Kano met à jour son concept avec un Celeron N4000

Le concept de cette tablette Kano est toujours le même : proposer un appareil accessible, conçu pour un usage éducatif et qui laisse entrevoir son fonctionnement.

La tablette Kano est proposée à 300$ outre atlantique autant dans la grande distribution (Best Buy) que sur le site de Kano ou sur les pages de Microsoft. Il faut dire que cet engin tourne sous Windows depuis 2019, date à laquelle le premier modèle est sorti.

Kano

Kano, c’est une solution qui fait d’ailleurs clairement penser à la Surface depuis son apparition. Une tablette qui se positionne avec une béquille et qu’on utilise avec un clavier amovible. Le premier modèle, sorti en 2019 sous Intel Atom x5-8350, commence à vieillir, la puce est toujours capable de venir à bout de nombreux usages mais reste un peu à la traîne devant la gourmandise de certains outils éducatifs. Je pense en particulier aux dernières versions de Scratch, de Python et d’Arduino.

Kano reste focalisé sur une approche très éducative… et recycle logiquement la vidéo de sa machine précédente

Kano propose une suite logicielle baptisée Kano Software Studio + Projects mais propose également des logiciels liés à l’offre Windows comme Paint 3D, Edge, Office, Skype mais aussi des liens vers des offres moins “éducatives” comme Spotify ou Netflix.

Kano

Kano a donc décidé de mettre à jour sa machine, pas trop non plus pour ne pas changer de gamme tarifaire, et propose une nouvelle version sous processeur Intel Celeron N4000. Une puce de génération Gemini Lake toujours sur architecture Atom mais plus récent et plus compétent. Il est toujours secondée par 4 Go de mémoire vive et 64 Go de stockage eMMC… Une capacité très limitée qui ne pourra évoluer que grâce à un lecteur de cartes MicroSDXC.

Kano

La batterie est toujours connectée via une solution amovible.

L’écran reste un 11.6″ tactile en 1366 x 768 pixels et la connectique assez complète avec deux ports USB 3.0 un USB Type-C, une sortie HDMI, un port jack audio 3.5 mm et un port jack pour une sortie audio. Un micro est intégré ainsi qu’une enceinte mono. La connexion au réseau se fait en Wifi4 et un Bluetooth 5.0 est disponible.

Kano

Le materiel n’est pas formidable, bien sûr, mais l’idée est intéressante. La marque vise clairement des partenariats scolaires plus que des achats de la part de particuliers. Des parents pouvant très bien recycler une machine ancienne pour la transformer en un engin de ce type tout aussi efficace dans un rôle éducatif. 

 

Soutenez Minimachines, partagez le !


Rivière
15 commentaires sur ce sujet.
  • 15 juillet 2020 - 10 h 03 min

    Alors, pour l’éducatif, je ne vois pas…. Brancher un HP et une batterie? la belle affaire, surtout pour 300 balles.
    Je trouvais le système sous raspberry bien plus pertinent pour l’apprentissage informatique et même de manière plus général (consommation, écologie, etc…)

    Répondre
  • 15 juillet 2020 - 13 h 03 min

    @Madwill: Hello, pour 64Go d’eMMC, ils auraient en effet pu descendre sous les 299€, mais le concept est tellement original (moyenne série) et bien fait que le prix ne me choque pas tant que ça.

    Surtout, ce que j’aime bien dans cette “tablette” hybride, c’est qu’elle ressemble beaucoup à un PC portable utilisé en milieu professionnel. Et ces gros modules colorés (webcam jaune, HP bleu, batterie rouge, etc.) ainsi que les icônes sur le PCB situé à l’arrière, ça permet à un enfant de beaucoup mieux apprendre la structure d’un PC portable en faisant directement le parallèle avec un ordi pro, contrairement à un Raspberry Pi qui n’a ni la forme, ni le mode de fonctionnement d’un PC portable et, selon moi, reste un peu trop complexe à comprendre pour un enfant.

    Répondre
  • 15 juillet 2020 - 14 h 20 min

    @prog-amateur: Salut, en toute subjectivité, quand je pense “apprentissage” , je ne pense pas “formatage”, et vis a vis d’un enfant en primaire (donc, on est pas encore dans l’usage type pro), par exemple, un rpi ne sera pas plus complexe a apprendre mais en plus, cela est beaucoup plus polyvalent:
    -la modularité et pour le coup, l’imagination (on se plaint souvent du manque d’imagination et d’audace des concepteurs de PC…)
    -le port gpio pour des expériences ludiques :)
    -l’évolutivité de la machine par un changement, facile, de la carte mère (un petit coté ecolo ;))
    -l’OS, désolé mais pour moi, apprendre les base l’informatique a un enfant avec Windows, c’est comme lui apprendre a faire un potager avec fascicule et graines Monsanto…
    -et j’oublie pleins d’autres trucs sur le moment :p

    Pour les collégiens, qui sont fan du look Apple ou Samsung, a part un “MDR, c’est quoi ce truc de grand père???”, ça n’apportera pas grand chose de plus qu’un Chromebook ou un laptop 1er prix Windows.

    Répondre
  • 15 juillet 2020 - 15 h 54 min

    Salut.

    @Pierre : “Kano a donc décidé de mettre à jour sa machine, pas trop non plus pour ne pas changer de gamme tarifaire” ???? Plus on pédale moins vite, moins on avance plus rapidement…. :)

    @MadWill : “-l’OS, désolé mais pour moi, apprendre les base l’informatique a un enfant avec Windows, c’est comme lui apprendre a faire un potager avec fascicule et graines Monsanto…” => Très bon. Je plussoie. Tant pour la formule (Je la rependrais…) que sur le fond de la remarque.

    Répondre
  • 15 juillet 2020 - 16 h 08 min

    @OuiDocteurBob: Ben, le N4000 est sorti en 2017, la gamme Gemini Lake est passée au Gemini Lake Refresh… Ca aurait été sympa de trouver un processeur plus récent.

    Répondre
  • 15 juillet 2020 - 17 h 00 min

    @Pierre : Oké, pigé. Merci.

    Répondre
  • 15 juillet 2020 - 17 h 40 min

    @OuiDocteurBob:

    “apprendre les base l’informatique a un enfant avec Windows, c’est comme lui apprendre a faire un potager avec fascicule et graines Monsanto” => +1, très bon :-)

    Répondre
  • Tof
    16 juillet 2020 - 10 h 32 min

    @Madwill: “apprendre les base l’informatique a un enfant avec Windows, c’est comme lui apprendre a faire un potager avec fascicule et graines Monsanto” ==> Très pertinent! Et tellement flagrant de l’éducation nationale en France.

    Je fais souvent le parallèle entre la France et le Royaume-Uni à ce sujet:
    – En France dans les écoles on fournit aux enfants une tablette et un compte Microsoft Cloud, et on laisse les professeurs en plant.
    – Au Royaume-Uni dans les écoles on fournit aux enfants un Raspberry Pi ou un Micro:bit (pour les plus jeunes), et on forme les professeurs à leur apprendre.

    En France on prépare les futures générations à devenir de simples consommateurs dociles, tandis qu’outre-Manche on les prépare à penser et concevoir les futurs produits et usages. Il en ira de même pour le développement de l’esprit critique et la remise en question des outils et usages dans la société…

    Répondre
  • 16 juillet 2020 - 13 h 28 min

    @Tof: Bien résumé également, les gamins ont une capacité d’apprentissage et d’imagination, mais “nous” préférons les brider alors qu’ils peuvent tracer une autre route que celle que “nous” avons pris et qui nous mène droit dans le mur…le mur doit avoir bon goût lol.

    Répondre
  • 16 juillet 2020 - 16 h 07 min

    quelqu un peut m expliquer en quoi developper sous windows ou sous linux change quelque chose a l imagination de celui qui développe ??? en quoi cela bride quoique ce soit ???en quoi cela ressemble ou a un quelconque rapport avec les graines de l ex monsento ???
    qu’on aime ou n aime pas windows n implique pas de sortir des aneries de ce genre…

    Déjà confondre l’usage (fermé sous windows) et l’informatique (traitement automatique de l’information) totalement ouvert sous windows comme sous linux est génant pour des geek. et faire un lien avec un bridage quelconque de l’esprit encore plus…

    Quant aux royaumes unis, j’aimerai juste savoir dans quelle école en dehors des principales on fournit des raspberry pi … parceque dans la majorite des ecoles que je connais, on ne fournit rien d’ailleurs…
    de même en france dans les écoles principales on fournit tous les systèmes de linux a windows… donc bon…

    perso j’utilie et développe sous les systèmes windows et une grande parties de linux, unix, sous chromebook et sous divers autres systèmes. je ne connais pas encore de système ayant bridé mon imagination…

    la seule chose qu’on puisse dire, c est simplement un point de vue sur le monde qu’on souhaite, open source ou pas, libre ou pas etc… mais le reste des arguments est juste pipo.

    Répondre
  • 16 juillet 2020 - 17 h 17 min

    @borf: Ne t’emballe pas avec des termes tels que “âneries” pour qualifier mes propos, ce n’est aps un arguments et je n’ai jamais dis que Windows était de la merde ou je n’aimai pas ça, tout comme je ne parle pas de geek, ce n’est pas mon sujet.
    Je parle d’apprentissage chez l’ENFANT en PRIMAIRE et lui dire que l’informatique c’est une tablette avec clavier sous Windows avec un bureau unique, ça limite un peu sa perception et le conditionne légèrement.
    L’avantage du RPI….toujours pour l’apprentissage de l’ENFANT, c’est un form factor qui lui ouvre un champ de vision plus grand sur ce que peut être un ordinateur, son intégration dans une tablette, une tours, un robot, etc…
    Quand a linux, c’est plusieurs bureaux disponibles, ça parait con, mais pour un gosse, c’est tout de suite plus ludique.
    Linux n’est pas non plus une enseigne commercial qui cherche a conditionner les mômes en clients captifs, des le plus jeunes age, comme pourraient le faire Monsanto avec un petit kit potager, MCdo dans les cantines scolaire ou encore MS avec des tablettes Windows.
    Bref, des bases “ouvertes”, et ils pourront ensuite faire leurs propres choix.

    Répondre
  • 16 juillet 2020 - 19 h 51 min

    @Madwill: mon commentaire précédent n’a pas été pris en compte, du coup je me permets de répéter un peu ma pensée : je suis d’accord avec toi sur Linux, le lobby Microsoft au niveau gouvernemental, et le côté imaginatif du Raspberry Pi.

    Là où je pense que cette tablette hybride a un intérêt chez l’enfant (ou même un adulte), ce n’est pas dans le côté développement (de la programmation ou de l’imagination), mais bel et bien de savoir comment est constitué un ordinateur portable, outil largement utilisé actuellement, et possiblement mené à toucher encore plus d’employés à cause du confinement.

    Aujourd’hui, en général pas mal de personnes connaissent ce que c’est qu’un écran, un touchpad, un clavier, mais c’est pas tout le monde qui sait que la partie audio peut être gérée par une puce, et qu’il faut un pilote pour ça (ou que c’est généralement intégré dans le kernel dans le cas de Linux).

    Voir cette machine de manière transparente, se familiariser avec ce qu’est une batterie, un PCB, un CPU, de la RAM, le stockage, etc. mine de rien, je trouve ça très constructif.

    Répondre
  • 16 juillet 2020 - 21 h 40 min

    @borf et d’autres, vous vivez comme moi en 2020, les “gosses” en ont majoritairement rien à faire de la manière dont fonctionne l’ordinateur qu’ils ne touchent jamais au profit du dernier mobile à la mode qui suce leur vie.

    Et oui vous, nous, moi sommes pas si nombreux à considérer les machines comme nos bécanes et il est trompeur de penser que nous sommes plein.

    Pour la plupart des gens l’informatique est une espèce de magie qui leur est d’avance inaccessible. Alors microsoft caca ou apple pipi, c’est pas faux, mais c’est un combat d’arrière garde déjà perdu.

    Si seulement on avait un ministre de l’informatique, un OS français, une machine de chez nous et des cours d’info à l’école..

    Répondre
  • 17 juillet 2020 - 11 h 53 min

    @prog-amateur:Je suis tout fait d’accord avec toi mais, amha, ce n’est pas assez et le rpi permet la même chose et plus encore ;)

    @Dadoo: “@borf et d’autres, vous vivez comme moi en 2020, les “gosses” en ont majoritairement rien à faire de la manière dont fonctionne l’ordinateur qu’ils ne touchent jamais au profit du dernier mobile à la mode qui suce leur vie.” Je peux te garantir que ce n’est pas le cas lorsque tu les intéresse aux choses, le problème est que des adultes (parents en général) leurs mettent dans smartphone/tablette/pc dans les mains sans aucunes pédagogie derrière, pour des raisons variées, paresse intellectuelle ou autre et cela vaut pour un tas de choses…
    Et puis on parle d’apprentissage a l’ECOLE (la neutralité ;)), pas dans le cadre familial mais si je suis raisonnement, alors fini les maths, la littérature, la musique, les sciences, etc… car finalement, les “gosses” n’accordent d’importance car leurs smartphones et les sponsors qui monopolisent leurs cerveaux, fini l’école…

    “Pour la plupart des gens l’informatique est une espèce de magie qui leur est d’avance inaccessible. Alors microsoft caca ou apple pipi, c’est pas faux, mais c’est un combat d’arrière garde déjà perdu.”
    Pareil, il ne s’agit pas de dire que tel ou tel truc est de merde ou pas…a l’école! Ce n’est pas son taf, ça, c’est les celui des parents.

    “Et oui vous, nous, moi sommes pas si nombreux à considérer les machines comme nos bécanes et il est trompeur de penser que nous sommes plein.” Justement, l’informatique (dans son terme général) doit se démocratiser a l’école avec un champ le plus large possible pour que l’enfant puisse avoir le choix de ce qu’il veux en faire plus tard, de la même manière que l’on n’enseigne pas qu’un seul auteur, compositeur, méthode mathématique, etc…le savoir, c’est la liberté et l’école est la pour ça, l’apporter au plus grand nombre.

    Et pour Windows (ou apple, google…) il ne s’agit pas de dire que ce sont produit de merde ou autre, je m’en fou, mon raisonnement se fait dans le sens ou, l’école ne doit pas être un lieu de conditionnement marketing, comme si le prof de sport exigait une paire de “Nike” pour les cours, qu’on leurs servait du poulet “Le Gaulois”, etc… surtout quand des alternative libres et parfaitement fonctionnelles existent, c’est tout ;)

    Répondre
  • 17 juillet 2020 - 15 h 44 min

    S’pas faux.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *