Mali-Cetus, le nouveau circuit d’affichage d’ARM

Mali-Cetus c’est un Display Processor, un processeur d’affichage et non pas un processeur graphique comme le sont les circuit Mali habituels. C’est un peu le copilote de votre circuit graphique, il va lui indiquer le chemin à suivre et effectuer certains calculs.

Mali-Cetus est d’ailleurs un nom de code et non pas le nom du produit final mais ce n’est pas  très grave puisque la plupart du temps les constructeurs ne mentionnent pas ce détail lors de la commercialisation de leurs produits. On découvre le type de Cortex du SoC, son chipset graphique mais on n’a rarement le détail du circuit d’affichage.

ARM Mali-Cetus

Ainsi vous n’avez sans doute jamais entendu parlé des Mali-DP500, Mali-DP550  ou Mali-DP650 qui équipent pourtant probablement votre smartphone ou votre tablette. C’est n’est pas tant le côté très technique qui rend ces composants invisibles, c’est surtout qu’ils son employés en masse par la plupart des constructeurs utilisant des circuits ARM. Du simple fait qu’il n’y a pas de vraie différence d’une puce à l’autre, cela les relègue à l’arrière plan. Pourtant c’est un élément important de la donne puisqu’il prend en charge énormément de fonctions au sein d’un SoC.

ARM Mali-Cetus

Ce nouveau Mali-Cetus est une nouvelle architecture au sein des SoC par rapport au Mali-DPxx0 cités plus haut et on pas une simple évolution, un changement lié au fait que les circuits graphiques et les produits ont largement évolué ces dernières années avec l’apparition de nouveautés qui comptent et que ARM ne peut pas laisser de côté.

ARM Mali-Cetus

La très gourmande réalité virtuelle en est une, la gestion des contenus HDR en est une autre et ce nouveau circuit d’affichage est clairement taillé pour les prendre en compte. Les précédents circuits n’ont pas été pensés pour cela et ont du mal à proposer les éléments nécessaires  l’exploitation de ces nouveaux contenus.

ARM Mali-Cetus

Plus  de performances pour la VR, une meilleure optimisation énergétique,  et la mise à jour des standards comme le HDR10, voilà des paliers qu’ARM doit atteindre pour être intégré dans des casques VR, des TV-Box ou des téléviseurs dans le futur. C’est ce qui motive l’annonce de ce nouveau Mali-Cetus.

ARM Mali-Cetus

Cela et quelques éléments qui tentent de coller aux énormes changements proposés par Android ces dernières années. Le système de Google tend à se complexifier de manière importante d’un point de vue affichage. Ne serait-ce que dans son interface. Le nombre de couches d’informations à gérer est devenu énorme depuis Android 7.0 et ses capacités de multi-fenêtrage.

ARM Mali-Cetus

Prenez un écran d’accueil d’Android, il comporte plusieurs zones : La barre de notification, la barre de navigation, l’écran central et les fenêtres qui le composent avec pour chacune des animations et autres fonctions spécifiques. Le nouvelle gamme Mali-Cetus pourra prendre en charge 8 couches différentes contre les 7 des circuits d’affichage actuels. Il pourra également en manipuler quatre en même temps grâce à quatre moteurs dédiés.

ARM Mali-Cetus

Cette gestion de couches est assez intéressante car elle offre au processeur une possibilité unique, celle de  découper les très grandes zones d’affichage en plusieurs plus petites. Prenez un contenu 4K, la surface à traiter est énorme et requiert donc des processeurs graphiques puissants à des cadences élevées. Mais si vous la découpez en quatre zones identiques de plus petite taille, vous pouvez les traiter avec quatre processeurs moins gourmands ou à des fréquences moindres. Le résultat est une baisse de la quantité de ressources utilisées pour le même rendu et donc une autonomie accrue.

Autre nouveauté de cet ARM-Cetus, la présentation d’un co-processeur d’interface. ARM annonce que cette solution permettra à ses clients de se différencier des autres en intégrant la solution de leur choix pour ce poste, tout en proposant bien entendu leur solution maison : L’Assertive Display Block. Il s’agit d’une solution développée par Apical, une société qu’ARM a racheté en 2016. Ce co-processeur est  spécialisé dans le tone-mapping. Une fonction qui permet de jouer sur les couleurs et le contraste afin de mieux reproduire des images d’intensités lumineuses très différentes. C’est ce détail qui permettra à l’ensemble de gérer matériellement les fonctions HDR directement au niveau du circuit d’affichage.

ARM Mali-Cetus

Cette annonce est un point important pour ARM qui s’offre un pont vers les solutions VR et la production de contenus HDR du futur marché de la télévision et du cinéma. Si pour le moment les contenus de ce type ne sont pas légion, si les casques VR ne sont pas encore très répandus, beaucoup pensent que leur généralisation arrive à grand pas et que le marché ne peut pas passer à côté. Il faudra encore pas mal de temps avant que Mali-Cetus ne trouve sa voie jusque dans des productions de solutions ARM chez les différents concepteurs de puces, et encore plus de temps avant que des SoC soient produits et implantés dans des matériels grand public. Mais ce délai devrait correspondre avec l’apparition de solutions chez monsieur et madame tout le monde et permettra à ARM de suivre ce virage à la corde. La production de premières solutions devrait arriver au quatrième trimestre mais les premiers produits en bénéficiant ne seront pas présents avant 2018.

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*