Snapdragon X Elite : un SoC 12 cœurs pour Windows

Qualcomm dévoile le Snapdragon X Elite, un SoC haut de gamme censé – enfin – arriver a dépasser la cheville des propositions concurrents sous Windows.

La longue histoire d’amour passionnée entre Qualcomm et Microsoft durera sans incartades jusqu’à l’année prochaine. En 2025, d’autres acteurs seront autorisés à venir se positionner sur le développement de puces ARM sous Windows. Il ne reste donc plus beaucoup de temps pour convaincre et cela pourrait passer par un nouvel argument : le Snapdragon X Elite. Une puce tout juste annoncée qui fait des choix intéressants pour l’avenir.

Je n’ai jamais pris de gants pour témoigner de mon amertume pour le grand écart entre les promesses de Qualcomm sur le marché PC et la réalité de son offre. Pourtant, au vu des spécifications de ce Snapdragon X Elite, l’espoir d’un SoC un peu plus compétent que ses prédécesseurs me semble tangible. Parce que la marque semble ici faire de très bons choix.

D’un point de vue technique, le nouveau venu propose des éléments très intéressants. D’abord, il est annoncé avec une gravure en 4 nanomètres. Gravure qui devrait lui assurer une excellente compacité et une gestion énergétique très performante. Ensuite, parce que Qualcomm ne lésine pas sur les moyens et décline son premier SoC à exploiter son architecture Oryon dans une version 12 cœurs. 12 unités de calcul qui fourniront le maximum de leurs performances.

On n’a pas ici a faire à une solution de type big.LITTLE qui mélangerait des cœurs rapides et d’autres plus lents. Il s’agit de 12 unités capables de proposer le maximum de leur vitesse, agglutinés les uns aux autres pour développer les meilleures performances possible. Le dispositif pourra tourner jusqu’à 4.3 GHz sur un ou deux cœurs et se limitera à 3.8 Ghz une fois les 12 unités activées. Dans tous les cas, le Snapdragon X Elite saura adapter les fréquences et l’énergie à fournir en fonction des tâches à effectuer. Il sera aussi bien possible de faire tourner un seul cœur à basse fréquence que les douze à leur maximum.

Cette architecture Oryon, nouvelle chez Qualcomm, est également la première à mettre en œuvre les technologies nées du rachat de Nuvia en 2021. Un mélange entre la recette d’ARM, le savoir faire de la marque et les idées des ingénieurs de Nuvia qui pourrait développer une puce très performante dans beaucoup de tâches. Le tout sera en prime combiné à un circuit graphique Adreno affichant une compatibilité DirectX 12 pour les jeux et 4.6 TFLOPS de puissance de calcul. Bref assez d’éléments pour faire de cette puce un véritable cheval de bataille pour le futur développement de portables ARM pour Windows.

En plus de ces éléments de base, le nouveau SoC proposera un NPU dédié aux calculs d’IA très performant. Le Qualcomm Hexagon, embarqué au cœur de la puce de base, développera 45 TOPS de puissance de calcul pour l’IA. Si on additionne cela avec la présence d’un processeur d’images (ISP) actif en permanence pour prendre en charge tout type d’éléments classiques comme la reconnaissance de visage, le floutage d’arrière plan ou le cadrage automatique. On a ici une puce très orientée vers ces nouveaux champs de développement de l’Intelligence Artificielle. Un univers vers lequel ne manquera pas de s’orienter la future évolution de Windows. 

Le Snapdragon X Elite prendra en charge jusqu’à 64 Go de mémoire vive en LPDDR5x-8533, de quoi assurer assez de vitesse et de confort à un utilisateur de Windows sans soucis. Il sera également en mesure de piloter un stockage PCIe Gen 4 et de l’UFS 4. Pour proposer des transferts et des chargements de données très rapides. Avec une compatibilité USB4 mais également la capacité de piloter de multiples capteurs photo et afficher sur deux écrans UltraHD en simultané, la puce semble rivaliser sur tous les points proposés par les solutions Intel, AMD et Apple.

Il ne manque rien dans ce tableau ? Si, du sans fil. La puce n’embarquera ni module Wi-Fi ni modem 4G ou 5G. Si le SoC saura piloter des solutions Wi-Fi7 et Bluetooth 5.4, ce sera au travers d’une puce externe. La partie cellulaire, poussée en avant comme un avantage majeur dans les précédents Snapdragon pour Windows, est également passée à la trappe. Probablement pour faire de la place pour d’autres éléments. Ce n’est pas un drame et, à vrai dire, cela permettra de comparer plus aisément les solutions entre elles. Beaucoup d’utilisateurs ne voient pas trop l’intérêt de leur imposer un modem de ce type au sein de leur machine. Ils n’en ont pas besoin et se voient contraint de le payer tout de même.

En retirant le modem cellulaire du SoC, Qualcomm se retrouve sur un pied d’égalité avec ses concurrents, à savoir ne proposer l’option que pour des déclinaisons spécifiques. Cela n’empêchera pas la marque de proposer son modem maison à ses clients. Le SoC pourra prendre en charge le modem Snapdragon x65 et a été câblé pour le faire parfaitement. Mais cela restera optionnel et n’impactera pas le prix final de tout le monde.

Des promesses énormes

Qualcomm annonce que son nouveau SoC sera plus efficace que  ses concurrents. Avec la promesse d’être deux fois plus rapide que les solutions x86 que l’on retrouvera dans des PC comparables sous Windows. Le tout en utilisant moins de ressources. Ce qui signifie plus de vitesse de traitement et une meilleure autonomie. Ce n’est pas  exactement le reflet des solutions passées chez Qualcomm, aussi il faut prendre ces affirmations avec les pincettes de rigueur. Mais la marque semble sûre d’elle et ose ici de belles comparaisons.

Ainsi le Snapdragon X Elite serait jusqu’à deux fois plus rapide qu’un Core i7-1360P d’Intel pour la même consommation énergétique. C’est beaucoup. Il pourrait proposer un traitement de données équivalent pour 68% de consommation en moins. Une fois poussé à 30 watts de TDP, il deviendrait aussi rapide qu’un Core i7-13800H tournant quand à lui à 90 watts. Enfin, Qualcomm annonce que sa puce serait capable de battre un SoC Apple M2 sur certains postes de calcul. 

Evidemment, le douloureux écho passé des annonces de la marque est encore présent à nos oreilles et ce n’est pas la première fois qu’on nous fait miroiter que la rivalité ARM/x86 serait à l’avantage du premier dans un duel entre Qualcomm et Intel. Les résultats ont pourtant montré quelques essoufflements rapides des promesses faites. Il faudra donc attendre des tests indépendants pour juger de la qualité de cette nouvelle offre. En gardant pour autant l’esprit ouvert puisqu’il s’agit ici d’une puce avec une architecture prometteuse et des capacités très complètes.

Et, évidemment, il faudra déterminer dans quelles conditions et avec quels logiciels ces résultats sont obtenus. Que Microsoft développe une version optimisée ARM de ses outils est une chose, le problème n’a jamais été là pour Qualcomm. Si le nouveau SoC sait parfaitement gérer Windows, son navigateur maison ou la suite bureautique MS Office, c’est excellent. Si elle peut le faire mieux que ce que peut proposer une puce x86, ce sera évidemment un atout. Mais la vraie rivalité de performance se jouera sur les applications non développées pour ARM. Car la vraie promesse d’un Windows ARM est ici. La capacité à utiliser tous les outils du quotidien, tous les programmes auxquels le public est habitué, sur un ordinateur sous ARM. Même si ceux-ci emploient du code d’il y a quinze ans ou des routines très récentes avec des moteurs exigeants. C’est sur ce poste que la solution ARM a toujours coincé chez Qualcomm, celui de la compatibilité universelle promise et non tenue.

Parce qu’un Snapdragon X Elite qui lance aussi vite un tableur Excel qu’un Core i7 n’intéresse personne. Passer de 3 secondes sous x86 à 3 secondes sous ARM n’est pas un enjeu. Par contre si, en combinant IA et circuit graphique, la puce parvient à piloter un logiciel graphique ou de montage vidéo aussi vite à moitié moins de consommation de courant, on aura là un véritable sujet de discussion. Que le SoC se retrouve en mesure de lancer l’obscur programme que vous êtes seul à connaitre, déniché il y a 15 ans sur un forum exotique, et cela au travers d’une couche d’émulation proposée par Windows. C’est cela qui a du sens. La promesse la plus importante pour Windows ARM c’est d’assurer à l’utilisateur qu’il ne ressentira aucun changement dans ses habitudes.

Le Snapdragon X Elite disponible en 2024

Le pari est donc toujours difficile pour Qualcomm, d’autant que la fenêtre restante pour un lancement réussi devient vraiment très mince. En 2025, Nvidia et AMD seront sur les rangs. Cela fait une année tout au plus pour convaincre le marché. Fabricants et utilisateurs n’auront que quelques mois pour ne plus douter de l’efficacité du SoC. Et cela face à une concurrence Intel, AMD et Apple de plus en plus efficace. Les trois compères historiques du marché PC ne vont pas faire du sur place et on sait déjà que de nouvelles architectures seront disponibles. Les Phoenix chez AMD, Meteor Lake chez Intel et on ne sait pas quelle surprise maison chez Apple.

Enfin, dernier point clé de cette offre, l’appétit de Qualcomm. Les précédentes solutions alternative sous Windows pour ARM proposaient des performances d’entrée de gamme pour un prix haut de gamme. Cela n’a évidemment pas séduit le grand public ni les professionnels. Mais est-ce que faire aussi bien que les solutions concurrentes au même tarif donnera envie de prendre le risque de casser sa tirelire pour s’offrir une nouvelle technologie ? Cela peut en amuser certains mais je suppose que la majorité ne va pas vraiment parier ses économies sur cette technologie. A moins que ? A moins que la promesse de faire aussi bien se conjuguent avec une politique tarifaire un peu plus agressive que les précédentes machines déclinées sous Snapdragon. Je crois que personne ne pariera un ou deux milliers d’euros sur un portable sous ARM si il peut avoir un portable x86 au même tarif. Même si on lui promet des tonnes de performances en IA… Pas en 2024 en tout cas. 

Il faudra que Microsoft et Qualcomm patientent probablement quelques temps avant que la proposition ne prenne. Ou alors que les machines débutent à un tarif plus abordable. Histoire que le public ait envie de prendre un, plus petit, risque.

Snapdragon X : Qualcomm veut – encore – bouleverser le marché


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

18 commentaires sur ce sujet.
  • 25 octobre 2023 - 14 h 25 min

    En dehors des performances CPU qui restent à déterminer, on aurait le circuit graphique le plus performant embarqué sur un ordinateur à ce jour.

    Répondre
  • 25 octobre 2023 - 14 h 47 min

    (Une fois poussé à 30 watts de TDP, il deviendrait aussi rapide qu’un Core i7-13800H tournant quand à lui à 90 watts. Enfin, Qualcomm annonce que sa puce serait capable de battre un SoC Apple M2 sur certains postes de calcul. )

    Si j’ai bien compris, avec un linux arm installé on aurait une bête de course, genre mieux que apple et mieux que windows.
    Est-ce que tu sais @Pierre si il y a une change de voir cela arriver ?

    Répondre
  • 25 octobre 2023 - 15 h 20 min

    @eugene: Je doute très fortement que l’ouverture du code et du « BIOS » soient suffisante pour qu’on puisse voir cela un jour.

    Répondre
  • 25 octobre 2023 - 15 h 25 min
  • 25 octobre 2023 - 15 h 30 min

    Comme Pierre le souligne souvent, l’autre moitié de l’équation est dans les main de Microsoft

    J’attend de voir (je l’espère) le futures annonces de MS sur « Windows 12 ARM » capable de tirer partie du SNAPDRAGON X ELITE (et aussi des futurs soc ARM Nvidia et/ou AMD) ?

    Répondre
  • 25 octobre 2023 - 15 h 44 min

    @Le Breton: Probablement parce qu’il y a plus de monde avec un Mac M1 qu’avec un ultrabook Windows ARM sur le marché… Qui va faire le pari et acheter ces bécanes pour faire du reverse engineering ensuite ?

    Répondre
  • 25 octobre 2023 - 15 h 54 min

    @calvin: Et/ou Samsung semble t-il également. Enfin cela fait partie es rumeurs actuelles…

    Répondre
  • 25 octobre 2023 - 16 h 08 min

    Comme c’est un fabricant indépendant d’un constructeur, est-il idiot de penser qu’il va vouloir vendre le plus possible et donc vers les GAFAM intéressés par le meilleur rapport énergie/puissance ?

    Répondre
  • 25 octobre 2023 - 16 h 14 min

    Est-ce que je vais me laisser retenter après une Surface RT Win 8.1 + Tegra 4 (vraiment BOF), une Surface Pro X windows 10/11 + SQ1 (j’ai bcp aimé le format et performance bureautique très satisfaisant mais trop limitée sur la compatibilité applicative x86/x64)

    Un surface Pro X Elite en « Win 12 » (j’ai peur de la facture initiale) ?! ;-)

    Répondre
  • 25 octobre 2023 - 16 h 32 min

    Je suis un dubitatif because beaucoup de cores, donc effectivement ca doit etre bon en retouche photo/vidéo, mais faute de gros GROS coeurs, contrairement a Apple, ca doit pas etre top pour 90% des gens qui ont surtout besoin que l’appli au premier plan soit rapide ou en tout cas reactive, et elle est rarement bien multithreadée.
    Après de toute facon si mon PC de 10 ans est assez bien pour moi, j’imagine qu’on proc d’aujourd’hui sera toujours assez, mais dans ces cas-la il ne faut pas jouer le kikimetre comme argument de vente.

    ARM c’est pas mal, mais j’ai l’impression que x86 les a rattrapé en perf/watt/$, avec en plus des avantages annexes (ouverture de l’ecosysteme BIOS/drivers/os/apps , et matériel (PCI-e, M.2, …), et que quand on n’a pas besoin d’un modem ou d’Android, x86 est rarement significativement moins bien. C’est paradoxal mais en pratique x86 est plus ouvert que ARM, en plus que tout son acquis propriétaire, pour les HW, SW, et surtout la cuche intermédiaire (drivers I/O..)

    Répondre
  • s@s
    25 octobre 2023 - 16 h 33 min

    Il faudra bien sûr que les têtes de pont du logiciel sous Windows (Microsoft en premier) fassent des versions optimisées ARM (comme quand le M1 est arrivé) pour lancer la machine, bah sinon ce sera mort et enterré…

    Répondre
  • 25 octobre 2023 - 17 h 01 min

    @Olivier Barthelemy: Pour les standards de Qualcomm, on est bien là sur de « gros coeurs ».

    Répondre
  • 25 octobre 2023 - 17 h 16 min

    Les annonces passées de Qualcomm m’ont tellement déçues que j’attends de voir sans aucun enthousiasme particulier. Reste à espérer que MS ns ponde un Rosetta-like très performant sous win pour la compatibilité des apps x86…

    Répondre
  • 25 octobre 2023 - 19 h 46 min

    Impressionnant sur le papier mais bon, le problème reste entier, que va faire MS de toute cette puissance ?
    Les soc précédents étaient pas mal, c’est windows et son émulateur x86 qui foiraient…
    Sans compter que les comparaisons se font sur un soc, qui n’est pas encore présent, face a des proc, actuels et bien reels, qui auront évolués d’ici l’année prochaine.
    Bref, on verra quand ce sera du concret.

    PS: le M3 ne va pas tarder non plus…

    Répondre
  • 26 octobre 2023 - 1 h 09 min

    La conférence d’aujourd’hui sur ces puces tend à me rassurer un tout petit peu sur la présence commerciale des puces Snapdragon. Auparavant, y’avait une tablette Surface ratée et un Thinkpad x13 ARM perdu au milieu des références identiques. Là, on a vu non seulement Honor, mais surtout HP comme partenaires pour se positionner sur le marché Windows on ARM. La présence de machines sur le marché va peut-être convaincre les développeurs de logiciels à fournir des versions natives ARM de leurs logiciels, et enfin faire prendre Windows on ARM sur le terrain, comme (là encore dans la conférence d’aujourd’hui) l’éditeur de Da Vinci Resolve.
    En tout cas, Qualcomm joue un vrai va-tout sur ce Snapdragon X Elite, et l’envie de convaincre est là. Bien plus qu’il y a quelques années.
    Allez, si je veux pinailler, je trouve dommage que ces CPUs Oryon ne proposent pas de Simultaneous Multi-Threading. Là où on peut obtenir le double de threads sur un CPU x86 grâce au SMT, on est obligé d’avoir 12 coeurs pour avoir 12 threads. Ca se sentira sur la facture.

    (Par contre la conférence en question était catastrophique en terme de rythme et de présentation de cas d’usage, c’était déplorable. Celle d’après, qui parlait de leur nouvelle puce pour smartphone, était beaucoup plus maitrisée.)

    Répondre
  • 26 octobre 2023 - 10 h 39 min

    Windows on ARM, j’ai donné ! J’ai acheté des tablettes surface avec des proc ARM pour le boulot, c’est vraiment une catastrophe niveau performance et compatibilité. On regrette tous (surtout, vu le prix desdites tablettes).

    Même pour imprimer, sur des copieurs pro (avec identification par badge), c’est la plaie car pas de drivers pour WindowsARM par Canon, et ne fonctionne pas en émulation.

    Pour chaque logiciel métier qui n’est pas exclusivement en Saas, on est obligé à chaque fois de jongler avec les paramètres d’émulation, c’est leeeent, bref, nul.

    Si au moins on pouvait y installer un linux… (déjà plus rapide que windows sur les configs récentes et notamment sur les Ryzen)…

    Répondre
  • 27 octobre 2023 - 13 h 53 min

    @Wyatt2: Le SMT n’est pas équivalent à un vrai coeur vu que ce sont deux threads qui utilisent les ressources d’un même coeur (cache par exemple) quand deux coeurs auront leurs propres ressources bien à eux et leur propre cache.
    AMD a été attaqué en justice avec son architecture Bulldozer pour ça, ils vendaient leurs modèles comme des 8 coeurs sauf qu’en fait, il fallait les voir comme 4 coeurs avec 2 threads physiques.
    D’ailleurs, en principe, le système d’exploitation ne voyait que 4 coeurs physiques et 8 coeurs logiques.

    Répondre
  • 9 novembre 2023 - 5 h 54 min

    Une usine à gaz en développement avec des promesses proches de celles des hommes politiques !

    Les premiers ont essuyé les plâtres … Sacrée mauvaise publicité.

    Cela sera dur de percer ! Redresser la barre ne sera pas une mince affaire.

    Humble avis ou simple avis de ma part, peut-être.

    Mais la question, au demeurant toujours d’actualité reste en suspend :
    EST-ON PRET A VOIR FONCTIONNER WINDOWS UNIQUEMENT AVEC DES APPLIS ?

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *