La Atari VCS change de boitier

Une mise à jour de la campagne de l’Atari VCS montre qu’il y a enfin du mouvement autour de l’engin. Après le billet de la Mi Mars qui indiquait un changement de processeur, l’équipe indique devoir changer également son boitier.

Pas de nouvelle depuis Décembre 2018 puis, un billet en Mars pour indiquer le passage de l’Atari VCS vers un processeur AMD Ryzen. Et maintenant, on apprend que la solution va également changer de boitier pour une version un poil plus épaisse. Si il fallait bien une autre preuve pour montrer que les équipes en charge de l’Atari VCS n’avaient rien mené à bien entre la fin du financement participatif et la décision de changer de processeur à quelques jours de la date prévue de l’envoie des consoles, en voilà une.

AtariBox

Ci dessus, le prototype d’Atari VCS qui a servi pour la campagne de financement participatif se présentait comme un bloc posé directement sur un support avec un liseré très fin autour du bois de la façade.

2019-04-01 18_06_04-minimachines.net

L’engin proposé sera finalement plus épais d’au moins un centimètre sur sa base. Le liseré autour du bois est le même mais il a été surélevé.  Le changement de processeur implique probablement une prise en charge de nouveaux paramètres à prendre en compte. Parmi eux, la dissipation thermique de la puce qui semble avoir requis quelques changements techniques.

2019-04-01 18_11_52-minimachines.net

Le boitier est donc plus épais, il gagne une base qui surélève la partie bois qui était auparavant au plus bas. Atari indique retrouver ici un design plus proche de l’Atari 2600 originale, ce qui est parfaitement vrai même si je ne sais pas si c’est de cette partie là que les joueurs nostalgiques de la solution voulaient retrouver. L’épaisseur de l’engin n’était pas forcément son point le plus positif. Il m’est avis que de retrouver une interface de boutons et autres connecteurs sur la partie supérieure aurait été mieux perçue, pas spécialement de retrouver une solution plus épaisse. 

2019-04-01 18_10_53-minimachines.net

La console  La VCS y gagne au passage deux ports USB 3.0 Type-A frontaux pour brancher plus facilement manettes et accessoires. Ces deux ports ne sont pas en supplément des ports arrière mais Atari procède à un déplacement de ceux-ci de la partie arrière vers la partie avant. L’engin reste donc équipé de 4 ports en tout.

2019-04-01 18_05_48-minimachines.net

Un autre changement à lieu puisque l’équipe fait disparaitre le lecteur de cartes MicroSDXC qui était prévu à l’arrière. Elle justifie ce choix de façon assez bizarre, d’ailleurs, en se comparant ici avec les autres consoles du marché. 

2019-04-01 18_21_50-minimachines.net

Avec l’apparition des ports USB 3.0, la présence d’un lecteur de  cartes ne serait plus nécessaire. Comme les Playstation et XBox qui s’en passent très bien. Un discours assez tordu puisque les consoles de salon habituelles sont des… consoles et non pas des PC. Ici, il s’agit bien d’un PC sous Linux et c’est d’ailleurs comme cela que Atari a vendu le projet. Un PC sous Linux, à la différence d’une console, peut très bien servir à diverses autres chose que du jeu. Et c’est d’ailleurs là tout son intérêt. Avec ce lecteur, on aurait probablement pu tester d’autres systèmes, décharger des données ou laisser un stockage invisible au coeur de la machine pour, par exemple, du rétro gaming. Autre constat, Atari ne veut pas que l’on compare sa solution aux autres consoles quand il s’agit de performances. Là, on passe à une solution “qui n’a rien à voir”, un système PC plus ouvert et plus riche. Mais d’un coup, pour justifier un choix étrange de suppression de ce petit lecteur qui ne coûte pourtant que quelques dollars, la marque se compare aux consoles du marché. 

Je pense que ces choix ne sont pas tout à fait liés à la volonté d’Atari1 et que la marque a tout simplement fait appel à une société tierce pour lui fournir une carte mère clé-en-main. Cette dernière avait un impératif de dissipation passive qui imposait une certaine épaisseur. Comme le design de la console n’est pas modifiable sans la rendre plus imposante, la marque a choisi de rajouter ce pied. Cette solution permet de garder l’image globale de l’engin avec son toit plat et parcouru de stries. Cette carte mère AMD Ryzen n’embarquait probablement pas de solution de lecteur de cartes ni de cinquième port USB pour en rajouter une, cela donc suffit à décider du sort de cette fonctionnalité.

La bonne nouvelle, si j’ai vu juste, c’est que le calendrier prévu par Atari pourrait largement rattraper son retard. En choisissant une carte existante et en n’ayant plus qu’a l’intégrer dans ce boitier, le travail est beaucoup plus simple à mener pour la marque qui se transforme en assembleur. Une fois le design du châssis validé et les commandes de cartes faites, il n’y a plus qu’a fignoler le système pour assembler les trois très rapidement.

2019-04-01 18_38_37-minimachines.net

Autre modification, purement esthétique. la LED de façade autrefois illuminée en rouge va passer à une LED blanche commune à tous les appareils. Toutes les versions de la console mais également des accessoires auront ce petit logo “Fuji” illuminé de cette façon. Un système de communication par clignotement de cette LED indiquera les différentes étapes de la connexion, de l’appairage, de l’alimentation de la solution. Ces messages seront accompagnés d’indications logicielles.

2019-04-01 18_37_34-minimachines.net

Enfin, le boitier n’est plus construit comme auparavant. La marque voulait utiliser 18 éléments assemblés les un aux autres pour enfermer son équipement. une solution rigolote sur le papier mais de peu d’intérêt technique. En utilisant un châssis plus classique, la VCS gagnera en praticité et coûtera beaucoup moins cher à produire. Moins de matériel, moins de main d’oeuvre, moins de plastique et un temps d’assemblage beaucoup plus simple pouvant être mécanisé. Comme si la marque avait reçu les premiers devis du coût de leur solution originale et avait décidé de revenir à un châssis plus sobre. D’un point de vue esthétique, cela ne change pas vraiment la donne et c’est également une solution qui permettra à tout un chacun d’ouvrir la console sans se retrouver avec un puzzle dans les mains. 

Notes :

  1. Je ne sais toujours pas qui est décisionnaire sur ce point, quelles équipes techniques sont réellement en place
5 commentaires sur ce sujet.
  • 1 avril 2019 - 21 h 32 min

    Merci pour ce billet :)

    Répondre
  • 1 avril 2019 - 22 h 01 min

    À moins que ce soit un poisson d’avril…

    Répondre
  • 2 avril 2019 - 6 h 47 min

    l’argument ne tient pas, la Switch dispose d’un lecteur de carte microSD.

    Répondre
  • 2 avril 2019 - 9 h 30 min

    Cette saga est captivante. Des cliff hangers, des portes qui claquent, du vaudeville, c’est très divertissant. Ne manque que les rires enregistrés. Merci Pierre !

    Répondre
  • 2 avril 2019 - 12 h 37 min

    Bon alors Pierre, quel article était véridique hier ? J’ai l’impression que tout était faux, bonne journée à tous

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *