Freewrite Traveler : Une machine à écrire, rien qu’à écrire

Le Freewrite Traveler est un objet original parmi la foule d’offres que le marché nous propose. Son unique but est de permettre de pianoter des textes sur un large et confortable clavier. Déconnecté et très spécialisé, c’est une sorte de machine à écrire moderne.

Lancé par Astrohaus, une société très spécialisée, la Freewrite Traveler est le second dispositif du genre pour la marque et un des rares qui se positionnent sur ce secteur très particulier. On a croisé la Pomera DM30 qui combinait un écran 6″ à encre numérique et un clavier dépliable pour offrir une belle autonomie dans un espace très réduit. Cette nouvelle machine a écrire utilise le même concept pour le même usage : Ecrire.

2018-10-02 12_46_37-minimachines.net

Il est évidemment possible de pianoter sur des smartphones, des tablettes et des machines portables en tous genres de manière efficace aujourd’hui. Directement sur leur clavier ou en associant un dispositif Bluetooth. Mais Astrohaus pense que sa Freewrite Traveler propose autre chose, une expérience différente notamment à cause de l’absence de toute distraction liée aux réseaux sociaux et à l’hyper connectivité de tous les engins modernes.

Freewrite Traveler

Il est bien évidemment possible de se mettre en mode avion pour éviter d’être dérangé sans cesse mais la possibilité de se connecter et d’être à l’affût de l’information est un vrai handicap pour beaucoup de personnes cherchant désespérément à se concentrer sur un travail précis.

Freewrite Traveler

Avec la Freewrite Traveler, point de soucis : Son minuscule écran à encre numérique ne permet pas de lancer d’applications, de jeu ou de films. Il se contentera d’afficher ce que vous pianotez sur son large clavier mécanique. Ce poste est particulièrement travaillé avec l’emploi de mécanismes Cherry MX pour une frappe efficace et confortable. Occupant quasiment tout l’espace de la machine qui mesure 30.5 cm de large pour 12.7 cm de profondeur et 2.54 cm d’épaisseur, le clavier offre le même confort qu’un dispositif de bureau classique… sans  pavé numérique. L’engin pèse 810 grammes.

Freewrite Traveler

L’autonomie proposée est, par contre, un peu décevante… La solution Pomera DM30 annonçait 20 heures avec deux batteries de type AAA. Ici, ce sont seulement 14 heures de travail continu loin d’une prise de courant qui sont proposées. C’est peu pour un dispositif de ce type, même si il faut comprendre que l’engin n’est pas si déconnecté que cela.

Un module Wifi est bien présent dans la Freewrite Traveler. Il ne sert pas à surfer en ligne mais à sauvegarder en permanence votre travail sur un système de sauvegarde en ligne de votre choix. Compatible avec Google Docs, DropBox et Evernote, la machine à écrire permettra de récupérer vos données n’importe où très facilement. Cette autonomie est par contre plus spectaculaire en terme de durée dans le temps. La marque annonce qu’en pianotant une demie heure par jour seulement, l’engin peut offrir un mois d’autonomie. Ce qui sous entend qu’elle ne consomme rien quand elle est en veille…

Freewrite Traveler

Qui sera intéressé par ce type d’engin? Difficile à dire. Je comprend l’idée d’un engin de saisie pure pour quelqu’un ayant vraiment du mal à se concentrer sur soin boulot. Mais j’ai toujours du mal à croire que cette opération qui consiste à mettre son portable en mode avion soit si difficile quand on veut vraiment travailler. Du reste, est-ce qu’un propriétaire de ce type d’engin  aura également le réflexe de cacher son smartphone ou de le passer en mode avion avant de se lancer dans la saisie ? Si il a ce réflexe, ne peut-il pas se satisfaire d’un portable classique avec un ou deux programmes pré-installés ? 

Hemingwrite

Une campagne de financement participatif devrait décider de son sort dans les semaines qui viennent. Pour le prix, il faut s’attendre à quelque chose tournant autour de 499€. La FreeWrite actuelle est commercialisée à 430€ et elle avait eu droit à son financement participatif sous le nom d’Hemingwrite il y a 4 ans. Elle y était alors proposée à 369$. 

source : Getfreewrite via Liliputing

19 commentaires sur ce sujet.
  • 2 octobre 2018 - 13 h 52 min

    Jolie boite si c’était pour un Raspberry PI transformable en ordinateur portable .

    Un peu inutile comme machine de traitement de textes a mon avis .

    L’utilisation du Wifi me semble un peu illogique sur ce type de machine ,un bon lecteur de carte SD me semblerai plus utile pour sauvegarder .

    Le prix en plus me semble un bel obstacle a ce type de machine .
    C’est sur qu’un concept liseuse s’intégrant dans un clavier pourrait donner un bon ensemble de traitement de texte pour un prix moindre .

    Répondre
  • 2 octobre 2018 - 14 h 02 min

    On veut des écrans à encore électronique de 24″

    Cela sera toujours 100 fois plus efficace pour ceux qui lise/rédigent beaucoup. Config double écran dont un à encre électronique pour afficher les applications ne nécessitant pas un fort taux de rafraichissement, les pdf, le logiciel de composition (TeX, Word…)

    Nous pondre des écrans de 6 pouces, la blague…

    Répondre
  • 2 octobre 2018 - 14 h 05 min

    @Pierre

    Il y a aussi l’écran e-ink qui apporte un confort visuel, une fatigue moindre et une autonomie plus importante.

    Mais pour compléter ta remarque (Mais j’ai toujours du mal a croire que cette opération qui consiste a mettre son portable en mode avion soit si difficile), j’ajouterai que c’est aussi incompréhensible que des photos effrayantes et des caractères gras sur les paquets de clope, aussi absurde que de prévenir qu’il faut boire de l’alcool avec modération, qu’il faut s’hydrater l’été (et n’oubliez pas de ne pas sortir à poil l’hiver aussi…) ou enfin ces nouveaux calculs du temps d’écran sur nos smartphones.

    ça relève d’une des innombrables absurdités qui font toute la beauté de notre espèce ;-)

    Répondre
  • 2 octobre 2018 - 14 h 09 min
  • 2 octobre 2018 - 14 h 13 min

    Si encore le prix était bas, mais pas du tout en fait…
    Je pense que la compatibilité avec 3 services privateurs achève la déception de ce produit. On aurait pu imaginer d’enregistrer le travail sur un Nextcloud ou un (S)FTP, ou au pire un partage local type samba ou NFS… Dommage quand même.

    Répondre
  • 2 octobre 2018 - 14 h 45 min

    Mon avis – autorisé – de “pondeur de textes” :
    Sympa (pendant 0,5 s.).
    Pour un usage pro : poubelle.
    Pour les nostalgiques : ressortez votre ancienne machine à ruban…

    Répondre
  • 2 octobre 2018 - 15 h 55 min

    que ça n’intéresse pas des joueurs, codeurs, surfeurs de web certes, mais les machines de ce type ont un marché.
    Les AlphaSmart, Dana et Neo ont une communauté d’utilisateurs

    pour écrire, l’idéal serait une machine avec juste un bon clavier et un écran e-ink de 10-12 pouces

    Répondre
  • 2 octobre 2018 - 16 h 04 min

    Il y a beaucoup plus simple et beaucoup moins cher à faire !
    Et à partir de 100 Euros, on aurait une solution très correct…

    Donc le prix est réellement très exagéré !!!

    Répondre
  • 2 octobre 2018 - 16 h 59 min

    Ce serait pourtant tellement plus simple d’ajouter un mini “traitement de texte” basique sur les lecteurs ebooks existants (kobo, kindle, etc.) et de les rendre compatibles avec le clavier bluetooth/usb de son choix… on peut toujours rêver

    Répondre
  • 2 octobre 2018 - 17 h 21 min

    @Doc_blue_sky +1

    j’en rêve aussi d’un écran de taille standard à encre numérique…

    Répondre
  • 2 octobre 2018 - 18 h 16 min

    @raspbeguy: pareil, le côté “GoogleDoc, Dropbox, Evernote” sans rien d’autre (cloud auto-hébergé, USB, ou SD) fait perdre tout intérêt pour celui qui veut une solution d’auto-hébergement. C’est limite à se demander s’ils ont besoin d’un financement participatif avec l’exclusivité de ces sponsors…

    Répondre
  • 2 octobre 2018 - 18 h 45 min

    @Cerroni: Je pense que c’est article réactualisé. Quand on survole les liens de cet article, on a l’année 2010 qui s’affiche. Il est là ton Triton ^^ (bien regarder la date de mise en ligne) :
    https://www.youtube.com/watch?v=TmTV0JT6NYk

    On avait discuté de ça il y a déjà longtemps c.f. ce lien : @prog-amateur.

    La technologie est là, mais pas le financement (lobby des fabricants d’écrans? financement ? capacité de production ?). Ce que j’ai retenu : quand on parle d’un futur écran E-ink Color prêt à sortir de manière imminente, dis “OK” et trace ta route ^^

    Répondre
  • Xo7
    2 octobre 2018 - 19 h 42 min

    Trop grand pour etre nomade, et (ecran) trop petit pour etre fixe.
    Quand est il des “repentis” ?
    Quid de la mise en forme ?
    Autonomie trop faible pour un si petit écran basse consommation (hors rafraichissement) et une si grande machine. Ça fait cher du vide pour un clavier et une base de liseuse….
    La présence de connexion externe est je pense antinomique pour ce genre de matériel. Cette machine à pour vocation de réaliser des travaux confidentiels ( audit, these, memoire, compte rendu d’audience , romans….) qui ne doivent pas s’égarer sur le net.
    A défaut d’une vocation claire et d’une refonte ce produit court à sa perte….

    Un accès simple et sécurisé, un grand écran basse consommation bi couleur pour voir les repentis, un vrai traitement de texte car on ne frappe pas forcement au kilometre et une plus grande autonomie pour les écrivains hermites. Voilà ce que voudrais peut être les utilisateurs d’un tel objet.

    Répondre
  • 2 octobre 2018 - 19 h 44 min

    En design, ça aurait vraiment été “chic” avec une largeur d’écran de la taille d’une feuille A4👌
    La ça donne l’impression d’un énorme cadre pour un si petit écran ☹

    Répondre
  • Xo7
    2 octobre 2018 - 19 h 46 min

    @Xo7: train, petit téléphone, gros doigts, correcteur facétieux = grosses fautes… milles escuses.

    Répondre
  • to
    2 octobre 2018 - 19 h 51 min

    j’aime bien le look sobre et retro.

    En plus y a meme pas les lettres sur les touches, total design, respect.

    le cote pratique par contre, je vois pas. Clavier peu pratique, ecran mini, pas de sauvegarde usb a priori ; bref, a part a aller hipster chez starbuck en total look, je vois pas.

    Répondre
  • 2 octobre 2018 - 20 h 18 min
  • 2 octobre 2018 - 21 h 05 min

    @Pierre Lecourt: snif, cette époque Mirasol, Pixel Qi et Triton, c’était magnifique. Leurs couleurs baveuses avaient un charme de BD Spiderman des années 60, dommage qu’ils ne sortent jamais des salons… Et PocketBook qui se ventait d’un truc qui n’est jamais sorti…

    Sinon, j’ai trouvé un OVNI Mirasol qui est quand même sorti en production, le Kyobo Mirasol, dont je n’imaginais pas autant de réactivité en lecture vidéo :
    https://www.youtube.com/watch?v=iB1ZmKFGBpk

    Répondre
  • AM
    16 octobre 2018 - 10 h 27 min

    @Robert: Il existe bien des liseuses à encre électronique tournant sur un système Android avec le store Google Play et ayant en même temps la capacité de se connecter à un clavier Bluetooth. Sur la vidéo suivante on peut voir quelqu’un en faire exactement l’utilisation que tu suggères :
    https://youtu.be/ywYzZuZmLjc
    Je l’ai appris par cet article de blog sur le site The eBook Reader :
    https://blog.the-ebook-reader.com/2016/12/28/using-a-bluetooth-keyboard-with-onyx-boox-kepler-ereader-video/

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *