Coronavirus Time : A propos des masques KN95…

Vous êtes nombreux, vraiment nombreux, à me demander des bons plans pour des masques KN95. Quand je dis nombreux je parle non pas de dizaines mais plutôt de centaines d’emails. Alors il faut faire un peu le point.

Le contenu de ces mails est a peu près toujours le même. Vous voulez des solutions simples et efficaces pour pouvoir porter quelque chose lorsque vous brisez votre confinement. Si possible quelque chose de pas trop cher et qu’on ne jettera pas systématiquement à la poubelle. Beaucoup sont intéressés par les masques KN95…

Il existe deux types de masques sur le marché aujourd’hui.

FFP2

Il y a d’abord les fameux masques FFP2 employés par le personnel soignant et qui nous font cruellement défaut actuellement. Ce sont des masques filtrants capables d’empêcher de se faire contaminer par un malade quand on est dans la même pièce que lui. Ils protègent à l’expiration et à l’inspiration. Ils sont indispensables pour les médecins, infirmières, aide soignants et autres qui travaillent aujourd’hui à l’hôpital dans cette période de crise.

Un Décret Ministériel interdit aujourd’hui aux personnes morales d’acheter ce type de masques1 qui sont réquisitionnés par les services publics. En clair, cela signifie que les entreprises privées et les établissement publics sans rapport avec les services de santé n’ont pas le droit d’acheter ce type de masque pour le moment. Aucun professionnel n’a le droit d’en vendre librement non plus. Les stocks doivent être réquisitionnés pour les hôpitaux. Dans la mesure du possible, même si un particulier a le droit d’acheter ces masques, il est peut être plus utile de les laisser à destination du personnel soignant dans son ensemble. Ces masques demandent un positionnement précis pour englober le nez et le menton sans laisser passer d’air. Ils doivent être changés régulièrement et ne doivent pas être partagés. Les masques FFP2 s’accommodent TRES mal des barbes et moustaches pour filtrer correctement l’air ambiant. Les masques KN95 sont leur équivalent Chinois. Les N95 sont les versions US des mêsms produits.

Masque chirugical

Il existe également des masques plus légers, moins filtrants : Des masques anti-projections autrement appelés  masques “chirurgicaux”. Ce sont des masques simples que vont porter les gens pour éviter d’émettre le virus en toussant, en postillonnant ou en parlant. Ils vont retenir les particules, et donc le virus, autour du porteur au lieu de les projeter. Ils fonctionnent à l’expiration et non pas à l’inspiration. Les gouttelettes et postillons peuvent être vecteurs du COVID-19 et porter ce type de masque peut donc limiter la contamination. C’est, en gros, une bien meilleure solution que de tousser ou éternuer dans sa manche.

Il est tout a fait possible de fabriquer soi même un équivalent de ces barrières assez facilement avec un bout de tissu et des élastiques. Des centaines de guides sont disponibles en ligne qui vont du recyclage de chaussettes à la haute couture. Ces masques sont utiles au quotidien et pourraient devenir obligatoires lors du déconfinement. Ces masques peuvent également empêcher dans une certaine mesure de recevoir des postillons d’une personne contaminée, mais cela reste très aléatoire. En gros, ces masques sont utiles si vous sortez de chez vous pour éviter de contaminer les autres. Dans le doute, vous pouvez décider de vous munir systématiquement de ce type de solution parce que c’est… mieux que rien. 

La communauté scientifique estime majoritairement que tout le monde devrait porter ce type de masque “chirurgical” dans la rue. Ils sont par contre inutiles dans votre foyer. Ils sont simples à mettre et ne demandent pas de compétences particulières. C’est ce type de masque que beaucoup me réclament par email. Problème, ces solutions doivent être régulièrement jetées – tout comme les FFP2 – pour éviter que votre respiration n’humidifie le tissu ce qui rendrait son utilité beaucoup plus approximative. Il faut donc en changer régulièrement. Certains préconisent de les laisser sécher pour les réutiliser…. d’autres de les jeter.

Le gros avantage des masques en tissu maison étant alors que l’on peut en faire plusieurs, avec des décorations sympa, puis les laver. C’est beaucoup plus économique.

Smartmi KN95

Il existe une troisième option et c’est celle-ci qui se démarque ces derniers temps. Beaucoup se tournent vers des masques alternatifs qui n’ont pas à la base de vocation de santé. Ou du moins pas la même. Ce sont des masques KN95 anti-pollution. Il en existe beaucoup en Asie parce que, malheureusement, les grandes villes sont souvent envahies d’un véritable brouillard de pollution dû aux voitures et aux industries. Pour sortir dans la rue, en dehors de tout problème de virus, pour faire du sport ou pour une simple balade en vélo, beaucoup emploient donc ce type de masque. 

Comparison of FFP2, KN95, and N95 Filtering Facepiece Respirator Classes

  • Sans être FFP2 ils sont à la norme KN95 qui est une certification équivalente, utilisée par le système de santé Chinois. La norme KN95 filtre à 95% mais respire moins bien qu’un masque FFP2, d’où la présence de valves sur certains modèles. Ces masques sont donc à mi chemin entre la solution “chirurgicale” et la solution FFP2. Ils filtrent des particules en suspension d’une taille de 2.5 nanomètres.

  • Ils sont pensés pour être enfilés rapidement, bien s’ajuster au visage et permettre une bonne respiration. Certains modèles étant conçus pour la pratique sportive, ce point est très travaillé, ce qui les  rend plus supportables au quotidien. Ces masques KN95 offrent un certain confort, plus que certains masques chirurgicaux aux élastiques qui scient les oreilles…

Rockbros

  • Ils sont pour certains lavables et/ou acceptent des filtres amovibles. De telle sorte que l’on peut investir dans ce type de masque, et cela s’avère à la longue moins coûteux qu’une solution à jeter au bout de quelques heures.

 

alert

Mise à jour : Christophe me signale un gros souci avec les masques sportifs !

Je pensais que ces masques filtraient à l’expiration et à l’inspiration l’air ambiant. Mais ce n’est  pas le cas du tout ! Il ne filtrent qu’en aspiration et pas du tout en expiration. Ce qui pose un énorme problème. En gros, le masque ayant été pensé contre la pollution, il est conçu pour ne pas laisser entrer dans vos poumons de particules fines. Dans ce rôle là, il est très efficace. Mais, il n’a aucune vocation à filtrer l’air sortant de vos poumon puisque celui-ci n’est pas censé être lui même pollué. Aussi les valves fonctionnent dans un seul sens. A l’inspiration elles se bloquent et empêchent les particules d’entrer. A l’expiration, par contre, elle se relâchent. Laissant l’air de vos poumons se diffuser sans filtre.

Xiaomi Smartmi KN95

L’air entrant est filtré.

KN95

L’air sortant ne l’est pas.

Dans l’optique d’un virus qui se transmet comme le COVID-19, cela veut dire que votre masque et sa valve vont diffuser largement le problème autour de vous, sans aucun filtre. Si vous êtes un porteur de la maladie, vous deviendrez un vrai problème. D’autant plus que les gens auront peut être confiance dans votre masque et briseront alors les distances de sécurité. Les masques sportifs n’ont donc aucun intérêt pour protéger les autres.

ah ok

Attention, porter des masques peut créer un faux sentiment de sécurité

Restez chez vous ! Même en portant un masque FFP2 ou un KN95, vous pouvez être contaminé. En vous grattant le nez, en l’enfilant mal. En l’enlevant par mégarde. Porter un masque une heure durant n’est pas chose aisée et beaucoup d’utilisateurs ont des gestes effaçant tout l’intérêt du dispositif. Il est donc contre productif de croire qu’une fois votre nez et votre bouche couverts, vous serez protégés ou vous protégerez les autres. Ce n’est absolument pas le cas. Il faut poursuivre le confinement au maximum et éviter toute sortie inutile.

Enfilez vos masques pour aller faire vos courses, pour faire une balade, pour allez chercher du pain. Fichez vous du regard des autres. Mais ne vous dites pas que parce que vous portez un masque vous pouvez sortir comme avant !

Machine à coudre

Que conclure ?

Sortez vos machine à coudre ou vos boites de couture. Dans la majorité des cas, un masque maison fera amplement l’affaire à condition de ne pas en faire qu’un seul. Faites en plusieurs pour chaque personne. Cela peut paraître beaucoup mais c’est la meilleure solution. Et puis, logiquement, vous avez un peu de temps pour les fabriquer.

Un tuto pour faire son masque avec ou sans machine à coudre

Ces masques pourront ainsi être lavés et mis à sécher sans soucis pour en avoir toujours un de propre et sec sous la main. Un vieux t-shirt, un vieux drap, il est facile de fabriquer ce type de masque maison en faisant du recyclage. Trouver des élastiques peut également se faire en fouillant ses tiroirs assez facilement. 

afnor

Autre gros point fort de ces masques, ils peuvent être personnalisés. Cela permet de mieux les faire accepter par tout le monde et notamment les plus jeunes.

Le site de l’atelier des gourdes avec un tuto de référence pour créer vos masques.

Pour information, j’ai commandé un lot de masques qui a mis très exactement 9 jours à arriver de Chine en fin de semaine dernière. Je compte recommander des masques KN95 à la publication de ce billet afin de pouvoir suivre l’évolution du transport de ces commandes.

Disposable mask

Il existe beaucoup d’autres solutions sur le marché… à tous les prix. Du KN95 aux masques chirurgicaux à la pièce ou par lots de 100 unités. Le souci de toutes ces offres vient de leur prix. Si on doit dépenser chaque jour quelques euros pour les masques de toute la famille, c’est un vrai problème pour certains budgets. La solution du masque maison en tissu est là encore préférable.

En attendant que le gouvernement trouve une solution pour éventuellement fournir des masques à la population.

Soutenez Minimachines, partagez le !

Notes :

  1. Pour être plus précis, tous les masques de type FFP2, FFP3, N95, N99, N100, P95, P99, P100, R95, R99 et R100.

Rivière
107 commentaires sur ce sujet.
  • 24 avril 2020 - 10 h 46 min

    Aucun moyen de modifier/changer la valve des KN95 pour avoir une protection en inspiration et expiration ?

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 10 h 46 min

    Puisqu’on est dans le sujet élargi, il faut comprendre que la seule stratégie de nos dirigeants a été de ralentir l’épidémie pour éviter de dépasser les capacité d’accueil des réanimation. Rien d’autre.

    Le confinement collectif était la seule solution en l’absence de masques disponibles. Le confinement personnel (port de masque tout le temps) comme au Japon et en Corée (sud je crois) est encore plus efficace, si on a des masques. mais en France, des saucissons oui, des masques non.

    Devant le scandale d’état qu’on a vu, différentes personnes ont agité des marionnettes (porte parole) des études, des contre-études, avec des arrières pensées extrêmement choquantes. En particulier les médecins qui s’écharpent en direct par jalousie (toi tu as un IHU de 700 personnes, moi j’ai un cabinet avec une secrétaire de 30 m²). Le moindre medicaillon qui passe à la TV croit qu’il peut se payer un prof !. Ils seront jugés un jour.

    Reste que tout masque est mieux que pas de masque avec dans l’ordre + vers – : masque ffp2, masque chirurgical, masque DIY. Mettez ce que vous avez tout le temps dès que vous sortez et on se retrouvera pour en rire ici dans quelques mois.

    Revenons aux masques :
    Personne n’a expliqué comment les mettre, comment les enlever, comment les nettoyer ou les jeter proprement, c’est incroyable ! Quelque soit votre masque, vous pouvez le contaminer en le mettant et vous contaminer ensuite tranquillement dans l’ignorance du danger.

    Je ne vais pas vous donner un cours, mais la base : sa laver les mains avant de mettre le masque, l’adapter à votre morphologie et le déplier en évitant de toucher les surfaces filtrantes en et se relaver les mains après l’avoir enlevé. Le jeter dans une poche fermée.

    Et par pitié stop les gants. Super dangereux ça, en pratique il faut changer de gant après chaque action et ça pollue un max. Et aussi le soluté hydroalcoolique ne marche pas sur les gants. C’est un solvant organique dont la matière des gants épuise les capacités solvantes.

    On a pas de chance, ce virus est une vraie merde et on nous dit les choses de façon déloyale (comme l’étude chinoise d’hier dans un resto qui montre la transmission aéroportée par la clim !).

    Les gouvs feront ce qu’ils veulent, nous il faut mettre des masques. On aurait du commencer par ça, sauf qu’on en avait pas et cela dure.

    Sans être voyant le port des masques sera vivement conseillé…

    Pour les études, il y en a des sérieuses, mais elles sont pas publiées dans BIBA, Voici, ou femmes actuelle…

    Répondre
  • Alu
    24 avril 2020 - 11 h 09 min

    @Pierre Lecourt:

    J’adore le “wishful thinking”: tout le monde voudrait que le virus reparte magiquement.

    On pourra dire ce qu’on veut mais un virus qui est présent dans 200 pays dans le monde, qui fait plus de 2000 nouvelles entrées à l’hôpital chaque jours pendant un confinement généralisé depuis plus d’un mois (sachant que les patients à l’hôpital ne sont que la partie immergé de l’iceberg) ne va pas partir de si tôt.

    Le confinement ne sera pas tenable plus d’un trimestre et un vaccin n’arrivera pas avant 1 an et demi à 2 ans…en espérant qu’il ne fasse pas comme celui de la dengue c’est à dire qu’il rende malade une partie des vaccinés…

    Les masques même les plus efficaces demandent une rigueur qui est intenable sur une longue durée. Même le plus maniaque d’entre nous fera une erreur un jour en se touchant le visage ou en oubliant de bien nettoyer une partie du corps…ect…

    Sur une longue période il y a très peu de chance qu’aucun de nous soit contaminé.

    C’est malheureux mais il faudra l’accepter je pense…

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 12 h 55 min

    Il faut aussi soulever un autre point peu diffusé par les médias voire décriés. L’utilisation de la vitamine C en intraveineuse semble donner de bons résultats. Il faut savoir qu’il y a un test qui donnera des résultats en septembre. En attendant,il est toujours possible de prendre de la vitamine C quotidiennement pour renforcer son immunité et éventuellement peut-être diminuer les chances de développer les conséquences graves de la maladie. En effet, la vitamine C stimule la production d’interférons (substance utilisée notamment dans les traitements cubains). Cette vitamine non brevetable est malheureusement décriée mais des tests ont montré qu’elle pouvait être utile dans le traitement de la tuberculose. On peut aussi se référer aux travaux de Linus Pauling ou au protocole Bastien pour constater qu’elle est mise “injustement” à l’écart. Sachant qu’on peut en prendre un g par jour à peu près sans aucun effet secondaire. On soupçonne d’ailleurs que le gène Gulo chez l’homme servait à synthétiser cette vitamine et la majorité des mammifères peuvent la synthétiser.
    Autres oligo élément important : le zinc, qui a prouvé qu’il était utile dans le traitement du premier coronavirus et qui est prescrit actuellement par des médecins de l’est de la France (avec d’autres médicaments) ainsi que par un médecin New Yorkais qui relatent des effets bénéfiques même si des études n’ont pas encore été faites à ce propos.

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 13 h 07 min

    @Alu: On est tous bien au courant, les gestes barrière, le gel hydro alcoolique, les masques et la distanciation sociale n’ont jamais fait disparaitre un virus… Cela permet juste de ne pas engorger les morgues d’hôpitaux sous dimensionnés…

    Je suis bien au courant du scénario le plus probable et du risque pour la population puisque moi et ma famille, mes amis, on en fait partie. Maintenant mon rôle c’est de répondre aux emails des gens qui me demandent quoi acheter parce que leur boss leur a fait comprendre que dans quelques semaines ils vont reprendre le boulot et les transports en commun. Je leur dit quoi ? Rien ? Je leur dit qu’ils vont y passer quoi qu’il arrive ? C’est facile de commenter en pensant comme tu le penses, de manière fataliste. Mais le confinement aide pas les gens a rester rationnels et leur répondre du mieux que je peux est la moindre des choses pendant cette crise. Si je leur dit “vous allez le chopper tôt ou tard de toutes façons”, je suis pas sur que ça les aide.

    Et puis peut être que dans un mois on aura un nouveau traitement qui apaisera les malades, peut être que dans deux mois on aura toujours rien. Peut être qu’il y aura jamais de vaccin.. Peut être qu’on trouvera une solution comme on l’a fait pour tant d’autres maladies. Je préfère parier sur l’étalement de la crise au vu de l’état de notre système hospitalier. En attendant que le gouvernement se réveille et que les particuliers puissent trouver de quoi se protéger puisqu’on semble vouloir repartir comme avant : Droit dans le mur de la crise climatique qui n’aura quand a elle, jamais aucun vaccin.

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 13 h 45 min

    Alors my 2 cents de Chinois, victime depuis 4 mois de remarques désobligeantes : parce que les pays d’Asie et la Chine ont respecté le confinement et que tout le monde porte des masques depuis toujours, on accuse spécialement la Chine de donner de faux chiffres, sans aucune présomption, sans preuves vérifiables : les Chinois mentent, les Chinois doivent payer, les Chinois mangent n’importe quoi, les Chinois sont sales, mettons les Chinois dehors, n’achetons plus Chinois.
    On se croirait revenu dans un mauvais film des années 30-40…

    Voila… c’était juste pour me soulager et d’exprimer ce qui me pèse, comme je le dit, depuis des semaines.

    Note pour préciser : je ne suis pas Chinois de Chine, je ne suis pas communiste, ma famille a des origines divers et notamment de Taïwan. Je n’ai pas d’actions chez Xi JinPing.

    Répondre
  • Cid
    24 avril 2020 - 13 h 55 min

    Les avis vont bon train (plus que les débats) Et mon avis est que même ici on lit des âneries : Je vois des gens qui fabriquent leur masque barrière en se basant sur le doc de l’AFNOR sans l’avoir lu. Tissus polaire ?? Séchage Micro-onde ?? Vraiment ?

    Les masques fabriqués par des usines textiles (françaises, cocorico, j’habite l’aube avec “la capitale du textile” avec Lacoste, Le Coq Sportif, Petit Bateau etc) sont testés par la DGA. https://www.entreprises.gouv.fr/covid-19/liste-des-tests-masques-de-protection et devraient être distribué à la population.
    Sauf que j’ai vu une photo passer du masque Lacoste (croco sur l’emballage, si si je vous explique pas la spéculation dessus !) et il possède un couture centrale déconseillée par l’AFNOR…

    Bref, on s’en sort pas, vu que tout le monde veut avoir raison et être suivi pour devenir le héro que l’Histoire retiendra.

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 14 h 58 min

    @Cid:

    C’est sur que tout le monde ne peux pas avoir raison.
    Il y a un mois tu me répondais je cites :

    “” Le masque et les gants ne servent à rien au quotidien seuls les gestes barrières sont efficaces. Point. “”

    Alors je ne sais pas si avec le temps tu a changé ton paradigme, mais au moins ton avis semblait clair est tranché :P .
    Je constate juste que c’est ce qu’on me répondait invariablement et systématiquement en janvier/fevrier, maintenant mine de rien beaucoup moins..

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 15 h 32 min

    @Jerry Khan en furie: Les imbéciles ont pour habitude de conjuguer leurs craintes avec leur haine et cela ne fait pas bon ménage…

    Répondre
  • Trk
    24 avril 2020 - 16 h 09 min

    Moi j’aimerais si qq1 sait qu.on m’explique pq il faut jeter un masque chirurgical ? Si je le mets 2 heures par jours (metro), je le laisse reposer 2/3 jours. (virus kaput) et reutilse apres 2h par jours, j’imagine pouvoir le porter plusieurs fois non ?

    Qu’est ce que se dégrade de le masque ?

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 17 h 00 min

    Bonjour.
    Pour votre information, l’IFTH (centre technique lié au textile) a publié avec l’AFNOR un cahier des charges lié au masque dit “anti projection” adapté aux gus comme nous qui devront aller travailler un jour ou simplement faire des courses.

    https://www.ifth.org/2020/03/30/covid-19-publication-de-la-base-de-donnees-avec-caracterisation-matiere-pour-la-realisation-de-masques-de-protection/

    Tout y est expliqué, en partie pourquoi il ne faut pas de couture au milieu du masque ;)

    Bonne lecture !

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 17 h 01 min
  • 24 avril 2020 - 17 h 04 min
  • 24 avril 2020 - 17 h 06 min

    @Trk, c’est une question pas idiote du tout.
    Effectivement personne n’y répond dans les médias.

    Pour faire simple et sans ironie mal placée, un masque utilisé c’est un peu comme un préservatif utilisé. On a déjà du mal à l’enlever sans se recontaminer les mains, on sait pas où le mettre proprement et après usage il n’a plus ses caractéristiques de protection.

    Donc un masque une fois mis sera enlevé pour être jeté ou enlevé pour être immergé dans une solution désinfectante (javel diluée c’est très bien) puis séché afin de pourvoir être réutilisé, seulement s’il s’agit d’un modèle réutilisable. Je conseille de comptabiliser le nombre de réutilisation qui est clairement défini.

    Je suis particulièrement contre les masques à usage unique en dehors des personnels de santé pour des raisons de praticité évidentes. Donc oui il faut du réutilisable avec des règles précises d’utilisation.

    C’est parti pour durer, je crois définitivement.

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 17 h 13 min

    @jerry khan en Fury

    Moi non plus je n’ai pas très bien compris cet acharnement. Et pas que du paquenot du coin vu que certains de nos dirigeant y sont aller de leur grain de sel.
    Par exemple concernant les chiffres, même s’ils sont sous estimés (comme dans bon nombres d’endroits par ailleurs) me paraissent pas si invraisemblable que ça. En comparaison c’est plutôt le taux de mortalité de l’allemagne que j’ai du mal a m’expliquer, même s’il doit y avoir une raison valable.
    D’autant que le plus souvent on fait par rapport a la population globale, donc d’1,4 milliard… Mais cette épidémie, que cela soit par régions où pays, se propage vraiment par foyer. Et dans le cas de la Chine, la quasi-totalité des cas se trouve uniquement dans la région de Wuhan, qui est l’équivalent d’un pays européen de 60 millions d’habitants.

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 17 h 53 min

    Pour le port des lunettes, c’est inutile, c’est un virus qui se propage par voie respiratoire. Et cest tout autant contreproductif car si vous retirez vos lunettes vous déposez vos germes partout sur les mains.

    Autrement dit on est contaminé a partir des recepteurs ACE2 qui se retrouvent dans les poumons, l’intestin et le rein.Sinon le masque qu’il soit sur le visage ou sur la bouche n’empechera pas la transmission car on peut attraper le virus avec les mains une fois en contact avec un virus pathogene.

    Toute facon, aucun masque ne protege les autres. Donc il faut absolument du gel ou du savon. Mais la encore c’est insuffisant, il faut eviter de déposer ses germes partout. Et cela est possible par distanciation voire confinement.

    Sinon un masque chirurgicaux vous protege mais a condition de respecter une certaine distance et de rester dans un milieu aéré. Cela dit il est inutile si vous ne prenez pas des mesures d’hygiene.

    si vous etes fortement exposés: a l’hopital par exemple, c’est insuffisant car le virus circule par voie aerienne avec des particules en suspension.
    Sans oublier que dans un milieu hospitalier, ils sont en contact directement avec des malades en géneral tres affactés et donc tres contagieux.

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 18 h 15 min

    @pinng:

    “” on peut attraper le virus avec les mains une fois en contact avec un virus pathogene. “””

    Hmm tu es sur de toi ? dans ce cas quel est sa porte d’entrée pour ce fixer aux dites protéines ACE ?

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 18 h 26 min

    Une fois qu’on met la main a la bouche ou les doigts dans les narines.

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 19 h 37 min

    @pinng:

    Oui okay.
    C’est qu’à force d’insister au départ sur l’importance de désinfecter les surfaces et de se laver les mains, beaucoup de gens pensaient réellement que la contamination pouvait se faire directement par contact, alors que oui ce n’est qu’un un vecteur.

    Répondre
  • Xo7
    24 avril 2020 - 20 h 01 min

    @Dadoo: On aura de gros problèmes au sortir du confinement, et ce pour l’ensemble des actifs: il nous faut au minimum un masque toutes les deux heures (tissus ou autre) ne serait-ce que pour boire ou manger ! soit au minimum pour les urbains : cinq masque plus 1 ou 2 en secours en cas de problème (du mouchage à l’élastique qui craque…) pour les ouvriers beaucoup plus actif 2 à 3 masques supplémentaire (respiration plus forte et plus humide).

    Pour les masques jetables reste à régler la mise en place de poubelles non contaminantes.

    Pour les tissus….et ben je ne vois pas comment s’en sortir car il doivent retourner à la maison pour être lavés et leur mise en sac ne doit pas être contaminante.

    A quand le sac a masque non contaminant ?? Un Grand sac congélation ?

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 20 h 05 min

    La pollution fait beaucoup plus de mort que ce virus (l’OMS estime entre 8 et 9 millions par an), et on ne s’en préoccupe pas plus que ça. En France, la pollution des transports fait 48000 morts par ans, et il n’y a pas de confinement des conducteurs de diesels.

    La pollution automobile provoque de graves problèmes pulmonaires, notamment chez les enfants (à hauteur des pots d’échappement + organisme en formation). Elle est l’origine de nombreux problèmes cardiaques et AVC chez les plus âgés.

    C’est quoi le délire avec ce virus ?

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 20 h 13 min

    @Grrr: Que répondre…

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 20 h 55 min
  • 24 avril 2020 - 21 h 47 min

    Sauf que la pollution est globale. C’est un phénomène et c’est un des aspects , dont certains sont des effets de la modernité et du développement. La pollution n’est meme pas nuisible en soi ce n’est ni une consequence, ni une mauvaise action. Elle n’a rien de morale. C’est juste une observation et un constat et cela fait partie intégrante du modele de consommation. Il en va de même du transport et des accidents de la route.
    Le coronavirus a l’inverse c’est spécifique et particulier. Et a la difference des phénomènes au dessus, cette maladie a un impact direct sur le survie meme de notre société.

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 22 h 01 min

    @Grrr: Ce n’est pas parce qu’on ne veut pas tomber malade avec ce virus qu’on roule au diesel toute la journée. Figure toi qu’on peut être à la fois inquiet pour le COVID et lutter contre la pollution. Ce délire avec le virus c’est son impact sur la population globale. Je veux dire par là que des pays entiers, des populations très peu responsables de la pollution globale, vont être touchés par la maladie de plein fouet.

    Enfin et surtout, certains sont bien conscient que cette pandémie n’est qu’une plaisanterie face au réchauffement climatique qui arrive. Mais je ne vois pas en quoi baisser les bras en acceptant des morts qu’on pourrait éviter aidera ?

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 22 h 10 min

    @Grrr: La pandémie pourrait faire beaucoup plus de morts s’il n’y avait pas de confinement. Les personnels hospitaliers peuvent en témoigner. En effet, beaucoup de gens n’en meurent pas mais ont des problèmes respiratoires qui peuvent mener à la mort. Le pourcentage est tel que les services hospitaliers sont débordés. Plusieurs médecins ont déjà perdu la vie et on ne donne pas les chiffres pour le reste du personnel hospitalier. De même on ne montre pas les statistiques des Ephad mais cela semble être l’hécatombe. Ce n’est donc pas une simple “gripette”.
    De plus, la différence avec l’Allemagne peut s’expliquer par le fait que ce virus ne touche pas les ethnies de la même façon. Il y a beaucoup de facteurs de vulnérabilité dont le capital génétique. Ainsi la première souche touchait plus les asiatiques (Hans, Japonais) tandis que de nouvelles souches sont apparues par mutation.

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 22 h 22 min

    De règle générale, c’est jamais trop judicieux de faire ce type de comparaisons mortifères de phénomènes qui n’ont pas grand chose avoir entre eux.

    Répondre
  • 25 avril 2020 - 0 h 32 min

    @gérardo: tu ne comprend pas le,fonctionnement de ces vitamines en fait. Oui la vitamine c est efficace mais uniquement dans la quantite prevue par le corps. En prendre tous les jours provoque son élimination, brule les reins et provoque une carence de fait.
    Bref prendre de la vitamine c quand on a la bonne quantite n a que des effets negatifs…
    Id pour le zinc Qui est un metal et donc dangereux en dehors des besoins REELS du corps

    Ce n est pas Parce qu une molecule a une action theorique que cela fonctionne dans un corps vivant de la meme facon…
    prendre

    Répondre
  • 25 avril 2020 - 9 h 56 min

    @ulpien: Il semble possible de glisser un filtre KN95 / N95 entre la valve et le visage sur certains modèles (Xiaomi Smartmi par exemple). L’air est ainsi filtré à l’expiration. L’avantage est de pouvoir remplacer ce filtre jetable à moindre coût (Moins cher qu’un filtre chirurgical / FFP2) et de permettre le lavage du masque pour une réutilisation.

    Répondre
  • 25 avril 2020 - 10 h 56 min

    @Xo724 : c’est pour cela que j’ai fait mon propre masque avec un consommable pas cher (coton démaquillant préformé rond) et matière immergeable dans la javel diluée. Tu arrives chez toi, tu le jettes dans un seau avec du désinfectant et tu t’en occupes plus tard. Je suis en contact avec la DGA pour le faire homologuer (ils sont débordés, plus de 700 modèles en cours), mais pas pour une production personnelle je n’ai pas les ressources, mais peut-être les clubs de makers qu’il y a un peu partout. En plus si on utilise du pla il sera biodégradable.

    Si on pouvait arriver à un masque/une personne réutilisable sans limite, on aurait fait un grand progrès économique comme écologique car je le répète, il y en a pour très très longtemps.

    Répondre
  • 25 avril 2020 - 11 h 49 min

    @Borf: Consommer de la vitamine C, bon pour la santé ? Oui, mais pas en comprimés. Car alors le risque de développer des calculs rénaux est doublé, même en l’absence d’antécédents, comme le rapporte une étude suédoise.
    Il s’agit donc d’un problème lié aux excipients et pas à la vitamine C elle-même. Les personnes traitées par la vitamine C reçoivent des doses de plusieurs grammes par jour.
    Idem le zinc est un OLIGO élément :
    La dose limite de sécurité a été fixée à 15 mg par jour, tous apports compris (aliments, voire compléments alimentaires)1.

    Autre article :
    À en croire certains auteurs, elle serait à éviter. Pour d’autres, c’est une panacée… Ce débat qui perdure depuis Linus Pauling (1901-1994), le grand ténor des mégas doses de vitamine C, vient d’être relancé par une étude d’observation qui nous arrive de Suède. Dans cette étude, les chercheurs ont évalué, à l’aide de questionnaires, la prise de vitamine C et de multivitamines en fonction de l’apparition de calculs rénaux. La cohorte, constituée de 48850 hommes âgés entre 45 et 79 ans au début de l’étude, a été suivie de 1997 jusqu’en 2009.

    Le questionnaire portait sur l’usage de 20 suppléments, sans aucune mention de marque ou de teneur en vitamine C. La teneur a été extrapolée en fonction de ce qui se vend le plus en Suède. Les résultats publiés ont de quoi surprendre et faire peur. Selon le résumé et le communiqué de presse, la consommation quotidienne de hautes doses de suppléments de vitamine C augmente de plus de 2 fois (RR: 2,23 ; IC 95%: 1,28-3,88) le risque de faire des pierres aux reins…(1)
    Regardons-y de plus près

    Sur les 907 participants qui consomment des suppléments de vitamine C (mais aucun autre supplément), 31 ont eu des calculs rénaux (3,2%). Dans le groupe contrôle (22448 hommes qui ne consomment aucun supplément), il y a eu 405 cas (1,8%). En tenant compte du nombre d’années de l’étude, on obtient une incidence calculée pour 100000 personnes/année: pour les utilisateurs de vitamine C, cette incidence est de 310 cas par 100000 personnes/année, et pour les non utilisateurs, de 163 par 100000 p/a.

    Pourquoi cherche-t-on à faire un lien entre la consommation de vitamine C et les calculs rénaux? Il faut savoir qu’une des formes de calculs les plus fréquentes est faite d’oxalate de calcium et que la vitamine C peut se métaboliser en oxalate.

    Peut-on extrapoler à partir de cette étude? Voici quelques pistes qui me font dire que non:

    Contrairement aux études randomisées contre placébo, ce type d’étude (observation) ne donne pas des résultats très fiables. Il est impossible d’établir des liens de cause à effet à partir de questionnaires.
    Les auteurs n’ont pas analysé la composition des calculs rénaux. Ils ont pris pour acquis qu’au moins 90% de ceux-ci étaient composés d’oxalate de calcium en se basant sur les données recueillies dans une autre étude.
    On sait aussi que certains aliments peuvent augmenter le risque de calculs. L’étude ne prend pas en considération la consommation de plusieurs aliments sources d’oxalates comme la rhubarbe, le chocolat, des légumes verts, des noix, etc.

    Pour que les données de cette étude soient quelque peu crédibles, il aurait fallu connaître en détail la diète des participants et effectuer une analyse de la composition des calculs rénaux. Bref, des conclusions hâtives qui peuvent être dues à de nombreux facteurs confondants. Les auteurs le mentionnent d’ailleurs dans leurs commentaires (We cannot rule out the possibility of residual confounding). C’est aussi la première fois que je vois une publication qui tient sur seulement 1½ pages!
    Vitamine C et élimination rénale des oxalates

    Selon Wandzilak,(2) qui a étudié l’élimination d’oxalates secondaire à la consommation de vitamine C, l’effet est négligeable. En effet, la prise de vitamine C 1g, 5g ou 10g a fait monter la quantité d’oxalates dans l’urine de 24h de 34mg à l’origine, à 41mg pour des doses de 1g ou de 5g de vitamine C, et à 48mg pour une dose de 10g. Bref, l’effet de la vitamine C sur l’excrétion rénale d’oxalates est marginal.

    Deux autres études rapportent que la consommation de 4g de vitamine C par jour durant 5 jours fait légèrement augmenter la quantité d’oxalates excrétés de 17,5 à 19,4mg par jour chez des volontaires.(3,4)
    Autres études sur le lien avec les calculs rénaux

    Dans une autre étude de suivi (45251 hommes âgés de 40 à 75 ans durant 6 ans), américaine cette fois, le fait de consommer 1,5g de vitamine C par jour pourrait réduire le risque. Cependant, malgré que les chiffres obtenus semblent importants (22% de réduction du risque), ils ne sont pas significatifs à cause de l’écart entre les résultats dans le groupe (0,78 [IC 95%: 0,54 à 1,11]).(5)

    La même équipe a évalué un groupe de 85557 femmes sur une période de 14 ans. Ils n’ont trouvé aucune augmentation des calculs avec une consommation quotidienne de 1,5g ou plus (1,06 [IC 95%: 0,69 to 1,64]).(6)
    Facteurs de risque

    Il existe des facteurs de risque connus beaucoup plus crédibles que l’apport en vitamine C. Par exemple, l’obésité est un facteur de risque important. Le fait de peser plus de 100kg (220lbs) augmente le risque de 44% (1,44 [IC 95%: 1,11 à 1,86], p=0,002). Pour le même poids chez les femmes, l’augmentation est de 89% (1,89 [IC 95%: 1,52 à 2,36], p<0,001).(7)

    Les facteurs de risque classiques des calculs rénaux sont: (8)

    Mauvaise hydratation / ne pas boire suffisamment d’eau
    Sédentarité
    Certains médicaments
    Alimentation très salée et/ou très sucrée
    Alimentation trop riche en protéines animales
    Alimentation pauvre en calcium (une alimentation riche en calcium semble conférer une protection)
    Prise de suppléments de calcium

    D’ailleurs, selon certains, la vitamine C pourrait même aider à dissoudre certains types de calculs rénaux.

    Répondre
  • 25 avril 2020 - 12 h 32 min

    @Pierre Lecourt: Ce n’est pas mon propos. Face à la réaction à cette pandémie, je m’interroge. Pourquoi on prend de telles mesures face à ce virus, alors que la pollution automobile tue davantage (et que c’est bien une conséquence directe – dire le contraire est simplement s’exonérer de ses responsabilités, et qu’on ne lutte pas véritablement contre). D’ailleurs, si on est sensible à la lutte contre ce virus, il vaut mieux éviter de prendre son diesel, les deux sont liés (les microparticules servent de substrat permettant la survie du virus dans l’air, et il y a une corrélation entre les régions les plus polluées et la diffusion du virus).

    http://www.slate.fr/story/189669/coronavirus-pollution-atmospherique-connexion-mortelle-risque-mourir
    https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/pollution/coronavirus-la-pollution-de-l-air-pourrait-contribuer-a-augmenter-la-mortalite_143339

    Le virus touche les populations les plus défavorisées ? C’est une évidence, dans des pays tiers, mais aussi chez nous. Mais pourquoi on se réveille face à ce coronavirus, alors que la faim dans le monde fait beaucoup beaucoup plus de morts (et continuera de toucher davantage les populations que ce virus) ?

    https://www.un.org/fr/chronicle/article/chaque-jour-25-000-personnes-meurent-de-faim

    Le virus pourrait tuer plus ? Evidemment, mais la pollution aussi ! Les incidences sont analogues. Une voiture tue plus via la pollution que d’accidentologie, et impacte tout autant les services hospitaliers (contagion mise à part)

    https://www.liberation.fr/futurs/2017/03/14/le-diesel-un-moteur-a-detruire-la-sante_1555716
    https://news.defricheurs.fr/thomas-bourdrel-a-tokyo-la-restriction-du-diesel-a-permis-de-reduire-la-mortalite-respiratoire-de-22/

    Pourquoi, chacun aujourd’hui cherche des masques, en bricole au petit bonheur la chance (d’ailleurs, l’avant dernière photo de l’article est un exemple de ce qu’il ne faut PAS faire : pas de couture centrale dans un masque censé protéger du COVID – cf travaux AFNOR), alors que si chacun – au quotidien – ne prenait pas sa voiture pour des trajets inférieurs à 5km, ou refusait de prendre l’avion, on économiserait des milliers de vie en France chaque année ?

    Pourquoi on se réveille avec le COVID – et qu’on fait des actions lourdes – telles que je n’en ai jamais connues – qu’on estimait “impossibles” pour lutter contre la pollution et qui deviennent tout à coup envisageable ?

    Evidemment, lutter contre cette épidémie est hyper important pour nous, mais pourquoi maintenant ? Pourquoi ne pas déployer de tels moyens contre la pollution, contre la faim dans le monde (pour commencer), ce qui sauverait beaucoup plus de vie que n’en affecte ce virus ?

    Répondre
  • 25 avril 2020 - 12 h 44 min

    Pas de discussion pour moi, juste une constatation: début 2020, il faut porter un masque pour survivre.

    Répondre
  • 25 avril 2020 - 13 h 16 min

    @Grrr: Je me répète donc : Ce n’est pas parce qu’on ne veut pas tomber malade avec ce virus qu’on roule au diesel toute la journée. Figure toi qu’on peut être à la fois inquiet pour le COVID et lutter contre la pollution. Ce délire avec le virus c’est son impact sur la population globale. Je veux dire par là que des pays entiers, des populations très peu responsables de la pollution globale, vont être touchés par la maladie de plein fouet.

    Enfin et surtout, certains sont bien conscient que cette pandémie n’est qu’une plaisanterie face au réchauffement climatique qui arrive. Mais je ne vois pas en quoi baisser les bras en acceptant des morts qu’on pourrait éviter aidera ?

    Répondre
  • 25 avril 2020 - 15 h 26 min

    Donc il nous a sorti les accidents de la route, la pollution et maintenant la faim dans le monde. C’est bizarre, j’ai déja entendu ce type d’arguments a plusieurs reprises. Ce sont les mêmes qui niaient la pandemie en répétant que ce n’était qu’une grippe et qu’en fait tout ceci c’était un complot. Un complot de je ne sais qui. Ou bien simplement de la psychose collective.
    A croire que les morts qui s’accumulent dans les hopitaux sont une hallucination.
    A croire que les gouvernements qui demandent des masques a tout le monde sur toute la planete sont tous victimes d’hallucinations collectives au même moment.
    Mais l’oms travaille pour les aliens reptiliens.
    Revenons à la malnutrition. La malnutrition ne touche pas que les pays pauvres mais aussi les pays riches. Et l’obésité ne touche pas que les plus pauvres mais aussi les plus riches. Donc dire que le coronavirus est une maladie de pauvres.
    Les faits prouvent le contraire. C’est l’occident et l’europe qui sont touchés et particulièrement les USA. Alors certes dans les quartiers dits défavorisés ont compte de nombreux cas. Mais c’est peut etre aussi parce que les populations y sont nombreuses. Et quand a la malbouffe. C’est un facteur de risques mais qui touchent toutes les catégories de population. Pas seulement les pauvres.

    Donc la encore, faudrais revoir votre grille d’analyse et non sortir des articles au hasard pour appuyer ses conclusions.
    En fait vous voulez parler de la famine dans certains pays et des carences alimentaires.
    Alors la encore c’est un autre phénomène qui est lié a la consommation et a la surpopulation. Il serait tout autant illusoire de croire que dans un monde avec 8 milliards d’individus sur terre, on va tous vivre heureux et égaux, nourris , loger et assistés alors qu’il existe même en france, des gens à la rue qui cherchent de quoi manger dans les poubelles.
    A partir de la, ces chiffres n’ont pas beaucoup de sens.

    Sinon une récente a montré que la vitamine C était efficace contre le coronavirus et cela dope le systeme immunitaire. alors il y a certes beaucoup de journaux et d’experts qui a chaque fois parlent de fakenews etc. En réponse a des articles qui recommandent la prise de suppléments alimentaires.
    Or bizarrement a chaque fois que ces médecins, ses journaux et ses experts s’expriment. Ils n’argumentent jamais. Ou alors ils répondent à coté en demandant l’avis d’un médecin qui lui aussi en sait rien sachant que ce n’est pas son domaine de compétences. Et ce médecin va simplement ignorer les questions et chercher des explications en déformant les propos.
    Je rappelle que ce sont ces memes journaux et ces médecins qui nous expliquaient que le port de masque était inutile voire meme dangereux.

    Répondre
  • 25 avril 2020 - 15 h 56 min

    @pinng: Non mais ce n’est pas la peine de s’emballer. Tout le problème ici c’est le “On”.

    “Pourquoi on prend de telles mesures face à ce virus”

    C’est qui ce “On” ? Parce que ce “On” pour moi ce n’est pas la personne qui m’écrit pour savoir où acheter des masques ? Si le masque de son gamin pour faire du vélo va correspondre à ses besoins alors qu’elle va devoir reprendre des transports en commun bondés et que pour le moment, elle ne trouve aucun masque en vente…

    Et ici ce billet s’adresse à ces personnes, des gens un peu dépités par la pénurie de masque, la communication 360° du gouvernement qui nous traite comme des enfants de 5 ans et l’étau du retour au travail alors que la pandémie est bien installée. Ce dilemme là, très concret : Aller bosser et prendre le risque d’en crever.

    Parce que Monsieur tout le monde n’a absolument aucun moyen de faire quoi que ce soit contre la pollution. Prendre moins souvent sa voiture ? Ok, pourquoi pas. Cela ne changera rien mais pourquoi pas. Ne plus prendre l’avion ? Plus aller en vacances ? Composter ses déchets verts ? Consommer local ? C’est super tout cela mais ça n’aura aucune incidence sur le résultat et la pollution sera toujours là.

    Le “On” responsable de la pollution il est au niveau de ceux qui prennent les décisions et votent des lois. C’est à dire pas à ceux à qui s’adresse cet article. Qu’un particulier veuille se protéger du virus n’a aucune incidence sur la pollution mondiale et, du coup, pourquoi lui demander ce qu’il fait contre la pollution ?

    C’est à l’Etat de faire ce qu’il faut pour lutter contre la pollution. C’est à l’Etat de prendre des actions concrètes contre le Covid-19 également en fournissant vite des masques au personnel soignant et à la population (c’est raté). Fustiger les particuliers de leurs actions pour se protéger sous prétexte qu’ils sont (soit disant) inactifs face à la pollution alors qu’ils n’ont aucun moyen de régler le problème n’a selon moi aucun sens.

    C’est comme reprocher a quelqu’un au RSA d’acheter des oeufs de catégorie 3 sous prétexte de la souffrance animale. Si on est une famille de 5 avec le RSA on achète les oeufs les moins chers. Si on veut régler le problèmes des élevages en batterie il faut simplement interdire les élevages en batterie. Les gens ne vont pas se laisser crever de faim le temps que l’état prenne ses responsabilités.

    Pour conclure, la grosse différence d’action de l’état entre la pollution et le COVID c’est que le Coronavirus a un impact électoral. On est sur un temps d’action et de conséquences qui va peser dans un mandat politique. Du coup le personnel politique craint pour son poste et des actions sont menées. Les retombées de la pollution sont plus floues, plus diffuses et cela n’a pas encore assez d’impact sur les bulletins de vote. Du coup une bonne partie du monde politique s’en fout ou fait du Greenwashing.

    Le jour ou on aura 2°C de plus sur la planète – ce qui va arriver c’est certain et inéluctable – est bien plus lointain. Le monde politique d’aujourd’hui s’en contrefout puisque cela n’impactera pas leur carrière. Il seront morts en 2100. Voila pourquoi “On” réagit pour le Coronavirus et “On” ne fait rien contre la pollution ou si peu.

    Répondre
  • 25 avril 2020 - 18 h 04 min

    La pollution, les accidents de la route , la malnutrition ne sont ni la consequence ni des problemes en soi. Ils ont seulement des phénomenes, phénomène qui accompagne le développement d’ou qu’ils viennent. Alors certes il existe des effets indésirables de la consommation mais comment pourrait il en etre autrement car c’est toute transformation produit du travail et tout travail produit de la chaleur.
    Mais si on raisonne de cette facon. Tout est consommation et tout est pollution. Meme un animal ou des oiseaux peuvent participer à la pollution et a la déforestation.

    Il en va de meme du rechauffement climatique., il est intimement lié a la mondialisation, la modernité et il accompagne la production et l’extraction de matières et de ressources.
    Et puis en supposant que le rechauffement climatique est un probleme alors en soi c’est déja oublier en particulier les causes de ce fameux réchauffement. Elles sont globales.
    Aussi les prophétes de malheur qui énoncent leurs “verités” cherchent d’abord des coupables et n’ont jamais de solutions si bien que ces personnes ne sont ni raisonnables ni sages mais ils sont seulement donneurs de lecons.
    Effectivement on peut parler d’electoralisme et d’instrumentalisation de phénomène qu’on ne maitrise pas a la différence de la diffusion et la transmission du coronavirus. Et il est vrai que ceux qui ont nié l’épidemie de coronavirus l’ont fait également pour des raisons électorales, économique et politiques. A savoir nier une maladie sans se soucier des consequences en sachant que prendre ces memes mesures seraient difficile à prendre et auraient un impact important sur la croissance.

    Répondre
  • 25 avril 2020 - 18 h 19 min

    “Le jour ou on aura 2°C de plus sur la planète – ce qui va arriver c’est certain et inéluctable – est bien plus lointain. Le monde politique d’aujourd’hui s’en contrefout puisque cela n’impactera pas leur carrière. Il seront morts en 2100. Voila pourquoi “On” réagit pour le Coronavirus et “On” ne fait rien contre la pollution ou si peu.”

    en attendant, à dessus d’un certain seuil de taux de mortalité a savoir plus de 20000 morts par mois, les hopitaux sont dépassés et j’imagine mal un énarque expliquait au francais, ne vous inquietez pas, il n’y a rien a craindre. On a le meilleur systeme de santé au monde. Vous savez. Et ca ce n’est pas pour des raisons bassement électorales mais des raisons médicales et pragmatiques. Si cetait que pour des raisons politiques , vous pensezbien que électoralement, il est préférable de laisser la machine économique continuer à fonctionner.
    Enfin l’intervenant expliquait que l’allemagne était la preuve que le coronavirus n’était qu’une grippette.
    S’il avait réfléchi, il devrait savoir que l’allemagne a pris des mesures qui sont semblables a la france mais de facon plus réfléchi et avec d’avantage de moyens. Si bien qu’ils se retrouvent avec un bilan moins grave car ils n’ont pas ignoré le phénomène et la dangerosité de l’épidemie des le départ. Sans oublier qu’ ils ont été mieux organisé et mieux préparé.
    Les deux aspects vont de paire. En france, nous étions pas pret donc on a minimisé les dangers.Mais malgré la pandémie qui touche tous les pays vous avez encore aujourdhui des gens qui continuent à croire que le coronavirus ce n’est rien car vous savez il y a plus de morts en trottinette.

    Répondre
  • 27 avril 2020 - 9 h 21 min

    @Grrr:

    Pour rajouter à ce qu’a dis @Pierre, la pollution ne tu pas de manière exponentielle…
    S’il n’y avait pas de confinement, 1 personne atteinte de COVID-19 contaminerais 10 personnes…
    Pour la pollution, le chiffre est “stable”, trop grand, je te l’accorde, mais pas exponentiel non plus…

    Répondre
  • 27 avril 2020 - 9 h 41 min

    @Pierre Lecourt:

    Pierre, je ne te suis pas d’accord quand tu dit que c’est au politique de faire et que l’individu n’y peut rien…
    Je pense au contraire que l’individu y peut grandement, mais c’est tellement facile d’accuser le politique, et d’attendre de sa part un remède miracle (qui n’arriveras pas)…
    Non, tu n’est pas obliger de conduire un diesel en ville, ….
    Je ne demande pas au moins favoriser de manger bio, d’arrêter de vivre en banlieue…
    Mais à ce que je sais, la majeur partie de la population Française n’est pas a ce point dans le besoin… et j’ose espérer qu’avec de petites rivière ont peut encore faire de grand fleuves…

    Enfin, j’espère que toutes les bonnes volonté affichée depuis le debut de cette crise, ne vont pas retourné dans le train-train une fois celle-ci estompée.

    Répondre
  • 27 avril 2020 - 9 h 45 min

    Bonjour,
    J’aimerai avoir quelques informations complémentaires.
    Vous citez souvent directement ou indirectement le masque Xiaomi Mijia Smartmi comme masque réutilisable / lavable etc. Hors je ne trouve aucune information sur le site officiel ou les revendeurs indiquant que ce masque est lavable. De plus, chez certaines pages de revendeur, la réponse à la question “Est-ce qu’on peut laver ce masque ?” la réponse qui revient souvent est “Non, c’est un masque jetable, dont le filtre est réutilisable sur 10h cumulées”. Où avez-vous eu l’information que ce masque est lavable ? si ce n’est qu’une extrapolation du fait que ce masque est en tissu ? D’ailleurs ce modèle peut être acheté par lot de 100 comme les masques chirurgicaux.

    Répondre
  • 27 avril 2020 - 11 h 44 min

    @Pivoine Marc: Ces masques ne sont tout simplement pas conseillés et contre productifs au final. Lavables ou non il ne faut pas les acheter.

    @Puppet: Qui a le pouvoir de dire : On arrête le Diesel ? Qui a le pouvoir de dire : On arrête les emballages plastiques ? Qui peut interdire les mauvaises pratiques dans l’industrie ? Qui a le pouvoir de construire des infrastructures pour que les modes de déplacements alternatifs apparaissent ? Ce sont ces pouvoirs là qui font bouger les choses. Pas les actions individuelles.

    Je ne dis pas que les actions individuelles ne servent a rien mais en les rapprochant aux pouvoirs des politiques c’est un goutte d’eau. Le gouvernement a décidé d’interdire les emballages plastiques en… 2040. Alors ok, personnellement j’ai une épicerie en Vrac pas loin de chez moi avec de bons tarifs et j’essaye de faire au mieux en triant les emballages qui restent. Tout en évitant soigneusement les produits avec du sur-emballage. A ton avis, est-ce que l’industriel a baissé sa cadence de production d’emballage depuis que je fais ça ? Depuis qu’on est des dizaines voir des centaines de milliers à le faire ? Et bien la réponse est non. Il a juste créé une ligne “moins d’emballages” dans sa production tout en fabricant toujours un produit bénéficiant de 3 couches successives d’emballages inutiles pour une bouteille de shampoing.

    Le seul moyen pour que ça s’arrête ? Une loi. Elle existe mais avec une échéance de 2040, date à laquelle le personnel politique qui l’a voté sera à la retraite ou dans le privé. Sans qu’il y ait aucun risque que ça lui retombe dessus. Sans compter le fait qu’en “héritant” d’une loi qu’on a pas voté soit même on peut toujours la passer à la trappe, la décaler ou la modifier.

    Oui les actions individuelles sont bénéfiques mais seul le politique à les moyens de changer les choses.

    Répondre
  • 27 avril 2020 - 14 h 22 min
  • 27 avril 2020 - 17 h 38 min

    @ulpien: Bonjour, des filtres de remplacement des masques Rockbros comportent deux pastilles prédécoupées dans la même matière qui normalement sont jetées.
    Afin de filtrer aussi l’expiration, j’ai inséré ces deux pastilles derrière les valves, en faisant un petit trou au milieu. C’est assez facile en démontant les valves et en centrant les pastilles, qui évidemment sont à la bonne dimension…. Attention à placer les pastilles dans le sens filtrant (c’est à dire à l’inverse du filtre principal).

    On doit avoir alors une expiration filtrée aussi. L’espiration reste facile (je n’ai pas essayé en mode sport…). La pastille étant petite dure probablement moins longtemps. Malgré tout ce n’est pas conçu pour ca…

    Répondre
  • Cid
    29 avril 2020 - 1 h 49 min

    @Mezz:

    Et j’ai toujours le même avis, mais je continue de me renseigner au cas ou j’aurais tord ;)
    En fait, là si je me mets à porter un masque ce sera par respect pour les personnes en face de moi, pour pas les effrayer ou quoi…

    Répondre
  • 29 avril 2020 - 18 h 54 min

    Bonsoir Pierre,
    Ton article est génial, il explique simplement le principe des différents masques ainsi que l’utilisation de ceux-ci.
    Juste un petit reproche, je pense que nous ne devons pas oublier la visière avec le masque chirurgical qui offre la protection adaptée sachant que la diffusion par les glandes lacrymales est très fréquente.
    Je suis très en colère de constater que le gouvernement et les médias n’expliquent pas correctement les choses, par exemple : le positionnement des élastiques de compression du masque sur le visage pour les FFP2 et FFP3.
    Mon épouse médecin et moi-même sommes consternés par ce scandale sanitaire.
    Encore bravo pour ton implication.
    Amitiés.

    Répondre
  • 29 avril 2020 - 20 h 00 min
  • 30 avril 2020 - 19 h 16 min

    @Georges BECHARD:

    C’est clair qu’il y a de quoi à être scandalisé . Moi je le suis vraiment pour la situation des EPHAD , ou là réellement on a rien fait pour éviter ce drame. Alors que là, même si les premières données provenant de Chine pouvaient être parcellaires, on connaissait au moins le degré de contagiosité et la population à risque.

    @Cid

    Je pense que c’est surtout une question de bon sens , et même pas de compétence (nul besoin d’avoir un doctorat en médecine). Un virus très contagieux qui se transmet par voix respiratoires, oui une barrière devant le visage semble être le moyen le plus utile.

    Répondre
  • Cid
    2 mai 2020 - 0 h 04 min
  • 2 mai 2020 - 9 h 06 min

    @Cid: j’ai acheté 2 adultes taille L, reçu en 1 semaine par ups.
    C’est une sorte de silicone un peu rigide, ce fait vraiment le masque de dark vador, mais en bleu avec une tête de playmobil sur le cache de devant. La filtration de fait avec un kleenex (paquet fourni) coupé en 4.
    Taille L me va bien, mais je n’ai pas une gros visage.
    J’ai acheté en day1, il existe maintenant en M et S.
    Rigolo mais pas forcément pratique (pour parler notamment).

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *