Intel débute la commercialisation des processeurs Elkhart Lake

Elkhart Lake prend le relais des processeurs Gemini Lake mais change d’objectif avec une vision clairement orientée IoT. Difficile de voir quel sera leur impact sur le marché des MiniPC pour le moment.

Si tous les yeux sont braqués sur les nouveaux processeurs Tiger Lake de la marque et l’arrivée des circuits graphiques Intel Xe, les efforts d’Intel ne concernent pas uniquement le marché des mobiles haut de gamme. Avec Elkhart Lake, Intel s’intéresse également à des gammes plus discrètes. Les machines embarquées, celles qui construisent les outils du quotidien et l’Internet des Objets.

Elkhart Lake

Les puces Intel Elkhart Lake devraient être commercialisées en 2021 et seront déployées en Atom, Celeron et Pentium. Pas moins de douze processeurs sont ainsi annoncés. Principalement des solutions Atom à basse consommation avec huit références différentes dans cette gamme. On retrouvera également deux puces Celeron et deux Pentium. Les performances resteront évidemment modestes puisque l’entrée de gamme se contentera de deux coeurs et le haut de gamme en proposera quatre. Les TDP tourneront entre 4.5 et 12 watts et toutes ces puces seront gravées en 10 nanomètres avec la technologie SuperFin du fondeur.

Elkhart Lake

Grosse nuance technique cependant, les circuit graphiques proposés seront issus de la onzième génération HD. Cela suppose une excellente prise en charge des vidéos en UltraHD, un boost en 3D et une parfaite gestion en 2D. Les puces pourront également piloter jusqu’à trois écrans en simultané. Cela ne veut pas dire qu’un engin sous Atom Elkhart Lake sera capable de faire tourner un jeu moderne bien sûr, mais cela fera du bien dans la gestion des interfaces et ouvrira sans doute plus de portes techniques pour les Celeron et les Pentium.

Elkhart Lake

Les puces seront également plus habiles techniquement parlant. La prise en charge de mémoire vive plus large avec 32 Go de DDR4-3200 ou 16 Go de LPDDR4 sera possible, tout comme la gestion du HDMI 2.0b et du DisplayPort 1.4 pour les minimachines standard. Mais le contrôleur d’Elkhart Lake pourra également prendre en charge nativement les sorties vidéo eDP et MIPI DSI pour de intégrations plus faciles. Les puces pourront prendre en charge les SSD PCIe NVMe x6 Gen 3 ainsi que deux canaux SATA 3.2 et pas moins de trois réseaux Ethernet 2.5 Gb. De quoi rattraper le rendez vous manqué de Gemini Lake Refresh ?

Atom X6000E

Parmi les points les plus intéressants de ces nouvelles solutions, on découvre un réel travail autour de l’IoT. Les modèles actuels de puces Intel sur ce segment, que ce soit en Atom, en Celeron ou en Pentium, ne proposent pas vraiment de fonctions vraiment adaptées à cet usage. Gemini Lake comme son Refresh n’ont pas été pensés pour cela à leur création. Ce  n’est plus le cas avec Elkhart Lake qui rajoute un Programmable Services Engine qui  décharge les processus liés à l’IoT. Des tâches simples, souvent répétitives, ne nécessitant pas forcément le réveil des coeurs x86 du processeur. On retrouve donc un coeur ARM Cortex M7 intégré à la puce. Ce dernier prendra en charge des fonctions en temps réel en particulier au niveau des réseaux. Ils seront programmables et accessibles pour supporter divers scénarios de programmation. Sous Windows bien sûr mais également sous Linux, Android mais aussi directement en UEFI.

Difficile de voir exactement comment le marché des MiniPC va s’emparer de ces puces, l’arrivée des Ryzen l’a clairement fait basculer du côté d’AMD avec un écart bien faible de prix entre des puces Celeron et Pentium et des solutions beaucoup plus capables chez AMD. Suivant les performances et les prix d’Elkhart Lake, l’intérêt pour les MiniPC sera plus ou moins grand. Il est possible que certains constructeurs se penchent vraiment sur le sujet et tirent parti de l’ensemble des fonctionnalités de ces processeurs. Avec une exploitation intelligente du coeur ARM intégré. Sinon, le marché risque de se tourner vers des solutions plus performante, chez Intel comme chez AMD.

Soutenez Minimachines, partagez le !


Rivière
2 commentaires sur ce sujet.
  • 24 septembre 2020 - 15 h 40 min

    Ce lancement me lance un peu sur ma faim d’une certaine manière.
    Les solutions sont multiples, mais me semble arriver “un peu tard, un peu trop faible”.
    Les solutions embarqués, qui utilisaient encore massivement des Atoms X (je pense par exemple aux routeurs intégrés) commencent à voir des solutions ARM arriver, et je ne suis pas sûr que ce lancement viennent améliorer cela.
    De plus, je ne vois pas de remplacement pour le Quark ! J’aimais beaucoup le Intel Edison, que Intel à tuer dans l’oeuf, et j’aurais bien aimé voir qqch pour prendre sa place pour le DIY.

    Répondre
  • 24 septembre 2020 - 19 h 52 min

    Rien à voir avec Jasper Lake ?

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *