AnkerBox, un service de batteries à louer

Vous voilà attablé devant votre espresso corsé quand vous vous rendez compte que votre tablette va bientôt rendre l’âme. Comme souvent, il n’y a pas de prise d’alimentation à portée de main ou elle est déjà squattée par un autre en panne sèche. Que faire ? Prendre une batterie amovible de l’AnkerBox mise à disposition par le propriétaire des lieux pardi !

Si vous vous intéressez un peu aux véhicules urbains électriques, vous avez peut être déjà entendu parler de solutions de type Gogoro. Ce sont des scooters qui fonctionnent à l’aide de deux batteries amovibles. La marque Gogoro va commercialiser ces engins mais également implanter une infrastructure pour pouvoir changer vos batteries vides contre des batteries pleines.

AnkerBox

C’est l’idée reprise par Anker avec ce nouveau produit qui est plus à considérer comme un service que comme un engin commercial. Les propriétaires d’une AnkerBox auront la volonté de mettre à disposition des batteries amovibles, rechargeables et d’offrir à leurs partenaires, salariés ou clients une solution pour recharger leurs smartphones ou tablettes.

AnkerBox

Chaque AnkerBox abrite et recharge 6 batteries indépendantes qui pourront être ôtées du support en échange d’une caution de 35$. La première demie heure d’usage est gratuite et le service vous sera ensuite facturé 1,99$ la journée. Si vous dépassez les 30$ de “location” vous pouvez garder la batterie, la facture ne grimpe pas sans cesse si vous l’oubliez ou si vous la perdez.

AnkerBox

La batterie est un modèle classique, en 6700 mAh, suffisant pour recharger une tablette normale ou un smartphone, d’autant que le service est gratuit la première demie-heure et pas hors de prix ensuite. La AnkerBox va être déployée à partir du 15 Avril dans 200 lieux à Seattle : Bars, restaurants et clubs de gym. Pour ces emplacements, Anker fournit le matériel et partage les gains, pour les restaurateurs et autres propriétaires, il faudra payer la recharge des batteries… Cela peut valoir le coup si le public trouve là une solution pratique et si les achats et locations payantes se multiplient.

AnkerBox

L’idée est excellente qu’on la prenne d’un bout à l’autre de la chaîne des acteurs susceptibles d’être intéressés. Un aéroport qui voudra limiter le nombre de personnes agglutinées autour des prises de rechargement disponibles pourrait très bien imaginer ce type de service pour un vol moyen ou long courrier. On prend une batterie au départ, on la dépose à l’arrivée. Idem pour les voyages en train, les gares et autres lieux de fort flux de personnes.

Un hôtel pourrait également proposer ce type de prestation dans son hall d’accueil pour éviter la prolifération de multiprises plus ou moins aux normes. Une entreprise pourrait parfaitement proposer ce service à côté d’une imprimante pour permettre à ses salariés de recharger leurs périphériques avant, pendant ou après une réunion, avant de partir en rendez-vous…

Un simple cafetier pourrait, lui aussi, y trouver une solution intéressante pour fidéliser ses clients et éviter les problèmes de parasitage de ses lignes électriques. L’avantage en France étant qu’il est possible de programmer la recharge pendant les heures creuses de la journée.

AnkerBox

Le souci avec ce type de dispositif est double : Il faut un maillage fort concentré géographiquement. 200 AnkerBox à Seattle cela parait beaucoup mais la ville comportait plus de 630 000 habitants en 2012, ce qui fait un ratio très faible au final. A moins de pouvoir dire à ses liens que toute sa chaîne est équipée de ce type de  dispositif, ce qui a de la valeur pour une marque forte de restauration.

AnkerBox

Second problème, l’utilisation volante de ce type de dispositif aura toujours des effets de migration de certains points vers d ‘autres. On a plus de chance de venir de la périphérie et d’aller vers le centre d’une grande ville ce qui concentrera les batteries vers des lieux très fréquentés rapidement. On connait le souci avec les vélos de location des grandes villes qui mettent en place des systèmes de redistribution géographique. Il faudra probablement trouver une solution de ce type pour éviter les AnkerBox systématiquement vides d’un côté et les autres ne pouvant plus accepter de batteries et empêchant la fin de la location de l’autre.

 

7 commentaires sur ce sujet.
  • 30 mars 2016 - 11 h 30 min

    Et ben, voilà une vraie fausse bonne idée !

    Répondre
  • 30 mars 2016 - 11 h 42 min

    Pourquoi ne pas juste laisser à disposition plus de prises ou des connecteur usb ? j’ai vu ça depuis un an dans l galerie d’un supermarché : tu as un comptoir avec des chaises et plein de ports usb pour recharger ton smartphone/tablette et des prises 220 pour les laptops.
    le tout GRATUIT…

    Répondre
  • 30 mars 2016 - 11 h 47 min

    @Dimitri: Le dernier mot est le mot clé qui répond à ta question.

    Répondre
  • 30 mars 2016 - 16 h 07 min
  • 31 mars 2016 - 1 h 58 min

    A Paris St Lazare, tu as des vélos fixés au sol qui génère du courant. Pour une fois qu’ils sont des idées sympa à la SNCF

    Répondre
  • 31 mars 2016 - 11 h 54 min

    Je pense que y a de l’idée mais mal réalisé.
    Y a des bars qui proposent plein de cables d’alimentation maintenant.

    Un système similaire avec des batteries propriétaires (lié d’une manière ou d’un autre au bar pour les rendre inutilisables à l’extérieur) et ça pourrait en faire un service gratuit…

    Répondre
  • 19 avril 2016 - 14 h 31 min

    […] a eu droit au service AnkerBox il y a peu qui est une solution de location/vente de batteries imaginée par la marque. Mais la […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *