Qualcomm travaille sur des puces de portables plus abordables

Avec le Snapdragon 8cx, Qualcomm va proposer à Lenovo une solution ARM pour construire un portable haut de gamme pour l’année prochaine. Mais la marque ne compte pas en, rester là et veut proposer des engins beaucoup, beaucoup plus abordables dans le futur.

Le souci actuel des solutions de PC sous processeur ARM Snapdragon de Qualcomm est leur positionnement tarifaire au regard de leurs performances. Difficile d’accepter de payer un engin au prix fort pour avoir en réalité un équivalent de ce que propose un produit entrée de gamme sous processeur Intel classique. L’arrivée des nouveaux Qualcomm Snapdragon 8cx ne devrait pas changer la donne outre mesure. Si ils promettent de meilleurs performances que les Snapdragon actuels, ils seront encore et toujours orientés sur le très haut de gamme.

2019-05-28 13_29_43-minimachines.net

Qualcomm veut donc proposer au marché des solution Snapdragon pour pouvoir construire des machines qui pourraient être vendues sous la barre très psychologique des 300$. Le concepteur de puces ARM veut pouvoir rivaliser avec Intel et AMD sur ce marché à tous les niveaux. Du portable entrée de gamme classique vers un intermédiaire situé dans les 800$ pour finir vers le très haut de gamme sur un segment d’ultraportables aux tarifs très élevés comme le “Project Limitless” entreprit avec Lenovo.

Pour se faire, Qualcomm va proposer dès l’année prochaine des puces développées pour se situer sur les différents segments du marché. Ce qui risque de ne pas être une mince affaire.

2018-10-29 14_18_14-minimachines.net

Aujourd’hui les puces Qualcomm Snapdragon 850 par exemple, intégrées dans des machines sous Windows 10 sous ARM, n’offrent au mieux que les résultats passables face à la concurrence x86 classique. Avec des applications du quotidien, en émulation x86, on peut voir des puces s’essouffler très rapidement dans des calculs qui paraissent démesurément longs. Ce billet qui revient en détails sur les performances du Samsung Galaxy Book 2 sous Snapdragon 850 éclaire suffisamment sur cette problématique pour ne pas revenir dessus trop longuement. Mais, pour tirer un portrait rapide de ce que propose le processeur, on a une solution à l’autonomie énorme (entre 15 et 20 heures promises par Samsung) mais aux performances très en retrait.

Pourquoi ? Le souci ne vient pas de la puce qui est très performante en elle même, mais parce qu’elle s’évertue à émuler du x86 pour faire tourner des applications Windows classique. Quand on utilise le processeur avec des applications optimisées sans passer par la case de l’émulation, les résultats sont excellents. Dès que l’émulation est enclenchée, les Snapdragons sont à des lieues des performances des puces Intel et AMD.

2018-12-07 18_22_32-minimachines.net

Comment imaginer alors que Qualcomm puisse proposer des puces moins chères qui soient d’un niveau acceptable en terme d’efficacité sous Windows 10 ? Si les ressources en performances les mènent au niveau d’un Celeron de base, la partie risque d’être difficile à jouer. Il reste également la possibilité d’ôter des éléments techniques à la solution. Plus de 4G, plus de support Quick Charge 4+, plus  de fonctions de gestion double écran, ou de PCI Express, plus de APTx et j’en passe. Mais alors quel serait l’intérêt des machines ? L’autonomie pure et dure en traitement de texte ? 

A moins que ? A moins que Qualcomm se décide de ne pas focaliser toute sa stratégie sur Windows et explore des alternatives. Avec ChromeOS, par exemple, les Snapdragons pourraient être redoutablement efficaces. La compatibilité du système de Google avec les applications Android pourrait en outre offrir une belle visibilité multimédia à ces puces. Tout en faisant baisser la facture d’un point de vue logiciel.

Il y a quelques années plusieurs constructeurs suggéraient la possibilité de propulser des systèmes Linux dans des machines de petit gabarit grâce à des puces ARM. Cette idée aurait toujours du sens aujourd’hui et je reste persuadé qu’un format ultraportable bien construit et très autonome pourrait avoir du succès chez Qualcomm indépendamment du fait qu’il soit livré sous Windows. 

ASUS NovaGo_TP370_5

Aujourd’hui, l’offre Qualcomm / Windows 10 a quasiment disparu des rayons en France. Les ventes ont été “anecdotiques”, ce qui est un joli mot pour ne pas dire catastrophique. L’engin le moins cher du lot, l’Asus Novago, a purement et simplement disparu du marché Français. Proposé à 699€ en France, ce portable sous Snapdragon 835 apportait des performances sous Windows inférieures à un processeur basique comme le Celeron N3450. Celeron qu’Asus emballait dans des engins beaucoup plus abordables en parallèle. Le même engin sous Linux ou ChromeOS aurait sans doute connu un sort bien meilleur. Le problème étant que sans l’appui de Microsoft pour le commercialiser, Asus aurait du assumer la totalité du marketing de sa distribution.

Sans Microsoft, pas de visibilité et pourtant, avec Windows à bord d’une de ces machines, l’attente du consommateur s’oriente toujours vers une solution compatible avec la logithèque existante du système d’exploitation. Logithèque qui passe forcément par une émulation x86 qui ne pourra jamais rivaliser avec une exécution directe d’un processeur natif x86 comme ceux d’AMD ou Intel. Le serpent se mord la queue. Seule solution viable à mon sens, s’appuyer sur ChromeOS ou… développer un système Linux à grands frais. Paris difficiles.

Sources : Winfuture et Myriam Joire Podcast via Liliputing

8 commentaires sur ce sujet.
  • 4 juin 2019 - 14 h 28 min

    Linux a le grand avantage de voir une grande partie de ses applications portées sur ARM,applications “type PC”, une belle carte a jouer avec ce genre de machines…a voir !!

    Répondre
  • 4 juin 2019 - 16 h 47 min

    Attention à la notion “abordable” surtout venant de Qualcomm.

    Je doute que les prix baissent avec Qualcomm.
    Intel comme AMD propose déjà des solutions abordables.
    Et ce n’est pas tant les APU qui coûtent cher. Il y a aussi le reste d’un PC portable qui influe sur le prix final de la machine.

    Répondre
  • 4 juin 2019 - 16 h 58 min

    PERSO ,je suis depuis plusieurs mois déjà (un an en août) séduit par la facilité de CHROME OS .
    De ce fait le changement de ma machine portable se fera certainement vers une autre machine sous CHROME OS .
    POUR L’AUTONOMIE ,il me semble évident que ARM est un choix intéressant encore qu’avec mon petit CHROMEBOOK ASUS j’ai encore une bonne dizaines d’heures de marche avec un petit processeur CELERON .

    Le choix d’une solution ARM serait intéressante si ce type de processeur disposait d’un bon GPU car la gestion de la 4G ou autres conneries dont je me servirait pas fait juste augmenter le prix .

    A CROIRE que pour faire du PC ARM il faut une puce de FOU alors qu’INTEL offre souvent un minimum Syndical a un prix permettant une machine d’entrée de GAMME CORRECTE .

    Répondre
  • 5 juin 2019 - 4 h 25 min

    existe il déjà sur le marché des portables passif sous chrome os offrant un encombrement réduit ( 10 heures) ?
    Je présume que ceci n’est possible qu’avec un processeur arm ?

    Répondre
  • 5 juin 2019 - 4 h 27 min

    Je voulais dire: encombrement réduit (inférieur a 13 pouces) et grande autonomie ( supérieureva 10h)

    Répondre
  • 5 juin 2019 - 11 h 18 min

    @ptitpaj: Un peu de patience: “Le choix d’une solution ARM serait intéressante si ce type de processeur disposait d’un bon GPU”.
    Samsung et AMD ont signé un partenariat pour mettre des GPU Radeon dans des smartphones avec la promesse de meilleures performances graphiques et d’une bonne efficacité énergétique. Ces GPU seront intégrés dans les puces Exynos en lieu et place des GPU ARM Mali qu’on retrouve actuellement dans les smartphones et tablettes Galaxy du constructeur coréen.
    .
    https://www.clubic.com/pro/entreprises/samsung/actualite-858942-samsung-fera-confiance-amd-puces-graphiques-prochains-galaxy.html

    Répondre
  • 6 juin 2019 - 9 h 39 min

    Quand on veut devenir un nouvel acteur dans un monde où seulement 2 “fabricants” existent (ok on peut parfois réduire à 1 dans le secteur des pc portables car AMD ne rivalise pas vraiment avec Intel), il vaut mieux, pour être ou devenir compétitif faire des efforts sur ses marges et les réduire drastiquement afin de commencer à exister (c’est à Qualcomm de sacrifier ses profits à mon humble avis afin de percer dans ce marché très verrouillé, et une fois installé, là ils pourront penser à marger de manière plus conséquente)
    Pour l’instant, je regarde, et j’observe ce “nouveau” simplement par curiosité parce que j’en entends parler.
    De là à être certain qu’ils réussissent, ceci est une autre histoire…
    On en reparle dans 2 ou 3 ans si vous voulez bien ;) ? Et on verra le chemin parcouru (parce qu’il y aura des réponses de la part d’Intel, à n’en pas douter, pour couper l’herbe sous le pied)

    Répondre
  • 6 juin 2019 - 9 h 59 min

    @Arnaud:
    Désolé de devoir te contredire,
    mais AMD rivalise techniquement avec Intel !

    Après AMD fait ensuite des “Bons” ou “Mauvais” choix stratégiques,
    mais il n’ont aucun problèmes pour pouvoir concurrencer Intel…

    Il manque à AMD des processeurs Ultra Basse consommation,
    des CPU ayant des TDP inférieurs à 7 Watts,
    mais ils savent les faire…
    Ce sont des choix par rapport à ce qu’AMD
    estime prioritaire ou pas !!!

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *