L’architecture Atom Tremont veut allier performances et autonomie

Avec l’architecture Tremont Intel ajoute des fonctions de gestion issues de ses solutions Core à ses puces à basse consommation pour augmenter leurs performances sans exploser la facture énergétique.

Si on a de bons indices sur l’implantation de la future gamme de processeurs Intel Atom Tremont, on ne sait rien ou pas grand chose de leurs performances réelles ni de leur gourmandise en énergie. Cette nouvelle architecture pourrait avoir un impact très fort sur le marché des minimachines.

Tremont

En aménageant une solution proposant un bon mélange entre performance et consommation en énergie, les nouveaux Atom Tremont ouvrent de belles perspectives de machines nomades efficaces, autonomes et très compactes. L’occasion pour le marché de revisiter des formats anciens ou de proposer des nouveautés. 

Pour bien comprendre ce que Tremont va proposer, il faut d’abord bien cerner le marché visé. Tremont c’est une architecture Atom. Une puce pensée pour l’entrée de gamme et les engins très autonomes. On se souvient des netbooks évidemment mais également des tablettes et des dérivés de ces deux solutions comme les Transformer Book d’Asus par exemple. Une tablette qui, attachée à un clavier, augmentait ses capacités pour devenir un netbook. Les machines sous Atom Tremont seront donc une alternative aux solutions Celeron ou Pentium. Elles seront probablement moins performantes mais plus autonomes et n’auront vraisemblablement pas besoin de ventilation active, ce qui permettra de construire des engins totalement passifs plus facilement.

Mais à la différence des précédentes solutions Atom, Tremont aura également sa carte à jouer dans des assemblages plus complexes et en particulier dans l’architecture Lakefield, par exemple. Ces puces seront beaucoup plus performantes qu’une machine Atom classique parce qu’elles assembleront 4 coeurs Tremont à un coeur Sunny Cove. Un coeur que l’on retrouvera normalement dans des puces “Core” de dixième génération de type Ice-Lake. Cet assemblage ont en a déjà parlé, se réalisera grâce à la technologie Foveros. Les Atom Tremont joueront ici le rôle d’assistants au Core pour assumer les tâches les moins gourmandes. Ces puces Lakefield ne seront donc pas “low cost” mais viseront plutôt des machines alternatives jouant entre performances et autonomie. On a ainsi pu voir récemment le Samsung Galaxy Book S “Intel” s’annoncer sur ce terrain.

Tremont

En solo, Tremont devrait offrir environ 30% de performances en plus que l’architecture Goldmont Plus que l’on connait au travers des excellentes puces Gemini Lake Refresh. Excellentes non pas en terme de performances brutes, elles sont loin des solutions Core ou Ryzen les plus haut de gamme. Excellentes en terme de faible consommation et de services rendus. Une machine sous Celeron N4100, par exemple, est capable de mener à bien la quasi totalité des missions demandées qui n’exigent pas un traitement en temps réel des données. Et cela dans une très faible enveloppe thermique ce qui rend possible leur exploitation sans ventilation.

Speed Shift

Gravés en 10 nanomètres avec la technologie 10nm+ d’Intel, ces cœurs auront beaucoup de points communs avec l’architecture des processeurs Core Ice Lake. Ce qui leur permettra de proposer de nouveaux avantages techniques. Ils pourront par exemple prétendre à la technologie Intel Speed Shift. Cette technologie qui permet de réajuster de manière dynamique les fréquences des coeurs. C’est ce que l’on connaissait déjà avec la techno Speed Step mais largement amélioré pour augmenter la vitesse de ces changements. L’idée est de ne pas dépenser une goutte d’énergie de trop. 
Avec une phase de traitement plus gourmande, comme la décompression d’un fichier par exemple, les cœurs seront mis fortement à contribution. Dès la fin de cette opération, Speed Shift permettra de réajuster la fréquence des cœurs pour un niveau plus bas et moins énergivore. C’est un point qui, multiplié par des centaines d’opérations chaque jour, finit par contribuer à une meilleure autonomie. Cela permet également de jongler très activement avec les niveaux de performances pour s’adapter au plus vite aux besoins des logiciels.

Tremont

Les puces profiteront d’autres fonctionnalités comme la prise en charge des instructions Out-Of-Order parallèles, l’augmentation des buffers de traitement de ces instructions OoO, une mémoire cache L1 augmentée de 33% passant de 24 à 32 Ko, une augmentation de 100% des bandes passantes de traitement et un cache L2 oscillant entre 1 et 4.5 Mo suivant les implantations. Les nouveaux coeurs Atom proposeront également de nouvelles instructions de gestion de cache, de chiffrement ou de gestion d’énergie. Tremont assemblera donc des solutions hybrides entre les Atom classiques pour la partie calcul pure et Core, pour la partie gestion des données. Une nouvelle approche qui permet de booster les performances sans augmenter la consommation ni la chauffe des processeurs.

Vous l’aurez compris, cette nouvelle génération de coeurs Atom Tremont n’aura pas l’intention de venir chatouiller les performances des puces Intel Core. Elle offrira cependant une alternative à celles-ci tout en augmentant leur vitesse de traitement par rapport à la génération précédente. De quoi construire des machines de petite diagonale plus rapides et pourquoi pas tenter l’aventure d’une intégration de machines 11 ou 11.5″ dans des formats 10″ ? Comme le Samsung NC10 modifié en image d’illustration qui proposerait un écran 12″… Ou tenter l’intégration d’écrans 10-11″ dans des formats 9″ ? L’arrivée de Tremont sera également probablement très bénéfique pour le renouveau du marché des miniPC fanless.

Sources : Liliputing, Intel 

Soutenez Minimachines, partagez le !


Rivière
9 commentaires sur ce sujet.
  • 25 mai 2020 - 15 h 35 min

    Deux questions me viennent à l’esprit en terme de consommation et de puissance :

    – Que vaudront ces processeurs par rapport aux engins équipés ARM dont on vante toujours le bon ratio performances / consommation énergétique ? Cautère sur une jambe de bois ou processeurs à même de rebattre les cartes ?

    – Que vaudront ces processeurs face à des Pentium Gold ou Core M3 qui fournissent des solutions embarquées non ventilées à base d’Intel comme les Surface Go (par exemple) ?

    Répondre
  • 25 mai 2020 - 15 h 42 min

    Hello, merci pour cet article intéressant.
    Beaucoup de choses me plaisent (gestion énergétique, évidemment, l’illustration du concept SAMSUNG NC10),

    tandis que beaucoup d’autres m’inquiètent (le passage à Linux – mais ça ne concerne pas tous les acheteurs – ainsi que la mise en avant de l’Out of order, censé être un véritable atout, mais qui en réalité semble être le talon d’Achille de la sécurité des CPU Intel).

    Répondre
  • 25 mai 2020 - 15 h 59 min

    “L’idée est de ne pas dépenser une goutte d’énergie de trop.” Encore faut-il que le soft le gère correctement.
    Sur mon DELL (machine de travail “Precision 3541”) le “turboboost” s’enclenche dès que je déplace une fenêtre (système au repos, environ 5% de charge).
    Résultat : j’ai l’impression de travailler à côté d’une soufflerie même lorsque je réponds à des mails ou que je fais de la bureautique.

    Mes 0.02 cents (un peu énervés)

    Répondre
  • 25 mai 2020 - 22 h 20 min

    le vrai point en suspend pour moi c’est quid des capacitées graphiques integrees,car si on peut se faire tres facilement a des pross qui ‘rament’ un peu en utilisation courrante basique depuis la generalisation des ssd(exemple type le 4100 coté plus haut) le chipset graphique lui c’est on ou off,si pas d’evo majeure ce sera le meme type de machines qui iront un peu plus vite et tiendront un peu plus longtemps….bref pas de reel interet meme si c’est ‘mieux’

    Répondre
  • 25 mai 2020 - 22 h 56 min

    @kamoll: L’intérêt de ce genre des puces Intel est de décoder ou encoder la plupart des formats images/vidéos possibles à 60 images par seconde dans la mesure du possible avec leur VPU et ils le font très bien parfois mieux que chez AMD et Nvidia car il s’agit d’un processeur de traitement indépendant du GPU qu’Intel maîtrise, ils permettent également le jeu vidéo en streaming maintenant.
    Si tu souhaites jouer de manière classique, tu ne prends pas de celeron ou pentium de toute manière.

    Répondre
  • 26 mai 2020 - 11 h 21 min

    @Le Breton:
    Le GPU, c’est pas seulement pour jouer. C’est aussi utile pour des softs de traitement graphique (open GL). Sans demander la puissance de traitement d’une station de travail, un peu de peps au niveau graphique ne peut pas faire de mal ;-)

    Répondre
  • 26 mai 2020 - 13 h 10 min

    @sidero: Mais on en revient un peu au même, celui qui utilise ce genre de logiciel part-il vraiment sur un processeur basse consommation ?
    Après peut-être que certains le font mais pour moi ce sont des processeurs conçus pour faire de l’internet (et ils feront tout ce dont est capable un navigateur sans problème) et ils le font très bien.

    Je le redit, l’intérêt des graphiques intégrés que ce soit ces petits Intel ou les Vega 3 que tu retrouves dans les Athlon est surtout axé sur le décodage des différents formats multimédia.
    Maintenant du montage photo ou vidéo léger, ça passe aussi.

    Atom est à Core ce que ChromeOS est à Windows.

    Répondre
  • 26 mai 2020 - 19 h 10 min

    @Le Breton:
    Photoshop ne se limite pas aux traitement lourd. Je fais du digital painting sous Photoshop, Painter etc… J’ai pas besoin d’une très grosse puissance CPU mais une puissance GPU plus que correct. Et ces SoC basse conso sont bien adaptés aux tablettes ou hybrides avec stylet actif type Wacom. Donc, se limiter à un bon VPU serait dommage pour ma part.
    Sinon, j’utilise Photoshop même sur mon valeureux Transformer T100 pour faire certains traitements (certes, pas sur des fichiers lourd)…

    Répondre
  • 28 mai 2020 - 10 h 01 min

    commentaire assez censé le breton mais d’une part le streaming c’est bien,mais ça cantonne l’usage dans une zone tres bien connectée et ici on parle de device ultra portable, donc rester a la maison (perso pouvoir me taper quelques vieux jeux ou recents en tres low n’importe ou je trouve ça interessant) et comme le décris sidero une partie gpu qui prends en charge les calculs paralleles de certaines taches (sans meme parler de l’ia, on est en 2020!) est toujours plus efficiente qu’un pross…le seul ‘defaut’:la taille et le prix du die…qui peut se justifier vu l’utilisation bien plus polyvalente…(d’autant qu’il peut y avoir plusieurs gammes) en tout cas si intel veut revenir sir arm ds ce segment je vois pas comment il pourrait en faire l’economie…j’aimerai bien en savoir plus du coup.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *