La ReInkstone proposerait en outre un module Wifi, du Bluetooth, un capteur de position, un écran capacitif multi points de contact, une recharge par USB Type-C OTG et une batterie 4500 mAh annoncée comme promettant “100 jours” d’autonomie1.

ReInkstone

Le tout entrerait dans un châssis ultrafin de 6.8 mm et serait vendu 329$… Soit 269€ ! Un prix sans rapport avec les solutions concurrentes en encre numérique couleur. Surtout que la liseuse laisse entrevoir la présence d’un stylet actif avec 4096 niveaux de pression dans une de ses images de promo (Signé Wacom ?). De quoi dessiner ou prendre des notes facilement. Enfin, la liseuse embarquerait un double micro et une paire d’enceintes pour écouter de la musique et des livres audio mais également pour enregistrer votre environnement.

ReInkstone

ReInkstone : le St Graal de la lecture numérique ?

Pas si vite… Pour le moment cette ReInkstone est surtout virtuelle. La marque annonçant ce super tarif en “pré-réservation” de financement participatif. Vous versez 1$ aujourd’hui et vous aurez droit à ce super prix lors de la campagne de financement. Si vous  ne le faites pas vous payerez la liseuse 40% de plus.

Pocketbook 740

Quelques soucis cependant. D’abord le tarif, même avec 40% de plus on est assez loin du compte de ce que proposent les concurrents avec souvent des matériels moins performants. Pas d’Android, pas autant de mémoire ni de stockage. Si l’offre actuelle est à un certain niveau de prix, et cela malgré une certaine concurrence, c’est parce que les écrans à encre numérique couleur sont encore fort chers. On se doute que ReInkstone n’a pas sorti de son chapeau un nouvel affichage de ce type et qu’il passe par un tiers qui lui fabrique. Dès lors, comment parvenir à ce tarif hyper alléchant ? La Onyx Boox Nova3 Color est ainsi proposée à 420$, la PocketBook 740 est proposée à 300$, toutes deux sont en 7.8″ et disposent d’équipements très différents.

E-Ink Kaleido Plus

Les couleurs présentées dans les images de promotion sont très vives, assez loin des aspects délavés des encres numériques Kaleido Plus de E-Ink par exemple. C’est une pratique courante du milieu que de pousser le contraste des photos de  son matériel promotionnel. Mais il ne faut pas perdre cet élément de vue. Les images n’ont souvent pas grand chose à voir niveau contraste, couleur de fond et intensité avec les produits réels.

A l’heure où j’écris ces lignes, 2443 personnes ont réservé leur accès à la version à bas prix de la ReInkstone. Cela fait 2443$ dans la poche du créateur de la page web… Si le nom de domaine ReInkstone.com a été réservé auprès d’un registrar Chinois, le site est hébergé sur une page viralmarketing.to… Ce qui ne présage pas forcément que du bon. La page indique que ces réservations seront remboursées automatiquement lorsque la liseuse atteindra les pages du site de financement participatif Kickstarter… Ce qui ne veut pas dire qu’elle y sera hébergée un jour. Qui fera une action en justice pour 1$ ? Personne.

Non seulement le créateur de la page peut partir avec les 2443$ et fera au passage un joli bénéfice contre des promesses. Mais le site vous propose de laisser votre email, de se connecter à une page Facebook et va jusqu’à vous demander votre numéro de téléphone… Autant de profils actifs de personnes assez motivées par un achat  de ce type qu’elles sont capables de dépenser 1$ dans le vent. Des données qui valent de l’or à la vente auprès de différents organismes.

Mais, surtout, on a déjà vu le schéma en cascade se produire par le passé. Un pré-lancement “privé” sur une page lambda. Le début d’une campagne sur Kickstarter… annulée pour une raison X ou Y2 et réouverture d’une seconde campagne de financement sur un autre site de financement participatif. Au final, certains créateurs finissent par disparaitre avec des milliers de financements et un joli pactole. Qui  se souvient du Mi MiniPC et de son million de dollars évanoui dans la nature ?

Patience donc, si vous voulez vous inscrire à la mailing list du site, utilisez un alias pour ne pas vous retrouver couvert d’éventuels spams. Ou suivez Minimachines pour être tenu au courant…

Merci à @Olivares pour l’info.

Notes :

  1. Ce qui me parait un peu optimiste dans tous les scénarios d’usages classiques. Malgré l’écran à encre numérique, Android “consommant” à lui seul pas mal d’énergie contrairement à un système d’exploitation de liseuse.
  2. Absence de prototype ou autre raison passée sous silence

Pas de Pub
13 commentaires sur ce sujet.
  • 24 mai 2021 - 12 h 00 min

    Ca pue l’arnaque un peu non ?

    Répondre
  • 24 mai 2021 - 13 h 42 min

    Perso, j’attends que tu nous en reparle ;)

    Répondre
  • 24 mai 2021 - 20 h 44 min

    Ce genre de solutions miracle ça me rappelle surtout l’éternelle PGS, qui a totalement disparu des radars depuis longtemps, et qui ressemblait très fortement à ce type de procédé commercial… :/

    Répondre
  • 25 mai 2021 - 9 h 47 min

    “si vous voulez vous inscrire à la mailing list du site, utilisez un alias pour ne pas vous retrouver couvert d’éventuels spams.”
    @Pierre : J’en profite pour faire un peu de pub pour se service extrêmement pratique : https://simplelogin.io/fr/
    Très simple et efficace pour protéger sa vie privée : on peut créer des alias de mail à la volée, des “groupes/directories” (shopping, réseau sociaux, etc.), choisir son nom de domaine etc. et les rediriger vers une vraie adresse perso.
    C’est juste de la redirection et le plus beau c’est que ça fonctionne dans les 2 sens : aucun problème avec les mails de validations par exemple. Et si on répond depuis notre boîte perso, c’est l’alias qui est transmis au destinataire.
    Enfin, cerise sur le gâteau : c’est Open Source et développé par un français.

    PS : Le modèle de financement s’appuie sur des options payantes. Le compte gratuit permet de tester le service mais il est assez vite limité.

    Répondre
  • 25 mai 2021 - 10 h 20 min

    Oui on doit laisser ses infos, mais surtout laisser ses coordonnées bancaires pour payer $1… à un truc qui sent quand même un peu l’arnaque… arf ce sera sans moi :)

    Répondre
  • 25 mai 2021 - 10 h 59 min

    Cet article c’est quand même une sacrée douche froide.
    Mais c’est pour notre bien ^^

    Répondre
  • 25 mai 2021 - 13 h 19 min

    Ah ben…
    Idem Najbox, petite déception (lol).
    Bon, les liseuses couleurs 13.3 dignes de ce nom, ce n’est pas encore pour tout de suite.
    Bah, on va dire qu’on va patienter, hein, en même temps, pas trop le choix.

    Merci Pierre pour l’article et le méga warning associé.

    Répondre
  • 27 mai 2021 - 7 h 34 min
  • 30 mai 2021 - 12 h 52 min

    “J’en prendrais pour 1$ !”
    Référence ? ^^

    Répondre
  • 2 juin 2021 - 16 h 38 min
  • Dom
    14 juin 2021 - 20 h 52 min

    “1872 x 1404 pixels avec 226 points par pouce en niveaux de gris et une centaine en couleur)”
    Pour lire une bande dessinée en couleurs ça fait quelle résolution du coup ? Si je multiplie par 100/226 ça fait ~830×620, ça me semble trop bas pour que les textes soient bien nettes.
    C’est comparable à la résolution des écrans normaux ? Car sur ma tablette en 1024×768 les textes ne sont pas super nets.

    Répondre
  • Rob
    22 juin 2021 - 15 h 31 min
  • 18 juillet 2021 - 17 h 25 min
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *