Beelink J45 ou l’impact visible de la pénurie chez Intel

La marque Beelink annonce un nouveau MiniPC avec le Beelink J45. Un engin classique d’aspect qui embarque une solution Apollo Lake Pentium J4205 et un stockage évolutif.

Le Beelink J45 est un MiniPC tout ce qu’il y a de plus classique pour la marque, un petit boitier compact au format NUC, une connectique classique et des compétences qui le classent dans une entrée de gamme parfaite pour des usages de bureautique ou de web.

2018-12-21 12_39_33-minimachines.net

Livré avec un Windows 10, le Beelinj J45 est équipé d’un processeur Pentium J4205, un quadruple coeurs et quadruple threads cadencé de 1.5 à 2.6 GHz avec 2 Mo de mémoire cache et un circuit graphique Intel HD 505. Il est associé à 4 ou 8 Go de mémoire vive DDR4 et associé à un SSD mSATA de base de 128 Go. 

2018-12-21 12_37_20-minimachines.net

On pourra faire évoluer le stockage de base grâce à un support 2.5″ SATA classique qui accueillera volontiers un SSD ou un disque mécanique.

2018-12-21 12_38_41-minimachines.net

La connectique est correcte avec une double sortie HDMI 1.4 pour piloter deux écrans, une sortie réseau Gigabit, quatre ports USB 3.0, un port jack 3.5 mm stéréo avec entrée micro et sortie casque. Un lecteur de cartes MicroSDXC est également présent. Une connexion Wifi sur deux bandes et du Bluetooth 4.0. 

Le tout est intégré dans un châssis de 11.5 cm sur 10.2 et 4.3 cm d’épaisseur, ventilé activement mais avec un système qui fait varier la vitesse de rotation par rapport à la température pour éviter de générer trop de bruit de ventilation en usage basique. Le tout est proposé à 204€ en version 4Go de DDR4 et 128 Go de stockage mSATA et évolue ensuite suivant vos choix de mémoire (Jusqu’à 8 Go) et de stockage (Jusqu’à 256 Go).

Apollo Lake

Un Pentium quoi ?

Si rien ne vous a choqué dans le descriptif ci-dessus ce n’est pas forcément anormal, il y a tellement de références qu’il est difficile de suivre la totalité de leurs calendriers.

Ce Beelink J45 emploie un Pentium J4205 de génération Apollo Lake, une puce sortie au troisième trimestre 2016 et depuis largement remplacée par des processeurs plus performants. Son “tarif” annoncé par Intel est de 161$ et elle affiche 6 watts de TDP. Pourquoi diable choisir un tel processeur quand, pour le même positionnement tarifaire, on peut avoir un processeur Gemini Lake comme le Pentium “Silver” N5000 avec 4 Mo de mémoire cache et non pas 2 Mo comme sur le J4205 ? Avec une performance de calcul plus élevée ? Avec un TDP de 6 watts au lieu des 10 watts du J4205, ce qui autorise souvent une dissipation totalement passive ? Avec un circuit graphique Intel HD 605 au lieu d’un 505 moins compétent ? Avec un module Wifi5 intégré d’office à la puce ?

2018-12-21 12_38_24-minimachines.net

Pourquoi diable aller déterrer ce “vieux” Pentium J4205 Apollo Lake alors que pour le même tarif, on offrirait plus de performances et de services avec une solution plus facile à fabriquer pour le même prix en choisissant un processeur Gemini Lake ? Pour la simple et bonne raison que les Gemini Lake ne sont pas disponibles en ce moment. Intel ne livre pas assez de puces pour tout le monde et si les gros fabricants de marque ne sont pas ou peu impactés – Ils gardent la priorité des livraisons du fondeur – les étals sont vides pour les petits assembleurs. Les rares processeurs encore disponibles chez les grossistes ont vu leurs tarifs s’envoler et ne sont plus accessibles pour le moment pour construire des MiniPC. Il devait, par contre, rester des quantités de Pentium Apollo Lake en stock, ils étaient devenus quasiment invendables après la sortie des Gemini Lake. C’est une sorte de seconde vie pour eux aujourd’hui.

Reste à savoir si la situation va perdurer. Intel promet des investissements importants pour sortir de cette crise mais cela prendra du temps et le risque de voir ce genre de machines devenir de plus en plus rares n’est pas impossible.

Soutenez Minimachines.net !
12 commentaires sur ce sujet.
  • 21 décembre 2018 - 14 h 51 min

    Il faut esperer que les assembleurs vont se tourner vers AMD.

    Répondre
  • 21 décembre 2018 - 16 h 28 min

    Aucune minimachines AMD en vue chez tes OEM préférés Pierre ?

    Répondre
  • 21 décembre 2018 - 17 h 30 min

    @Sylvain: Rien en vue, à croire que la marque n’existe pas :/

    Répondre
  • JB
    22 décembre 2018 - 20 h 28 min

    Merci de mentionner le tout récent Pentium N5000 Pierre ;-)
    Bon week-end et joyeux Noël à toi et à ta famille.

    Répondre
  • Gab
    25 décembre 2018 - 17 h 30 min

    C’est quoi la raison de la pénurie des puces Pentium N5000? C’est une puce gravée en 14nm ? Donc avec un processus maîtrisé par Intel normalement ?

    En plus AMD grappille des parts de marché, ça devrait donc rendre moins probable un manque de puce Intel…

    Répondre
  • 27 décembre 2018 - 9 h 28 min

    C’est vrai qu’on voit bien la pénurie avec les NUC7 qui sont introuvables alors que selon la roadmap ils devaient remplacer, au. niveau des Celerons, les NUC5CPYH et les NUC6CAYH dont Intel a relancé la fabrication…
    JB : j’aime beaucoup le N5000 je l’ai testé sur un swift1 nouvelle generation, c’est une excellente puce, très capable et frugale.

    Répondre
  • 14 janvier 2019 - 18 h 36 min

    […] difficile. Impossible de mettre la main sur des processeurs Gemini Lake pour eux en ce moment. Difficile de trouver des MiniPC Celeron N4100 alors qu’il y avait au moins 20 références dif…. Des ordinateurs portables sous Pentium de plus en plus chers et de plus en plus difficile a […]

  • 17 janvier 2019 - 14 h 58 min

    […] en pleine crise avec un manque évident de processeurs de ce type. Le Celeron Gemini Lake a été remplacé dans de nombreuses minimachines par un retour à des processeurs plus anciens et bien moin…. Cet engin sera tout à fait à son aise sous Windows 10 pour des tâches courantes mais […]

  • 28 janvier 2019 - 12 h 33 min

    […] pourquoi les constructeurs ont bien du mal a se procurer des puces Gemini Lake en ce moment, Intel continue vraisemblablement d’en produire, probablement par obligation […]

  • 14 février 2019 - 12 h 18 min

    […] à 107$ chez Intel et nul doute que Aiwo, comme beaucoup d’autres constructeurs noname comme Beelink, aurait préféré intégrer un Celeron Gemini Lake à la place. Même si je suppose fortement que […]

  • 11 mars 2019 - 21 h 43 min

    […] Les grands constructeurs sont bien entendu moins impactés que les petits. Leurs contrats oblige un peu plus a les livrer que les fabricants noname qui n’ont pas de partenariats très poussé. Un fabricant comme GPD par exemple a signaler limiter la production de son nouveau GPD MicroPC en fonction des puces qu’il avait pu sécuriser. C’est franchement dommage pour les gammes Celeron et Pentium Gemini Lake car ce sont d’excellents processeurs entrée de gamme. Performants, stables, peu gourmands et répondant à la grande majorité des besoins des utilisateurs. Ils n’ont eu pour le moment qu’une demie vie sur le marché faute de stocks suffisants. Les fabricants noname se rabattent massivement sur des solutions plus anciennes comme les processeurs Apollo Lake moins do…. […]

  • 5 avril 2019 - 10 h 46 min

    […] gamme plutôt que les processeur entrée de gamme que sont les Celeron et les Pentium. Cela a a eu un impact de disponibilité important et, par voie de conséquence, de […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *