Nanote, un netbook 7″ qui joue la carte du prix

Le Nanote est un netbook 7″ prévu pour le marché Japonais mais qui pourrait également se répandre dans d’autres pays dans le futur. Sa particularité principale ? Son tarif sous les 20 000 Yens, soit 170€ de nos euros.

Mise à jour : Je me disais bien que j’avais déjà vu cet engin quelque part. Il s’agit du Pretech F700MI ici dans une version 8/256 Go. Une solution qu’on avait pu découvrir l’année dernière en vidéo.


Billet original : Le Nanote est un netbook sous Windows 10 qui fait beaucoup penser à des productions préalables sur le marché. On retrouve un petit écran 7″ sur une charnière fonctionnant à 360° pour l’utiliser en portable ou en tablette. 

 

2019-09-12 12_15_28-minimachines.net

Le Peakago 7

Ce netbook est très clairement une reprise des designs de machines de GPD et OneMix. Je doute fortement que la Pan Pacific International Holdings qui le distribue en soit le fabricant. Il est donc fortement possible que cette solution soit proposée sur un marché plus global dans le futur avec un autre nom. On retrouve également beaucoup d’éléments présents dans le Peakago lancé fin 2019 en financement participatif sur Indiegogo. Même design, même processeur, même écran mais 4 Go de ram au lieu de 8 et 64 Go de eMMC au lieu de 128 Go. Ce Peakago annoncé à 299$ devait être livré en Mars 2020 mais aucune des 875 personnes ayant fait confiance en cette “marque” n’ont pour le moment vu la couleur de leur produit…

Nanote
L’écran du Nanote affiche en 1920 x 1200 pixels grâce à une dalle tactile de type IPS. Pour piloter cette dalle, le Nanote emploie un processeur qui commence à accumuler pas mal d’heures de vol, un Atom X5-Z8350. Une très bonne solution Cherry Trail lors de sa sortie en 2016 avec 4 coeurs et autant de threads. La puce tourne à 1.44 GHz et peut grimper à 1.92 GHz en mode turbo. Il propose 2 Mo de mémoire cache et un circuit graphique HD 400 relativement performant. Mais de l’eau a coulé sous les ponts depuis cette sortie début 2016, si j’ai applaudi à deux mains aux performances de cette puce dans des solutions à l’époque, il faut bien se rendre compte de ses limitations aujourd’hui. Non pas que la puce soit incapable de quoi que ce soit, au contraire, mais elle manque clairement de souffle pour certains usages.

Nanote like
Elle est ici associée à 4 Go de mémoire vive, ce qui est bien, et 64 Go de stockage eMMC non évolutif. Ce qui est tout juste suffisant pour un PC sous Windows 10. Le résultat de ce type d’assemblage est paradoxal. Il est assez bon pour certains usages peu gourmands : La machine est réactive sous Windows 101, permet de lancer des logiciels classiques rapidement et sera totalement apte à gérer une petite session de surf, un traitement de texte ou un tableur dans LibreOffice, un tunnel SSH vers un serveur et même d’autres opérations un poil plus lourdes.

Peakago

Il est tout a fait possible de lancer une retouche photo légère avec ce type de système, tout comme l’on peut lancer quelques jeux anciens. Si vous vous souvenez des possibilités offertes par les Transformer Book T100 d’Asus sous une version plus ancienne de cette puce avec seulement 2 Go de mémoire vive et autant de stockage eMMC, vous aurez une bonne idée des capacités potentielles du Nanote. Mais attention, la qualité de l’intégration joue beaucoup sur ce type de produit. Non seulement d’un point de vue matériel mais également en terme de logiciel.

2019-09-12 12_15_48-minimachines.netLe Peakago 7

Sur certains prototypes de MiniPC que j’ai pu recevoir dans le passé équipés du même matériel, les performances varient du simple au double. La qualité de la dissipation de la puce et surtout celle du stockage eMMC jouent un grand rôle dans le résultat. Un MiniPC équipé de 2 Go de mémoire vive avec un eMMC performant aura un meilleur comportement qu’un autre avec plus de RAM mais un eMMC médiocre. De la même manière, des machines peuvent se comporter de manière médiocre malgré un matériel embarqué qui semble identique. Je suppose que c’est le résultat d’un solution logicielle mal maîtrisée ou d’un problème de pilote. 

On peut également se demander si la densité de pixels sur une dalle de cette diagonale est le meilleur choix en terme de lisibilité mais également quel impact elle aura sur l’autonomie et les performances de l’ensemble. Le  recours à une définition plus faible aurait peut être joué en sa faveur. Le 1366 x 768 pixels du T100 qui affichait en 10″ n’avait pas été choisi par hasard et peut être qu’une solution 7″ de même gabarit aurait été une meilleure option.

2019-09-12 12_17_20-minimachines.net

Le Peakago 7

La connectique comprend une sortie MicroHDMI, un port jack audio 3.5 mm stéréo, un lecteur de cartes MicroSDXC pour étendre le stockage de base, un port USB 3.0 Type-A, un port USB Type-C permettant à la fois de transférer des données et d’assurer la charge de la batterie de 5000 mAh embarquée.

Le Nanote proposera également une webcam 0.3 mégapixels et se connectera au réseau grâce à un Wifi4. Moins rapide que les solution 5 ou 6, ce format à l’avantage d’une meilleure portée. Un module Bluetooth 4.0 sera également présent si vous voulez utiliser facilement un clavier externe un poil plus grand que celui embarqué. Un clavier de base en QWERTY bien évidemment, le Nanote visant le marché Japonais pour le moment. L’engin ne propose pas de pavé tactile faute de place, il remplace cela par un petit tracker optique entre la touche espace scindée en deux et les deux boutons de la souris.

L’ensemble mesure 18.1 cm de large pour 11.31 cm de profondeur et 19.6 mm d’épaisseur. Un format ultra compact qui est très clairement conçu pour rester au fond d’un sac ou dans une poche de veste pour proposer des services en toute mobilité. Le Nanote pèse 520 grammes, ce qui est un poil lourd dans une poche de chemise mais ne devrait pas se faire trop sentir dans un bagage.

Peakago

Le Peakago 7

A 170€, ce Nanote peut se considérer comme un gadget inutile ou, suivant les profils, comme un véritable couteau suisse. Je ne suis pas sur qu’il soit agréable de jouer sur ce type d’engin et ceux à la recherche d’une solution multimédia auront plus vite fait de sortir un smartphone de leur poche. Par contre pour des administrateurs réseau, des programmeurs, des personnes ayant besoin d’un clavier physique pour intervenir sur des tâches de maintenance, des photographes cherchant un logiciel précis à exploiter et probablement plein d’autres profils, ce type de format a de l’intérêt. Ceux ne jurant que par tel jeu sorti sur Windows telle année pourraient y trouver un intérêt… Avec ce Nanote, il ne faut clairement pas être en recherche de performances brutes, c’est un outil à prendre en compte par rapport à des besoins précis.

A vrai dire, cet engin aurait tout son sens sous une flopée de distributions Linux spécialisées. Connaitre le détail des composants embarqués pour la gestion du son, du Wifi, du Bluetooth comme les éléments annexes que sont le gyroscope ou autres détecteurs que le constructeur a intégré aurait grand intérêt. Si le Nanote assurait une bonne compatibilité avec des distributions type Lubuntu ou Mint, cela pourrait largement changer l’optique des utilisateurs. 

Sources : PCWatch et Liliputing

Soutenez Minimachines, partagez le !

Notes :

  1. Encore plus si vous pilotez le système pour ses mises à jour… Au lieu de les laisser s’exécuter en permanence en arrière plan.

Violet
30 commentaires sur ce sujet.
  • 28 avril 2020 - 13 h 19 min

    Vivant à Tokyo, je vais essayer de le tester lorsque qu’on pourra sans crainte retourner dans les grands magasins. J’avoue que voir du Cherry trail en 2020 ça m’emballe pas du tout. Surtout sous W10…
    Maintenant faut savoir que les japonais adorent les petits ordinateurs, et qu’il y a pas mal de gens qui en achètent ici. C’est pas un hasard si des marques d’UMPC proposaient des clavier japonais en options dès le financement participatif. Et peu de ces ordinateurs se sont retrouvés sur les étales d’autres pays.

    Répondre
  • fpp
    28 avril 2020 - 13 h 21 min

    Clairement… le petit terminal de poche à tout faire sous Linux, depuis les Psion S5, ça reste une arlésienne ! :-)

    Répondre
  • 28 avril 2020 - 13 h 23 min

    Il faut absolument un nunux sur un engin pareil.
    J’attends toujours le successeur de mon Dell mini 9.

    Répondre
  • 28 avril 2020 - 13 h 30 min

    Le (vrai) retour du EEE PC ? Je crois que c’est le prix que j’avais payé pour mon 701. J’adore ce format, c’est mignon, c’est cool, ça peut tout faire (en terme de bureautique et web je parle).

    Répondre
  • 28 avril 2020 - 14 h 33 min

    Possesseur d’une hp pro 608g1 (z8550 4gb 64 gb) je peux dire que ça marche pas mal sous linux mais c’est pas foufou non plus, le principale handicap, ce n’est pas le proc mais plus l’eMMC qui bride la bécane, et je doute que l’on est a faire ici a un ufs3 (surement pas compatible avec le z8350).
    Il m’arrive de démarrer ma tablette sur un ssd en usb3, et la, c’est top en terme de vitesse, toujours pour un Atom, évidement…

    Répondre
  • 28 avril 2020 - 14 h 46 min

    Clair, la machine idéale pour les interventions pocntuelles ou en voyage.

    Le processeur ne me gène pas. Comme le dit Pierre :

    “Sur certains prototypes de MiniPC que j’ai pu recevoir dans le passé équipés du même materiel, les performances varient du simple au double.”

    C’est logique, il y a tellement de réglages en usine, de bridage de toutes sortent que des machines celeron serie N par exemple sont des veaux et d’autres (le mêmes) parfaitement utilisables.

    Je serait heureux si ce billet était suivi ;)

    On l’attend toujours notre netbook badgé MM ;)

    Répondre
  • 28 avril 2020 - 14 h 58 min

    Franchement, le successeur de mon Dell mini 9 puis de mon Asus T100, c’est ma Surface Go 8 Go 128 Go !

    Qualité de l’ensemble et légèreté du tout, qualité de l’écran, excellent clavier AZERTY avec trackpad en verre et rétroéclairage, stylet actif, multiorientable, USB-C pour extension écran et disques externes (ou autres)…

    Acheté d’occasion, état neuf…

    En deçà en taille écran (10 pouces), rien de potable pour moi.

    Avec la V2 en approche qui proposera un écran 10,5 pouces dans la même enveloppe, et un core M en haut de gamme pour relayer le Pentium Gold, il sera possible d’en trouver à bon prix pour la génération 1.

    Répondre
  • 28 avril 2020 - 15 h 40 min

    @Neuro: Mettre des socs plus puissants mais plus difficiles à refroidir dans ce gabarit de poche ne serait pas faisable sans faire monter le prix.

    Répondre
  • 28 avril 2020 - 16 h 06 min

    De l’emmc. :( Alors que l’on commence à voir du nvme assez souvent. Au pire il y aurait peut-être pu avoir un petit ngff basique que l’on aurait pu faire évoluer.

    Répondre
  • 28 avril 2020 - 16 h 29 min

    En fait, il me semble que sur cette machine la seule question que l’on devrait se poser est la qualité du clavier :
    Il me paraît absurde de vouloir s’en servir pour du surf, ou autre chose, pour tous ces autres usages, un smartphone dans la même gamme de prix donnera de bien meilleurs résultats, pour une taille d’écran a peine inférieure, en tenant compte du ratio d’écran des smartphones qui tirent dans les 19/10. En revanche pour travailler sur une machine distante (ssh ou autre), ou taper un long texte, quitte à le mettre en forme plus tard, cela devrait offrir un sacré avantage.

    Répondre
  • 28 avril 2020 - 17 h 52 min

    Effectivement, avec ce format, je suis toujours embêté :
    – pour remplacer un laptop : le clavier est un handicap (et la config reste quand même un peu trop légère)
    – pour avoir sa machine partout, en mobilité : hop, tu branches clavier, souris, écran et pan ! t’es opérationnel mais dans ce cas, pourquoi intégrer un écran et un clavier. Un mini pc ferait l’affaire.

    Du coup, je ne sais jamais quoi penser de ce type de solution. D’autant que le prix, quand la configuration est à la hauteur, s’envole en général.

    Répondre
  • 28 avril 2020 - 18 h 41 min

    Dommage qu’il n’y ait pas de port Ethernet vu l’épaisseur de l’engin, qui aurait pu être un petit outil bien pratique pour faire de l’administration réseau par exemple.

    Répondre
  • 28 avril 2020 - 19 h 21 min

    Un t100 en 7pouces…je crois que j’ai trouvé mon nouveau jouet

    Répondre
  • fpp
    28 avril 2020 - 20 h 18 min
  • 28 avril 2020 - 20 h 46 min

    Bien sympa ! Ça me tente bien, notamment d’un point de vue professionnel.

    Bon par contre, avant de le voir arriver chez nous … Il y a des équivalent niveau config/budget ? Merci.

    Répondre
  • 28 avril 2020 - 21 h 20 min

    Petite machine a prix sympa .
    Reste a voir l’usage ?
    Une distribution Linux pour en faire une console de jeux ,si l’écran fait le boulot ,le processeur date faudrait mieux un N-4100 .

    Répondre
  • 28 avril 2020 - 21 h 22 min

    Dommage qu’il manque un port ethernet en effet et je rajouterais dans un rêve lointain d’y voir un écran e-ink 😉

    Répondre
  • 29 avril 2020 - 5 h 41 min

    @Chouette Mâ-Mâ: après de multiples recherches, ayant la SP3 je confirme que la go est la meilleur tablette selon moi en termes de compacité / finitions / perf pour un linux.
    Si tu vends la tienne, penses à moi !

    Répondre
  • 29 avril 2020 - 7 h 54 min

    j ai toujours ma T100 première du nom, mais le passage a w10 m’a fait perdre la sortie HDMI, pas moyen de la retrouver en réinstallant les pilotes
    faudrait que trouve un iso de 8 avec les bons pilotes d’origine pour voir si logiciel ou matériel
    en tout cas le emmc intégré est un veau

    Répondre
  • 29 avril 2020 - 11 h 48 min

    J’ai eu ce genre de problème, le pilote requis est un pilote HD sound hdmi un truc comme ça de chez Intel. J’ai plus le détail mais il faut chercher du coté de Intel et de son pont HDMI qui concerne le son, curieusement !

    Répondre
  • 29 avril 2020 - 11 h 58 min

    @FOLIEPURE: Pas de soucis particulier sur la mienne ? Quelle génération ? Celle des débuts ?

    Répondre
  • Tof
    29 avril 2020 - 12 h 27 min

    @Madwill: pas de problème avec l’UEFI ?

    L’Atom Z8350 Cherry Trail (tout comme l’Atom Bay Trail) a l’UEFI bloqué en 32bits en standard. Donc impossibilité d’y booter un Linux 64 bits normalement à part via bidouille (installer un bootloader bootia32.efi en même temps ou après l’installation du système, et encore il faut que la distro continue de fournir un bootloader 32bits dans ses releases). Pour Ubuntu par exemple, il faut passer par Linuxium/IsoRespin pour permettre une installation adaptée (Grub en 32bit et le système en 64bit) http://linuxiumcomau.blogspot.com/

    Seulement quelques intégrateurs ont dédié du temps de développement à faire le travail d’adaptation du BIOS pour pouvoir booter en 64bits, mais je doute fort que les intégrateurs chinois de solutions cheap s’encombrent de cette tâche… Donc il y a une forte probabilité que cette machine avec Atom Z8350 pose problème sous Linux, mieux vaut attendre le retour des premiers acheteurs-beta-testeurs que de se précipiter dessus.

    Répondre
  • 29 avril 2020 - 12 h 34 min

    De toute façon elle est pas encore en vente.

    Répondre
  • 29 avril 2020 - 14 h 29 min

    @Tof: Bah en fait, quand c’est pour installer une iso sur machines Atom (z3735f et z8550), je grave toujours, sur ma machine principale, avec unetbootin, ensuite, avant d’éjecter la clé, j’ajoute les fichiers bootia32.efi et grubia32.efi dans le dossier efi/boot/ sur la clé….et ça démarre.
    Testés et approuvés “out off box” avec:
    fedora 31 et 32 (gnome full opé pour tablette)
    Ubuntu 19.04,19.10 (gnome full opé pour tablette…mais rame pas mal)
    Xubuntu 19.04,19.10
    Ubuntustudio 19.10
    Kubuntu 19.10
    Debian 11 testing
    ZorinOS
    Testés et fonctionnels mais manque de pilotes (wifi, son et bluetooth) du a l’ancienneté du noyau
    plasma mobile x86 (ubuntu 18.04)
    BionicPup64 8.0 et BionicPup32 8.0 (ubuntu 18.04)
    Debian 10
    Pixel 10

    J’en oubli mais je préfère me concentrer sur les plus “sérieuses” et faciles a installer et prendre en mains pour le lambda lol

    Le principale souci que j’ai pu rencontrer (hors Gnome) sur les tablettes, qui sont comme ces mini laptop genre Nanote, one mix, chuwy, etc… les 2 in 1 en général, c’est l’orientation de l’écran et du tactile qu’il faut modifier.

    Maintenant, je ne sais pas ce que donne ubuntu 20.04 mais j’attends de pieds ferme une plasma-mobile ou une puppy basée dessus….

    Répondre
  • 29 avril 2020 - 14 h 31 min

    @Tof: Je precise que pour Fedora, rien a modifier (boot32 ou grub, deja inclus dans l’iso), peut être gravé directement avec etcher…

    Répondre
  • 29 avril 2020 - 18 h 51 min
  • 30 avril 2020 - 3 h 21 min

    @Madwill: c’est fou… j’ai essayé Fedora + Debian 11 + Debian 10 sur mon Xiaomi Mipad 2 (Cherry Trail) : aucun boot. J’aurais dû prendre la tablette HP.
    C’est fluide sur ta tablette Fedora Gnome ?

    Répondre
  • 30 avril 2020 - 11 h 12 min

    J’avais hésité avec la mipad 2 mais d’occasion, la hp était plus intéressante (140€ en moyenne, une machine qui coûtait entre 600 et 900€ en 2016), plus puissante, usb 3, 4g lte, stylo Wacom, connecteur POGO pour une base, etc…
    Mais surtout, sous Windows ce qui me paraissait plus sereins pour la config du BIOS plutôt qu’une machine d’origine sous Android avec des chance d’être verrouillée a la manière de pas mal ChromeBook x86…
    Pour répondre a ta question, oui, Fedora sous gnome, c’est fluide avec les animations désactivées, bien plus qu’avec Ubuntu, idem pour le démarrage….mais j’ai 4g de ram, donc ça passe.
    Évidemment, ce sera toujours plus lourd que xfce ou lxde mais ça le taf.

    Répondre
  • 30 avril 2020 - 11 h 12 min
  • 30 avril 2020 - 21 h 11 min

    @Madwill: Merci beaucoup… je suis dég ! j’aurais tellement voulu réussir ce projet. Bref, j’espère économiser pour prendre une Surface Go d’occaz et lui mettre une Debian dessus, et laisser les Cherry Trail de côté, ça m’a déprimé.

    La satisfaction étant dans le fait que tu aies pu réussir de ton côté au moins.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *