IFA 2016 : Acer Swift 7, un 13,3 pouces de diagonale de moins d’un centimètre d’épaisseur

L’Acer Swift 7 est un ultrabook pur et dur, malgré une assez large diagonale de 13,3 pouces, la marque a réussi à conserver à l’engin une finesse impressionnante. Moins de 1 cm au point le plus épais du châssis, moins de 1,1 kilo, la démonstration est faite d’une vraie prouesse technique pour cet engin qui vise évidemment un marché haut de gamme.

Ceux qui doutaient encore des capacités d’Acer à produire des engins d’exception seront désormais convaincus, cet ultrabook Acer Swift 7 est une réussite esthétique et technique. L’objet est fin, léger et propose une belle diagonale. C’est aussi l’ultraportable le plus cher de la nouvelle gamme Swift qu’Acer introduit pour cet IFA 2016.

Acer Swift 7

L’Acer Swift 7 est clairement sur le créneau des ultra fins du marché, une niche de produits qui se battent en duel sans compter à la dépense. Le Swift 7 devrait débuter à 1299€ dans sa configuration la plus légère. Ce qui le place en concurrence des HP Spectre 13 et autres Asus Zenbook 3, voire même du MacBook. Le corps de la machine est en métal, un alliage d’aluminium, et totalement fermé avec une conception unibody. Il ne devrait pas être très aisé de mettre à jour cet ultraportable.

La diagonale de 13,3 pouces emploie une dalle IPS affichant en 1920 x 1080 pixels. Pour tenir une telle diagonale sur un engin aussi fin, Acer embarque un verre Gorilla Glass de Corning afin de rigidifier la partie écran. Ce qui ne permet pas  à l’engin de gagner en affichage pour autant, la dalle n’occupe pas la totalité de la partie haute mais semble enfermée dans un cadre en métal assez imposant. Effet qui est amplifié par la finesse de l’engin. Si l’aspect global de la machine est très aérien, une fois ouvert l’impression de hublot reste assez tenace.

Acer Swift 7

Le coeur de la machine embarque une solution Intel Kaby Lake Core i5-7Y54.  Une solution qui fonctionnera sans dissipation active mais uniquement grâce aux capacités de dissipation du châssis métallique. Les 4,5 watts de TDP de la puce Kaby Lake-Y offriront des performances très correctes, équivalentes à un processeur Core i5 la plupart du temps. Evidemment, en cas de surchauffe, la fréquence de fonctionnement de l’engin sera bridée et les 3,2 GHz qui lui assureront de très bonnes performances seront alors drastiquement limités. La mémoire vive grimpera de son côté à 8 Go et le stockage sera quand à lui confié à un SSD de 256 Go.

Acer Swift 7

La connectique souffre bien évidemment de la finesse de l’Acer Swift 7. Si le Wifi est bien un 802.11 ac, on ne trouvera pas de port RJ45 d’office pour connecter la machine à un réseau filaire. Il faudra passer par un adaptateur USB vers Ethernet pour profiter de cette option. La présence de deux ports USB 3.1 type-C aidera  à ce branchement tout comme il permettra d’alimenter divers autres matériels. Ecran, imprimantes et extensions seront accessibles à travers des docks ou des accessoires. Autant d’éléments extraits de la carcasse d’origine pour minimiser l’empreinte de celle-ci mais qui finissent par encombrer sacs et bureaux. Hormis ce couple de prises USB ne permettant pas de brancher une bête souris classique, on retrouvera un port jack unique qui combinera sortie casque et entrée micro.

Acer Swift 7

L’Acer Swift 7 annonce 9 heures d’autonomie, ce qui est un excellent ratio pour un 13,3 pouces de ce volume et de ce poids, sa disponibilité est attendue pour octobre. Il n’empêche que je ne peux pas arrêter de voir cette compétition pour un engin ultra fin comme une course mortifère qui tue tout l’intérêt du monde PC. Certes, l’engin est magnifique et Acer veut probablement faire de lui un cheval de bataille marketing pour vendre plus facilement le reste de la gamme Swift, mais la machine elle même est totalement déséquilibrée. Le design a pris le pas sur l’usage et si il sera évidemment agréable de promener un engin avec ce ratio écran/poids, son usage devrait être beaucoup moins positif. L’obligation de compenser la faible connectique est un problème autant financier que d’encombrement. La configuration globale est assez médiocre en terme de rapport performances / prix et la durée de vie d’un tel engin hors garantie sera rapidement limitée en cas de panne du moindre composant.

A quand un ultraportable de même diagonale, qui ne choisit pas la finesse comme seul objectif, rogne un peu plus sur les bordures d’écran et annonce un matériel accessible et performant pour un prix similaire ?

5 commentaires sur ce sujet.
  • 1 septembre 2016 - 11 h 33 min

    Finesse = Course mortifère je suis tout à fait d’accord.
    Mais il existe encore du 12″5 – 13″ plus ouvert (et moins fin, mais en restant mesuré). Les HP ProBook et EliteBook.

    Autant je ne conseille pas HP sur les gammes grand public, autant leur gamme pro est vraiment top avec des configs stables et fiables dans le temps.
    Pb: ça reste cher. Avec le HP ProBook 430 g2 avec i3-6100U / 4 Go / 500 Go 7200 tr/min / 13.3″ 1 366 x 768 on a a quand même pour 972eTTC
    Et la gamme EliteBook est encore plus chère …

    par contre belle came, et gamme pro, donc fiable dans le temps et possibilité de réparation facilitée

    Répondre
  • 1 septembre 2016 - 14 h 50 min

    “A quand un ultraportable de même diagonale, qui ne choisi pas la finesse comme seul objectif, rogne un peu plus sur les bordures d’écran et annonce un materiel accessible et performant pour un prix similaire ?”

    Et du coup le Dell XPS 13 ça match pas ?

    Répondre
  • 1 septembre 2016 - 19 h 30 min

    Enfin ! 13 ans après Sony, un autre constructeur arrive enfin à produire un ordinateur portable de moins d’un centimètre d’épaisseur !
    Qui se souvient du Vaio Note 505 ?

    Une vraie merveille de technologie, même si bien entendu le ratio performance/encombrement/prix est bien en faveur de cet Acer ;)

    Répondre
  • 24 octobre 2016 - 17 h 02 min

    Clavier rétroéclairé ?

    Répondre
  • 24 octobre 2016 - 23 h 38 min

    […] Le Acer Swift 7, ultra fin sous Core Kaby Lake-Y à partir de 1299€ […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *