Odroid-C4 : une carte de développement sous Amlogic S950X3

Hardkernel vient de dévoiler une nouvelle carte de développement dans le désormais très large sillage de la Raspberry Pi. La Odroid-C4 a beau avoir un nom explosif, elle ne joue pas spécialement sur la performance brute.

La nouvelle Odroid-C4 est proposée pour cinquante dollars et elle embarquera un Amlogic S905X3. Un SoC quadruple coeur ARM Cortex-A55 cadencé à 2 GHz associé à un chipset Mali-G31MP2 cadencé à 650 MHz. Un duo très efficace qui, sans avoir les performances les plus folles en 3D, permettra notamment de décompresser tout type de signaux vidéo.


ODROID-C4
Sur la carte Odroid-C4, on retrouvera également 4 Gigaoctet de mémoire vive qui permettra de piloter divers systèmes d’exploitation plutôt confortablement ainsi que de 8 à 64 Go de stockage eMMC optionnels. En prime, la solution, proposera les fameuses 40 broches compatibles Raspberry Pi qui font tout l’intérêt de ces cartes. 

ODROID-C4

ODROID-C4

ODROID-C4

Cela fait de cette solution une alternative aux Pi 4, avec des petits avantages comme un SoC plus rapide pour certains postes et ausi moins gourmand selon les dires de Hardkernel.

ODROID-C4

Parmi les inconvénients… il y en a plusieurs. Si la Odroid-C4 propose un Ethernet Gigabit, elle n’a pas de module Wifi et Bluetooth comme la Pi. Leur usage devra se faire au travers de solutions externes, probablement implantés sur les ports USB. Ce qui limitera d’emblée le nombre de ceux-ci. La carte propose pas moins de 4 ports USB 3.0 Type-A (donc deux de plus que la Pi4) et un port Micro USB Host. La sortie vidéo est pilotée par un HDMI 2.0 ce qui lui permettra de prendre en charge un affichage UltraHD à 60 Hz avec gestion du HDR et du CEC. Une sortie audio jack 3.5 mm stéréo est présente ainsi qu’une solution S/PDIF mais de manière optionnelle sur 7 broches prévues à cet effet. Enfin, un capteur infrarouge peut être branché sur des broches dédiées pour piloter la carte avec une télécommande classique.

ODROID-C4

Un lecteur de cartes MicroSDXC UHS-I est bien présent en plus du stockage en eMMC pour plus de capacité de stockage et peut être le démarrage de plusieurs systèmes.

La carte mesure 8.5 cm par 5.6 cm et pèse 59 grammes en comptant son dissipateur thermique fourni. L’alimentation est une 12V / 2A et la carte est annoncée comme supportant Android, et Linux. Des versions d’Android 9 et d’Ubuntu 20.04 sont disponibles au téléchargement.

ODROID-C4

Un boitier sur mesure est également proposé à 4.5$

Cette carte Odroid-C4 est, ma foi, assez intéressante car elle offre des capacités variées. L’absence de Wifi est problématique puisque au vu de la différence de prix avec une Raspberry Pi-4 (quelques euros), il sera peut être plus rentable de choisir une solution de la Fondation qu’une Odroid pour un usage multimédia. Mais cela n’empêche pas la puce Amlogic d’avoir son intérêt, surtout avec 4 ports USB 3.0 pour piloter, par exemple, des stockages externes. L’idée de monter une solution avec un port Ethernet sur USB 3.0 en plus du port Gigabit déjà présent est également à creuser. Si on conjugue cette option avec les trois ports USB 3.0 restant pouvant piloter des stockages externes, on a de quoi imaginer une solution réseau intéressante.

La carte pourrait également avoir un intérêt dans une solution type couteau suisse multimédia et  domotique. Les atouts du SoC Amlogic S950X3 en plus de cette connectique particulière pourraient avoir des débouchés plus vastes que ceux proposés par les concurrentes habituelles. A suivre donc.

Le Wiki de Hardkernel

Soutenez Minimachines, partagez le !


Soutenez Minimachines.net !
9 commentaires sur ce sujet.
  • 24 avril 2020 - 15 h 48 min

    Petite erreur sur les mentions du SoC : c’est un S905X3 et non un S950X3.
    Sinon pour avoir un Raspberry PI 4, son chipset VideoCore VI est en difficulté sur du décodage 4K en VP9 (vidéos inexploitables en 60fps). Je pense qu’en comparaison, un S905X3 sera largement plus à l’aise en effet.

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 16 h 47 min

    Que vaut le suivi logiciel des Odroid (ce qui fait le succès des Raspberry) ?

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 18 h 04 min

    A noter qu’elle est compatible avec Emu elec, ce qui rend cette carte plus sympa à l’heure actuelle que la pi4 pour l’émulation de systèmes plus gourmands.. En attendant l’exploitation du gpu du pi4

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 18 h 21 min

    @John: C’est vrai, merci de le souligner !

    Répondre
  • Bob
    24 avril 2020 - 20 h 39 min

    Merci pour l’article. Hardkernel a déjà des solutions pas chères pour faire du NAS. Odroid HC2 par exemple.

    Répondre
  • 24 avril 2020 - 23 h 35 min

    @Le Breton: La communauté des Odroid bosse pas mal pour que les kernels mainline Linux tournent sur les Odroid.
    Donc sur certains modèles, au bout de quelques temps (mois/années) il est possible d’installer un kernel vanilla sans blob. Du coup pas de risque d’obsolescence.

    Répondre
  • 25 avril 2020 - 10 h 02 min

    Je pense en prendre un. L’absence de WiFi n’est pas vraiment un souci pour moi. Je compte l’utiliser avec CoreElec et donc Kodi avec le plugin qui va bien pour Netflix. C’est sûrement overkill mais après avoir eu un C1+ et un C2, je suis assez fan de cette série.

    Il y a une petite erreur dans l’article : le récepteur IR pour la télécommande n’est pas à rajouter, il est bel et bien présent sur la carte. Il suffit d’ajouter une télécommande pour obtenir le parfait petit media center.

    Répondre
  • tof
    26 avril 2020 - 19 h 29 min

    J’aurais bien aimé un port eDP… cependant il est fort possible que j’achète cette carte quand un distributeur local en Europe la proposera.
    La partie alimentation de cette carte me semble plus sérieuse que sur d’autres SBC.

    Répondre
  • 6 juin 2020 - 14 h 02 min

    l’absence de wifi/bluetooth est un grand grand + (pourquoi payer pour un composant qu’on utilise pas?) pour les gens comme moi qui en ont marre des ondes électro-magnétiques partout, que ce soit par rapport à la santé (nos cerveaux sont des émetteurs récepteurs d’ondes electro-magnétiques), par rapport à la sécurité (la grande majorité des piratages commencent par l’interception d’ondes wifi ou bluetooth) ou par rapport à la fiabilité et la vitesse de transmission, ou encore une fois le filaire l’emporte haut la main.
    Si besoin wifi pour se connecter à un réseau distant, perso j’installe une antenne déportée sur le toit connectée à un router LAN genre GLI-net avec carte wifi offrant des fonctionnalités de firewall et de connection VPN intégrés protégeant ainsi et une bonne fois pour toute tout le réseau local quelque soit le nombre de clients. A l’heure où la 5g interroge (rapport nocivité / gain vitesse de transfert complètement aberrant) je pense qu’on doit questionner dans sa totalité la paradigme du sans fil. Oui c’est pratique mais à quel prix ?

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *