Le Samsung Galaxy Book S sous Snadpdragon 8cx arrive

Le Samsung Galaxy Book S est une merveille, un ultraportable de 13.3″ fin et élégant qui utilise un SoC Qualcomm Snapdragon 8cx à la fois performant et très efficace énergétiquement. Ce nouveau produit est enfin annoncé pour le 13 Février prochain.

De 6.2 à 11.8 mm d’épaisseur, 30.5 cm de large et 20.3 cm de profondeur, le Samsung Galaxy Book S est un 13.3″ fin et compact qui a le bon goût d’être également ultra léger avec 960 grammes seulement sur la balance. Il embarque pourtant une batterie de 42 Whr censé lui procurer jusqu’à 25 heures d’autonomie en lecture vidéo.

Samsung Galaxy Book S

Comment un tel tour de force est t-il possible sur un 13.3″ ? Tout simplement parce que la machine emploie un SoC ARM au lieu d’une solution x86 classique. A bord de ce Samsung Galaxy Book S, on retrouve un SoC 8 coeurs cadencé de 1.8 à 2.84 GHz signé par Qualcomm, le Snapdragon 8cx. Pour accompagner cette puce, on retrouve 8 Go de mémoire vive et 256 Go de stockage. Il sera possible de profiter d’un espace plus grand en ajoutant une carte MicroSDXC dans l’appareil.

La présence du Snapdragon a beaucoup d’avantages avec, pour commencer, une très faible consommation énergétique mais aussi la possibilité de se connecter en Wifi6, en 4G et en Bluetooth 5.0. Le SoC apporte même un GPS compatible Galileo et Glonass.

Samsung Galaxy Book S

L’écran 13.3″ IPS affiche en 1920 x 1080 pixels dans une dalle entourée de bordures fines. Tactile, la machine sait gérer jusqu’à 10 points de contact. La charnière de l’écran est très travaillée et permet un basculement qui surélève le châssis de l’engin. A la manière d’un Ergolift d’Asus, le Samsung Galaxy Book S propose alors un léger angle sur son clavier pour une frappe plus confortable. 

Samsung Galaxy Book S

Le clavier est lui même rétro éclairé par LED à la demande et un capteur d’empreintes est intégré pour une reconnaissance biométrique de l’utilisateur. Une webcam 720p est présente ainsi que des microphones pour permettre de la vidéo conférence dans de bonnes conditions. Pour la restitution sonore, la machine embarque une solution audio signée par AKG compatible Dolby Atmos. La connectique est, par contre, limitée à deux ports USB Type-C et un port jack audio 3.5 mm. 

Samsung Galaxy Book S

L’ensemble sera mis en vente par Samsung ce mois-ci aux US à partir de 999$. A partir de, même si pour le moment, il n’existe pas vraiment d’options. L’interface du site de la marque prévoit une évolution du stockage avec, pour le moment, l’unique option du 256 Go. On peut donc imaginer que des versions disposant de 512 Go en interne ou plus débarquent un jour.

Une machine formidable mais qui s’est trompée de système d’exploitation

Samsung Galaxy Book S

Techniquement, le Samsung Galaxy Book S est une réussite indéniable : Fin, léger, efficace et performant avec une puce Qualcomm parmi les plus avancées que la marque ait produites. Son seul souci ? Elle est livrée sous Windows 10. Enfin “Windows 10”, disons Windows 10 pour ARM même si cette appellation n’existe pas vraiment.

Quel est le souci de cette solution ? Elle promet à l’utilisateur une exploitation complète de Windows et propose d’ailleurs une solution d’émulation x86 pour faire tourner des applications issues de l’énorme catalogue classique de Windows. Et là, c’est le drame.

Quand on sort des applications issues du Windows Store qui vont tourner nativement sur la plateforme, la machine va se comporter comme une solution entrée de gamme x86. Un Celeron ou un Pentium Gold chez Intel, un Athlon chez AMD. Des engins qui seront moins fins, moins élégants moins autonomes mais dont les performances seront équivalentes pour une fraction du tarif demandé par Samsung. 

Les performances ne sont pas forcément le but de tout acheteur et il y a la place pour un engin élégant et fin comme celui-ci sur le marché… Mais peut être pas à ce tarif. Dépenser 1000$ pour acheter un engin haut de gamme laisse espérer un certain niveau de vitesse de traitement et c’est tout le problème du duo Qualcomm/Microsoft.

Samsung Galaxy Book S

Cet engin sous Linux aurait bien meilleure figure. Proposer exactement la même machine avec un système tirant parti nativement des performances de la puce de Qualcomm serait autrement plus efficace. Malheureusement cette solution n’existe que parce que Microsoft veut qu’elle existe. L’éditeur cherche une porte de sortie au “tout x86” qui l’a porté depuis des années. Une solution face à la montée des alternatives à Windows que sont les solutions Android et ChromeOS qui grignotent des parts de marché significatives à Microsoft depuis des années maintenant.

Reste que je ne suis pas sûr que le public suive. Cela n’a pas été le cas lors des essais précédents et utilisateurs, revendeurs et même fabricants n’ont pas vraiment pris le train de ces nouvelles solutions en marche. Samsung lui même, après avoir repoussé de Septembre 2019 à Février 2020 la sortie de ce Galaxy Book S, annonce qu’au final il sera également disponible sous… processeur Intel.

Promise pour un peu plus tard dans l’année, une version x86 native de cet engin sous puce Intel Lakefield devrait apporter les performances que l’utilisateur est en droit d’attendre d’un engin de ce calibre. On ne connait pas encore le détail exact de ces puces mais une chose est sûre, elles pourront faire tourner un Windows 10 classique et se passeront de toute émulation pour fonctionner. Le problème pour la stratégie de Microsoft, elles seront probablement aussi peu gourmandes que les solutions de Qualcomm.

Soutenez Minimachines, partagez le !


Soutenez Minimachines.net !
28 commentaires sur ce sujet.
  • 31 janvier 2020 - 14 h 31 min

    L’autre problème de fond avec ce genre de machine : le bootloader. Il n’est pas impossible que la machine soit totalement verrouillée à ce niveau, avec impossibilité de démarrer Linux dessus (et même, si cas extrême, de ré-installer Windows).

    Répondre
  • 31 janvier 2020 - 14 h 47 min

    Non, à ce prix environs 1000 Euros,
    ça ne donne vraiment pas du tout envie !

    Il faut savoir choisir, ce qu’on veut…
    un processeur ARM n’est pas conçu pour émuler
    Windows sous x86 !

    Il y a quand même des solutions beaucoup plus performantes !

    Allez, c’est qui le Premier d’AMD ou d’Intel,
    qui sortira un CPU en 7nm pas cher
    avec un TDP maximum de 7 watts…
    comme le Qualcomm 8cx !

    Ils faut toujours revenir à la simplicité…

    Répondre
  • 31 janvier 2020 - 14 h 49 min

    @Renard: Complètement d’accord.

    Répondre
  • 31 janvier 2020 - 15 h 15 min

    @Renard: Entièrement d’accord et je ne cesse de le dire a chaque fois que je vois ce genre de machine ARM, que ce soit sous Windows ou ChromeOS (chromebook) et mème android.

    @Pierre Lecourt: Quand je vois le Matebook sorti sous Deepin, HUAWEI pourrait justement sortir ce type d’ultrabook ARM aux promesses tenues, ils ont déjà l’OS qui va bien ;)

    Répondre
  • 31 janvier 2020 - 16 h 34 min

    S’il est très joli en finesse, le modèle x86 risque de ne pas apporter la même autonomie. Moi perso je suis plutôt adepte des solutions avec un port USB complet, mais je comprends que quelqu’un recherche la finesse avant tout.

    Répondre
  • 31 janvier 2020 - 16 h 44 min

    @prog-amateur: Difficile a dire. Les modèles actuels sous ARM et Windows annoncent des autonomies de fou sur le papier mais qui ne sont pas du tout au rendez-vous en pratique. Si on ajoute en plus le problème de la lenteur d’exécution des calculs c’est encore pire. Si une machine offre 10 heures d’autonomie mais demande 3 minutes pour effectuer un truc qu’un PC classique de même prix met 20 secondes a réaliser, c’est un soucis.

    Répondre
  • 31 janvier 2020 - 18 h 51 min

    @Pierre Lecourt: L’info intéressante serait de préciser si les 256 Go de stockage sont en UFS 3.0. lecture de 2100 Mo/s pour une vitesse d’écriture de 410 Mo/s !

    Répondre
  • 31 janvier 2020 - 19 h 06 min

    @Madwill: “HUAWEI pourrait justement sortir ce type d’ultrabook ARM …ils ont déjà l’OS qui va bien ”
    Oui, lequel ?

    Répondre
  • 31 janvier 2020 - 22 h 02 min
  • 1 février 2020 - 6 h 36 min

    @Maco: Deepin est juste un environnement de bureau. Il a été porté sur diverses distributions linux. Aucune n’utilise le SOC Arm.

    Répondre
  • 1 février 2020 - 8 h 28 min

    @Mouve92:

    Après tu prends une deb arm avec gnome et quelques ajouts ergonomiques et tu as la même chose :p

    Je ne comprends pas trop l’engouement pour deepin

    Répondre
  • 1 février 2020 - 9 h 13 min

    @Mouve92: Effectivement, Deepin est un desktop mais avec du code propriétaire d’une société chinoise (il me semble) et sa “boutique” logiciels.
    Deepin a été porté sur debian ARM (https://www.deepin.org/2016/01/28/deepin-15-arm-edition-officially-released/), même si cela date un peu, ça existe et sûrement encore maintenu en interne.
    Un peu a l’image de ce qu’a pu faire Google avec android ou ChromeOS.

    Répondre
  • 1 février 2020 - 9 h 15 min

    @wanou:
    J’aimerais utiliser une distribution Linux qui fait tourner des coeurs Cortex-A76 et Cortex-A55 comme ceux du Snadpdragon 8cx

    Répondre
  • 1 février 2020 - 9 h 21 min

    @wanou: Je que pense l’engouement pour Deepin, en tout cas pour moi se trouve plus dans la promotion de linux vers le grand public ;)
    Mais, malheureusement, je ne doute pas, que si cela fonctionne, ils feront comme Google avec Android pour Linux et ChromeOS pour ChromiumOS….

    Répondre
  • 1 février 2020 - 9 h 59 min

    Il faudrait que je trouve une distribution Linux avec Architecture 64 bits ARMv8.2-A

    Répondre
  • 1 février 2020 - 10 h 48 min

    @Mouve92: Pour quelle machine? quel soc?? car si il n’a pas une image toute faite, il va falloir que tu mettes les mains profondément dans le cambouis….
    https://www.debian.org/releases/stable/arm64/ch02s01.fr.html pour mieux comprendre.
    Sinon, si ta machine est dans la liste:
    https://archlinuxarm.org/platforms/armv8 ou https://archlinuxarm.org/about/downloads
    https://www.armbian.com/download/
    https://ubuntu.com/download/server/arm
    https://dietpi.com/
    et d’autres….
    Mais ce ne sera pas aussi facile qu’avec du x86, les soc ARM n’étant pas connus pour leur “ouverture”….

    Répondre
  • 1 février 2020 - 17 h 56 min

    @Madwill: Merci pour toutes ces infos.
    “Pour quelle machine? quel soc?”. Ma naïveté me faisait espérer utiliser un smartphone avec un soc Snapdragon 855+ avec 4 coeurs Cortex-A76 et 4 Cortex-A55. J’étais à côté de la plaque !

    Répondre
  • 2 février 2020 - 0 h 15 min

    Ce laptop serait intéressant si les développeurs, petits comme très gros, compilaient leur Apps pour ARM

    Sinon c’est émulation obligatoire, et des performances dignes d’un netbook de 2007 … C’est dommage car la machine correspond dans le concept au meilleur ultra portable jamais sorti, le Macbook 12″, mais avec un plus grand écran (mais pas Retina) et 2 ports USB-C, et encore et toujours un poids ultra light et une finesse “ultra”, le top de la mobilité donc

    Tant qu’on y a pas gouté, on ne peut pas comprendre

    Répondre
  • 2 février 2020 - 10 h 03 min

    @Pierre Lecourt: A t’on une idée de la durée du support Windows sur cette machine? je veux dire, cela se passe t’il comme pour Windows x86 (jusqu’à longtemps après la l’arrivée de la prochaine version) ou comme ChromeOS avec les ChromeBook (https://www.minimachines.net/actu/support-chromebooks-86263)…?

    @Mouve92: https://f-droid.org/fr/packages/tech.ula/ avec UserLand tu as la possibilité de t’essayer a du linux sur smartphone sans root mais tu verras….c’est vite saoulant le desktop sur un petit écran lol

    Répondre
  • Mez
    2 février 2020 - 10 h 51 min

    Il faut quand même aussi dire que maintenant sur un laptop Windows non gamer, la majorité des utilisateurs utilisent assez peu d’applis natives en dehors des navigateurs.

    Pour ma part hormis chrome je ne me rappelle pas du dernier logiciel ouvert, et je pense que beaucoup sont dans le même cas. Alors au final que l’essentiel de la logitheque soit émulée n’est pas si important que ça ( même si du coup, pas sur un engin a 1000e évidemment).

    Répondre
  • 2 février 2020 - 15 h 15 min

    Je ne suis pas sûr que le coté émulation blabla va boucher le ciel éternellement.

    Le vrai problème c’est d’inciter les développeurs à porter leurs logiciels pour le store de Microsoft, le store fournissant à l’utilisateur le logiciel compatible avec son matériel. C’est loin d’être infaisable. A condition que les dits développeurs arrêtent de vivoter avec des applis qui déjà sous Windows/Intel émulent elles-même des composants logiciels obsolètes.

    Oui avec des langages plus actuels on compile directement pour le store si on en a envie.

    L’enjeu pour Microsoft c’est d’aider les logiciels à se réformer, il en a les moyens mais pas forcément l’envie.

    Et finalement la rétro-compatibilité c’est aussi un boulet. Je vois au W des PC en I7/SSD/16GO qui rament pour lancer des machines virtuelles qui émulent de vieux OS qui font tourner des bases de données antiques… Allez jeter un œil à la formidable usine à gaz du cadastre français !

    Apple en son temps à donné un sacré coup de balais en changeant de processeurs et rendant obsolète toute sa logithèques pendant… 2 mois ? Après tous les développeurs ont portés leurs produits même si certains ont disparu.

    Et c’est tant mieux. L’informatique est comme ça, elle avance plutôt vers l’avant et franchement avec 40 ans de rétrocompatibilité, Ms a quand même tenu la barre assez longtemps.

    Le seul truc qui m’ennuie c’est de devoir un jour passer par le store pour tout, ce serait dangereux. Sauf si on peut installer localement des logiciels compilés pour ARM sans passer par lui.

    Finalement on se bat surtout pour la possibilité d’installer ce qu’on veut même si au bout du bout on utilise majoritairement les mêmes softs.

    Une idée de la liberté quoi…

    Répondre
  • 2 février 2020 - 18 h 35 min

    Je suis développeur. Pour rien au monde le store Microsoft.
    De moins en moins Microsoft et de plus en plus Linux.

    Répondre
  • 3 février 2020 - 15 h 23 min

    C’est très dommage que Canonical -entreprise linux- ne fonce pas dans l’ouverture laissée en s’associant à un constructeur ou en lançant soi-même une bonne machine compacte de ce genre et en la paramétrant aux petits oignons pour l’arm (ce qui est faisable sur une base linux et demanderait juste un peu de travail à leurs ingénieurs).
    Dès lors ils pourraient communiquer sur une machine de qualité, ouverte, avec un store très complet, une grosse économie et une puissance arm réellement utilisée.
    S’ils arrivent en plus à utiliser les capacités graphiques de la puce pour le jeu video etc Steam / vulkan, ils auraient amha une superbe machine à mettre en avant et qui en plus porterait linux vers de nouvelles trates. une forme de gagnant / gagnant mais qu’il faudrait appuyer par une très bonne communication.

    En même temps, c’est clairement ce qu’ils auraient voulu faire avec l’ubuntu phone et il y a sans doute ici une nouvelle porte d’entrée -bien meilleure- qui se profile.
    Un partenariat avec dell (qui utilise fréquemment du linux) serait clairement envisageable sur de telles machines très spécifiques… mais capables de devenir des bijoux matériels et logiciels avec un linux taillé pour.

    Répondre
  • 9 février 2020 - 17 h 31 min
  • 10 février 2020 - 8 h 44 min

    @Dadoo: associer Microsoft et liberté il faut en rire ou en pleurer?

    Répondre
  • 11 février 2020 - 22 h 59 min
  • 12 février 2020 - 7 h 25 min

    @pdbl: Ni l’un ni l’autre, vu que ce n’est pas ce qu’il a dit.

    Répondre
  • 22 mai 2020 - 14 h 46 min

    […] Galaxy Book S est sorti sous Snapdragon 8cx en début d’année après un petit retard à l’allumage puisqu’il était prévu pour Septembre. La machine […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *