Intel Nuc Skull Canyon : Lancement en mai du NUC Gaming

Alors que la plupart des fabricants font grossir leurs machines pour les adapter à des performances de jeu, Intel reste fidèle à son idée de base et annonce son NUC Skull Canyon. Un minuscule PC équipé d’une puce Skylake mobile haut de gamme.

On l’a vu avec Gigabyte et son Brix Skylake et Zotac avec son Magnus EN980, les MiniPC à destination des joueurs prennent de l’embonpoint. Intel, quant à lui, reste sur sa ligne avec une nouveauté très attendue qui proposera une alternative intéressante.

Nuc Skull Canyon

Le NUC Skull Canyon, une offre impressionnante

Ce Nuc Skull Canyon NUC6i7KYK est prévu pour le mois de mai et sera très bien équipé : Sa base sera un processeur Intel Core i7-6770HQ. Une puce très haut de gamme du marché mobile qui cache sous 45 Watts de TDP, quatre coeurs et huit threads cadencés de 2.6 à 3.5 GHz. Il embarque 6 Mo de mémoire cache. Cette solution est accompagnée d’un circuit graphique Iris Pro 580 cadencé de 350 à 950 MHz avec 72 unités et 128 Mo d’eDram. Cette puce est facturée seule 434$ par le fondeur et cela explique en grande partie le prix du produit. La machine proposera deux emplacements So-Dimm de DDR4 pour un maximum de 32 Go de mémoire vive à 2133 MHz+.

Nuc Skull Canyon

Les principaux atouts du NUC Skull Canyon

La combinaison est redoutable d’un point de vue calcul et les dernières avancées d’Intel en terme de chipset graphique permettent désormais de faire tourner beaucoup de titres 3D récents dans de très bonnes conditions. Mais une des grande force de ce Nuc Skull Canyon sera dans sa capacité à utiliser une carte graphique externe.

Intel vise une clientèle de joueurs, une catégorie de clients friands de performances et d’évolutivité. Tout puissant qu’il soit, le chipset Iris Pro 580 proposé, ne sera pas suffisant pour satisfaire toutes les envies d’un joueur chevronné. Intel a trouvé la parade en proposant de relier son boitier Skull Canyon à une carte externe grâce à un port Thunderbolt 3 au format USB Type-C. Le boitier de base pourra ainsi profiter d’un système graphique externe.

Nuc Skull Canyon

Le boitier de base proposant deux sorties vidéo, une en HDMI 2.0 et l’autre en Mini DisplayPort 1.3, bénéficiera alors de la puissance combinée de la partie graphique et du Core intégré au Nuc.

Le reste de la machine est fidèle aux habitudes d’Intel : Deux modules M.2 pour le stockage, un chipset WiFi à la norme 802.11ac proposant également du Bluetooth 4.2 et un Ethernet Gigabit.

Les connecteurs sont peu nombreux mais suffisants : Lecteur de cartes SDXC, quatre USB 3.0 plein format, toujours la présence d’un port infra-rouge et des connecteurs casque et micro.

Nuc Skull Canyon

Le format évolue  en douceur

Si il reste compact, le NUC Skull Canyon évolue également dans son format. Fini l’habituel bloc aux côtés de même longueur, le boitier est plus large que long et évoque un format de TV-Box : 21,6 cm de large, 11,6 cm de profondeur et 2,3 cm d’épaisseur. Cela reste extrêmement compact, surtout au vu de son équipement. L’alimentation est évidemment externe, il s’agira d’un modèle 19 V proposant 120 Watts à la solution.

Nouveaux NUC

Le format NUC traditionel

Intel reste également fidèle à son idée de personnalisation des NUC. Si Skull Canyon est plus large, il sera également proposé avec un système de coque interchangeable : Deux seront livrées par défaut. La première sera ornée du crâne de la gamme, l’autre sera neutre et plus passe partout. Mais libre à vous d’en imprimer un troisième avec un dispositif d’impression 3D ou d’acheter une éventuelle coque supplémentaire qu’un accessoiriste pourrait personnaliser. On imagine aisément l’intérêt de ce dispositif pour certains éditeurs voulant proposer des coques sous licences de films ou de jeux.

Les coques pourront accéder à un brochage USB interne au NUC, ce qui rendra encore une fois possible l’ajout de fonctions supplémentaires à celles-ci : Lecteur de cartes supplémentaire, module NFC, chargement sans fil ou tuner TV. Il faudra toutefois veiller à ne pas contrecarrer la dissipation nécessaire au processeur intégré. A noter d’ailleurs que la marque proposera un système de fixation VESA pour monter l’engin derrière un écran, une idée qui peut avoir un effet bénéfique sur la circulation de l’air au sein du châssis.

Nuc Skull Canyon

Un tarif tout compris assez élevé

Le tarif de l’ensemble risque de faire assez mal, nue, la version de ce Nuc sera proposée dès le mois de mai à 650$ outre Atlantique. Un prix élevé pour une machine qu’il faudra équiper de manière cohérente. Lui glisser 4 Go de DDR4 n’a aucun sens pas plus qu’elle ne se satisfera d’un petit SSD au rabais. Comptez au minimum 16 Go de DDR4 et 256 Go de SSD pour un ensemble homogène… et pas donné puisque dans ces conditions l’engin sera probablement juste sous les 1000$.

Des dollars qui se transformeront probablement en euros en Europe, les prix annoncés étant vraisemblablement hors taxes, ils seront du même acabit sur le vieux continent. Un tarif élevé qui fait réfléchir à la destination de la machine. Si ses possibilités sont, à priori, exceptionnelles en terme de performances par rapport à la taille de l’objet, il n’est pas dit que le public de joueurs soit prêt à ce type de sacrifice. D’autant qu’il faudra rajouter une carte graphique externe supplémentaire pour en profiter pleinement. Faute de concurrence réelle, ce type de carte est pour le moment annoncé autour de 500$.

Si l’idée est de conserver un maximum de place, l’offre est évidemment sans pareille mais si l’objectif est juste de jouer au salon, une solution de tour MiniITX déportée en streaming et peut être plus cohérente pour le moment. La note sera moins salée, la machine plus évolutive et les performances seront les mêmes à l’écran.

Asus Zenbook UX305FA-FC049T

Le NUC Skull Canyon est une excellente nouvelle.

L’arrivée de cette gamme est une très bonne nouvelle, d’abord parce que cela confirme l’intérêt de la marque pour le format au contraire des autres constructeurs ayant tendance à s’égarer vers des formats de plus en plus encombrants. La solution consistant à déporter la partie graphique est très bonne et la présence d’Intel sur  ce segment est la meilleure chose qu’il pouvait arriver.

Ce que permettra en mai ce Nuc Skull Canyon, à savoir déporter un chipset graphique vers l’extérieur grâce à la norme USB 3.1, devrait avoir un impact sur le marché. Plus de constructeurs de solutions graphiques vont s’intéresser à ce phénomène et des concepteurs d’accessoires pourraient décider de fabriquer des boîtiers externes capables d’accueillir une carte graphique standard.

Minimachines.net 2015-08-24 12_45_05

Mais ce sont les fabricants de portables qui pourraient également faire boule de neige et rendre l’idée d’un chipset graphique externe grand public. Si la solution Nuc Skull Canyon parait un peu hors de portée au niveau investissement, c’est avant tout parce que son usage est limité à un seul engin. Mais si on pouvait brancher la partie graphique externe soit sur le NUC soit sur portable en mode sédentaire, l’investissement serait évidemment plus rapidement rentabilisé.

Minimachines.net 2015-08-24 12_37_54

Une des conquêtes probables du marché dans les années à venir est probablement à chercher de ce côté là. L’apparition de cartes graphiques externes va bouleverser le paysage des machines mobiles en leur offrant la possibilité de se transformer en machines très performantes en mode sédentaire. Un ultrabook classique, bien équipé au niveau processeur pourra ainsi devenir une vraie bête de course accrochée à un boitier externe de retour à un bureau. Pour jouer mais aussi pour travailler.

 

26 commentaires sur ce sujet.
  • 17 mars 2016 - 10 h 31 min

    On voit à quel point il y a un marché naissance pour des PC de jeux de salon avec des formats qui rappelle les consoles. Ce NUC est surtout là pour inspirer les OEM et autres marques. Au delà des cartes graphiques externes, qui ont leur intérêt dans un second temps, on peut imaginer des PC/console avec des GPU mobiles issus des ordinateurs portables comme les GeForce 960M ou 970M. Finalement des laptops mais sans l’écran et la batterie. Tout ça est à inscrire dans la dynamique des Alienware Alpha, Zotac Zbox NV970, etc. Et avec le rapprochement Windows 10/Xbox et l’arrivée des gros jeux Microsoft sur Windows 10, ce marché est plein de potentiel. Les consoles, elles, devenant des offres entrée de gamme. Finalement, Microsoft va réussir là où Valve semble échouer à démocratiser ses Steam Machine, faute du soutien des éditeurs tiers avec leurs gros jeux AAA.

    Répondre
  • 17 mars 2016 - 10 h 49 min

    @Pote: Autant je partage votre avis pour le PC portable sans écran (je ne comprends pas pourquoi ça n’existe pas encore alors que le jeu PC est en plein boom depuis plusieurs années, et que l’on a pleins d’interface pour le branché à sa TV), autant je ne suis pas d’accord sur Microsoft et Windows 10. En arpentant les forums, je vois beaucoup de joueur mécontent de ce que fais MS avec le store et les jeux blindés de DRM (bizarrement, ils ne sont pas aussi vindicatif contre Valve et Steam). On verra.
    Et pour les Steam Machine, laissez leur le temps, ça ne fait même pas 6 mois qu’elles sont sorties, et l’offre est, pour l’instant, assez bancale (le GPU est souvent pourris).

    Pour revenir à la news, hâte de voir ce que va donner ce nouveau Iris. Avec Intel, entre ce qui est dit et ce que l’on constate, il y a souvent un gouffre.

    Répondre
  • 17 mars 2016 - 11 h 00 min

    “Un module M.2 pour le stockage en SATA3” -> Il y a 2 modules M.2 ! :)
    Ça fait rêver en tout cas.

    Répondre
  • 17 mars 2016 - 11 h 08 min

    Il existe aussi une clientèle désireuse d’acheter un mini-PC moyen/haut de gamme, mais généraliste car ils ne jouent que 2-3 ou 4 fois dans l’année mais désirent le faire dans des conditions relativement confortables.
    Pour ces personnes, c’est la taille de l’engin & la chaleur/consommation dégagée (-D qui font la différence. Il ne faut pas essentiellement se focaliser sur la partie “gaming”.
    Perso je ne suis pas geek et je change rarement de matos, mais lorsque je le fais, j’aime acheter un produit équilibré et suffisamment performant (j’en suis encore au Core2Duo pour mon fixe, le portable étant un Core i3).
    Avec un SSD 256 Mo (mais que 8 Go de Ram), ce peut être la solution.
    Je pourrais me débarrasser de toutes mes saloperies, et ne plus considérer mon bureau comme une casse-PC (avec du fil, du bruit, de l’embonpoint, de la poussière à volonté).

    Répondre
  • 17 mars 2016 - 11 h 28 min

    Je suis un peu comme Pote et Thera : je ne comprends pas qu’aujourd’hui il n’y ai pas tout simplement des portables (de jeux) sans écrans, à la limite avec juste une batterie modeste pour faire office de simili onduleur. Là, ce n’est pas un problème de technologie existante, c’est juste une frilosité et/ou un manque d’imagination de nos chers constructeurs.

    Tant mieux si Intel s’engouffre dans la brèche ;-) cela va, peut-être, secouer un peu le cocotier.

    Répondre
  • 17 mars 2016 - 11 h 40 min

    Attendez , intel envisage la possibilité d’avoir une cg externe en thunderbolt 3 ?

    Ca veut dire qu’ils auront leur propre boitier non ?

    Hâte de voir cette bataille =p

    Répondre
  • 17 mars 2016 - 11 h 43 min

    @Clark: Oui mais dans ce cas là les NUC classiques en Skylake sont suffisant non ?

    Répondre
  • 17 mars 2016 - 12 h 08 min

    […] d’annoncer son nouveau Razer Blade 2016 compatible avec ce type de solution, Intel lance son Nuc Skull Canyon lui aussi conçu pour employer un chipset graphique déporté et dans la foulée voilà un premier […]

  • 17 mars 2016 - 13 h 36 min

    @Pierre Lecourt:
    Pas vraiment car si tu veux pouvoir jouer au 3/4 des jeux de dernière génération (avec une gestion raisonnable des graph’), mais aussi encoder rapidement, réaliser du montage ou des graphismes avec une palanquée de filtres, des rasters pour des cartes sans mettre 1 minute pour zoomer : avec leur proc. U et leur GTX M …
    Enfin, en bénéficiant d’un minimum de confort ( et une petite marge de puissance), avec en plus la taille, le silence, et la consommation…

    Répondre
  • 17 mars 2016 - 13 h 39 min

    … oubli : à part le Zotac Nen et un autre…

    Répondre
  • 17 mars 2016 - 13 h 41 min

    @Mxte29Fr:
    Et un Zotac que tu peux insérer dans la poche d’un jean, ce n’est pas un portable ? (;D
    Un mini clavier-souris et hop !

    Répondre
  • 17 mars 2016 - 14 h 12 min

    Mmh même avec autant d’unités de calculs, ce ne sera pas suffisant pour jouer aux jeux actuels (2015/2016) convenablement, et surtout pas à l’avenir. Alors du coup, oui, il faudra ajouter une carte vidéo externe. Mais dans ce cas là, indispensable donc à tout gamer qui se respecte, à quoi ça sert d’avoir un tel chipset graphique interne ?
    Ben à rien ;)

    Répondre
  • 17 mars 2016 - 14 h 15 min

    M2 limité au SATA 3!
    Si c’est vrai, c’est une réelle déception pour un produit de cette qualité. Le support du NVMe me semble indispensable pour avoir un bon ssd.
    Pour info, les cartes WiFi d’intel sont également en M2 maintenant, ce qui peut expliquer la présence du second port à site format.

    Répondre
  • 17 mars 2016 - 14 h 19 min

    @Clark: J’au tendance a plutôt orienter ce type de besoin vers du MiniITX. Ce n’est pas forcément plus encombrant sous un bureau, cela permet une belle évolutivité et offre un meilleur ratio perfs/prix.

    Après je suis conscient que certains préfèrent la solution la plus compacte possible, mais alors il faut vraiment accepter de payer le prix. Comme avec le Fanless par exemple.

    Répondre
  • 17 mars 2016 - 14 h 43 min

    @Gartux>”M2 limité au SATA 3″

    Non, le NVMe est supporté :

    “Key Features:

    Support for dual M.2 slots for SATA3/PCIe x4 Gen3 NVMe/AHCI SSDs
    …”

    Et une puce Wifi (AC 8260) est déjà présente.

    “La news”>
    Je n’ai pas compris pourquoi une photo de l’UX305 ASUS est présente dans l’article.

    Répondre
  • 17 mars 2016 - 14 h 53 min

    @Prez:
    De façon “raisonnable”, hein !
    Et moi, c’est en gros la période 2008-2014/15 (du 1er Max Payne – je n’irai pas jusqu’au 1er Prince of Persia – au dernier mod pour Half-Life2) : il y a vraiment trop de zombies et de persos qui ne ressemblent à rien dans leurs fps, désormais ;-)
    Le vrai gamer change de bécane (et donc de cg) tous les 2 ans max (il se pose moins de questions), le généraliste-joueur peut durer plus de 5 ans mais ne s’obstine pas s’il désire faire tourner un jeu que sa config’ vomit. C’est en gros la différence.

    @Pierre Lecourt Je suis d’accord avec toi, je suis plutôt focalisé sur les mini-ITX. L’embonpoint reste très raisonnable, les composant peuvent être performants et le silence de mise, on peut aussi tirer sur le prix.

    Pour les histoires d’évolutivité, il faut admettre qu’une majorité d’acheteurs se posent moins de question qu’autrefois. Ils privilégient l’achat d’une unité complète, et le fait de mettre les paluches dans les câbles & cie les dépriment.
    … moins fan de Lego ou de Meccano, quoi : ils veulent profiter dans l’instant sans soucis :-)

    Répondre
  • 17 mars 2016 - 15 h 31 min

    @Clark: Oui, quand un constructeur me dit qu’il fournit des portables Gamer à des joueurs pro dont un l’appelle à 2H du mat’ parce que son PC a planté alors que ce n’est qu’une pauvre histoire de mise à jour, je me dit que cette génératio n’a rien à voir avec les valeureux guerriers du Autoexec.bet et Config.sys que certains ont été. Est-ce un mal ? Non… Mais une certaine liberté se perd.

    @S.M. Eisenstein: Par rapport à la conclusion du billet. La prochaine génération d’ ultrabook aura peut être la possibilité de se transformer en machine de jeu en mode sédentaire…

    Répondre
  • 17 mars 2016 - 17 h 35 min

    Non seulement il y a effectivement 2 M.2, mais ils sont surtout compatible NVMe / AHCI…

    Répondre
  • 17 mars 2016 - 19 h 59 min

    @Gartux:

    Désolé, je n’avais pas les images ce midi au boulot. C’est bien du NVMe alors il faut directement investir dans un Samsung 950 Pro.

    Répondre
  • 18 mars 2016 - 7 h 05 min

    pour avoir recemment regardé les prix, je ne trouve pas que cela revient forcement moins cher a faire son pc soi meme.

    Ce n’est pas non plus une question de vouloir profiter tout de suite, les usages ont evolués, on fait plus de trucs et se sert d’un ordi d’avantage. t’as pas forcement le temps d’attendre que ton magasin te livre les pieces ou pas parce que t’as trouvé un endroit moins cher.

    on n’a pas besoin de changer tout le temps aussi, la course a l’armement des années 2000 c’est fini.

    Répondre
  • 18 mars 2016 - 7 h 06 min

    j’oublie ma question du coup, comment ce pc se positionne til face aux steambox, comme le zotac nen, ou l’alienware alpha ? l’idée qu’un igp intel ne suffit pas est elle revolue

    Répondre
  • 18 mars 2016 - 9 h 05 min

    @Kiwi:
    Ce n’était pas une critique négative, moi-même je ne m’amuse plus trop à assembler des composants de mes bécanes. Il y a déjà suffisamment à faire avec les systèmes ;-)

    Pour répondre à ta question, je pense que le Zotac Nen ou EN860 paraissent plus costauds. Par contre (à voir en réel), il me semble que la solution pour le refroidissement me parait plus viable dans le Skull, même si le proc’ de ce dernier est plus puissant (cf. les jeux CPU-dépendant).
    Viens alors les interrogations très personnelles : est-ce nécessaire pour ce que je désire en faire ?

    Répondre
  • 18 mars 2016 - 11 h 35 min

    Très bonne analyse. J’ai le même avis que toi sur le futur : des perf déportées et un double marché ultrabook performant / cartes déportées qui pourraient se démocratiser.

    J’attendais ça déjà à l’époque de l’Acer Ferrari et sa carte graphique externe Radeon HD4670 !

    Répondre
  • Cid
    18 mars 2016 - 14 h 38 min

    @Pierre Lecourt: ” les valeureux guerriers du Autoexec.bet et Config.sys que certains ont été.”
    Présent ! Aux petits oignons pour tirer un max de la mémoire dispo ! Aujourd’hui je lance un jeu en “tout par défaut” ou “optimisation automatique”
    On vieillit…

    Répondre
  • 30 mars 2016 - 10 h 39 min

    C’est quand même très cher pour une machine qui peinera à faire tourner The Witcher 3 en Medium.

    Mais ça montre de quoi Intel est capable en matière de chipsets graphiques, et cela esquisse les performances des futures générations de puces Nvidia et AMD : caser les performances d’une gt 740/r7 250 en 72 unités de calcul et 45W de conso pour le couple CPU+iGPU là ou Nvidia et AMD ont besoin de respectivement 384 et 512 unités de calcul et de 65W pour la carte graphique seule…

    Pourquoi Intel ne se lance t-il pas sur le marché des cartes graphiques seules déjà ? Ils pourraient écraser Nvidia et AMD en proposant une solution graphique externe à base d’une puce en 14nm et 300/500 unités de calcul..

    Au lieu de ça on va attendre 5 ans que les 2 acteurs du marché rentabilisent le 14/16nm avant de nous proposer des puces réellement intéressantes.

    Bel article, comme toujours.

    Répondre
  • 5 avril 2016 - 11 h 43 min

    […] Pour plus d’infos sur la machine vous pouvez retrouver sa présentation ici. […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *