Des processeurs Gemini Lake Refresh en approche ?

Gemini Lake Refresh serait une mise à jour de l’architecture des Celeron et Pentium actuels de la marque. Au menu, pas une révolution mais une mise à jour “optimisée” à la Intel. Une très bonne nouvelle si cette information est exacte.

On savait déjà que le futur des Pentium et Atom chez Intel allait se conjuguer avec les Elkhart Lake, nom de code donné aux successeurs des puces actuelles qui doivent arriver en 2020. Mais en attendant, le fondeur pourrait relancer une mise à jour de son architecture actuelle avec Gemini Lake Refresh. 

2019-08-05 19_31_40-minimachines.net

Gemini Lake, c’est le nom de code des puces actuellement déployées sous architecture Goldmont Plus. On retrouve pèle mêle les Celeron N4000 ou N4100, les Pentium J5005 et autres. Des puces particulièrement maltraitées ces derniers trimestres par Intel puisque ce sont les gammes que le constructeur a préféré sacrifier pour continuer à produire ses solutions plus puissantes pendant ses soucis de transition vers le 10 nanomètres. 

Gemini Lake s’est pris les pieds dans le tapis, alors que la solution était excellente en terme de performances, consommation et tarif, les fabricants se sont plaints de la faible disponibilité de ces puces. Rendant compliqué la production de solutions abordables chez beaucoup de constructeurs et tournant même une partie de la production vers des puces que l’on croyait disparues. Des fonds de tiroir de processeurs Core datant de 2015 ou 2016 réapparus au gré des besoins de diverses marques. Un manque de processeurs qui a même ouvert les portes à AMD sur certaines gammes, au grand dam d’Intel.

Gemini Lake Refresh serait donc un reboot de cette architecture. Au menu, pas de véritable évolution puisque les nouvelles puces devraient proposer la même architecture Goldmont Plus construite sur la même finesse de gravure de 14 nanomètres. A quel changement on peut s’attendre donc ? Une évolution des fréquences des processeurs pour attraper quelques performances en plus. Cela ne sera sans doute pas la révolution mais cela reste une excellente nouvelle car le  ratio dissipation/consommation par rapport à leurs tarifs restera sans concurrence sur le marché.

Parmis les puces Gemini Lake Refresh qui devraient sortir, on peut s’attendre à l’arrivée de quatre Celeron et deux Pentiums. Tous équipés des mêmes solutions graphiques Intel UHD et disposant du même cache.

Les Celeron N4020 (Evolution du Celeron N4000 2 coeurs) , Celeron N4120 (Evolution du Celeron N4100 4 coeurs)et Pentium N5030 (Evolution du Pentium  N5000 4 coeurs)viseront le marché mobile avec un TDP de 6 Watts. On les retrouvera dans des portables, des tablettes et certainement également dans des MiniPC qui pourront fonctionner sans ventilation. 

Les Celeron J4025 (Evolution du Celeron J4005 2 coeurs), Celeron J4125 (Evolution du Celeron J4105 4 coeurs) et Pentium J5040 (Evolution du Pentium J5005 4 coeurs) proposeront un TDP de 10 watts et viseront plutôt des machines sédentaires.

2019-04-05 01_23_00-minimachines.net

Rien de révolutionnaire donc, mais une possibilité de redonner une chance à ces puces en attendant la sortie de Elkhart Lake. Les performances ne devraient pas être significativement différentes mais le passage vers Gemini Lake Refresh va permettre à Intel de communiquer sur ces puces en les relançant quelque peu dans le grand bain. Pour travailler régulièrement avec des N4100 notamment, ce sont des processeurs tout à fait étonnants en terme de rapport qualité prix. Savoir qu’Intel va les proposer à nouveau dans une forme légèrement améliorée en attendant la suite est donc une bonne nouvelle pour beaucoup d’utilisateurs à la recherche de minimachines entrée de gamme mais réactive à défaut d’être ultra performantes. Des machines qui peuvent être en plus parfaitement silencieuses et donc intégrables absolument partout.

Source : FanlessTech


Soutenez Minimachines.net !
6 commentaires sur ce sujet.
  • 6 août 2019 - 9 h 38 min

    Si entre temps les prix de la mémoire et du stockage explosent comme attendu, pas certain que cela permette à Intel de revenir…
    Ils ont privilégié des marchés à plus forte valeur ajoutée, privilégiant le haut de gamme et processeurs pour serveurs, mais si l’économie flanche ils sont bien conscients qu’il va peut-être moins falloir faire la fine bouche.
    Cherchant même de nouveaux débouchés économiquement prometteurs comme l’infra télécoms, désormais avec des SoC orientés réseau (Snowfish) pour déjà remplacer une pré-5G, chauffage urbain inclus, sur base Xeon… Mais là, nos deux grands noms européens survivants doivent commencer à se demander si cela va fonctionner un jour (quand les puces livrées fonctionnement). Être alpha customer chez Cavium ou Freescale, il y avait des soucis c’est inévitable. Mais au moins il y avait des compétences et du répondant en face…

    Répondre
  • 6 août 2019 - 9 h 44 min

    Oui, surtout qu’AMD n’a toujours rien sorti en CPU portable 1ier prix et à faible TDP !
    Oui, j’attends toujours “mon” Mono-core avec un Cpu Benchmark de 3000,
    et un TDP inférieur à 8 Watts en 12nm !

    Mais c’est sûr, qu’en 7nm, le TDP se bien inférieur…
    Moins de 4 watts de TDP ?!

    En tout cas, une version pour téléphone mobile pourrait exister…

    Répondre
  • JB
    6 août 2019 - 11 h 12 min

    J’avais longuement hésité à acheter une machine en N5000 il y a 1 an, et bien je suis content d’avoir craqué.

    Je n’ai rien vu de mieux que le swift 1 2018 depuis cette période. 450€ pour une machine peu puissante mais largement suffisante au quotidien, très légère et fanless.

    Répondre
  • 6 août 2019 - 12 h 02 min

    Perso pour avoir mon ACER qui rame un peu depuis son passage a Windows 10 version 1903 ,j’attends vraiment un processeur sympa chez INTEL pour de l’entrée de gamme .

    Vraiment satisfait par mon petit Chromebook ASUS ,une version plus évoluée avec écran tactile m’intéresserai mais là aussi j’ai pas besoin d’un i5 ou meme d’un i3 aussi un Celeron ou Pentium un poil boosté me semble intéressant .

    Entre les diverses machines d’entrée de gammes ,INTEL a un gros point a jouer ,si avec un peu de tact les fabricant savent offrir des machines offrant plus en GPU sous WINDOWS ,le marché peut se révéler intéressant.

    Répondre
  • 6 août 2019 - 19 h 29 min

    @J. DEBON: Quel intérêt d’avoir un monocore qui refusera de lancer la plupart des applications modernes (même certains jeux ne se lancent pas sur 2 coeurs).

    Répondre
  • 6 août 2019 - 19 h 44 min
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *