Intel Alder Lake-N : des processeurs très basse consommation

Les puces Alder Lake-N n’ont toujours pas été officialisées par Intel mais des informations sont déjà disponibles en ligne.

Les futurs Intel Alder Lake-N ont livré quelques informations au travers de plusieurs éléments techniques. Ces puces qui devraient se positionner sur le segment des Jasper Lake viseraient les Chromebooks et les solutions embarquées chez Intel. Cela reste encore très flou mais des analyses de sources liées à Chromium livrent pas mal d’informations autour de ces futurs Alder Lake-N. Que ce soit au niveau de leurs coeurs, de leur circuit graphique, de leur capacités multimédia et des périphériques compatibles. 

Elkhart Lake

Une puce Elkhart Lake Atom

Les puces Alder Lake-N reprendraient le concept de leurs aînées mais uniquement avec des coeurs Intel Atom Gracemont, aucune solution hybride du typer Alder Lake-S ne serait disponible. Les constructions seraient toutes mono-threads et on aurait ainsi des puces pouvant aller jusqu’à 8 coeurs et 8 threads. Les solutions Alder Lake-N seraient construites en groupes de 4 coeurs qui se partageraient un même mémoire cache L2.

Cette gamme pourrait prendre en charge la mémoire LPDDR5 en plus de la LPDDR4 plus classique, une solution qui anticipe l’évolution naturelle du marché qui devrait à un moment bifurquer vers la nouvelle mémoire en terme de production. Ce type de processeur ayant vocation a intégrer des machines à bas coût, il faut pouvoir se tourner vers les composants les moins chers du moment. si pour le moment la DDR4, plus massivement fabriquée, est moins chère que la DDR5, il viendra un moment ou un renversement de production inversera la tendance. Les processeurs pourraient prendre en charge jusqu’à 5 ports et 9 lignes PCIe via le chipset PCH (Platform Controller Hub) ainsi que deux interfaces USB pouvant profiter de l’USB Type-C.

La performance globale de l’ensemble des puces Alder Lake-N devrait, grâce aux coeurs Gracemont, être supérieure aux actuelles solutions Elkhart Lake et Jasper Lake. Notamment parce que la limitation à 4 coeurs des processeurs commercialisés pour le moment devrait disparaitre. Les solutions en 8 coeurs en Atom, Celeron et Pentium devraient proposer de meilleurs résultats. Notamment en terme de pilotage graphique.

Alder Lake-N : le futur des TV-Box PC ?

Ces processeurs bénéficieraient des circuits graphiques Intel Xe UHD Gen12, les mêmes  que les puces Alder Lake-P et Alder Lake-M. Les gammes mobiles de cette 12 génération d’Intel. Ce qui amènerait une bonne part du marché du fondeur au même niveau de circuit graphique et unifierait beaucoup de développements. A noter que ces circuits seraient limités à un maximum de 32 unités d’Execution. Cette solution graphique de douzième génération suppose la prise en charge de codecs avancés avec des fonctions de traitement en très haute définition. Les puces devraient être capable de décoder des contenus « 8K » en 60 images par seconde dans les formats les plus complexes comme l’AV1, le VP9 ou les H.265 et H.264. Il sera également apte a piloter des encodage de même nature. Evidemment, gros point fort de ces solutions, il sera possible de piloter n’importe quel DRM avec ces engins et donc d’accéder à tous les contenus en streaming.

Les fonctions de prise en charge 3D des circuits Intel Xe devraient également apporter des possibilités intéressantes en terme de jeu. Sans proposer des possibilités très haut de gamme, il devrait être possible de piloter des fonctions 3D suffisamment correctement pour ouvrir la porte à de nombreux titres anciens et/ou peu gourmands. Il sera également possible de tirer parti des offres de Cloud Gaming comme le GeForce Now de Nvidia.

Ce qui fait des Alder Lake-N des candidats à une utilisation en TV-Box : la construction de petits PC à glisser dans son salon pour des tâches classiques comme de la bureautique ou du surf mais capables de piloter des contenus multimédia en très haute définition. L’utilisation de ces puces à très basses consommation assurant en outre un fonctionnement totalement passif.

A noter que l’arrivée de ces processeurs n’est toujours pas programmée par Intel. Il semble difficile de voir un horizon proche pour la sortie de produits équipés de ces puces.

Faites découvrir le site en le partageant


 

Salut, c'est Pierre ! Depuis 2007 j'écris sur Internet. Je propose un site totalement indépendant et sans publicité. Pour continuer a le faire vivre j'ai besoin de mes lecteurs.  Vous pouvez participer à cette aventure très simplement. Quelques euros, le prix d'un café, tous les mois peuvent totalement changer la donne et me permettre de travailler avec une base de financement solide. Alors si vous voulez que le site perdure et fonctionne, vous pouvez participer simplement en cliquant sur les liens ci-dessous. Cela ne prend quelques instants et cela change tout pour moi.

2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

14 commentaires sur ce sujet.
  • 14 février 2022 - 14 h 23 min

    J’adore ces mini-PC et j’adorerais les utiliser comme box TV, mais le souci qui revient encore et toujours c’est la question de l’interface. Je ne trouve aucun logiciel facilement manipulable à la télécommande qui soit aussi poussé qu’un Android TV par exemple. Je déteste devoir me servir d’un clavier pour piloter ma TV, je trouve ça très contre-intuitif, ce qui fait que malgré leurs attraits ces mini-PC gardent quand même pas mal de lacunes à ce niveau-là :/

    Répondre
  • Jaj
    14 février 2022 - 15 h 29 min

    Même problème que Clement :

    J’aimerais bien utiliser mon RPI4 comme TV box (entre autres) mais je ne sais pas trop quoi utiliser pour rendre ça aussi facile qu’un Android TV ou un firestick.

    Répondre
  • 14 février 2022 - 15 h 35 min

    Pourrait on voir, de nouveau, des petites tablettes x86 ou de petit netbooks lowcost pointer le bout de leurs nez…?

    Répondre
  • 14 février 2022 - 15 h 53 min

    @Clément Nerma: Un Kodi qui se lance au boot ce n’est pas adapté ? Ou un Steam Big Picture permettant de lancer Kodi dans la foulée ?

    Répondre
  • 14 février 2022 - 17 h 06 min

    Si vous vous intéressez aux détails techniques, lisez ici pour un excellent tour des cœurs Gracemont (cœurs E des Alder Lake et cœurs des prochain Alder Lake N) et ici pour une comparaison avec les cœurs Tremont (Jasper Lake, Elkhart Lak) dont ils sont issus.

    Répondre
  • 14 février 2022 - 17 h 28 min

    J’ai toujours un PC qui traîne avec un bon « vieux » Pentium N4200 et accompagné d’un SSD et 8 go de ram, ça reste franchement réactif.

    Répondre
  • 14 février 2022 - 19 h 09 min

    @Madwill: Les cœurs Gracemont sont plus consommateurs que les cœurs Tremont à tâches égales. Ici sont évoqués les Alder Lake N mais pour les tablettes et les convertibles étaient initialement prévu des Alder Lake M avec une configuration différente (initialement PCH plus limité, configuration avec un cœur Golden Cove, carte graphique Xe avec 48 ou 64 EU, le tout sur des fréquence certainement plus faibles). Bref rien de clair n’a été annoncé ou n’a fuité pour le moment. La livraison de la feuille de route d’Intel a glissé dans le temps, les limites actuelles de la production, la concurrence de AMD, Apple et Qualcomm, peut être des problèmes de niveau des produits fait que Intel redefinit tout ce qui était ébauché et présenté préalablement.
    Pour le moment le PCH discuté ici serait conséquent et orienterait les Alder Lake N vers de trop grandes consommations électriques et dissipations thermiques en moyenne pour des tablettes fines.

    Répondre
  • 14 février 2022 - 20 h 41 min

    @Madwill:
    Comme toi, j’attends le retour de petite tablette entre 8 et 10 pouce avec ce genre de SoC x86.
    J’ai 2 tablettes 8 pouce en Atom quad core qui tournent respectivement sous Windows 10 et Linux Gnome. Pour de la navigation web, de la bureautique et du multimédia, elle font bien le job. Mais c’est surtout la ram de 2 Go (limite imposée par MS aux intégrateurs à l’époque) qui limite aujourd’hui.
    Donc oui, vivement le retour de ce genre d’engins :)

    Répondre
  • 15 février 2022 - 9 h 18 min

    @Pierre Lecourt: si, mais on est alors bloqué sous Kodi avec ses limitations. L’intérêt d’Android TV c’est aussi d’avoir des applications très complètes comme SmartTubeNext pour YouTube, bien plus puissantes que l’extension Youtube proposée par Kodi.
    Et quid de ceux qui veulent utiliser un serveur de média façon Plex par exemple ? Ça reste tout de même plus limité qu’une box TV traditionnelle pour un certain nombre d’usages…

    Et d’autre part il y a le support du HDR10+ / Dolby Vision et du DTS qui restent très hasardeux voire inexistant et c’est quand même très dommage.

    Répondre
  • 15 février 2022 - 11 h 51 min

    @Clément Nerma: Ah je pensais que tu parlais d’interface, pas de programmes. J’ai déjà dit et répété ce que je pensais de tout cela, la Shield est la solution à cette problématique pour les TV Box.

    Répondre
  • 15 février 2022 - 13 h 42 min

    @Pierre Lecourt:

    L apple tv ! Rien a voir avec la Shield …

    Toutes mes shield sont au placard ! il ne reste que mes apples Tv 4k :)

    Bref android tv c est bof bof.

    sur apple tv j utilise Infuse pro pour mes films de vacances …

    Répondre
  • 15 février 2022 - 15 h 39 min

    Après Alder Lake N ça fait un peu enfumage (volontaire ou non) commercial, certains qui sont moins renseignés vont penser acheter un coeur « Core » Alder Lake alors que ce ne sera pas le cas, un peu comme les cartes graphiques RX 2XX/3XX d’AMD où t’as une grosse panoplie de choix mais avec 2 quand ce n’est pas 3 générations de GPU qui se mélangent dedans !

    Répondre
  • 15 février 2022 - 19 h 22 min

    @SebM: Merci pour ces précisions, on va attendre encore un peu alors…
    @sidero: J’ai une 8″ sous atom z8550 et 4go de RAM, ça fait le taf sous GNOME, c’est plutôt réactif, surf, un peu de vidéo et de MAO mais bon, faut pas trop la pousser non plus.

    Répondre
  • 16 février 2022 - 10 h 37 min

    @Clément Nerma:
    Peut être qu’il faudrait inventer de nouveaux modes de financement participatif, ou d’un coté des gens exprimeraient leurs besoins, auquel des chefs de projets pourraient proposer des solutions, sans forcement avoir d’équipe et un algo qui harmonise, les besoins, les solutions possibles, les techniciens disponibles pour réaliser ce type de produit et évidement un financement.
    Ce qui manque au logiciel libre et au maker en général c’est ce genre d’organisation qui permettrait de financer des besoins, d’assurer un revenu aux makers et de penser autrement l’informatique.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *