Toshiba, pionner du PC portable, a abandonné ce marché

Toshiba fût un des premiers fabricants de portables au monde. Premier dans les deux sens du mot, à la fois un des pionniers de ce marché particulier mais également un des plus gros vendeurs de ce type de machine. C’est désormais du passé.

Ça y’est, Toshiba a totalement abandonné le marché du portable. La marque fût un des précurseurs de ce type d’engin avec de nombreuses machines au milieu des années 80. Si, techniquement, ce n’était pas le premier fabricant d’ordinateur portable, il fût incontestablement un des premiers à en vendre en masse.

Toshiba 1100

Le Toshiba T1100

Des machines comme le Toshiba T1100, sorties il y a 35 ans, furent de vrais succès commerciaux pour la marque. Il s’agit, pour beaucoup, du premier vrai ordinateur portable. L’engin a assuré une reconnaissance internationale à la marque pour son expertise et de belles années commerciales ensuite. 

Mais de l’eau a coulé sous les ponts et il y a deux ans, Sharp, pour le compte de la marque Foxconn en réalité, achetait la division PC de Toshiba. Un rachat qui faisait naître la gamme/marque Dynabook. Une nouvelle solution dans laquelle le géant Japonais avait encore quelques parts.

Toshiba AC100

Le Toshiba AC100

Avec la dernière reprise de Sharp cet été, Toshiba est désormais totalement hors du coup et signe donc l’abandon d’un marché qu’elle  a fait croître et évoluer avec pas mal d’améliorations au fil des années. Les machines du constructeurs n’ont pas toutes été des succès commerciaux mais souvent une vraie cour de récré pour ses ingénieurs qui n’ont jamais hésité a relever différents défis… parfois avec beaucoup trop d’avance sur leur temps. On se souvient d’expériences comme le Toshiba AC100, une sorte de netbook sous SoC Nvidia Tegra 2. 

Toshiba W100

Ou du Libretto W100, un minuscule PC double écrans tactiles  sorti en… 2010 ! Un engin sorti trop tôt probablement, avec un Pentium U5400 ULV, 2 Go de mémoire vive DDR3 et 62 Go de stockage il était prometteur mais poussif et peu économe pour faire tourner un Windows 7 pas adapté au format. 

CES2015 Toshiba Satellite Click Mini

Plus “récemment” des machines assez sympa comme le Clic Mini ci-dessus ont été tentées par la marque. rien de révolutionnaire mais des engins plutôt bien aboutis et vendus à des tarifs parfois très intéressants. Bien d’autres machines sont sorties des laboratoires de la marque. J’espère que Dynabook saura conserver un peu de ce génie créatif… 

D’ailleurs, ça me fait penser que j’ai une carcasse de Toshiba T1100 en bien mauvais état  au labo, je voulais tenter de lui donner une seconde vie. A suivre.

Source : The Register

Soutenez Minimachines, partagez le !


Jaune
7 commentaires sur ce sujet.
  • Bug
    26 août 2020 - 18 h 23 min

    Toshiba a fait de super portable avec des super prix comme tu le dis pierre , quelle tristesse…

    Répondre
  • 26 août 2020 - 19 h 37 min

    ca me rappel mon z830 13″ à 1,12 kg en magnésium et mon ac100…

    Répondre
  • 26 août 2020 - 20 h 25 min

    J’en ai dépanné des milliers. Plus de 50% de marché a une époque ou on reparaît encore

    Répondre
  • 27 août 2020 - 7 h 31 min

    @Ngals: heureusement que nous on répare toujours :)
    Me suis dégoté il n’y a pas longtemps un Portege 30C , idem 1.2kg, 8go ram, sdd, full Hd, plus de 12h d’autonomie…200€ d’occasion, passé en hackintosh et revendu avec dual boot windows 10 pro + Hackintosh il a fait un heureux!

    Répondre
  • 27 août 2020 - 7 h 32 min

    le tout avec un core i5 6200u^^
    oui c’était une bonne occaz :)

    Répondre
  • 27 août 2020 - 10 h 23 min

    Dans les années 90 les gens de ma famille qui avaient des PCs portable d’entreprise avaient des Toshiba.
    Je me souviens de baver devant le Libretto de mon oncle. Et j’ai commencé mes études avec un laptop Toshiba Pentium 133 de Toshiba, 48Mo de Ram, windows NT4 qui était tout à fait désuet mais avec lequel j’arrivais à peu près à naviguer lentement sur Internet. Son écran était plutôt pas mal pour un PC portable de son âge.

    Répondre
  • JB
    27 août 2020 - 22 h 11 min

    Ptite coquille dans le titre du billet, Pierre : “pionner” au lieu de “pionnIer”.
    Bonne reprise, content de retrouver tes écrits et analyses bien sympas :)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *