Project Volterra : une Surface Pro comme les autres

Le Windows Dev Kit ou « Project Volterra » de Microsoft est construit très simplement autour des composants de la dernière Surface Pro.

Présenté en mai dernier et lancé il y a quelques jours seulement, le Project Volterra est devenu le Windows Dev Kit 2023. Un MiniPC sous ARM à destination des développeurs.

L’idée derrière cet engin à 699€ est assez simple, il s’agit de proposer une solution accessible aux développeurs pour qu’ils portent leurs applications dans l’univers ARM de Microsoft. Plus le nombre d’applications sera grand et optimisé, plus le matériel proposé sera pertinent. Les puces actuelles ayant encore bien du mal avec l’émulation x86, le nombre d’applications natives est vraiment le nerf de la guerre pour Microsoft.

Afin de limiter ses couts de développement et de proposer les composants les plus proches de son propre matériel aux développeurs, le  constructeur a trouvé une solution simple et efficace. Intégrer tout simplement une carte mère de Surface Pro 9 dans le boitier de Volterra.

Il ne s’agit pas d’un développement particulier ni d’une adaptation, c’est bel et bien la carte de la Surface qui a été employée. Sa connectique a été détournée vers des ports différents mais on retrouve tous ses composants. Son SoC ARM Microsoft SW3, sa mémoire vive soudée et même son SSD signée Microsoft.

Mais on retrouve également énormément de connecteurs à nu. Des éléments censés piloter des fonctionnalités de la Surface Pro 9 et qui n’ont tout simplement pas d’usage dans la version sédentaire de l’engin. Un ajout de taille a été fait avec l’usage d’un énorme ventilateur posé sur le SoC. La version tablette se contente d’un refroidissement passif, et ici Microsoft propose une approche très différente. Et cela a du sens, les développeurs ayant un besoin de puissance brute avant optimisation de leurs processus, il est possible qu’une longue session de test mette à mal le processeur avec un simple dissipateur. Ainsi équipée, la solution ne craindra pas des sessions de travail surchargées.

C’est donc un équipement à la fois très logique et très intéressant pour Microsoft. Volterra assurera sa mission sans aucun problème et un développeur s’intéressant à cette minimachine de développement sera sur de voir son application compatible avec la Surface Pro 9. C’est également un moyen pour Microsoft de limiter au maximum les coûts de développement de l’engin. Pas de création de carte mère ni d’autres composants couteux mais au contraire une mise en commun d’un matériel identique.

Faites découvrir le site en le partageant


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

2 commentaires sur ce sujet.
  • 8 novembre 2022 - 16 h 25 min

    Je vois que je ne suis pas le seul à suivre Jeff Geerling 😀
    Tant mieux, il gagne à être connu.

    Répondre
  • 8 novembre 2022 - 19 h 43 min

    @Iron_Momo: Effectivement pareil :)
    J’ai beaucoup aimé son bouquin sur Ansible à l’époque.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *