Vers l’obligation d’immatriculer les Trottinettes électriques ?

Un projet de loi visant a obliger les propriétaires d’EDPM d’immatriculer leurs véhicules est en préparation au Sénat.

Le projet de Loi présenté par la Sénatrice Dominique Estrosi-Sassone est sobre. Sa proposition est, en clair, d’obliger les propriétaires de certains véhicules à moteur de les immatriculer au même titre qu’un motocycle ou une voiture. Le but de ce texte, lutter contre les incivilités et les infractions commises par ces engins, en hausse, et contre lesquels l’appareillage actuel de l’état ne fonctionnerait pas.

Minimachines-07-2022

Le texte est simple, si votre véhicule se meut par l’unique force d’un moteur, au delà de 15 Km/h, vous aurez alors l’obligation de le faire immatriculer. Sans détails techniques sur la procédure liée à cette immatriculation, on peut supposer qu’elle sera du même ordre que celle d’un véhicule classique. Les véhicules visés sont clairement les EDPM. La nuance d’un véhicule se déplaçant grâce à la seule force d’un moteur semblent exclure d’emblée les vélos à assistance électrique qui restent équipés d’un moteur mais qui ne fait que aider au pédalage musculaire. Sont donc a priori concernés les trottinettes électriques, les gyroroues, draisiennes et autres skateboards électriques légaux, ceux limités à une vitesse de déplacement à 25 Km/h.

 Le texte accompagnant cette proposition de loi veut également englober les Vélos Electriques, sans assistance, qui sont déjà soumis à l’obligation d’immatriculation d’après notre Code de la Route puisque assimilés à des cyclomoteurs de type L1e. Si on peut en vouloir à des sénateurs qui proposent une loi de ne pas connaitre le Code, on a bien du mal à comprendre comment cette loi pourrait fonctionner. L’idée n’est pas mauvaise, en immatriculant les véhicules on est censé pouvoir remonter leur piste en cas d’infraction. Un vélo circulant sur un trottoir, une trottinette électrique sur l’autoroute ou autres éléments du même tonneau pourraient recevoir une contravention avec une plaque d’immatriculation.

Un vélo électrique a déjà besoin d’une plaque d’immatriculation, au contraire d’un VAE

Reste que cette idée d’immatriculer les EDPM se heurte à pas mal de problématiques de terrain.

La première et la plus évidente est la conception même de ces engins. Si on peut facilement immatriculer une draisienne électrique au même titre qu’un vélo électrique, en ajoutant une plaque du même type qu’un cyclomoteur à l’arrière de ceux-ci, qu’en sera t-il d’une trottinette ou d’une Gyroroue ? Comment ajouter une plaque, aussi petite soit t-elle, à un skate électrique ? On imagine mal un cadre de plaque de scooter sur un EDPM. En 2017, le gouvernement a augmenté la taille des plaques à 210 x 130 mm pour plus de lisibilité. On voit mal comment ce type de dispositif pourrait venir décorer le garde boue d’une trottinette mais on imagine encore plus difficilement comment le faire tenir sur une Gyroroue ou une planche à roulette électrique. Même sur un vélo classique, les 21 cm, la largeur d’une feuille A4, auraient un impact assez net sur la ligne et l’aérodynamisme de l’engin. 

Et diviser ces dimensions ? Si le gouvernement a décidé de les augmenter, c’était pour améliorer la lisibilité des plaques des deux roues à moteur classiques grâces aux moyens de contrôle automatiques. Ces moyens de contrôles étaient peu présents dans les zones fréquentées par les EDPM, il y a peut être une voie à explorer de  ce côté. Nos voisins Belges ont des plaques pour les vélos de 12 x 10 cm qui semblent plus adaptées… Mais, là encore, on voit mal comment et où les installer sur le parc d’engins actuel ? 

Où placer une plaque d’immatriculation sur un skate électrique ? 

Ce premier problème est déjà insoluble. Obliger les trottinettes électriques, les Gyroroues et les skates électriques à installer une plaque pour circuler équivaut à leur faire prendre purement et simplement la poussière. Il n’y a techniquement aucune solution de placement de ce type de dispositif à l’arrière de ces engins. On les condamne donc à l’illégalité et à l’oubli.

Le second problème est plus lié à l’attitude des utilisateurs qui changera face à cette nouvelle contrainte. Les soucis de coût et de démarches liés à l’obtention d’un certificat d’immatriculation étant un facteur de désaffection de ces modes de transport quand il faudrait au contraire les encourager. Si on doit demander un certificat, faire la démarche, payer pour l’obtenir et ensuite repayer pour ajouter une plaque qui défigurera votre véhicule tout en le rendant impraticable, je doute que le public ne suive le mouvement. On peut facilement doubler le prix d’un EDPM avec cette simple condition.

Ou sur une trottinette ?

L’avantage de cette mesure est qu’elle fera tourner l’économie sans couter un seul euro à l’état. Si elle était adoptée, elle serait applicable au 1er janvier 2023. Rendant ainsi obligatoire l’ensemble des coûts et des démarches nécessaires pour continuer à rouler. Autrement dit, elle jetterait aux oubliettes Gyroroues, skateboard et trottinettes d’un jour à l’autre chez de nombreux utilisateurs. Ferait payer des amendes facilement identifiables aux récalcitrants et alimenterait en taxes l’état tout en occupant inutilement les forces de l’ordre. Avec des amendes montant crescendo de 750€ la première fois, 1500€ la seconde et 3750€ la troisième avec en sus des travaux d’intérêt généraux, ce serait fort profitable à l’état.

Evidemment, cela aurait un impact énorme sur le marché et les vendeurs de ces nouveaux engins verraient leur chiffre d’affaire disparaitre du jour au lendemain. Je doute que beaucoup de monde ne colle une plaque sur son skate ou sa trottinette. Si j’en juge juste par un raisonnement logique, le résultat réel d’une telle loi serait l’abandon pur et simple des EDPM pour un retour aux modes de déplacements classiques : voiture, transport en commun et vélo.

La peinture c’est pas cher

Il y a mieux a faire à mon avis. Si la recrudescence des infractions et des délits de fuite des conducteurs de ces engins existe et ne peut pas être tolérée, il est peut être également lié à des soucis de cohabitation sur la route. Il est également facile de constater que la période de transition actuelle n’est pas terminée. D’un point de vue infrastructures d’abord avec trop peu de place pour les mobilités alternatives à la voiture. En améliorant les infrastructures séparant réellement piétons, EPDM et voitures, le nombre d’accident devrait diminuer en flèche. Quand on considère que peindre un ex-trottoir avec une bande blanche pour le partager du jour au lendemain avec des trottinettes, il y a évidemment des conséquences malheureuses.

Il serait également possible d’envisager de faire respecter la loi existante. Mais force est de constater que les forces de l’ordre n’ont pas pour mission première de faire respecter le Code de la Route. Qu’il s’agisse de voitures, de motos, de cyclistes ou d’autres utilisateurs d’EDPM, de nombreux rappels à l’ordre pourraient être faits dans une optique éducative, au quotidien. S’arrêter devant une voie passante, à côté d’une voiture de police c’est constater des dizaines d’infractions en quelques minutes sans que personne ne cherche juste à les relever. Il ne s’agit pas forcément de coller des amendes à tout va mais d’effectuer un simple rappel à l’ordre pour un automobiliste téléphone à l’oreille, un couple à deux sur une trottinette de location ou un cycliste en grande conversation avec un intra dans les oreilles. Pendant qu’un duo de policiers verbalisent un automobiliste pour une contravention de 135 euros pour non port de la ceinture, des dizaines d’autres conducteurs font n’importe quoi. Si l’objectif de la police était vraiment la sécurité des usagers, leur action serait sans doute différente. Un simple rappel de mettre sa ceinture aurait sans doute le même effet et permettrait « d’aider » des dizaines de conducteurs à mieux respecter le code dans le même laps de temps. Problème, cette méthode plus efficace est invérifiable sur un tableur.

Un engin illégal vendu sans complexe en France à l’heure où j’écris ces lignes

Faire respecter la loi, c’est également entrer dans un supermarché et rappeler au gérant que les engins qu’il propose sont tout simplement interdits à la vente. Comme avec les draisiennes électriques sans conformité  ou des trottinettes capables d’aller à 70 Km/h encore vendues partout pour ces vacances. 

Mais évidemment tout cela coûte des sous à l’état. Chaque moment ou un agent de police fait de la prévention pour éviter des accidents n’est pas un moment où il dresse une contravention. Et chaque mètre de piste cyclable dotée d’une vraie infrastructure coûte cher. Séparer les pistes, mettre des feux, apaiser les endroits les plus accidentogènes… On préfère imaginer coller des plaques d’immatriculation sur les véhicules pour tenter de flasher des gens à la mauvaise vitesse ou au mauvais moment. Ca sera bien plus rentable de laisser faire les radars et les caméras.

Quand aux victimes d’accidents ? On préfère flatter démagogiquement les victimes potentielles avec un texte inapplicable en pratique plutôt que de s’intéresser aux victimes réelles. Je ne suis pas sûr que le premier réflexe d’une personne renversée par une draisienne ou percutée par une trottinette soit de noter sa plaque quelque part dans sa mémoire. Ni pour elle, ni pour les témoins, c’est rarement le reflexe qui vient en premier.

Le texte s’intéresse par ailleurs aux « 870 accidents corporels et aux 22 décès impliquant des trottinettes électriques ». Mais il ne fait pas le détail entre les personnes blessées ou tuées à cause des trottinettes et celles blessées ou tuées par un autre véhicule. Des gens circulant à trottinette de manière tout à fait légale sont intégrés dans ce chiffre. Quand on compte dans ces statistiques un homme fauché par un camion benne sur sa trottinette en décembre dernier, un autre tué par un Bus à Clichy la Garenne ou la Gardienne de la Paix écrasée en juillet dernier à Paris, il s’agit de personnes circulant de manière légale sur leurs engins.

Ces victimes ont étés tuées sur des trottinettes par des gens roulant dans un véhicule traditionnel et mis dans le même grand sac des « victimes à trottinettes ». On est passé de 7 victimes en 2020 (en baisse par rapport à 2019) à 22 en 2022 mais il faut mettre en perspective l’augmentation énorme des usagers de ces engins. On comprend assez vite qu’énormément d’accidents sont liés à des refus de priorité de voiture, des automobilistes ignorant purement et simplement les bandes cyclables ou des conducteurs dépassant allégrement, à quelques centimètres, un EDPM dans son droit, sans se soucier du feu qui leur barre la route quelques mètres plus loin…

Je ne crois pas que le fait d’immatriculer son EDPM ne changerait quoi que ce soit au problème, à moins de considérer que mettre au rebut des engins de ce type parce que personne n’a envie rouler avec une trottinette équipée d’une plaque, ne soit une victoire. La seule manière d’apaiser la route est d’investir dans la route. Le nombre de décès de cyclistes a également augmenté en flèche en 2021, 226 cyclistes sont morts sur la route cette triste année. il y en avait 48 de moins en 2020… Immatriculer leurs vélos n’aurait rien changé pour eux, une amélioration des infrastructures face à l’augmentation de cette pratique, si.

Source : NextInpact

Faites découvrir le site en le partageant


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

68 commentaires sur ce sujet.
  • 29 juillet 2022 - 17 h 56 min

    Pierre, je te sens utilisateur de trottinette.

    Blague à part, ce projet semble bien lourd et inadapté.

    Pour autant il est nécessaire de responsabiliser les utilisateurs de trottinettes.

    En cas d’accident avec un piéton l’assurance Responsabilité Civile exclue bien souvent ces cas.
    Du coup, le conducteur se retrouve seul pour l’indemnisation du piéton.

    Parce que je pense que le coup d’après c’est l’obligation d’assurance.

    Répondre
  • 29 juillet 2022 - 18 h 02 min

    @popol: L’obligation d’assurance est déjà là.

    Répondre
  • to
    29 juillet 2022 - 18 h 25 min

    Ca parle de certificat d’immatriculation (carte grise) pas de plaque d’immatriculation, non ? Si c’est vraiment une plaque d’immatriculation il suffira de la mettre sur le dos bien visible, sur un gilet jaune par exemple et comme ca pendant les manifs ca sera plus facile pour la police… ils sont malins

    Répondre
  • 29 juillet 2022 - 18 h 33 min

    Rien que pour le forcing des écolo en faveur du controle technique moto (qui est une abération), je soutiens cette mesure :-p

    Répondre
  • 29 juillet 2022 - 18 h 42 min

    Les trottinettes sont obligatoirement immatriculées en Allemagne et il y en a partout ;)

    Répondre
  • 29 juillet 2022 - 18 h 42 min

    @to: uh uh.

    @Technick: En quoi la demande d’un contrôle technique pour les deux roues est une aberration ?

    Répondre
  • 29 juillet 2022 - 18 h 51 min

    @Pacito: Si tu considères la vignette comme une immatriculation oui. Moi pas. Enfin pas dans le sens d’une loi qui se veut être proposée afin de pouvoir identifier un délit de fuite. Je vois mal la personne courir après la trot pour lire le chiffre inscrit sur la petite vignette de son guidon ou sous un skate électrique. Autant intercepter le conducteur non ?

    De plus les règles sont bcp plus strictes en Allemagne : 20 Km/h max, équipement différent, obligation de certification technique (jugée inutile en France), 14 ans d’âge minimal. Cela fait des marchés très différents.

    Répondre
  • 29 juillet 2022 - 18 h 52 min

    @Pierre Lecourt

    99,99% des motards passent leur vie a entretenir leur moto. Une moto c’est comme un hélicoptère, on controle tout en permanence, question de survie. Le controle concernerait les plus de 125 cm3 alors que ces sont mes moins de 125 qui sont le plus trafiqués/volés/ect… A part créer une nouvelle taxe imposée par le lobby des centres de controle, celui ci ne sert à rien.

    Répondre
  • 29 juillet 2022 - 18 h 55 min

    @Pierre Lecourt:

    Bonjour Pierre , effectivement mettre une plaque d’immatriculation sur ces engins est très compliqué voir impossible.

    D’ailleurs la question se pose aussi pour les vélos et VAE quand ont voit le comportement de certains utilisateurs…

    IL y aussi comme vous dites un problème d’infrastructure

    C’est surtout un ensemble de choses: problème d’infrastructure + mauvais comportement de beaucoup d’utilisateurs (du fait qu’il ne sont pas identifiable facilement) qui provoque des situations très dangereuses

    Au lieu d’immatriculer ces engins y compris les vélos et VAE… pourquoi ne ne pas trouver un moyen d’identifier l’utilisateur en rendant obligatoire le port d’un casque homologué portant un numéro ou identifiant clairement visible à l’avant at l’arrière (numéro/identifiant unique qui serait attribué a chaque personne) que se soit pour l’usage d’un EPDM , vélo, VAE en gros tout véhicule inférieure à la classe cyclomoteur.

    En plus de permettre d’identifier les contrevenant le fait d’obliger le port d’un casque homologué pour ce type d’usage permettrait aussi de réduire des blessure grave à la tête et aussi des morts

    On oblige bien les conducteurs de 2 roues motorisé de porter un casque homologué pourquoi ne par le faire pour les EPDM , vélo, VAE?

    Répondre
  • 29 juillet 2022 - 19 h 07 min

    @Technick: 99.99% des gens ne tuent jamais personne, on a pourtant fait une loi pour gérer les 0.01% des gens qui sont des meurtriers. Si les motos sont bien entretenues, le contrôle technique ne devrait pas être un soucis, je vois pas le problème ? Moi je connais pas mal de proprios de motos qui ont des engins surtout pas aux normes : bvruit / pollution et customisation.

    Moi je suis plutôt pour voyager en ayant l’assurance que le conducteur à côté de moi est apte a freiner ou que son véhicule ne va pas le lâcher en cours de route.

    @Gaëtan: Je suis OK mais a condition que les conducteurs de voitures portent également un casque avec une immatriculation permettant de les identifier en permanence. Apres tout il y a énormément de morts a cause d’accident à la tête en voiture. Ainsi que les piétons. Et pourquoi pas une application de contrôle social pour tout le monde ?

    Sérieusement l’immatriculation doit correspondre au véhicule et pas à l’utilisateur. Les dangers de contrôle sont énormes sinon.

    Répondre
  • 29 juillet 2022 - 19 h 17 min

    Je suis d’accord, la mini plaque d immatriculation ne sert a rien.
    Ces formalités supplémentaires n’ont pas l’air de réduire les ventes pour autant.

    Sur le principe, les epdm sont des engins simple et abordables, rajouter de l’administratif irait a l’encontre du principe de cette nouvelle mobilité.

    Répondre
  • 29 juillet 2022 - 19 h 31 min

    Moi je vois arriver au bloc opératoire 10 fractures de poignets par semaine là où on en voyait une ou deux avant les trottinettes. Quelqu’un a les statistiques ? j’ai peur qu’l n’y en ait pas :(

    Personne ne niera que leur arrivée n’a été ni anticipée, ni planifiée ni organisée. Dès le début ces ovni ont occupé les trottoirs et furent abandonnés ici et là par des utilisateurs. On se demande encore comment cela a té possible quand moi je paye mon stationnement 4 euros de l’heure !

    Il appartient à l’état de protéger les utilisateurs des trottinettes, même les plus débiles mais aussi les autres usagers de la route et des trottoirs.

    Peut importe les mesures si elles sont efficaces et réduisent le nombre de morts et de blessés.

    Je vois plutôt d’un bon oeil que l’état ouvre le sien.

    Après, la montagne pourrait bien accoucher d’une souris, on a l’habitude.

    Répondre
  • 29 juillet 2022 - 19 h 37 min

    @Pierre Lecourt:

    On est don bien en France ou l’on taxe 99,99% des gens au lieu de chasser les 0,01 % qui fraudent. PS : vous seriez surpris par le bruit que peu générer une moto en rêgle à 12000 tours :-) Visiblement, vous prenez parti sur un sujet que vous ne connaissez pas du tout. JE SUIS MAINTENANT POUR LES PLAQUES SUR LES TRICYCLES DES 2 ANS !

    Bonne soirée ;-)

    Répondre
  • 29 juillet 2022 - 19 h 52 min

    @Da Doo: L’installation du marché a été très chaotique, c’est le moins que l’on puisse dire. Et maintenant que c’est installé, on essaye de rafistoler avec des lois impraticables. Enfin ici j’ai surtout l’impression qu’il s’agit de communiquer, je doute que la loi passe.

    @Technick: On ne taxe pas, on vérifie le bon fonctionnement des engins qui circulent sur des infrastructures payées par la totalité des français. Là, oui, on taxe pour payer les routes et tout le monde en profite. Vivre dans un pays c’est en accepter les règles. Parmi les règles il y a un code de la route et des lois. Si la loi demande a ce que l’on vérifie le bon état des véhicules circulant dans les lieux public, il faut s’y plier. Ou rouler chez soi.

    Je ne serais pas spécialement surpris par ce bruit, je connais suffisamment de motards pour le connaitre. Je connais également suffisamment de motards qui se vantent et apprécient le boucan de leur machine qui n’est plus, volontairement, aux normes. Une espèce qui est certes en voie d’extinction, les nouveaux scooteristes et motards ayant bien plus compris quand a eux la nuisance que cela génère.

    Je suis juste étonné de ce refus brutal des conducteurs de 2 roues. Refuser en bloc un contrôle imposé aux quatre roues et dont ils s’acquittent depuis fort longtemps maintenant. Le nombre d’histoires que j’ai entendues de perte de contrôle, de freins qui lâchent, de fuites, de pneus qu’il ‘faudrait quand même que je change » ou autres soucis sur des 2 roues pourtant « bichonnées » par des « experts » « amoureux » de la « belle mécanique » me font croire qu’il y a là une grosse légende plus qu’une vérité.

    Je serais à la tête d’une association de motards je jouerais différemment. Je demanderais à l’état un contrôle technique peu cher pour les véhicules sans soucis. Une forme de « forfait » si votre véhicule 2 roues n’a pas de problème au terme de la visite. Comme ça les 99.99% (chiffre tiré d’un chapeau que je n’ai jamais vu) de gens qui chouchoutent leur engin n’auraient qu’une formalité peu chère a subir. Et tout le monde serait content. Ils pourraient même négocier avec leurs assureurs des rabais sur leurs cotisations par exemple.

    Evidemment en cas de soucis grave sur un 2 roues, il faudrait payer plein pot.

    Répondre
  • 29 juillet 2022 - 20 h 19 min

    @Pierre Lecourt
    Le contrôle technique ne réglera en rien le problème (qui en est un) du bruit excessif des motos. Il suffit de mettre le dB killer pour l’examen et de le retirer ensuite. Ça prend 5 minutes. Pour régler ce problème, il suffit de faire des contrôles dans la circulation. Les contraventions financeront même les contrôles.

    Répondre
  • 29 juillet 2022 - 20 h 26 min

    @mr_pyer: Oui, mais ça peut permettre de faire prendre conscience aux gens qu’ils sont une nuisance non ? Quand tu en es a payer pour pouvoir faire plus de bruit, l’amende devrait être très sévère.

    Répondre
  • ben
    29 juillet 2022 - 20 h 28 min

    @Technick:
    Bien entretenu certain mais dans les cadre de la loi ? par exemple comme le bruit ?

    Répondre
  • 29 juillet 2022 - 20 h 55 min

    Le contrôle techniques des véhicules : oui bien sûr, mais surtout le contrôle technique des conducteurs : pourquoi on peut conduire si on est incapable de le faire à cause de sa condition physique et psychologique ?

    A priori rien dans la loi n’empêche une personne dangereuse sur la route de conduire.

    J’ai un grand père à qui il a fallu cacher les clés pour sa sécurité et celle des autres et cela a failli être un drame. On ne peut pas se reposer seulement sur le bon sens des familles non ?

    Répondre
  • PM
    29 juillet 2022 - 22 h 17 min

    Article/commentaires intéressants. mais il faudrait sérier les aspects. Tout le monde sait qu’un vendeur de trottinettes « livre » avec l’engin le moyen de la débrider.. Habitant dans une (très) grande ville; donnant sur une avenue 2 fois 2 voies auto, plus voies réservées au centre pour transport en commun en site propre, force m’est de constater le phénomène suivant. Les voies ont des marquages (et protections par endroits) pour circulation des bicycles. Elles sont unidirectionnelles. Que s’en suit il ? C’est tellement fatiguant de traverser pour être dans le bon sens, qu' »on » reste, SUR LE TROTTOIR à contre sens; généralement à 2 sur le truc. Celui qui pense que le phénomène est exceptionnel devrait se renseigner…
    De là à approuver le moyen d’identifier les fauteurs, ça devient évident.
    Le phénomène internet (je suis anonyme, je ne risque rien) engendre t il l’apprentissage de la responsabilité ?

    Répondre
  • 29 juillet 2022 - 22 h 32 min

    Pour revenir sur le sujet, il ne s’agit que d’une proposition de loi venant du Sénat. Si elle était votée au Sénat, il faudrait ensuite la voter à l’assemblée qui n’est pas exactement du même bord que le Sénat. Et vu le bordel à l’assemblée, je doute que l’immatriculation des trot soient dans leur priorité.

    Ensuite, il faudra écrire le décret et la loi devra statuée sur le parc existant. En gros, on a encore 2 ans tranquille et vu le prix de l’essence actuellement, les trot vont continuer de se développer et la mesure sera inapplicable.

    Pour ma part, sans aller jusqu’à l’immatriculation (vu la dernière image plutot ridicule j’en conviens), il faudrait commencer par parler du port du casque et des équipements de protection/visibilité que ce soit à vélo ou en trotinnette.

    Répondre
  • mat
    29 juillet 2022 - 23 h 15 min

    Pour remettre du contexte au pourquoi du comment.
    Mme Sassone est de la ville de Nice. Sa proposition vient faire suite à un terrible accident dans cette ville.
    https://www.nicematin.com/faits-divers/lenfant-percute-par-une-trottinette-sur-la-prom-mercredi-soir-a-nice-est-decede-778046
    https://rmc.bfmtv.com/actualites/police-justice/enfant-tue-par-une-trottinette-a-nice-c-est-l-anarchie-il-y-a-un-vide-legislatif-deplore-un-avocat_AV-202207010251.html

    Je pense que l’histoire de la plaque d’immatriculation c’est plus un système administratif pour vérifier que la réglementation actuelle soit appliquée (norme et importation d’engin loufoque sans controle). Actuellement peut être que les effectifs de policiers municipaux ou autres ne sont pas formés pour savoir si un véhicule est légal ou pas. A Nice des tas d’engins électique circulent n’importe comment. Ils sont vendus par des boutiques qui ont pignon sur rue. On laisse faire.

    Les utilisateurs et vendeurs (en grande partie) sont des ignorants médiocres voir filous. On a loupé le coche pour sensibiliser et recadrer au départ alors que c’était le plus simple.

    Prochain sujet de plainte sur les trottinettes: Les personnes ne peuvent où ne savent pas comment accrocher leur engin dans la rue. Ils les trimballent du coup dans les magasins, les salles d’attente de cabinet médical, hopitaux… Ça prends de la place, facilement on cogne par inadvertance qq chose et certains ne resistent pas à rouler indoor.

    Prochaine étude: la phlébite du « trottinettiste »

    Liberez les pietons :)

    Répondre
  • 30 juillet 2022 - 0 h 23 min

    @shoobak: Je suis ok pour le port du casque obligatoire mais alors pour tous les véhicules. L’accidentologie traumatique des voiture confirme qu’un casque ne serait pas superflu au même titre que les vélo ou les EDPM.

    En pratique la mortalité ne change pas avec ou sans casque pour les cyclistes.

    Par contre beaucoup d’études montrent que le port du casque pour les véhicules légers est contre productif. Un vélo contre un 4×4 on se fiche un peu du casque… Par contre cela fait chuter drastiquement le nombre de cyclistes en associant Vélo et danger. Là où le casque a été rendu obligatoire, en Australie par exemple, la chute a été catastrophique. 90% des étudiants Australiens ont abandonné le vélo après le passage de cette obligation.

    Quand un engin de 2 tonnes avant une façade avant plate vous percute, avoir un casque ne résout rien, seule une infrastructure séparée peut résoudre le problème. Quand un vélo percute un piéton, avoir un casque ne change rien non plus, là encore seule l’infrastructure séparée peut éviter le problème.

    Dernier point, le fait d’avoir un casque semble libérer le comportement des automobilistes. Ceux-ci prennent plus de risques avec des cyclistes casqués que face à des cyclistes sans casque. On a des études qui montrent par exemple que les voitures doublent les cyclistes de plus près quand ils sont casqués. De 8.5 cm en moyenne. Etonnant non ?

    En clair, hormis une infrastructure adaptée point de salut. Tout le reste n’est que mesurettes cosmétiques destinées à conforter le déjà là dans ses choix (et donc le tout voiture) et souvent de la démagogie.

    Répondre
  • 30 juillet 2022 - 0 h 41 min

    @mat: Oui, a Nice les trottoirs sont partagés à la peinture et le vrai soucis de ce dramatique accident vient du fait de la vitesse du trottinettiste. Il roulait probablement bien au dessus des 25 Km/h maximum. Il faut dire que comme on laisse les marchands vendre des engins illégaux et que personne ne semble contrôler efficacement qui roule sur quoi, ce genre de drame risque de continuer.

    On peut toujours essayer d’identifier les auteurs d’un drame après qu’il ait eu lieu. Mais l’infrastructure pour éviter qu’ils arrivent en amont serait plus judicieux.

    Une recherche sur la ville de Nice pour acheter une trottinette électrique me fait découvrir en 3 clics une enseigne qui vend une Dualtron à 3790€ vantée pour pouvoir atteindre 100 Km/h et pesant 46 Kg. Un bolide totalement interdit sur la voie publique. Et les limiteurs artificiels n’entrent pas en ligne de compte puisque la loi prévient que tout appareil pouvant « par construction’ dépasser les 25 Km/h est interdit avec une amende de 5e classe. On ne colle pas un moteur de 6600 watts pour faire du 25 Km/h, l’engin est bel et bien prévu pour rouler vite par construction..

    Répondre
  • 30 juillet 2022 - 7 h 44 min

    @Pierre Lecourt:
    Pour le CT moto, au delà du pb du bruit (qui désormais concerne d’ailleurs plus les gros scoot type TMax, certains croyant bon de s’abstenir d’étouffer un bruit de moulin à café en prime affreux) avec une remise en conformité qui prends 5mn, comme déjà dit, quel intérêt?

    Déjà en auto je n’ai pas l’impression de voir moins de poubelles sur roues qu’avant, idéalement consommant visiblement autant d’huile que d’essence. Je dirais que c’est encore pire pour les utilitaires/véhicules de société (2 places) avec fréquence de CT doublée (qui se compareraient aux coursiers).

    En moto, à part certaines brêles de coursiers (et encore, vu que des vélos les remplacent sur les trajets courts, on en voit bcp moins), l’entretient est quand même correct (il en va aussi de sa vie) et contrairement à la voiture tout problème se voit mieux car la mécanique n’est globalement pas cachée. En prime, l’entretien/vérifications de base sont au programme de l’examen moto. En auto personne ne soulève un capot ni même ne vérifie une fois un simple état/pression de pneu.

    Alors moi je veux bien que l’on calque les réglementations auto sur moto, même inutilement (l’état d’une moto en mis cause dans un accident est rarissime) mais on colle aussi un permis à 3 niveaux et une puissance max en probatoire par exemple.

    Je ne voit pour ma part jamais aucune bonne raison de faire chier l’immense majorité pour une infime minorité, surtout quand des lois existent qui les visent et eux seuls, sauf à vouloir dynamiter la démocratie: Un contrôle bruit/pollution, un pneu hors limite, l’immobilisation immédiate est même possible, potentiellement bien avant le CT.

    J’ai déjà manifesté contre ce CT moto, j’y retournerais au besoin. Je préfère mettre les 70€ ailleurs que dans un lobby qui n’a jamais démontré son efficacité, sauf à voir réduire les contrôles sur route se reposant à tords dessus: Les voitures borgnes par exemple, on en voit énormément et on ne peut guère les louper (sauf à regarder ailleurs). Mon père me disait un jour en croisant une que dans les années 50 à 70 tu ne faisais pas 50km en France sans te faire arrêter…

    Répondre
  • 30 juillet 2022 - 10 h 44 min

    @ Pierre je ne comprends pas pourquoi tu insistes autant sur le port du casque en voiture, c’est quoi ton idée ? les conducteurs ont une ceinture et des airbags c’est déjà largement mieux que tous les autres usagers de la route (même si certain motards font l’effort d’investir dans un gilet airbag). Ca donne l’impression du « si moi alors eux aussi » et c’est pas dans ton habitude :)

    Après une certaine vitesse, de toute manière tous les chocs sont mortels.

    Je ne suis pas loin de penser comme PM, que l’anonymat internautique favorise l’irresponsabilité, et encore une fois, la société se doit de protéger au moins les enfants, ou alors on laisse la sélection naturelle éliminer les plus cons et les plus imprudents et ce serait grave.

    Répondre
  • 30 juillet 2022 - 11 h 23 min

    « Si les motos sont bien entretenues, le contrôle technique ne devrait pas être un soucis, je vois pas le problème ? »
    Le problème est la finalité : si les véhicules sont entretenus, quel est la plus value de faire contrôler des véhicules dont l’état mécanique n’est pas la cause des accidents ?

    « Moi je connais pas mal de proprios de motos qui ont des engins surtout pas aux normes : bvruit / pollution et customisation. »
    Combien d’accidents sont causés par un excès de bruit ou un clignotant stylisé ?

    Je n’ai pas le vocabulaire suffisant, mais ta réflexion reflète cet alourdissement maquillé, qui passe de l’outil de contrôle, à la contrainte inutile.

    Hors de ton article :
    « Le contrôle technique tel qu’il existe en France relève d’une réglementation européenne qui a notamment comme objectif de réduire le nombre de tués sur les routes de l’union européenne. »
    Donc il n’est pas imposé pour le plaisir, mais dans un but d’efficacité.

    « En effet, l’état du véhicule ou plus précisément le mauvais état peut être un facteur générateur et ou aggravant d’un accident. Selon l’ONISR, en 2020, 1 305 accidents corporels dans lesquels un véhicule présentait une défaillance technique visible (pneumatiques, éclairage, défectuosité mécanique, etc.) ont été déplorés en France. Dans ces accidents, 121 personnes ont été tuées et 1 732 blessées. Sur l’ensemble des chiffres de l’accidentalité 2020, cela représente 2,9 % des accidents, 4,8 % de tués et 3,1 % des blessés. »
    Donc on a un contrôle technique pour moins de 3% des accidents, moins de 5% des tués, moins de 4% des blessés. Ce qui est le chiffre maintenant que son existance est installée. Le bénéfice vis à vis de son absence est réelle.

    Source : https://www.automobile-club.org/actualites/securite-routiere/bilan-du-controle-technique-2021-decryptage

    Mais aujourd’hui, quelle est donc la cause des accidents, de 97% des accidents ?

    « Le facteur humain apparaît dans plus de 90% des accidents de la route corporels. Les accidents qui ont des causes purement météorologiques ou purement techniques sont donc rarissimes. »
    « 21% des tués n’avaient pas leur ceinture de sécurité attachée et 6% des motocyclistes tués ne portaient pas de casques. »
    Pourtant les lois existent, le matériel également, mais un tué sur 4 ne mets pas son EPI.

    https://www.justifit.fr/b/guides/droit-routier/causes-accidents-de-la-route/#Causes_humaines_daccidents_de_la_route

    Le facteur humain c’est vaste, mais les accidents arrivent quand tu es pressé, quand tu rentres du travail ou y va, que tu es pris par le temps pour pauser les mômes avant le boulot, etc etc..

    Et bien sur, avec tous ces nouveaux véhicules qui nécessitent d’adapter les règles de circulation, il faudrait peut être s’y mettre.

    Un contrôle technique tous les 2 ans pour des véhicules dont l’état n’est pas le problème de 97% des accidents, ou un recyclage du code/permis d’une journée tous les 2 ans pour les conducteurs responsables de 90% des accidents ?

    Quand à la corrélation fantasmée du rapport « ce véhicule est amendable = ce conducteur sera plus respectueux du code de la route », représentée par la plaque minéralogique sur chaque véhicule en circulation, c’est un faux prétexte.

    C’est un moyen détourné de controller des populations trop mobiles, trop difficilement retrouvables. C’est surtout l’occasion de relancer la planche à billet.

    Un petit exemple concret et récent :
    https://www.francetvinfo.fr/societe/securite-routiere/fin-du-retrait-de-point-pour-les-petits-exces-de-vitesse-quelle-est-la-regle-actuelle-en-cas-d-infraction_5161375.html
    Maintenir les amendes mais supprimer la perte de points pour les petits excès : cela va relancer les petits excès, pour ceux qui ont le portefeuille assez large. Le gouvernement l’écrit lui même :

    « le permis à points est conçu comme un appel à la vigilance permanente du conducteur. »
    https://www.securite-routiere.gouv.fr/les-permis-points/reglementation-du-permis-points/petite-histoire-du-permis-point-et-definitions
    Supprimer la perte de point, c’est diminuer la vigilance.

    Voilà, mon point de vue, en tant qu’ancien motard.
    Et le constat de l’état :
    https://www.youtube.com/watch?v=0Xkh6CR21LQ

    Intéressante, la première moitié, combien de causes d’accidents inhérentes au motard ? Factuelle, la seconde. Et il ne manque que les usagers qui jonglent entre toutes les voies de circulation (piétonne, 2 roues, vélo, voitures) pour ne jamais ralentir leur déplacement avec leur trotinnette, pour que cette vidéo soit actualisée.

    En regardant ces chiffres, ces causes, ces comportements accidentogènes, je ne comprends pas comment on peut accuser le cheval, ou ses sabots.

    Répondre
  • 30 juillet 2022 - 12 h 38 min

    Conclusion logique : dans la situation actuelle, où un permis de conduire est délivré à une personne à vie, sans jamais faire l’objet du moindre contrôle de routine pour s’assurer de la réalité de ses compétences dans le temps, et puisque le cœur du problème, une fois réglées les questions de conformité technique (un ne conduit pas un dragster, ni une trotinette roulant à 100 km/h), c’est la personne qui dirige l’engin, ne serait-il pas logique d’instaurer plutôt un contrôle de compétence continu tout le long de la vie du conducteur ?
    Tous les X ans, examen devant un inspecteur du permis de conduire, sans prévenir trop longtemps à l’avance, et si ça ne va pas, retour en leçons de conduite.

    Répondre
  • 30 juillet 2022 - 12 h 46 min

    @petitevieille ; you get an « amen » !

    Répondre
  • 30 juillet 2022 - 13 h 14 min

    @yann: Mais au moins tu as là des arguments. Je n’ai rien contre eux. Ce que je ne comprends pas c’est pourquoi certains s’arqueboutent sur l’anti CT sans rien d’autre que « célélobby » ou « vachealé ».

    Franchement un CT pas cher débarrasserait la route d’un tas d’immondices roulants que tout le monde essaye de ne pas voir dans le monde du deux roues. Faites juste un tour sur un parking 2 roues sauvage dans une grande ville, sur un trottoir. C’est la foire aux trucs foireux. Des engins rafistolés de partout, souvent des scooters mais aussi pas mal de 125, et ces trucs là roulent comme ils peuvent tous les jours.

    Le soucis ici est finalement le même que pour les plaques des vélos. Les FdO ont d’autres mission désormais que de policer la cité. Ils ne sont pas là pour empêcher les gens de mal rouler ou de rouler sur un tas de boue. Ils sont là pour autre chose. Parfois à leur grand désespoir d’ailleurs. On compte sur des radars pour le répréhensif du quotidien. Un radar ca n’est pas très futé ni très formateur. Et ça ne sait pas plus déterminer si quelqu’un roule avec un engin bon pour la casse ou un engin flambant neuf. Et on paye donc la volonté de faire de la police automatisée.

    Ce que disais ton père – et le mien – était lié à une époque où le pognon de l’état servait a payer des gens au service des citoyens. Le pognon de l’état sert désormais a ramener plus de pognon à l’état… Et il faut donc trouver des moyens de faire d’une manière ou d’une autre, le ménage dans le parc de 2 roues en France. Si personne ne veut investir dans une surveillance de la route hors caméras (c’est à dire hors radar et hors départ en vacances quand l’état organise une communication avec des journalistes qui suivent une patrouille qui va faire son boulot sur le terrain dans de bonnes conditions) il faut surveiller autrement. On a désormais un gouvernement qui se spécialise dans la délégation de soin travail à des sociétés privées ? Cela donne très logiquement le CT 2 roues.

    @Da Doo: C’est surtout parce que cela répond très bien à l’argument du « casque obligatoire sur les vélos » qui n’est pas une demande de cycliste mais un argument d’automobiliste. Cela les dédouane de penser à la sécurité des vélo.

    Quand tu conduis beaucoup à vélo et parfois avec 2 fillettes casquées que tu ramènes du sport sur ton cargo orange vif, et qu’une mère de famille se rabat sur toi en manquant de te renverser pour ensuite se stopper 50 mètres plus loin devant un feu rouge… Tu te rends compte qu’elle n’a même pas regardé qui était sur le vélo qu’elle a frôlé à 5 cm et qui a du se rabattre dans le caniveau. Elle a juste vu un objet identifié comme un obstacle qu’il faut doubler absolument. Alors que en ville, alors que sur une rue limitée à 30 Km/h ou ledit obstacle va à 25. Ce degré zéro de la réflexion n’est pas lié à une méchanceté quelconque, c’est juste que la personne n’anticipe pas le danger qu’elle fait courir aux cycliste. Elle ne voit pas le cycliste mais un obstacle. Et quand tu lui demandes si elle a bien compris qu’elle pouvait tuer 2 fillettes pendant que les dites fillettes sont encore toutes pâles de frayeur à l’arrière, elle réalise seulement combien elle a eu de la chance, elle aussi.

    et bien cela ne m’arrive que très rarement en vélo tout seul sur le même cargo. Et je ne porte pas de casque. Dans l’imaginaire de l’automobiliste qui doit veiller à sa sécurité, a celle de la voiture puis éventuellement à celle d’autrui, le cycliste casqué j’ai bien l’impression que c’est considéré au même titre qu’un autre véhicule et qu’il est aussi bien protégé. Quand il ne l’est pas, casqué, c’est una autre histoire. Autrement dit, j’ai toujours eu plus d’ennuis en étant casqué en ville qu’en étant sans casque. Comme si le port d’un casque dédouanais les comportement dangereux parce que d’un coup j’aurais un objet magique me protégeant des ennuis en cas de chute. Et du coup ont peut « y aller » et prendre des risques en me frôlant, collant, se rabattant ou en oubliant ma priorité. Et cela est corroboré par des études sur le comportement.

    Du coup le casque est à mon sens contre productif et sert d’alibi aux automobiliste et aux autorités pour voir les vrais problèmes : les véhicules alternatifs ne sont pas des éléments de loisirs mais des véhicules. Quand tu te fait encombrer ta piste systématiquement par des gens dont le seul argument c’est « je travaille moi » alors que tu vas justement travailler, tu comprend que non, une personne sur une trot’ ou un vélo c’est pas considéré comme un travailleur. Leur piste est celle de gentils glandus qui vont se balader pour le fun. Limite pour emmerder les automobilistes.

    Mais quand tu dis en réponse à un automobiliste qu’une bonne partie des décès des automobilistes est lié à une accidentologie crânienne malgré les airbags et qu’il faudrait donc porter un casque en voiture il te regarde avec des yeux ronds. Parce que, effectivement, cela parait ahurissant même si les sportifs automobiles en mettent. Et pourtant c’est vrai, on limiterait les morts avec un casque en voiture. C’est donc le même soucis qu’en vélo. On limiterait sans doute les morts avec un casque mais cela ne ferait aucune différence dans la majorité des cas. Cycliste contre poids lourd, 4×4, voiture à 45 Km/h on sait tous que casque ou pas casque le cycliste est ratatiné/projeté et pas en bonne forme. Je parle du casque en voiture pour remettre les choses en perspective.

    Obliger le casque en vélo c’est :

    -Encore une fois nier le problème d’infrastructure et donc continuer a avoir une accidentologie élevée et s’en foutre.
    -Donner bonne conscience aux autres utilisateurs de la route avec une conséquence immédiate sur leur réaction face aux vélos.
    -Réduire drastiquement le nombre d’utilisateurs de vélos et donc solutionner le problème par le tout voiture.

    Il y a mieux a faite que cette obligation du casque. Mais il est toujours plus facile et moins couteux de designer les utilisateurs les plus fragiles comme responsables de leur propre sort en les obligeants a investir eux même dans un équipement inutile dans la majorité des cas.

    @Arpenteur: Vérifier cet entretien ? C’est ça la plus value. Comme on vérifie tous les autres appareils dangereux régulièrement. Voitures, cheminées, ascenseurs, escalators, extincteurs, avions… On vérifie pour assurer à la collectivité que les utilisateurs peuvent s’engager sur un terrain qui n’est pas miné par des véhicules dangereux pour les autres.

    Je sais pas combien il y a d’accident causés par un excès de bruit et à vrai dire je m’en fout qu’il y en ait zéro. Par contre je sais que le bruit de cette moto trafiquée pour faire plus de bruit me dérange et qu’elle n’a rien a faire sur la voie publique si elle dépasse un certain seuil. Libre à son propriétaire de faire des burns dans son salon insonorisé. La loi est là pour limiter les excès et si on est pas d’accord avec la loi on la fait changer tout en la respectant tant qu’elle est là.

    Pour l’efficacité du CT il faut quand même dire que depuis que le CT existe sur les 4 roues cela a bien,, avec les offres de mise à la casse, nettoyer les routes. J’en ai vu des poubelles roulantes dans les années 80-90. Des trucs qu’on ne savait même pas comment ils roulaient avec. Ces véhicules là ont disparu de la circulation petit à petit et puis d’un coup, avec le CT. Feux qui louchaient, portière qui tenait avec un peu de fil de fer entortillé voire soudée, train avant boiteux, pneus lisses miroir, port rouillé façon dentelle de Calais, planché percé par une rouille léprosante, amortisseurs cassés et bas de caisse frottant presque l’asphalte. Tout cela est parti à la casse bon gré mal gré.

    Alors oui, en général les deux roues sont en meilleur état que d’autres véhicules mais ouvrez quand même les yeux, on ne croise pas que des machines rutilantes ! Des assemblages foireux dont on se demande si le pilote a toute sa tête on en voit tous les jours. Il faut trouver un moyen de les faire disparaitre car je doute que telle meule qui pue l’essence à 10 mètres soit bien sécurisante. Que tel scooter ayant subit plus de greffes de donneurs variés qu’un champ entier de fruitiers n’en a eu dans sa vie puisse rouler en bon état. Que ce type qui roule avec un amorto ressoudé à l’arc et dont la fumée d’échappement laisse comprendre que son huile et son essence se connaissent intimement soit pas sans risque pour son pilote comme pour les piétons autour. Et cette grosse cylindrée avec un pneu plus que limite que l’auteur décide de « finir » et qui est encore, quand même, sur la route : parce qu’il faut bien allez au boulot et qu’il a pas eu le temps ce Week End. Comme celui d’avant.

    Il faut trouver une solution pour que tout le monde se sente en sécurité sur la route. Cette solution serait peut être un moyen de contrôler les véhicules qui roulent dessus ? Même si ce n’est pas, comme pour les voitures, l’outil le plus souvent responsable.

    Ce qui m’intrigue le plus dans cette histoire de contrôle technique 2 roues c’est que quand je parle de CT 2 roues gratuit si il y a pas de soucis à mes amis motards, ils n’en veulent pas non plus. Ils me parlent de CT faussés pour te faire cracher un maximum d’argent etc etc. Et puis 2 secondes après, ils enchainent avec leurs petites discussion autour de leurs ajouts persos sur leur bécane. Sans complexe. C’est quand même un drôle de monde.

    Répondre
  • 30 juillet 2022 - 13 h 21 min

    @petitevieille: 100% d’accord. Un vrai contrôle tous les X ans des compétences du chauffeur avec suppression du permis en cas de faute grave ou passage d’heures de formation pour les petits manques. Cela ferait beaucoup de bien. Surtout à certains qui ont perdu l’habitude des reflexes de base de tout conducteur : rétro/cligno pour commencer.

    Par contre je suis ok pour anticiper le contrôle largement à l’avance. Car cela permettra de prendre les leçons en amont ou de s’auto surveiller en permanence et ce serait plus productif à moyen et long terme. Le but étant d’avoir de bons conducteurs tout le temps.

    Je suis également pour une plus grande sévérité sur certains passage du code de la route. Voir tous les matins des gens refuser la priorité piéton à des mômes qui se rendent à l’école – sachant que cela coûte 6 point de permis tout de même, cela me semble délirant. Et j’aimerais beaucoup que les FdO aient la main bien lourde en permanence sur ce détail de la civilité des automobilistes. Devant l’école de ma fille il y a de quoi faire sauter 60 points au bas mot tous les matins. Bizarrement plein de gens semblent oublier ce détail du passage piéton et ses règles…

    Répondre
  • 30 juillet 2022 - 14 h 30 min

    Pour abonder dans mon sens, ici dans le 13, un bon quart des véhicules roulent sans permis, sans assurance voir sont volés, c’est vous dire comme les problématiques dont nous parlons leur sont étrangères. Ils sont à la fois non solvables, non identifiables et clandestins. Ca n’excuse pas les autres hein, c’est juste un couche d’incivilité de plus.

    Je n’aime pas conduire et quand je dois le faire, c’est une grosse tension nerveuse pour moi.

    Répondre
  • 30 juillet 2022 - 19 h 07 min

    J’ai toujours eu un problème avec les trottinettes électriques. Il me semble que ces véhicules sont mal conçus, grande vitesse, petites roues, centre de gravité largement en dessus des roues. C’est surtout la distance de freinage qui me fait souci, jusqu’au 12 fois celle d’une voiture… C’est vraiment problématique, je pense que l’engin doit garder son statut de jouet hors circulation.
    J’ai aussi un problème avec la pollution, je ne sais combien de trottinettes abandonnées j’ai croisé aux abords des villes que je traverse à vélo. Comment est-ce possible de pouvoir abandonner ces véhicules sans conséquences ? Il n’y a pas de registre des utilisateurs ? Ici abandonner un mégot sur la route c’est 200 Euro…
    Bref, pas très favorable à ce moyen de transport, vive le vélo !

    Répondre
  • 30 juillet 2022 - 20 h 59 min

    @Pierre Lecourt:
    Mais c’est parce que les cyclistes ne shootent pas dans les voitures qui passent trop près en ayant des chaussures coquées aux pieds.
    C’est une habitude à prendre, lorsque je vélotafais entre Lille et Tourcoing : gilet fluo, casque, gants et chaussures de sécu … il n’y a que contre les bus de ville qu’il était impossible de réagir quand parfois votre rétro y restait accroché !

    De toute façon, la circulation, même dans une petite ville comme la mienne (Dinan) est très compliquée car il n’y a pas toujours de continuité de circulation. Un exemple : une personne habitant en centre ville ne peut aller travailler dans la zone d’activité en périphérie en EDPM, parce qu’en sortie d’agglomération la voie passe à 70km/h, la mairie pourrait autoriser la circulation sur piste cyclable, mais il n’y a pas de piste cyclable à cet endroit, elle est plus loin !
    Idem pour les habitants d’un lotissement : c’est soit circuler sur le trottoir, soit ne pas utiliser d’EDPM pour aller au lycéen, au ciné ou en ville.
    => résultat, ce sont les voitures des parents qui transportent les enfants.

    Pour le bruit des motos, c’est comme avec certaines 4 roues : le bruit c’est la vie, d’après les conducteurs.
    Mais alors pourquoi les pots d’échappement sont à l’arrière et pas à l’avant, plus proches des oreilles des conducteurs ?
    Pourquoi de plus en plus de motards ont des bouchons d’oreille ?
    et pourquoi certains conducteurs de voitures bruyantes circulent vitres fermées, clim allumée et musique en route, alors qu’ils vantent la sportivité du bruit de leur tracteur (autre véhicule très bruyant, mais bien plus lent, donc bruyant uniquement à proximité).

    Répondre
  • 30 juillet 2022 - 22 h 15 min

    @Pierre Lecourt.
    Sans vouloir remettre en cause l’argumentation, ni polémiquer sur les différents sujets abordés. À la lecture des commentaires j’ai le sentiment que tu as la même position vis à vis du port du casque pour les cyclistes que les motards pour le CT. Du moins c’est l’impression que ça donne.
    Imposer le port du casque pour les cyclistes et utilisateurs de véhicules à 2 roues ne me semble pas une aberration surtout si on y impose une lumière de position à flash, qui pour ma part je trouve très efficace pour la visibilité des usagers (oui il y a encore des automobilistes qui restent gentiment derrière le cycliste quand des voitures arrivent en face)… Mais faut il encore voir les cyclistes (beaucoup encore ne jugent pas utile d’avoir des équipements adaptés pour la visibilité puisque c’est aux autres de faire attention à eux).
    Quand au CT pour les motos, quand à le mettre en place, pourquoi le limiter aux motos… Tous les véhicules à 2 roues qui empruntent la voie publique devrait y être soumis… Non? J’imagine que des véhicules poubelle, trafiqués chez les usagers cyclistes et trotinettes,donc dangereux, doivent bien circuler sur la voie publique. On est d’accord qu’un vélo avec des freins d’effectueux c’est dangereux.
    Et il est fort probable que certains doivent cogiter de mettre ça en place (le casque et le CT pour tous les deux roues qui circulent sur la voie publique).
    Dans tous les cas je ne suis pas sur que ça améliore la cohabitation entre les différents usagés… Car le vrai problème est la.. oui Pierre c’est extrêmement dangereux de doubler un cycliste avec moins d’un mètre d’espace, mais comment les automobilistes ne peuvent pas l’oublier quand tout au long de leur trajet ils ont des véhicules à deux roues qui les dépassent de tout côté en les frôlant à moins de 5cm… Mais c’est vrai eux, ils sont autorisés à le faire.
    Réclamons des infrastructures adaptés pour la cohabitation de tous les usagers plutôt que de rejeter la faute sur une catégorie d’usagers, car malheureusement, par certains comportements, tous sont fautifs

    Répondre
  • 30 juillet 2022 - 22 h 30 min

    @Spyke:

    Il y a une grosse nuance entre les deux. Entre le port du casque obligatoire et le CT des 2 roues.

    D’abord parce qu’on sait d’expérience ce que cela donne le port du casque obligatoire : Cela réduit drastiquement le nombre des usagers. Et quand je dis drastiquement c’est une division par 2. pas 10% en moins. Deuxième effet néfaste, sur les utilisateurs qui restent cela augmente le nombre d’accident. Alors peut être que cela va baisser la mortalité de certains mais cela fera tout de même plus de morts et d’accidentés au global. Parce que les automobilistes considèrent le casque comme une armure de protection du cycliste. Mais surtout le port du casque c’est une décision du cycliste pour sa propre sécurité, qu’il ait un casque ou non cela ne changera rien à l’accidentologie qu’il peut provoquer aux autres. C’est sur sa santé qu’il joue.

    Le CT 2 roues c’est le contraire. C’est tolérer qu’on ne contrôle pas le véhicule de quelqu’un de motorisé qui va pouvoir rouler a des vitesses importantes sans qu’on soit sûr de temps en temps que son engin saura tourner / freiner / avertir. Et là, l’accidentologie n’est pas que pour le conducteur. Quand une moto vous percute parce que plus de freins ou de direction, cela crée un projectile sensiblement différent en terme de dégâts que les 130 grammes de plus ou de moins que change un casque de cycliste.

    En bref le cycliste ne met pas de casque car ça le concerne. Le CT concerne tous les autres usagers qui roulent à côté de véhicules motorisés qui, parfois, ressemblent à des poubelles sur roues.

    Ca fait une sacrée différence.

    Le soucis du CT sur les vélos et EDPM c’est la disparité de l’offre et lefait que le gouvernement ait pour la première fois jugé bon d’intégrer au code des engins à moteur sans certification ni contrôle. On en paye le prix aujourd’hui.

    La seule et unique solution reste l’infrastructure. De toutes façons l’histoire va dans le sens de nouvelles mobilités. L’énergie pas chère grâce aux fossiles c’est bientôt fini. De gré ou de force. Autant construire les infrastructures quand on en a encore les moyens énergétiques. Quand on paiera la moitié de son salaire dans on plein d’essence cela ne vaudra plus le coup d’aller bosser tout court. Surtout si on paye le plein de la nounou qui viendra elle aussi en voiture.

    Réclamer des infrastructures c’est ce que je fais depuis le début. Le casque ne changera rien en cas d’accident. Casque ou pas, face à une voiture de 2 tonnes à 50 Km/h c’est de la bouille d’homme avec une tête protégée ? Le CT 2 roues c’est un autre débat et pour ma part j’y vois pas trop d’inconvénient. Comme j’aurais aimé voir des EDPM subir une certification sérieuse dès leurs débuts.

    Répondre
  • 31 juillet 2022 - 5 h 48 min

    Cela devrait être la priorité absolue en matière de transports : anticiper la fin de l’omniprésence de l’automobile individuelle. C’est bientôt fini.
    Les carburants fossiles seront épuisés, les minerais de métaux aussi… la production et l’alimentation de millions d’automobiles est de la pure science-fiction nourrie par la parenthèse inconsciente dont nous sortons.
    Nous venons de vivre des décennies d’aménagements pour la voiture, autour de la voiture. Qu’on le veuille ou non, cela va changer car nous n’avons pas assez de ressources pour continuer comme ça.
    Véhicules légers, de toutes sortes, et un peu plus d’énergie musculaire sont les pistes du futur de demain.
    Il faudra bien organiser tout ça.

    Répondre
  • 31 juillet 2022 - 8 h 04 min

    @Pierre Lecourt:
    « Ce que disais ton père – et le mien – était lié à une époque où le pognon de l’état servait a payer des gens au service des citoyens. Le pognon de l’état sert désormais a ramener plus de pognon à l’état… »

    Le problème, comme je le disais, va très au delà de mon exemple soulignant qu’on ne faisait alors pas 50km en France avec un feu HS (pour de bonnes raisons et sans CT): Faire chier tout le monde pour le je m’en foutisme de qquns mine trop la démocratie.

    AMHA, si l’état est incapable de revenir là dessus il va y avoir un gros problème que la situation économique qui arrive va précipiter: Il ne faut pas se mentir, s’il y a reculade sur ce sujet comme bien d’autres, c’est pour ne pas en rajouter car les remontées doivent être désastreuses. Mais c’est tout le fonctionnement actuel qui sera à revoir si cela devait passer ainsi sans trop de casse.

    Puis nous sommes dans le 2 poids 2 mesures et le changement de cap permanent: Le stationnement moto à Paris a été des décennies sur trottoir et sans emmerdes tant qu’on respectait une circulaire de la préfecture encadrant la tolérance (placement, largeur… afin de gêner au minimum et avec une attention particulière aux handicapés visuels), bien relayée. On a ouverts les vannes de la 125, le foutoir est venu avec une population différente (pas intégrée aux assoc relayant le discours, initialement non formée moto avant qqheures obligatoires pour qu’un monit s’en charge, revendeurs nouveaux mettant le fait de pouvoir stationner n’importe ou et surtout n’importe comment en argument de vente).
    La FFMC a alors demandé de faire un peu de peinture sur les zones assez larges pour mieux encadrer ce qui existait et qui évitait aussi les gnons pris sur des places moto sur chaussée mal réalisées et des automobilistes les voyant en concurrence des leurs, ce qui participait aussi au bon état d’un parc moto non équipées de pare-chocs.
    Cela ne coûtait quasiment rien et donnait une limite répressive claire alors que la mairie de Paris ne respectait déjà plus la circulaire y compris pour ceux qui étaient bien garés (l’insondable bêtise des « verts » alliés au PS, qui désormais paie cher le fait que voter pour l’un soit devenu voter pour l’autre, s’étant installée à la mairie): Enlèvements et prunes ont plu. Y compris une année aux abords du salon de la moto porte de Versailles avec des quantités d’enlèvements industrielles (+masse de dégradations quasi impossible à faire reconnaître ensuite, sauf à ce qu’un témoin témoigne, bien plus fréquentes sur moto qu’auto). Et refus de tout dialogue.
    On connaît la suite: La peinture sur trottoir à été faite, et pas qu’à Paris, mais pour les EPDM en location… qui n’appartenant pas à leurs utilisateurs n’en ont cure (bon courage aux malvoyants qui je pense sentent la différence)! Et haro sur la 125 après avoir ouvert les vannes, étendu à tout ce qui a des roues et une immatriculation… Bienvenu au club pour les EPDM.

    Répondre
  • Xo7
    31 juillet 2022 - 11 h 52 min

    @Pierre Lecourt: Je suis d’accord sur les risques générés par le port du casque.
    Par exemple, je suis contre le port du casque (généralisé) sur les pistes de ski. Une grande partie des gens casqués se sentent protégés et mettent en péril la sécurité des autres skieurs. Lors d’un accident les médias pointent systématiquement du doigt l’absence du casque que l’on soit à l’origine de l’accident ou victime un comble.
    Personne ne se penche sur la notion de gestion des risques et de la vitesse. On a aplani les pistes et donné aux gens des skis courbent qui « tournent tout seuls » : résultats de plus en plus de fous furieux sur les pistes avec des rayons de courbe non maitrisés. je suis peut être vieux jeu (52 ans de ski) mais La godille ce n’était pas que pour frimer! C’est une succession de contres virages (1/sec) qui permet de maitriser sa vitesse quelque soit la pente, la largeur de piste est son état. De plus il faut écouter ses skis, sentir la neige (au propre comme au figuré).

    Le casque est une fausse assurance qui ne compense pas la formation et l’expérience. En matière de sécurité l’habit ne fait pas le moine. Il faut maitriser son véhicule (quel qu’il soit) ET gérer les risques, ce qui peut amener à porter un casque ou pas. (en ce qui me concerne, en mode VTT je porte un casque, alors qu’en mode ville/détente, je n’en porte pas, la loi me le permet).

    Attention, je suis pour le respect de la loi. Mais si on ne veut pas être embêté par des lois absurdes ou trop contraignantes, il faut faire preuve de sagesse et d’humilité. C’est comme ça que le parachute de pente (parapente pour les novices) à été accepté par la société. Et franchement ce n’était pas gagné quand j’ai commencé en 1988. Classé comme activité à risque par les médias (encore eux) et vilipendé par les deltaplanistes, ce sport aurait disparu si les premiers du nom avaient fait n’importe quoi !

    Mais voilà pour réussir il faut avoir une pensée collective, penser aux autres et nom pas qu’à soit, prendre des distances avec son petit confort ou son plaisir immédiat (faire des concessions avec les ignorants, le port du casque est inutile en l’air). Il faut viser le long terme et la paix sociale.

    Bref tout ce qui ne ce fait plus de nos jours. Je suis trottinettiste et je suis attéré par le comportement de mes confrèreset des cyclistes urbains. Trop d’abus avec les règes élémentaires de conduite. La répression est en marche, et je la comprend.

    A défaut d’individus responsables, l’état légifère par réaction. J’aimerai aussi qu’il se penche sérieusement sur la conception des piste cyclables
    – construire des routes non accessibles au vélos sans prévoir une contrepartie pour ces derniers est une aberration.
    – faire cohabiter des bambins et des personnes âgées avec des vélos sur un espace restreint est une aberration
    – faire circuler les usagers à contre-sens est une aberration
    – ne pas mettre de feux de circulation à une piste cyclable quand les autres voies de circulation en possèdent est une aberration (BNF paris 13)
    – confondre terrain vague et piste cyclable est une aberration.
    – autoriser le stationnement des livraisons ou des véhicules à certaines heures ou jour est une aberration.
    – mettre des bornes de part et d’autre de la piste cyclable est une aberration (piste non entretenue car non accessible aux engins de nettoyage)
    – faire passer des pistes cyclables à double sens devant des entrées et sorties de parking (sans visibilité) est une aberration
    – faire des pistes correspondant à la largeur d’un guidon est une aberration
    – confondre passage piéton et traversée de piste cyclable est une aberration
    – réserver des arrêts vélos devant les feux est une aberration (les vélos ne peuvent pas rejoindre cet emplacement a moins d’y être déjà lors de l’arrêt de la circulation : interdiction de dépasser par la droite (CDR) et par la gauche (CDR – ligne continue ou manque de place entre les deux véhicules).

    L’état (c’est nous tous) devrait déjà faire correctement son lit puis sanctionner les mauvais coucheurs. Un arrêt total des loueurs de trottinettes permettrait de calmer grandement le jeu.

    Répondre
  • 31 juillet 2022 - 12 h 31 min

    Je n’ai pas lu tous les longs commentaires, pardon si la suite à déjà été dite.

    Je pense surtout que beaucoup de nouveaux utilisateurs d’EDPM ne savent pas les conduire/les utiliser.
    J’ai des collègues qui viennent à vélo depuis longtemps et qui râlent quotidiennement sur le comportement accidentogene de ces nouveaux usagers. Auparavant c’était les voitures mais à une fréquence moindre. Là c’est tous les jours : une personne discutant avec le téléphone dans son panier et zigzagant sur la piste cyclable (portion exclusivement EDPM), l’autre ayant laisser la sangle de sa sacoche au vent qui a accrochée le guidon du voisin lors d’un dépassement etc.

    Beaucoup de ces usagers n’ont jamais utilisé de 2 roues en ville et se comportent comme des piétons. Sauf qu’une chute à pieds n’est pas aussi dangereuse qu’à 25km/h sur la chaussée.

    Enjoy !

    Répondre
  • 31 juillet 2022 - 15 h 28 min

    @Pierre Lecourt : je ne remets pas en cause ton argumentaire sur le port du casque, c’est plus la position… Les détracteurs au CT motos ont eux aussi des arguments tout aussi valables… Et campent aussi sur leurs positions.
    Xo7 à très bien résumés certains faits et qui montrent les aberrations pour que les différents modes de circulation puissent cohabiter.
    Quand au port du casque pour les cyclistes, je ne pense pas que la question se porte sur la mise en jeu de sa vie personnelle mais plutôt le coût pour la société qu’engendre les accidents des traumatismes crâniens… C’est un peu comme le tabac… Certes on compte les décès mais ce qui importe c’est de diminuer le nombre des longues maladies liées au tabagisme.
    Pour exemple concret, circulation dans une zone 30km dans une rue à sens unique avec autorisation aux cyclistes de remonter cette rue à contre-sens.. je me suis retrouvé au détour d’un virage nez à nez avec un cycliste qui devait être bien au delà des 30km (pas compliqué à dépasser pour un vélo de route)… Le cycliste est arrivé à s’arrêter pour faire une belle chute en raison des cales pieds et à fendu en deux son casque lors du choc de sa tête sur le sol.
    Pas de conséquences graves heureusement. Le casque à été salutaire sans sa présence, il n’y aurait pas eu mort d’homme mais le coût aurait été sûrement important pour la société.
    A partir du moment où le nombre d’usagers augmente sur ces modèles de locomotion les coûts liés aux traumas augmentent aussi. Malheureusement l’argumentaire du nombre de morts est utilisé pour les campagnes de sensibilisation mais derrière c’est les coûts qu’engendrent ceux qui survivent aux accidents qui intéressent les pouvoirs publics.
    Quand au CT pour les motos, cela fera la même chose que pour le casque pour les cyclistes, cela diminuera grandement les motards. Il y a combien de motards qui utilisent leur moto toute l’année ?

    Répondre
  • 31 juillet 2022 - 17 h 03 min

    J’ai bossé 6 semaines à coté d’un motard tout fier de sa pétrolette : une Yamaha R quelque chose, sérieusement transformée pour ne plus ressembler à une moto de circuit. Mais elle avait été préparée et utilisée sur circuit avant la transformation.
    Résultat, tous les lundi matin nous avions droit aux vidéos prises à des vitesses largement prohibées sur routes ouvertes. De préférences petites routes bretonnes entre champs, avec peu de visibilité (le maïs est très répandu)…
    Vitesses pratiquées et assumées : 150, 180, 235 km/h … sur des voies larges de 5 à 6 m, sans peintures et avec des automobilistes pouvant venir en face. Le bruit du moteur : déjà mesuré à 107 db, le maximum permis par le sonomètre … d’ailleurs, chaque jour il repartait avec 3 ou 4 boites de bouchons d’oreilles, « pour les sorties avec les potes ».
    son âge : 47 ans … mais se comportant comme un gamin !

    Par contre il est contre le CT … forcément : débridée, transformée, trop bruyante … comment sa machine pourrait être reçue à un CT de 2 roues ?

    concernant le casque à vélo, je préfère pratiquer le vélo avec un casque, mais c’est mon choix de me protéger. Je ne vois pas pourquoi ce devrait être obligatoire pour tous, surtout avec les enquêtes qui montrent le changement de comportement des automobilistes face à un cycliste casqué.
    De toute façon, il y a un problème de comportement de nombreux usagers des voies de circulation, qu’ils soient à pieds, en 2 roues ou en 4 roues.

    Jetez un oeil aux vidéos de Altis Play sur YT, c’est un cycliste parisien.

    Répondre
  • 31 juillet 2022 - 17 h 13 min

    « La seule manière d’apaiser la route est d’investir dans la route. »

    Il y a une autre manière aussi, mais qui n’est pas très à la mode par les temps de libéralisme débridé qui courent, c’est investir massivement dans les transports publics. Ça dégagerait les routes d’une bonne quantité de voitures. Double effet kiss cool : on diminue la pollution et on sécurise la route. Mais allez expliquer ça à la macronie…

    Répondre
  • 31 juillet 2022 - 17 h 34 min

    @Xo7: « ce qui peut amener à porter un casque ou pas. (en ce qui me concerne, en mode VTT je porte un casque, alors qu’en mode ville/détente, je n’en porte pas, la loi me le permet). » Comme moi quoi, suivant mon activité je met ou non un casque comme j’ai remarqué très clairement l’effet négatif du port du casque en ville, je m’en passe en mode déplacement. Par contre en mode loisir je garde mon casque car je prends beaucoup plus de risques de part le côté sportif de la chose.

    @Xo7: Pour le descriptif de ce qu’il faut refaire en matière d’infrastructure, ce n’est pas compliqué. On a des pays pas loin qui ont trouvé toutes les bonnes recettes a calquer. et oui, il y a énormément de boulot.

    @Lionel: Oui, le fait d’avoir laissé les EDPM s’installer totalement illégalement (rappelons tout de même que ces engins étaient 100% interdits par notre code de la route quand les systèmes de Free Floating ont été lancés.) n’a pas aidé a en maitriser l’apparition.

    @Spyke: Pour le coût sociétal des études existent également. Et elles montrent très clairement que la santé des cyclistes est bien meilleure que des non cyclistes. Autrement dit le risque et le coût en santé public est inversement proportionnel au nombre des cyclistes sur la route. Même si certains cyclistes subissent des traumatismes graves (et crois moi dans ces cas là, casque ou pas cela ne change rien, un poly traumatisé écrasé par un véhicule de 2 tonnes à 50 Km/h n’a que faire d’un casque ou non, il est plus proche du rayon lasagnes que du rayon boite à oeuf) le fait que des milliers de personnes prennent leur vélo réduit la facture globale de santé. En terme de longues maladies donc on a que du bon a ne pas imposer le port du casque qui réduit le nombre de pratiquant de + de 50% à chaque foi que cela a été imposé :

    « Les scientifiques écossais ont constaté que parmi la population cycliste, les risques de développer un cancer étaient réduits de 45 %, ceux d’être atteint d’une maladie cardiovasculaire de 46% et le risque de mourir d’une toute autre maladie de 41%. » Ce n’est pas rien, c’est de la vraie lutte contre les maladies de santé publique avec un vrai impact sociétal.

    L’exemple que tu donnes est bel et bien un problème d’infrastructure. A savoir de la peinture blanche au sol qui décrète que la rue est magiquement devenue un double sens cyclable. Beaucoup d’accidents de cyclistes est lié aux angles morts des véhicules. Et avec ou sans casque cela ne change rien pour le cycliste. Il meurt écrasé et parfois trainé sur quelques dizaines de mètres…

    Encore une fois ce que tout le monde s’accorde a dire c’est qu’il ne faut pas tenter d’amoindrir la gravité des accidents – comme avec le port du casque – mais d’en diminuer le nombre drastiquement – comme en acceptant d’investir dans des infrastructures adaptées.

    Si on est ok pour dire : On a imposé des casques à des gens et désormais les 50% restant qui font encore du vélo sont polytraumatisés mais vivants. Leur nombre ayant chuté il n’est plus nécessaire de construire de pistes cyclables et d’infrastructures adaptées. Alors tout va bien, faisons le. Acceptons le. Moi je ne suis pas d’accord.

    Personnellement je pense qu’il est urgent de faire des infrastructures adaptées pour éviter les accidents, augmenter le nombre de cyclistes, baisser le nombre de maladies graves et préparer un avenir dont on sait qu’il se fera avec beaucoup moins de voitures. (Avec tout autant de voitures on sait déjà qu’il n’y a pas d’avenir à long terme…)

    Quand au nombre de motards, si dans 5 ans, 10 ans ou 15 ans le carburant suit la logique actuelle (logique qui devrait s’amplifier par la prise de conscience climatique) ils y a un moment qu’ils se seront mis à pédaler.

    Répondre
  • 31 juillet 2022 - 17 h 54 min
  • 31 juillet 2022 - 18 h 34 min

    @Spyke:

    Pour info, un casque intégral moto en l’état de l’art et dûment certifié, protège avec de bonnes chances de succès contre un choc avec un obstacle fixe pour une vitesse de l’ordre de 25 à 30km/h. Au delà no way. De toutes manières a un moment tu as beau protéger la tête c’est le cerveau qui impacte l’intérieur de la boite crânienne sous la décélération, avec pour seul intérêt de présenter un cadavre plus propre à la famille. C’est certes important, mais la limite est faible et il faut en avoir conscience surtout avec les obstacles latéraux de plus en plus fréquents.
    Un casque vélo, aucune idée, mais cela ne doit pas aller bien haut. Voir M.Schumacher avec un casque ski déjà bien plus protecteur qu’un vélo (mais mois qu’un moto ou tout ce qu’il avait porté en F1 pendant sa carrière): Les témoins n’avaient pas décrit une chute bien violente. Mais un rocher se cachait sous la neige.
    Perso, si on m’emmerde un jour à mettre un casque pour aller chercher le pain à vélo… ce sera fini. Et détestant marcher, ce ne sera pas à pieds.

    Répondre
  • 31 juillet 2022 - 19 h 20 min

    @ Pierre Lecourt : Décidément je n’ai pas le même point de vue… Tes points de vue et l’argumentaire que tu exposes et fait de telles sorte que tu détiens la réponse à la problématique du moyen de déplacement des populations, qui plus est que c’est la solution à l’urgence climatique.
    La possibilité de se déplacer en vélo n’est pas permis à une grande partie de la population (du moins en France) pour diverses raisons (distances, infrastructures non adaptées et absence de transports en commun bien souvent les 3 en même temps). Je suis désolé si je te froisse (ce qui n’est pas mon intention) mais au travers de ton argumentaire j’entrevois un prosélytisme vis à vis du vélo, et je suis désolé imposer ce mode déplacement n’est pas envisageable pour la majorité. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas le favoriser.
    Quand à l’urgence climatique, je ne pense pas que réduire le parc automobile, qui représente approximativement 20% des émissions de CO2 (au niveau mondial) soit LA solution à l’urgence climatique. Combien en représente la voiture du particulier français ? Une goutte d’eau j’imagine. Car les débats porte bien sûr ça… Pas sur la flotte d’entreprise qui ajustera au besoin les tarifs ou ses frais et qui existera toujours.
    Je reste persuadé qu’il faut trouver des solutions de cohabitation plutôt qu’une éradication d’une catégorie d’usagers.
    Ceux qui est valable pour quelqu’un qui vit en ville, ne l’est pas souvent pour celui qui vit à la campagne et inversement.
    Quand aux études sans les remettre en cause (ni leur intérêt, ni leur utilité), elles visent des cas de figure bien précis. Que ce soit la santé des personnes ou le climat c’est un peu plus global. Si l’on suit tes chiffres, il suffit de mettre tous les fumeurs au vélo et le problème du coup du tabagisme pour la sécu est réglé.
    De même mettre les usagers de la route à la pédale serait la solution pour le climat.

    Répondre
  • 31 juillet 2022 - 19 h 33 min

    Et personne ne parle de la vraie fausse écologie à employer des batteries… C’est une autre sujet mais il colle aux doigts quand même.

    Répondre
  • 31 juillet 2022 - 21 h 29 min

    En Suisse où il y a un contrôle technique des deux roues, 15% des deux roues motorisés présentent un défaut majeur lors du contrôle technique.

    Répondre
  • 31 juillet 2022 - 22 h 40 min

    @Da Doo : si il n’y avait que les batteries…

    Répondre
  • 1 août 2022 - 11 h 17 min

    @Spyke: « La possibilité de se déplacer en vélo n’est pas permis à une grande partie de la population (du moins en France) pour diverses raisons (distances, infrastructures non adaptées et absence de transports en commun bien souvent les 3 en même temps) »

    Je suis parfaitement d’accord et c’est pour cela que je dis qu’il est temps d’investir dans des infrastructures plutôt que dans des caches misères comme le port du casque qui ne résout rien.

     » mais au travers de ton argumentaire j’entrevois un prosélytisme vis à vis du vélo, et je suis désolé imposer ce mode déplacement n’est pas envisageable pour la majorité. »

    Je n’impose rien !? Je parle ici d’immatriculation des EDPM pour répondre à une problématique étrange : le délit de fuite. Et j’explique que c’est un peu comme demander au moustique qui vit dans ta chambre de porter un tatouage pour que tu puisses l’identifier après les faits. Cela ne sert pas à grand chose.

    Dans les commentaires on me parle de cette mesure en la rapprochant du contrôle technique des deux roues. Et je demande pourquoi à un intervenant. A partir de là on me dit : « Oh ben si les CT des 2 roues existe alors il faut le casque obligatoire pour les vélos ». Et j’avoue que si je ne vois pas bien le rapport entre les deux, j’ai des billes argumentatives pour dire ce que je pense du casque obligatoire : c’est contre productif. Mais je n’impose rien a personne. Je n’ai jamais dis « mettez vous au vélo et que ça saute ». Je dis juste, il faut une infrastructure adaptée aux vélos et par la même aux nouvelles formes de déplacement. Les automobilistes et les 2 roues ont tout à fait le droit de garder les leur. Du reste je ne prendrais pas de trottinette pour déplacer un lave linge et je monte fréquemment dans des véhicules énormes avec chauffeur qui empruntent la voie des autos.

    « Quand à l’urgence climatique, je ne pense pas que réduire le parc automobile, qui représente approximativement 20% des émissions de CO2 (au niveau mondial) soit LA solution à l’urgence climatique. »

    Mais je n’ai jamais dis cela !? Je ne pense pas a réduire le parc maintenant. Je dis que son usage diminuera logiquement tout seul dans le temps. Je dis par contre que le parc de voitures a une infrastructure délirante, polluante et hors de prix. Que l’alternative, vous le reconnaissez vous même, n’a droit qu’à des miettes. Je suis pour qu’on anticipe le moment où les gens ne pourront plus se payer le plein d’un véhicule thermique, dans 15 ans ?, ils aient le choix d’une alternative non thermique. Je pense qu’alors la majorité des gens redécouvriront les joies de la marche, du vélo et autres EDPM. Pas pour tous leurs voyages, pas pour tous les trajets. Mais qu’à 5€ le litre d’essence on réfléchira 2 fois avant d’emmener ses enfants à l’école 500 mètres plus loin en 4×4…

    « Car les débats porte bien sûr ça… Pas sur la flotte d’entreprise qui ajustera au besoin les tarifs ou ses frais et qui existera toujours. »

    Oui et personne n’a demandé a détruire les routes pour ne laisser que des pistes cyclables. Il y a des alternative au tout ou rien, il suffit de visiter la majorité des grandes villes de la planète aujourd’hui pour s’en rendre compte.

    « Je reste persuadé qu’il faut trouver des solutions de cohabitation plutôt qu’une éradication d’une catégorie d’usagers. »

    J’ai beau relire ce que j’ai écrit, ici il y a un fantasme de votre part, je suis désolé mais personne parle d’éradiquer la voiture. On a construit toute la France autour de la voiture et tenter de l’éradiquer cela ne fonctionnerait pas bien. Mais construire, ou rebâtir plutôt, un mode de transport collectif efficace et abordable,. Proposer des infrastructures de déplacement alternatifs qui ne mettent pas en danger leurs utilisateurs, tout cela n’empêche pas la voiture. Cela réduira juste la voilure du « tout pour la voiture » ce qui n’a pas que des désavantages en réalité.

    « Si l’on suit tes chiffres, il suffit de mettre tous les fumeurs au vélo et le problème du coup du tabagisme pour la sécu est réglé. »

    Ah ben, en écoutant les médecins on a un son de cloche assez clair. Si tout le monde était moins sédentarisé et faisait un peu de sport tous les jours, le trou de la sécu serait bien moins grand : moins de maladies chroniques, une population en meilleure forme globale. C’est largement étudié oui.

    Et je ne suis pas vache, je n’ai pas parlé des risques de la pollution émise par les engins thermiques qui sont plus graves que l’accidentologie des cyclistes et qui creuse a eux seuls et des tombes et des stats. Tout cela est largement documenté depuis des années.

    « De même mettre les usagers de la route à la pédale serait la solution pour le climat. »

    Personne n’a dit cela encore une fois. C’est pas « noir ou blanc » ou « interdisons la voiture ». Juste que là où les infrastructures pour les alternatives comme le vélo, les EDPM, existent, on voit la population suivre cette alternative. Est-ce qu’un seul exemple d’une ville où on a interdit la voiture au profit du vélo existe ? Non. Jamais. On a – au pire et j’ai envie de dire au mieux – des zones piétonnes limitées en vitesse où tout le monde cohabite. Vélos, piétons, EDPM, autos. C’est le maximum de ce que l’on ait fait de pire à la voiture. Mais il reste toujours et partout un accès aux 4 roues puisque nos véhicules de secours (pompiers et samu) sont sur 4 roues et plus.

    Parler d’éradication quand on parle d’aménagement, c’est faire croire qu’on va transformer les nationales et les autoroutes en 2 fois 2 voies cyclistes ou en 4 fois 4 voies cyclistes. C’est ridicule. La vérité c’est de penser aux cyclistes et aux EDPM comme aux piétons au moment on crée une installation ou quand on en restaure une. Y penser vraiment. Pas juste avec de la peinture.

    Et y penser maintenant car on sait que même si le parc automobile n’est pas responsable de la totalité des émissions, ce n’est plus une solution à moyen et long terme. Cela passe par des aménagements et une réflexion sur beaucoup d’autres sujets. Et porter des œillères sur ce sujet n’aide en rien.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *