Le marché PC souffre de la pandémie et du confinement

Alors que la fin de l’année 2019 montrait des signes d’un retour de croissance sur le marché PC, l’arrivée de la pandémie de COVID-19 semble avoir marqué un coup d’arrêt à celle-ci.

Alors que la demande était en hausse pour le premier trimestre, les problématiques liées au Coronavirus et au confinement ont largement empêché le marché de fournir le matériel demandé. Les stocks habituellement anticipés pour faire face  à la baisse de production liée au nouvel an Chinois ont permis de limiter la pénurie à ses débuts. Mais, très rapidement, la demande n’a pas pu trouver son offre sur ce segment particulier.

vide
Stocks faibles, demande qui explose à cause des différents confinements, la moitié de la population mondiale enfermée chez elle… malgré une forte demande du secteur, le marché n’a pas réussi à faire face. Cela se traduit par une chute importante du marché qui décline de 8% au global sur le premier trimestre d’après l’analyste Canalys.

Plusieurs semaines après les vacances du nouvel an chinois, les usines chinoises sont restées fermées, ce qui a clairement posé un problème dans le stock des machines. Un stock qui fonctionne dans un flux de lots importants mais qui doit compenser un mode de commande et de livraison assez lent. Les demandes de chaque antenne locale étant fixées plusieurs mois à l’avance avant d’être complété suivant le succès de chaque machine. 

Le calendrier du COVID-19 s’embarrassant finalement assez peu de nos préoccupations personnelles, l’énorme demande du marché liée au confinement n’a pas rencontré le stock demandé. De nombreux particuliers ont découvert que finalement travailler sur un smartphone n’était pas si pratique. Des écoliers ont découvert que faire ses devoirs sur console n’était pas l’idéal et tenter de se reposer sur une tablette, aussi géniale soit t-elle, n’apportait pas le confort d’un trio écran-souris-clavier. Les entreprises françaises, championnes du monde du “on est agiles, on est prêt pour le télétravail” théorique ont enfin découvert la nature de leur infrastructure. Non seulement leur personnel n’avait pas forcément le materiel nécessaire pour télétravailler dans de bonnes conditions mais leurs serveurs internes n’était finalement pas si bien dimensionné. La demande de très nombreuses entreprises pour équiper leurs équipes et leur système a été massive… Sans que les professionnels puissent facilement y faire face.

Alors que le marché mondial aurait pu être en pleine croissance, l’absence d’un stock suffisant et d’un réassort complet a posé de gros problèmes. Les soucis d’acheminements ont également été de vrais freins techniques. Qu’il s’agisse de soucis de livraison des entrepôts des marchands vers les clients ou des grossistes vers les vendeurs, la circulation des machines reste complexe.

Canalys Newsroom

Comme le signale Canalys, cette chute des expeditions de PC est la plus importante depuis 2016. Alors que le marché allait mieux en fin d’année dernière, ce recul de 8% va probablement laisser des traces chez les différents acteurs.

Comme d’habitude le tableau reprend le même trio de tête chez les fabricants. On note qu’un seul est en progression et c’en est un assez particulier : Dell. La marque Américaine a sans doute profité d’un fonctionnement sans confinement plus long aux US et de son secteur très lié aux ventes aux professionnels. Beaucoup d’entreprises US ont anticipé la crise et acheté du materiel neuf pour pouvoir continuer a travailler même en période de confinement.

Canalys Newsroom

Le reste des acteurs est en décroissance. Lenovo chute de 4.4% sur ses expéditions par rapport au premier trimestre 2019. HP décroit de 13.8%, Apple de 21%, Acer de 12.6% et le reste du marché de 7.5%

Au global c’est donc une baisse de 8% sur ce premier trimestre 2020 par rapport à 2019 avec un total de 53 millions de machines expédiées contre 58 millions l’année passée. Ces chiffre ne prennent en compte que les PC. Portables et machines de bureau confondus, mais ne tiens pas compte des serveurs spécialisés. 

Canalys Newsroom

Il ne tiens pas non plus compte d’autres secteurs gravement touchés comme celui des imprimantes et des accessoires PC. Un petit tour dans les rayons – virtuels – des magasins en ligne français est assez éclairant. Le nombre de références d’imprimantes en stock est réduit à peau de chagrin, le prix de certains consommables a explosé et il est difficile de trouver un bon casque audio ou une seule webcam digne de ce nom en stock. ces outils servant au télétravail mais aussi de ^p^lus en plus a mieux vivre le confinement ont été littéralement pris d’assaut. 

La production a repris en Chine depuis plusieurs semaines maintenant mais si la demande reste forte la livraison demandera encore du temps. Une partie des commandes – les produits les plus chers – pourront être acheminées rapidement. Par avion la plupart du temps puisque la marge dégagée est suffisante pour l’absorber. Mais le gros des troupes circulera au mieux en train, avec un délai de 15 à 20 jours pour atteindre l’Europe, ou en bateau avec des délais grimpant à 2 mois… Le retour d’un stock à la normale pourrait donc être assez long. Car ce délai ne tiens pas compte de quelques autres problématiques et en particulier celles liées à notre propre confinement. Décider d’un suivi de stock quand toute la chaîne logistique et commerciale est grippée est délicat. 
Comment décider de quoi acheter avec aussi peu d’information ? Comment se positionner face à un calendrier de déconfinement mouvant ? Anticiper des demandes en trop grand nombre pourrait être dangereux si le déconfinement est annoncé plus tôt que prévu et que les entreprises ré-embauchent ? Comment être sûr que la chaîne logistique assumera ces commandes de masse à réception ? Que tous les rouages seront bien huilés ?

Canalys analyse les effets de cette pandémie à court terme jusqu’à la fin du second trimestre avec des effets de bords de cette première pandémie. L’analyste estime que les stocks seront limités voir inexistants au moins jusqu’à la moitié de ce nouveau trimestre et pourrait durer jusqu’à la fin de la période. Il est probable que d’autres effets suivent avec une baisse notable de nombreuses activités tertiaires et un repli important des investissements.

L’effet de cette pandémie sur le secteur informatique n’en est clairement qu’à ses débuts.

 

 

 

Soutenez Minimachines, partagez le !


Violet
13 commentaires sur ce sujet.
  • 14 avril 2020 - 12 h 51 min

    Ils n’ont pas voulu fermer les frontières pour l’économie… mais c’est vrai que maintenant que tout le monde est confiné chez soi l’économie semble mieux tourner.
    Et le pire c’est qu’ils ne semblent pas savoir comment sortir de cette situation.
    Pour l’instant ils se mettent la tête dans un trou et attendent que ça passe d’elle même. De temps en temps ils le sortent pour regarder ce que font leurs voisins et remettent leur tête dans le trou.
    Un bande d’incapable qui se dit diriger un pays.

    PS : Le marché du PC était déjà en berne bien avant cette épidémie avec des hausses de prix déraisonnable et une concentration des ressources/production qui n’aide pas.

    Répondre
  • 14 avril 2020 - 13 h 42 min

    Pierre : “et il est difficile de trouver un bon casque audio ou une seule webcam digne de ce nom en stock”

    Tu m’étonnes ! je voulais m’acheter un webcam logitech C270, réputée compatible avec ma shield, pour faire de la visio dans le salon. Et bam, plus de stocks nulle part, et des prix délirants pour ce qu’il reste…

    Bref, obligé de rester en audio ou d’utiliser une vieille philips avec mon portable (qui n’a évidemment pas de webcam intégrée, vu que je n’en avais jamais eu l’intérêt avant…).

    Le monde est “lollesque” en ce moment :)

    Répondre
  • 14 avril 2020 - 16 h 03 min

    Si le neuf pose des pb de disponibilité, les sites spécialisés dans l’occasion (dans l’immense majorité de machines gammes pro que les sociétés remplacent tous les 2 à 4 ans, vérifiées/nettoyées/réinstallées, ou reconditionnement constructeurs pour les plus récentes) restent achalandés. En prime, c’est le plus souvent des emplois occupé par des personnes ayant un handicap…

    laptopservice semble toujours fonctionner en ces temps confinés par exemple et il y a même des promos.

    Il y a moyen d’y acheter des machines OK niveau perf, ces dernières n’ayant pas été vraiment révolutionnées ces 5 dernières années, mieux construites et plus évolutives/réparables que les gammes grand-public, avec une garantie pour un prix réduit.

    Les vendeurs classiques et la grande distribution ont en effet été dévalisés dès l’annonce de la scolarité à la maison, matériel et périphériques compris. Il ne fait pas bon tomber en panne d’un simple micro-casque en ce moment.

    Répondre
  • 14 avril 2020 - 16 h 12 min

    @StarDreamer:
    J’ai dû ressortir la webcam de la PS3 (PS-Eye), qui a d’ailleurs un bon micro pour la conf et un capteur certes pas très défini comparé aux standards actuels mais avec par contre une bonne sensibilité en basse lumière.

    En ce moment, il faut faire avec ce qu’on a dans ses tiroirs!

    Répondre
  • 14 avril 2020 - 20 h 52 min

    Ça pourrait presque être amusant si ce n’était pas aussi dramatique mais je me souviens avoir été repris par quelques lecteurs pour mon exces de prudence voir même pour avoir été alarmiste ben voilà on y est. C’est pas une revanche mets 50 millions de Français c’est pas 50 millions docteurs.

    Répondre
  • 14 avril 2020 - 21 h 50 min

    @yann:
    L’été dernier, j’ai acheté un thinkpad 12 pouces d’occasion sur back market. Un pc de ~4 ans dans un état littéralement impeccable et bien plus mobile que mon vieux 17 pouces de 10 ans d’age. Même si niveau perf, c’est mieux mais pas la révolution, je ne regrette absolument pas l’achat. Le nouveau, je peux le trimbaler partout.
    Le seul truc à remplacer, c’est peut-être la dalle TN, pour une IPS. Mais on en trouve a foison chez ali. Comme toutes les pièces détachées d’ailleurs, c’est impressionnant.

    Répondre
  • 15 avril 2020 - 8 h 52 min

    @Dadoo: Oui et c’est normal. Excessivement prudent n’est pas un problème. Je me souviens même avoir écrit, en réaction contre un commentaire irrespectueux envers les “inquiets”, que l’inquiétude était légitime. Mais alarmiste consiste à “gonfler” le danger sans argument. Il est normal que l’absence d’argument soit soulevé comme un problème.

    S’il y avait eu des raisons de penser que les statistiques chinoises étaient largement sous-évaluées, comme on le soupçonne maintenant au vu des commandes d’urnes funéraires entre autre (selon des journalistes belges et français), la discussion aurait sans doute été autre.

    Avoir raison par hasard n’est pas avoir raison (par étymologie du terme “raison”). Mais je reconnais pour ma part m’être trompé quand à la gravité de cette maladie. Ceci dit je referai la même “erreur” à l’avenir : je ne tiendrai compte que de données établies parce que chacun est libre de vivre dans la peur ou non.

    Sans doute un reliquat du fait que l’on m’ait servi, au cours des cinq dernières décennies, des dizaines (voir des centaines) de fins du monde qui ont fait pschit !

    Répondre
  • 15 avril 2020 - 12 h 54 min

    Et pourtant, face à l’apathie et le déni, la réaction inversement proportionnelle qu’on appelle alarmiste est parfois le seul moyen d’ouvrir les yeux de force. Il y a eu tellement de tentatives de minimiser les faits et en plus ca va dans le sens du public qui a peur d’avoir peur.

    Le fait que 10 fins du monde aient avorté ne doit pas faire oublier, comme l’écrivait Gotlib dans fluide glacial que “sur 10 délires paranoïaques, il y en a toujours un de vrai !” :)

    C’était celui-ci.

    Répondre
  • 15 avril 2020 - 16 h 21 min

    @Dadoo: Pour l’instant et jusqu’à preuve du contraire, ce n’est pas encore la fin du monde.

    Un exemple de côté contre productif de la panique. S’il n’y a pas assez de masques en stock, il vaut mieux que ceux disponibles soient portés par les malades plutôt que par les bien-portant ; car il est efficace pour arrêter les postillons des premiers alors que pour les seconds c’est un moyen de protection imparfait.

    Et bien début mars je me rend dans différentes pharmacies pour acheter quelques masques pour ma fille malade avec très forte présomption de covid-19 (pas de test systématique à l’époque). Pas moyen d’en trouver parce que des gens paniqués mais pas malades ont vidé les stocks. Je passe sur le reste des ruptures de stock qui ont privé des gens qui avaient réellement besoin de certains produits au profit de gens qui ont surstockés dans un délire paranoïaque.

    Une partie des problèmes de cette épidémie est venue d’un sentiment de panique provoqué par des gens qui ont exagéré le danger que courrait chacun. Dans bien des cas pour des raisons d’audience.

    Encore maintenant cela continue : des communes arrosent leurs trottoirs d’eau de javel. Pourquoi ? Mystère, puisque l’on a aucune donnée qui pourrait aller dans le sens d’un danger avec un trottoir contaminé. Par contre, la pollution que cela va provoquer, elle, est connue.

    Maintenant, si tu as un bébé en bas âge qui se traine sur le sol, il vaut mieux ne pas laisser trainer tes chaussures à sa portée en rentrant chez toi. Mais ça, c’est tout le temps. Pas seulement en ce moment.

    Bref, des messages trop alarmistes empêchent de développer sereinement un esprit critique. Je leur préfère l’éducation par la mise à disposition des données et leur vulgarisation. De toute façon la France n’a pas cessé de puis quarante ans au moins de diminuer les moyens de son système éducatif et de son système de santé. Nous ne les rattraperons pas en quelques semaines.

    Cela ne m’empêche pas d’apprécier que justement les lecteurs ici on des points de vue différents et en débattent. Cela oblige à vérifier son propre avis. Je me souviens d’une discussion sur les lasers (je crois d’ailleurs que c’est toi qui l’avait initialisée) qui m’a beaucoup appris et changé ma façon de voir sur le sujet.

    Répondre
  • 16 avril 2020 - 16 h 43 min

    […] Il sera toujours temps d’observer le comportement de TopAchat dans quelques trimestres même si la situation risque d’être compliquée a analyser dans un premier temps. Les soubresauts du marché liés à la pandémie vont largement brouiller les pistes pour les trimes…. […]

  • 16 avril 2020 - 22 h 36 min

    @Dadoo: Ouais enfin ce virus est surtotu dangereux pour les personnes vulnérables du à des problèmes de santé. Le covid 19 reste un virus insignifiant, mais nous vivons une époque avec beaucoup de mouvements de population avec la mondialisation et nous n’avons plus trop l’habitude de faire face nous mêmes à des catastrophes naturelles. Pour la majorité d’entre nous cela concerne le type à la tv qui a perdu sa maison suite à des inondations en France, ou des cataclysmes bien pire à l’étranger. Et même ici avec le covid 19, beaucoup de français ne se sentent pas concernés, on le voit avec le respect des règles de sécurité. Donc le ton alarmiste fait toujours sourire avec le covid 19, ou on agit avant tout par mesure de précautions, ses morts sont une tragédie pour les proches ds victimes mais c’est une goutte d’eau.

    Par contre on peut espérer une certaine prise de conscience des gouvernements, pour une fois dans leur vie ses privilégiés sont à la même enseigne que le bas peuple. Un bon service de santé, un bon système éducatif et tout le reste sont essentiel pour un développement économique sain d’un pays, cette politique d’austérité n’a fait qu’enfoncer la France depuis le début. Mais bon je doute qu’ils comprennent tout, pas sur qu’ils vont vraiment remettre en france la production de biens essentiels, et re-nationaliser une partie des services qu’ils se sont acharnés à vendre à bas prix…

    Répondre
  • 17 avril 2020 - 10 h 01 min

    Je crois qu’il est encore un peu tôt pour avoir des avis tranchés chaque jour nous amène une nouvelle connaissance du virus et des choses qui étaient allez largement exagéré es semblent se confirmer. Cela m’ennuie d’ailleurs beaucoup que l’information commence par la rumeur et soit valide et ensuite du coup ben je crois plus rien quoi. J’imprime des masques ça m’occupe

    Répondre
  • 5 mai 2020 - 15 h 33 min

    […] étapes et différents moments. Les ventes sont en baisse, la production est compliquée, le marché va mal. 2020 ne semble pas vraiment le bon moment pour lancer des nouveautés. Au contraire, de nombreux […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *