NUC Compute Element : Intel n’abandonne pas son Compute Card

Sorti par la porte, il rentre par la fenêtre. Avec son NUC Compute Element, Intel reprend son concept de Compute Card officiellement abandonné il y a peu. Il en modifie simplement le format.

Intel annonce le NUC Compute Element, une solution ultra compacte qui contient tous les éléments de base d’un ordinateur classique : Processeur, mémoire vive et stockage. Ce minuscule boitier existait déjà avec le Compute Card, Intel le reprend dans une solution qui pourra s’intégrer directement sur une carte mère. 

Minimachines.net

L’Intel compute Card

Intel passe du Compute Card qu’on insérait dans un lecteur pour transporter facilement le coeur de son PC à une solution sur slot, comme de la mémoire vive ou un stockage. L’idée est de proposer une mise à jour facile de sa machine et non plus de la balader d’un poste à un autre. En devenant un composant, le NUC Compute Element change de statut et permet à la marque d’être autonome. De ne pas compter sur des partenaires pour exister.

Le Compute Card a échoué commercialement faute de solutions compatibles. Avec des écrans, des lecteurs, des boîtiers ou même des portables équipés de solutions qui auraient permis de glisser sa solution, le système d’Intel aurait trouvé sa place dans l’écosystème. Sans développements matériels autour de ce concept, Intel, aussi puissant soit-il, a dû abandonner son idée.

Minimachines.net

Un dock “lecteur” de Compute Card

Avec le NUC Compute Element, la donne change car la marque peut désormais proposer un matériel complet et économique a intégrer. Des portables engins vendus comme des solutions normales mais que tout un chacun pourra facilement faire évoluer en changeant un seul et unique composant. Vous achetez un ordinateur portable classique avec 8 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage en plus d’un emplacement 2.5″ accessible. Deux ans plus tard, une mise à jour vous permet de le passer en une version plus performante, d’améliorer le processeur, d’augmenter sa mémoire vive et de disposer d’un stockage de base plus important. Tout cela au prix d’une seule et rapide modification physique en soulevant une trappe.

2019-05-29 18_15_17-minimachines.net

Le NUC Compute Element pourra embarquer des processeurs mobiles de huitième génération en Core i3 ou i5 ainsi que des processeurs Pentium Gold ou Celeron. On peut imaginer que dans le futur, au fur et a mesure que les composants baisseront en prix et en consommation, ce type de format pourra abriter de plus en plus de fonctions et de performances.

2019-05-29 16_07_32-minimachines.net

Dans un NUC actuellement, seule la mémoire vive, la carte Wifi et le stockage sont accessibles.

Reste plus qu’a espérer que le marché suive la démarche d’Intel cette fois-ci. Le passage du Compute Card au NUC Compute Element est un signe. Bien qu’ils aient été développés par la même équipe chez Intel, les deux entités ont toujours été séparées. Les Compute Card ne faisaient pas référence aux NUC. Ce changement d’appellation peut être interprété comme un avertissement aux autres fabricants. Intéressez vous un peu à moi, sinon je risque de me passer de vous. 

Intel Classmate 3

Intel Classmate 3

Intel a construit, ou plutôt fait construire, des netbooks dans le passé par exemple avec ses Classmate. Il lui serait tout à fait possible de proposer des machines portables équipées de ce type de solution d’évolution et de les vendre en son nom. Tout comme il lui serait possible de proposer des NUC avec cet équipement.

8 commentaires sur ce sujet.
  • 29 mai 2019 - 17 h 40 min

    Si Intel change de format suite à un échec et s’y tiens avec quelques générations de visibilité, pourquoi pas. Mais s’ils nous refont le coup des processeurs upgradables… mais avec un socket qui évolue à chaque génération… et a sans doute participé à tuer l’intérêt du PC fixe?

    C’est qu’a se chercher autour de concepts mal définis d’entrée (et vont devoir évoluer trop souvent), sans avoir cherché un support de partenaires en amont… pour planter brutalement l’affaire 2 ans après et faire boire le bouillon à ceux qui avaient suivi… on gagne une réputation pas forcément très glorieuse.

    S’il y a un point positif à entrevoir à la guerre Chine/USA actuelle autour de Huawei, c’est d’accélérer la disparition de boites en voie de dinosaurisation absolument incapables de sortir de leur monde…

    Répondre
  • 29 mai 2019 - 18 h 46 min

    On approche enfin de la solution finale qui sera surement le smartphone qui fera office de CPU pour l’ordinateur de bureau qui sera juste un écran passif et un clavier/souris ou pad.

    Mais pour le moment il ne faut pas tuer la poule aux oeufs d’or… et permettre à Intel et Microsoft de continuer à travailler main dans la main pour suivre la magnifique loi (marketing) de Moore qui pousse les utilisateurs à changer régulièrement de PC.

    Répondre
  • 29 mai 2019 - 20 h 41 min

    A freiner l’évolution, à être réfractaire et réfréner toute velléité de changements, on risque toujours une bonne vieille révolution.

    Répondre
  • J
    30 mai 2019 - 0 h 40 min

    le concept m’échappe: pour accueillir cette carte, il faudra une carte (une sorte de fond de panier amélioré) qui porte le connecteur kivabien, ceux pour les barrettes de RAM, les M2, les SSD, sans parler des prises vers l’extérieur et la glu associée. Carte (+boitier, alim…) que quelqu’un devra concevoir et fabriquer: en quoi Intel devient-il alors moins dépendant de partenaires que lorsqu’il proposait son Compute Module?

    Répondre
  • 30 mai 2019 - 0 h 52 min

    @J: non. Le Compute Card (lien dans le billet) embarquait déjà CPU + Chipset + Wifi + RAM + stockage. Ici ce sera la même chose.

    Pas besoin d’ajouter des slots SoDIMM, un SSD ou autre même si cela reste possible. On peut imaginer un PC autour de cette solution unique ou penser a des options de RAM/Stockage ou autre supplémentaire. Dans un portable on pourrait parfaitement changer toute la partie logique avec un changement de compute element.

    Passer d’un Celeron 4/128Go en wifi5 à un Core i5 8/256Go en Wifi6 en remplaçant cet unique élément. Pour Intel construire un NUC de ce type serait facile. Fabriquer un portable serait juste une décision à prendre.

    Répondre
  • 30 mai 2019 - 1 h 31 min

    Si le Compute Card avait échoué, n’était-ce pas parce que les constructeurs ne voyaient d’un bon œil le fait de ne pas pouvoir renouveler leur matériels à cause de l’évolutivité du Compute Card ?
    Ce NUC Compute Element, n’est-ce pas se confronter au même problème mais reformulé différemment ?

    Répondre
  • 30 mai 2019 - 1 h 38 min

    @prog-amateur: Oui et non. Car là, Intel tient un marché. Celui des NUC. Pourquoi pas vendre des NUC compatibles avec NUC Compute Element ? Les modèles entrée de gamme en tireraient plusieurs avantages dont le côté fanless et l’évolutivité. et une fois quele parc serait installé.. alors pourquoi ne pas proposer des solutions plus mobiles ?

    Répondre
  • 30 mai 2019 - 20 h 04 min

    Merci je comprends mieux ce changement de stratégie.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *