Les portables du CES 2023 : quelques tendances marquantes

Plusieurs grandes tendances peuvent se deviner sur le segment portable en passant en revue ce dernier CES 2023.

Le CES 2023 est terminé et le moins que l’on puisse dire est qu’il a été riche en propositions techniques et en nouveaux modèles de portables. Si l’ensemble des annonces a quelque chose qui se rapproche d’une avalanche, il permet de voir les grandes tendances qui se dessinent pour cette nouvelle année.

Gartner estime que les expéditions de PC ont chuté de 28.5% au 4e trimestre entre 2021 et 2022

Le premier élément à prendre en compte au sortir de ce CES 2023 est que le marché n’est pas à la fête. Les analystes qui étudient les livraisons de machines font tous les même constat. Le secteur va mal, très mal, avec des baisses de presque 30% des livraisons au dernier trimestre . Cela s’explique par les excellents scores de l’année dernière, la queue de peloton de la période COVID qui a permis aux fabricants de continuer à avoir des ventes supérieures aux prévisions. Ce chiffre est donc sensible mais il s’agit d’une correction par rapport à ceux du passé.

Mais ce n’est pas forcément une nouvelle positive pour autant, les constructeurs sortent d’une période où ils n’ont pas pu travailler comme ils le souhaitaient dans un contexte tendu qui les a également obligés à écouler un stock de machines à tout prix avant l’arrivée de nouvelles puces. Entre le spectre de la pandémie d’un côté et l’enclume de nouveaux processeurs et circuits rendant instantanément leurs modèles récents moins attirants, les fabricants ont du prendre des décisions. Beaucoup ont utilisés la période des fète pour écouler des stocks de machines à petit prix et à bien regarder ce début de soldes, on constate qu’il ne reste pas grand chose à se mettre comme portable sous la dent.

Dans ce climat « un peu » compliqué, et parce que les constructeurs se doutaient de ce scénario bien à l’avance, les annonces de ce CES 2023 ont été finalement assez sages. Il y a bien entendu des produits un peu extravagants et des annonces assez audacieuses comme c’est toujours le cas sur ce salon. Mais cela reste plus un moyen d’attirer les projecteurs qu’une véritable volonté de percer économiquement. On retiendra par exemple le Lenovo Yoga Book 9i et ses deux écrans ou le ThinkBook Twist qui mixe OLED et E Ink. Des modèles qui montrent le travail de défrichage permanent de Lenovo. Les solutions ProArt StudioBook d’Asus et leur écran 3D. Ou les écrans Samsung Flex, encore en prototype mais qui dévoilent peut être des compétences d’avenir. Mais ces modèles ne feront pas le marché, tout le monde en est conscient dès aujourd’hui. Avec des prix souvent élevés, ces solutions ne seront pas autre chose que des produits de niche, peu vendues par rapport aux chiffres globaux du secteur. Ce qui fera gonfler ces chiffres seront des engins plus « classiques » qui hériteront de certains traits techniques présentés pendant ces quelques jours de Show.

 

La brillante victoire d’Intel au CES 2023

Sur le segment Minimachines de ce Consumer Electronic Show, il n’y a pas vraiment de doutes quand à l’écrasante victoire d’Intel sur AMD et ARM. Quasiment aucune machine n’est présentée sous processeur AMD, encore moins sous processeurs ARM. Je n’ai pas parlé de tous les engins et en particulier j’ai fait l’impasse sur les 16 et 17″ orientés jeu ou création qui sortaient du cadre des engins vraiment mobiles ou discrets. Sur ces segments, il y a bien des solutions AMD et la marque y joue des muscles de manière efficace. Mais pour le lancement de ses nouvelles gammes de puces mobiles, on ne peut pas vraiment dire qu’AMD ait fait le plein.

Quasiment tous les constructeurs ont d’abord lancé des engins sous Intel Core Raptor Lake mobile. La large gamme d’Intel permet aussi bien de construire des ultraportables très légers que des machines classiques ou des productions très performantes. Le CES étant un salon très concurrentiel sur ses annonces avec une série de conférences de présentation qui s’enchainent de manière extrêmement rapprochée, le fait qu’Intel décoche le premier sa présentation de ses nouveaux processeurs a sûrement un impact fort sur le déroulé des annonces. Un constructeur comme Acer, par exemple, a lancé ses nouveaux portables sous Intel au tout début du salon quasiment en même temps qu’Intel annonçait ses puces. Son modèle Swift Go 14 sous Ryzen 7735U a du attendre la présentation plus tardive des puces Ryzen pour être totalement dévoilé. Ce n’est clairement pas ce que souhaitent les constructeurs aujourd’hui.

Je ne doute donc pas que des constructeurs vont proposer plus de modèles AMD Ryzen 7000 dans les mois qui viennent mais sur le CES 2023, Intel s’est taillé la part du lion en terme d’annonces. Mis à part quelques produits comme le HP Dragonfly Pro qui se décline d’office en AMD et Intel, la très très grande majorité des constructeurs a présenté des Core Raptor Lake.

 

Intel Xe ou Radeon, les circuit graphiques intégrés évoluent en performances

Le changement de génération de processeurs apporte également également une hausse globale des capacités graphiques des machines. Si aucune des deux offres processeur n’embarquent des solutions capables de rivaliser avec les nouvelles puces RTX 40 mobiles présentées par Nvidia, elles sont assez puissantes pour permettre aux utilisateurs de nombreux usages confortablement.

Il ne sera pas nécessaire de choisir un portable équipé d’une puce graphique secondaire si vous choisissez un engin récent. Si votre usage se limite à des jeux en définition classique, à des titres assez anciens ou si le marché des jeux indépendants a plus de charme pour vous en mobilité que les blockbusters plus exigeants. Les Intel Xe et autres RDNA seront suffisants. 

Pour les usages créatifs, toujours clairement à l’honneur aujourd’hui dans les préoccupations marketing des fabricants, ces puces sont également largement suffisantes pour une majorité d’usages. Retouche photo, montage vidéo avec une limite sur le rendu évidemment, création musicale, publication numérique ou papier… Tous ces usages sont parfaitement pris en charge par la majorité des circuits graphiques embarqués. Evidemment, le confort ne sera pas identique sur une machine ultraportable de 1 Kg que sur un PC sédentaire où la carte graphique consommera à elle seule le double de votre machines mobile complète. Mais cela restera possible et pour les solutions les plus haut de gamme assez confortable. Le RDNA3 comme les Intel Xe des versions Core les plus évoluées permettant aujourd’hui des comportements tout à fait efficaces.

 

Des modules de mémoire vive DDR5 signés Micron

La généralisation de la DDR5, du NVMe Gen 4 et… des soudures

D’un point de vue matériel, on découvre également une évolution quasi générale de la mémoire vive DDR4 vers la DDR5. La transition s’est faite en un an avec l’arrivée des Intel Raptor Lake mobiles et des puces  AMD Ryzen 7000 Mobile. Cette transition s’est faite avec moins de heurts qu’anticipé. La transition de la demande du marché de la DDR4 vers la DDR5 a permis aux modules de mémoire d’augmenter largement leur production et de baisser leurs tarifs. La crainte d’une mémoire DDR5 faisant exploser les prix des machines est donc passée .

En parallèle de cette évolution de gamme, on assiste malheureusement à des changements de comportement de la part des constructeurs. Comme si l’arrivée de cette nouvelle norme autorisait désormais la possibilité de proposer plus souvent des éléments soudés aux carte mères. Cette évolution est évidemment liée aux changements de formats des portables qui sont encore et toujours plus fins. Il est difficile de proposer des modules So-DIMM sur ce genre de design et les constructeurs ont donc recours à des solutions soudées. Le danger est dans la proposition de machines limitées en terme de mémoire et non évolutives. Cela sera probablement un piège dans les offres de cette année. Ne pas acheter un modèle en 8 Go de mémoire soudée mais lui préférer une solution évolutive ou basculer directement vers un modèle 16 Go par défaut semble la bonne démarche.

Le stockage a définitivement basculé vers le NVMe PCIe Gen 4, il ne me semble pas avoir vu de portables équipés d’autre chose que ce type de solution. Le format est toujours en M.2 et on en sait pas vraiment de quel type il s’agit en longueur mais c’est toujours du NVMe PCIe Gen 4. Un bon point pour  équilibrer le marché et permettre des comparaisons sur d’autres postes.

 

Le différentes normes de couleurs

Des écrans de plus en plus contrôlés

Le CES 2023 signe le quasi abandon de la formule 1920 x 1080 classique au profit du 1920 x 1200 pixels. Le passage d’un format 16:9 au format 16:10 est plutôt une bonne idée et colle surtout aux dimensions nouvelles des engins portables. Avec des bordures fines sur les côtés apparues il y a quelques années, les machines ont d’abord cherché à donner un côté plus large à leurs écrans. Ces derniers temps, les  constructeurs ont également réussi à réduire les bordures hautes et basses de leurs écrans et ont donc pu l’allonger un peu. Cela a permis ce passage du 1080 pixels de haut vers du 1200 pixels. Une auteur bienvenue pour les utilisateurs dont un des usage principal aujourd’hui est le surf. Les quelques 120 pixels de plus en hauteur permettant d’afficher une page plus grande ou de garder une interface efficace sur leurs machines.

Il me parait difficile de proposer moins que du FullHD sur le secteur à l’avenir et ce format semble même difficile à tenir face à la concurrence posée par le 1920 x 1200 pixels. Il est par contre assez inquiétant de ne voir quasiment plus aucune production employant du 3:2 aujourd’hui. Un format pourtant plébiscité par de nombreux utilisateurs. Comme si le 1920 x 1200 pixels coupait la poire en deux entre l’école « cinéma » du 16:9 et l’école « document » du 3:2.

Autre point qu’il est facile de constater, la grosse percée de la colorimétrie sur le secteur. Chaque dalle ou presque est désormais validée d’une manière ou d’une autre dans sa gestion des couleurs. Les machines sont, au moins, 100% sRGB. Mais de nombreux modèles vont plus loin en choisissant la norme plus drastique du DCI-P3. La validation Pantone fait également une apparition qui, encore timide, semble donner des arguments à cette volonté de justesse de la colorimétrie.

Cette volonté de contrôle de la couleur est difficile à expliquer d’un point de vue fabricants. Certaines gammes de machines n’en ont pas besoin et le public d’acheteurs ne la réclame pas. Il faut aller du côté des fournisseurs de dalles pour la comprendre. Les fabricants d’écrans, ceux qui construisent les affichages qui seront implantés dans les machines, se font une guerre concurrentielle sans merci et leur nouvelle marotte est dans cette certification. Le point clé à retenir est qu’en choisissant des écrans de ce type les marques de portables choisissent des produits haut de gamme sérieux. Le fait que la concurrence entre les différents fournisseurs pousse à cette validation colorimétrique en amont de la volonté des constructeurs n’impacte donc pas les prix de vente des PC outre mesure. Un mouvement bénéfique pour les utilisateurs au final.

Le Asus Zenbook Pro 14 OLED

L’OLED n’a pas fait tâche d’huile. Si il existe des marques qui font de ce type de dalle un véritable cheval de bataille comme Asus, le gros du marché reste fixé sur des dalles IPS moins onéreuses. La réputation sulfureuse de l’OLED lié aux écrans de télévision de première génération et à leur « marquage » de dalle fait sans doute encore un peu peur au grand public. Mais c’est probablement parce que les dalles IPS ont monté en gamme et proposent désormais à la fois une bonne gestion des couleurs, une excellente luminosité et des taux de rafraichissement équivalents que le marché reste positionnés dessus. Avec des prix plus abordables, ces excellentes dalles IPS permettent de construire des machines économiquement plus attractives.

L’OLED finira par percer au fur et à mesure qu’il sera reconnu par le grand public pour ce qu’il propose : une image magnifique et fiable, avec une colorimétrie juste et des contrastes profonds. Les dalles OLED restent impressionnantes et beaucoup d’acheteurs confrontés à ces machines OLED en ressortent comme hypnotisés. Reste que pour le moment la transition est lente à cause des seuils psychologiques de prix des machines. Cette technologie est rarement implantée dans des engins milieu de gamme mais sert surtout à faire passer la pilule d’un prix élevé de l’entièreté des composants employés. On n’aura droit à de l’OLED que  si on casse sa tirelire et accepte de payer le prix fort est également perçu comme, si on choisit le haut de gamme, alors on bascule du monde classique de l’IPS aux monde « merveilleux » de l’OLED.

La démocratisation de l’OLED attend encore une diminution de son tarif. Peut être qu’un constructeur choisira d’implanter un jour une de ces dalle sur un engin milieu de gamme en proposant une solution abordable avec « juste » le surcout de l’IPS vers cette technologie. Et cela fera basculer le marché.

 

Le retour à une connectique plus sage

Après une quasi disparition des connecteurs standards sur les machines ultramobiles il y a quelques années, les constructeurs semblent avoir compris que les caprices techniques de leurs usages spécifiques n’étaient pas les mœurs de la majorité. Il reste quelques engins qui ne proposent que des ports USB Type-C et font l’impasse sur les usages de monsieur et madame tout le monde au quotidien. Mais ils sont beaucoup moins nombreux qu’auparavant.

La majorité des machines proposent désormais une solution comprenant deux ports USB Type-C – Thunderbolt 4 ou USB 4.0 – mais également au moins un port USB Type-A et un port HDMI plein format. L’époque où les constructeurs se débarrassaient de la problématique de leur absence en parlant de dongle ou autres hub USB semble révolue. Il reste quelques modèles encore équipés uniquement de ports USB Type-C mais ils ne visent clairement pas le grand public.

Toujours dans l’idée de se connecter, si le port Ethernet a totalement disparu, le passage au Wi-Fi6 et Wi-Fi6E est désormais acté. La totalité des machines a basculé sur ces formules très rapides et s’est lié à des Bluetooth 5.x. Ce constat est à rapprocher du premier point et de la réussite d’Intel. Il faut d’ailleurs y voir un lien de cause à effet. Sur ce CES 2023 l’écrasante majorité des engins sous processeurs Intel embarquent une solution Wi-Fi signée du fondeur. Un duo qui doit permettre à Intel  d’améliorer ses marges et aux constructeurs de faire des économies. Avec une implantation plus simple et un tarif « groupé » des composants, c’est une formule économiquement gagnante pour tout le monde.

Autre point à ne pas négliger, les efforts faits par les marques pour proposer des chargeurs en USB Type-C avec des fonctions de charge rapide. Il reste des fabricants qui emploient un bloc secteur spécifique mais c’est souvent en plus de cette charge rapide. Une analyse assez simple de la situation explique ce mouvement en quelques années des ports d’alimentation vers l’USB Type-C, les acheteurs n’en veulent plus dans leur très grosse majorité. Le marché s’est donc adapté.

 

La Webcam a définitivement pris du galon

Les webcams ont été analysées comme des outils vraiment utiles pour la première fois par le grand public pendant les périodes de confinement liées au COVID.  Depuis les constructeurs ont compris que les modèles qui étaient jusqu’alors employés pour remplir les fiches techniques devaient avoir un peu plus de capacités. Au CES 2023, plusieurs grandes tendances se dessinent comme l’apparition quasi systématique de modèles 1080P. Les rares webcam en 720P qui subsistent sont perçues comme inférieures ou moins adaptées au besoin du quotidien. Le télétravail est devenue une ressource, la présence d’un modèle capable de diffuser un flux de manière lisible est désormais un élément indispensable aux acheteurs. C’est même devenu un élément plus regardé que d’autres point fondamentaux des machines. 

Autre élément phare, la présence dans la majorité des solutions de modules infrarouges destinés à la reconnaissance faciale. Le passage à Windows 11 du marché et l’importance des modules de sécurité TPM 2.0 présents et actifs au sein des machines pour pouvoir obtenir une compatibilité du système semble avoir réveillé les fabricants de portables. Quitte à implanter des éléments de sécurité, autant rajouter cette fonction biométrique peu couteuse au sein du module caméra. Cela permet à certains de se démarquer comme MSI avec ses modules Tobii Aware

Les constructeurs prennent également de plus en plus soin de la confidentialité de leurs clients. On retrouve sur ce CES 2023 de nombreuses machines proposant un système de confidentialité pour obturer ou désactiver les webcams embarquées. Un bon point qui devrait désormais être une règle quasi générale.

 

L’autonomie n’est plus vraiment un sujet pour les constructeurs

Force est de constater que les autonomies des machines ont été chassées des discours des fabricants. Il y a encore quelques années les constructeurs insistaient lourdement quand leurs machines atteignaient 8 heures d’usage mixte dans une journée. Aujourd’hui, cela semble normal à tout le monde de proposer plus que ce chiffre. Les rares à préciser encore l’autonomie de leurs modèles sont ceux qui atteignent des chiffres record, plus de 14 heures d’usage mixte par exemple. Le gros du cheptel mobile est désormais situé au dessus des 10 heures et les constructeurs sont passés à autre chose.

Il faut dire qu’avec des usages qui évoluent, il semble de plus en plus délicat de considérer réellement comment les machines seront utilisées. On peut désormais trouver des ultraportables aptes au montage vidéo ou au jeu. Leur autonomie constatée dans ces usages sera évidemment très différente de celle d’un utilisateur exploitant son PC comme un lecteur multimédia et une machine à écrire des emails.

Il est, semble t-il, plus pertinent de parler de chargeurs rapides et efficaces que de répondre de l’autonomie des batteries. Le recours à des chargeurs remettant d’aplomb une batterie en quelques minutes est finalement plus convainquant à l’usage que la promesse d’une autonomie record. Un des sujets du prochain CES 2024 devrait être l’arrivée des chargeurs GAN en masse chez les constructeurs. Ceux-ci ne sont pour le moment pas encore sortis des cartons d’origine.

 

Le format 14 pouces, vraie star du CES 2023

Toujours plus fins, toujours plus compacts, les ultraportables du Show sont toujours focalisés sur un format à cheval entre le format de la feuille A4 Européen et le Letter US. Un encombrement qui correspond aux mesures classiques d’un bagage du quotidien. Du sac à dos à la mallette, si votre PC peut tenir dans ces dimensions alors vous pourrez l’emmener partout avec vous. Ce qui va changer en 2023, c’est la diagonale disponible autour de ce même encombrement.

Nous sommes allégrement passés du 13.3 pouces des années 2020 à 2022 au 14 pouces pour ce CES 2023. Le format est partout et propose peu ou prou le même encombrement que les 13.3 pouces d’il y a quelques années. Difficile de voir ce qui a motivé ce changement quasi général chez tous les constructeurs. Peut être est-ce lié tout simplement à l’offre des fabricants de dalles qui proposaient des solutions de cette taille pour un prix semblable ou proche aux 13.3″ avec en plus des options plus variées de définition ?

Le ASUS Rog Zephyrus G14 fait rimer jeu vidéo, création et 14″ de diagonale

Une chose est sûre et doit reste à votre esprit, si vous voulez acheter une bonne machine en 2023 il y a fort à parier qu’elle sera en 14 pouces. Regarder le catalogue de l’offre sous le prisme de cette diagonale d’écran vous fera surement gagner du temps. 

Le reste des formats est assez fidèle aux habitudes prises par les constructeurs. Les modèles hybrides sont toujours là avec des solutions permettant des usages en mode tablette ou en format classique. On retrouve des options tactiles même si elles sont, semble t-il, moins nombreuses sur les machines standard. La mode des dalles capacitives en doublon de pavés tactiles désormais gigantesques, semble être passé. Le faible appétit des acheteurs pour des écrans brillants imposés par ces technologies étant peut être entendu par les constructeurs. Désormais, soit on achète un hybride qui sera, par définition, tactile. Soit on choisit une machine standard avec peut être une option tactile sur certains modèles. Le marché a semble t-il fini d’imposer des écrans capacitifs partout et pour tout le monde.

 

Des tarifs sensiblement plus élevés

Les prix des engins présentés sur ce CES 2023 semblent avoir impressionné pas mal de monde. Parfois exprimés en dollars et ensuite traduit en euros plus ou moins approximativement, parfois directement exprimés en euros suivant les constructeurs, ils semblent beaucoup plus élevés que les modèles de 2021 et 2022. A cela plusieurs raisons. 

D’abord parce que les prix de beaucoup de composants ont augmenté. Le recours à de la DDR5 au lieu de la DDR4 n’est pas aussi violent qu’escompté mais génère tout de même une hausse des tarifs. Les SSD NVMe PCIe Gen 4 sont également plus chers que les modèles de générations inférieures. Enfin, la qualité des dalles proposées ont un impact comme l’ensemble des ajouts de cette nouvelle génération décrits ici même : connectique, réseaux et accessoires.

Le fait que les prix globaux du marché aient augmenté joue un rôle indéniable sur les prix des engins. La situation actuelle du marché Chinois pèse également sur les constructeurs qui restent dans une certaine incertitude face au déroulement de l’année. En contraste, on est également forcé de constater que les prix de la fin de 2022 étaient spectaculairement bas. C’est lié aux mauvaises expéditions indiquées au début de ce billet. Certains constructeurs n’ont pas hésité à brader des produits pour maintenir leurs chiffres à des niveaux corrects. Le contraste avec les prix publics de 2023 est donc d’autant plus saisissant.

Cela conjugué au fait que le CES 2023 ne met en avant que des produits orientés vers le haut de gamme et non pas la totalité des machines qui seront présentes sur l’année contribue à donner cette impression d’une hausse généralisée des tarifs. Je ne la nie pas et il est facile de constater que les bonnes affaires réalisées entre octobre et décembre 2022 ne sont plus au rendez-vous aujourd’hui.

Il ne faut cependant pas généraliser l’offre du CES 2023 à l’ensemble de la production de l’année. Les prix publics sont souvent rattrapés et corrigés par le marché. Il est possible que ceux-ci dévissent au gré des jeux concurrentiels, de l’appétit des acheteurs qui force les marques à réviser leurs ambitions et des évolutions des prix des composants. Certains produits présentés ne sortiront pas avant le troisième ou le quatrième trimestre. Le reste de la production classique, celle que les constructeurs ne peuvent pas exposer sur un salon comme le Consumer Eletronic Show où les mètres carrés coutent vraiment extrêmement cher, profiteront des mêmes évolutions du marché à des prix plus compétitifs.

 

PS : Ce billet sur le CES 2023 est « sponsorisé »

Comme je vous le disais en début d’année, Minimachines a désormais des sponsors. Grâce à IAMNUC, TopAchat et Notos.co, je n’ai pas besoin de courir après des promos ou des bons plans1. Il y a un an à la même période, j’aurais du passer ma journée à suivre les soldes pour mettre à jour la page dédiée comme un malade histoire de payer mes factures. Aujourd’hui grâce à mes sponsors et à vos dons, j’ai passé la journée à compiler les notes que j’ai prises pendant le Show et à vous écrire ce billet. Qui dit sponsor ne dit pas forcément contenu acheté. Aucun des trois sponsors n’a d’intérêt particulier à ce que je rédige ce billet. Ils sponsorisent le blog pour son contenu global et pas pour une opération particulière. Je leur en suis donc très reconnaissant et je reviendrai probablement sur ce concept de sponsor dans les jours à venir.

Je suis également reconnaissant envers tous les particuliers et toutes les entreprises qui ont décidé de financer ponctuellement ou de manière récurrente le blog depuis le début de son aventure. Vous êtes particulièrement nombreux à rejoindre le mouvement en ce début d’année et cela me fait évidemment très plaisir. C’est également grâce à vous que ce genre de billet existe ici sans publicité ni cookies.

Faites découvrir le site en le partageant

Notes :

  1. Vous auriez peut être préféré que je fasse plein de bons plans cela dit..

Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

12 commentaires sur ce sujet.
  • flA
    12 janvier 2023 - 17 h 13 min

    Super pour la sponso.
    Je viens de voir un lien vers Stripe (que je ne connais pas), ça vaut le coup que je change mon don tipee vers cette solution ? Quels avantages ?

    Répondre
  • 12 janvier 2023 - 17 h 21 min

    Bof, non c’est pareil en fait. L’avantage de Stripe pour certains c’est que c’est juste un système de prélèvement comme Paypal, ça évite les inscription à un site annexe. Pas mal d’entreprises et de particuliers préfèrent avoir un prélèvement lambda plutôt qu’un truc Tipee ou Patreon. Merci pour tout :)

    Répondre
  • 12 janvier 2023 - 17 h 26 min

    Donc il ne faut plus compter trouver des machines performantes (I3/I5 ou R5 avec 16/512Go) avec un écran entre 11.5 et 13 pouces en FHD à un prix inférieur à 500€… puisque la tendance serait à 14″ pour les ordi avec clavier. Cette taille d’écran est devenu du domaine des tablettes non évolutives et hors de prix (Surface, par ex.).

    Répondre
  • 12 janvier 2023 - 17 h 37 min

    @JeanM64: Pas vraiment, comme dit en conclusion, il ne faut pas généraliser. L’offre du CES est une loupe sur des matériels haut de gamme qui vont faire parler des marques. Ce que tu décris est une machine lambda qui n’aurait pas droit aux regards des journalistes. Cela ne veut pas dire qu’elle n’existera pas à terme. Le CES 2023 c’est vraiment la pointe de l’iceberg des sorties.

    Il y aura des 11.5 et 13.3 pouces à l’avenir tout simplement parce qu’il y a un public pour ces machines. Reste a savoir si on préfère dans le cas du 13.3″, un engin de 30.5 par 20.5 cm avec cette diagonale en 1920 x 1080 ou un 14″ un poil plus cher en 31 x 21 en 1920 x 1200 pixels. Il y a matière a réfléchir.

    Répondre
  • 12 janvier 2023 - 19 h 38 min

    Merci Pierre pour ce superbe résumé du CES. Cette nouvelle année débute sous les meilleurs auspices !

    Répondre
  • 13 janvier 2023 - 11 h 07 min

    Super article, merci Pierre. Très bon résumé du marché du PC portable pour ceux qui comme moi ne suivent les évolutions que ponctuellement.
    J’éspère que le format 3:2 deviendra populaire à l’avenir (plus acceptable que le 4:3 :)

    Répondre
  • 13 janvier 2023 - 11 h 28 min

    Merci Pierre pour ce bon résumé.
    La tendance du 16:10 à la place du 16:9 est une excellente chose. Mais je déplore la disparition des machines 3:2…

    Répondre
  • 13 janvier 2023 - 12 h 29 min

    J’ai fourché, il fallait lire 3:2 et pas 4:3 évidemment. J’ai corrigé, Merci !

    Répondre
  • sgt
    13 janvier 2023 - 12 h 55 min

    Merci Pierre pour ce super résumé. Cette année j’ai laissé tombé le survol du CES parce que TechHebo (anciennement O1TV) est malheureusement passé des journalistes de 01net aux « influenceurs » têtes à claques, donc pour moi irregardable.

    Répondre
  • JB
    13 janvier 2023 - 16 h 23 min

    Analyse très intéressante, heureux de lire que ton temps peut être passé à produire de tels contenus, à haute valeur ajoutée (bien plus que des bons plans affiliés). Merci encore et toujours pour ce travail exceptionnel et pour ta transparence sur tes financements donc ton impartialité / objectivité. Nous lecteurs de ce blog avons vraiment de la chance :)

    Répondre
  • Luc
    14 janvier 2023 - 22 h 30 min

    Et les Mendocino ? Ils n’ont pas trouvé leurs clientèle ?

    Il est vrai que l’essentiel des annonces concerne des machines assez évoluées il me semble. Hors de ma portée en tout cas. J’ai donc regardé cette actualité d’un oeuil distrait.J’attends toujours l’annonce d’un grand constructeur qui (re)lancerait en masse le concept du netbook abordable (400/450€).

    C’est moins sexy c’est sur, mais bon …

    Répondre
  • 15 janvier 2023 - 1 h 06 min

    @Luc: Ce ne sont pas des machines qui auront droit aux spots du CES, pas assez intéressantes pour la presse ni pour les marques.

    Mais il y a des engins qui doivent arriver avec du Mendocino / Alder Lake-N. Ce marché existe et reste clairement identifié.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *