Portables tactiles, une technologie déjà condamnée par Leap Motion

L’industrie du PC portable fonce tête baissée dans un immense piège et ne semble absolument pas s’en rendre compte. L’intégration d’une couche tactile sur un PC portable n’a aucun sens. Ces objets sont condamnés à très court terme par de nouvelles technologies comme Leap Motion, et on les regardera comme un épiphénomène amusant d’ici quelques mois

En forçant les constructeurs à intégrer du tactile sur les Ultrabooks, Intel les condamne à fabriquer des produits qui sont contraires au principe même du PC. Microsoft, en imposant une interface tactile avec Windows 8 sur un engin avant tout conçu pour produire du contenu ne propose guère mieux. L’objectif de tout ce beau monde, draguer les clients tablette en leur proposant un ersatz.

Nouvel iPad

La tablette, voilà l’ennemi

La tablette, cette méchante petite chose qui empêche de vendre des PC selon les analystes. La tablette est la chose qui dérange, peut importe qu’elle soit vendue par la même marque qui souffre d’une baisse de ses ventes de PC. La tablette est pointée du doigt par tout le monde, tenue pour responsable de cette érosion manifeste des ventes.

Mais pourquoi les gens achètent-ils des tablettes plutôt que des portables ? Qu’est ce qui fait que le grand public boude les PC ? Les constructeurs ont brainstormé longtemps, se creusant la tête pour trouver la parade.

Parce que c’est léger et autonome, c’est tendance ! Réinventons la roue en changeant le nom de ce qui existe déjà. Avec une étiquette “Nouveau” sur un ultraportable classique, les Ultrabooks feront l’affaire. Les netbooks sont sympa, on en vend des millions mais ça ne fait plus le poids face aux tablettes. En plus les tablettes se vendent très cher au vu de leur équipement, les ultrabooks seront plus à même de venir se positionner sur ce segment premium.

Parce que ça va plus vite et que ça démarre instantanément ! C’est la première chose que se sont dit les constructeurs de portables : Qu’à cela ne tienne, avec l’ajout de disques électroniques et de fonctions d’hibernation avancées on se retrouve avec de gros PC qui se réveillent en 3 secondes.

Parce que les tablettes ont une interface sympa avec plein d’infos dessus ! Microsoft a lancé un nouveau Windows qui pallie ce problème en ajoutant de grosses tuiles qui remplacent efficacement ces notifications. C’est fun et coloré, c’est sympa, ça va le faire.

Problème pour les fabricants, les ventes continuent de s’écrouler. Manque de bol, les prix des tablettes se sont affaissés beaucoup plus rapidement que prévu et les ultrabooks peinent à offrir à prix égal le même niveau de performances que les anciens ultraportables 1 centimètre plus épais. Reste un truc à copier sur la tablette, le format. Détachons les tablettes de nos claviers, empêchons l’ergonomie autrefois vantée par les fabricant d’asservir le PC. Rajoutons donc une couche tactile à l’ensemble!  Pour vendre des PC, faisons des tablettes !

TEST NEXUS 10

Lorsque j’achète un PC je cherche autre chose qu’une tablette.

Tout cela est très beau sur le papier mais cela pose plusieurs gros problèmes à l’acheteur de PC. D’abord le prix augmente en conséquence. La miniaturisation de l’engin, la construction d’un système hybride permettant d’accueillir la partie détachable, la couche tactile capacitive sur une belle diagonale … tout cela a un coût évident. Si on ajoute l’obligation d’embarquer des disques électroniques encore assez chers et des batteries de bonne tenue ultra-fines, on comprend pourquoi la facture s’alourdit si vite.
Il est bien sûr possible de faire tenir ces nouveaux engins dans une enveloppe de tarif plus contenue mais alors il faut dégrader les fondamentaux pour compenser le prix et la marge: Écrans moins bons, processeurs moins performants, fonctionnalités revues à la baisse.

Le principal souci posé par cette transformation du PC en outil tactile est dans la cible visée. Admettons que je cherche une tablette, serais-je intéressé par un PC capable de faire comme une tablette ? En imaginant une machine sous Windows dotée des mêmes aspects esthétiques qu’un iPad, trouvera_t-elle des clients ?

Autrement dit, est-ce que les acheteurs de PC cherchent vraiment à les remplacer par des iPad ou autres tablettes Android ? Je reste persuadé que les usages et les mondes sont parfaitement étanches : Si on consomme les mêmes contenus sur les engins, les usages sont pour la majorité des utilisateurs clairement définis non pas par le facteur de forme des objets mais bien par le potentiel et l’ergonomie de chacun.

Personne n’achète une tablette en se disant «  Chouette je vais pouvoir refaire mon CV dessus » tout comme personne n’envisage encore vraiment un ordinateur portable 15  pouces comme une machine nomade.

En copiant la tablette, les fabricants déboussolent leurs clients potentiels. Ces derniers vont alors chercher des engins qui leur paraîtront plus fiables ou en tout cas plus sûrs de leur propre identité.

En cherchant à copier les tablettes les fabricants de PC font vendre plus de tablettes.
Et ceux qui n’ont pas le choix à cause d’une panne de leur ancienne machine ou parce qu’il leur faut absolument un PC pour un nouveau projet, de se retrouver perdus sur un marché complètement bancal où les engins d’aujourd’hui coûtent plus cher que ceux d’hier ou sont moins bien équipées pour le même prix.

Acer Iconia Tab W510

L’ergonomie d’un PC à un sens adapté à ses usages.

Une touche par lettre, un pavé numérique, une souris ou un pavé tactile,voilà l’interface de saisie naturelle des PC. Naturelle car elle correspond à notre physionomie. 2 mains comprenant chacune 5 doigts. Le tout d’une précision redoutable. Affûté au fil de notre évolution, ce dispositif permet de manipuler des éléments concrets comme des éléments virtuels. Sentir une touche qui s’enfonce sur clavier renseigne parfaitement son propriétaire sur l’état de sa frappe. Il sent où s’est positionné son doigt sur la clé, s’il a débordé ou non de celle-ci et si le mécanisme de frappe s’est déclenché. Il le sent autant qu’il le sait parce que l’outil est précisément prévu pour cela. Si la souris ou le pavé tactile sont nés, c’est pour déplacer à l’écran un objet virtuel qui est le curseur. C’est un objet non tangible, protéiforme et adapté à un affichage en 2D. Cet objet est par là-même plus précis que notre propre anatomie.

L’acheteur de PC veut retrouver cette interface clavier-souris sur sa machine car elle correspond à ses usages. Pianoter un long texte, déplacer un curseur virtuel d’une lettre à l’autre, composer des combinaisons de touches instinctivement ou encore faire la sélection d’une zone de l’écran au pixel près. Voilà à quoi les PC sont bons, voilà où pêchent les interface tactiles.

ASUS EeePC X201

Une couche tactile est une très bonne solution sur tablette car elle évite toute interface inutile entre l’utilisateur et l’application qui a été conçue dès le départ pour cet usage. C’est la seule interface proposée et elle colle parfaitement au besoin de la machine. Pour qu’elle soit aussi utile dans le monde PC elle aurait dû naître avec celui-ci. Si les tentatives de tactile – via des stylets plus ou moins pratiques – ont toutes été abandonnées au fil du temps, c’est parce qu’elle ne parvenaient jamais au niveau de productivité proposé par le clavier et surtout par le couple clavier-souris.

En fait, depuis que la souris est venue au secours des interfaces graphiques il ne s’est jamais réellement présenté un produit plus efficace pour manipuler un ordinateur.

La proposition du PC tactile va à l’encontre de cette ergonomie : C’est d’abord un outil inadapté à l’objet physique qu’est un portable : Le clavier sépare l’utilisateur de son écran, ce qui oblige forcément à un effort de la part de l’utilisateur pour venir y pointer son doigt. Doigt qui vient transformer un curseur ultra précis en une vague zone de sélection que l’on cache au moment où l’on s’en sert. C’est un non sens total en terme d’ergonomie sur PC.

Je passe sur les effets pervers de la couche tactile qui sont l’écran couvert de traces de doigts et les charnières qui font basculer ces systèmes en arrière à la moindre pression : Il faut voir les utilisateurs de PC tactiles – dont moi – retenir d’une main leur écran pendant que l’autre tapote leur surface. Ergonomie niveau zéro.

Samsung Windows 8

La philosophie même du monde PC niée par cette interface.

La première chose que je fais quand je me lève le matin, la toute première chose, c’est de débrancher mon smartphone et de réactiver son Wifi. Et pendant que j’allume ma cafetière (ce qui est la seconde chose que je fais le matin) , je peux vérifier facilement tout ce qu’il se passe dans ma petite vie numérique : Mes emails, mes diverses messageries, mon serveur et autre. Je peux aussi savoir le temps qu’il fait sans mettre le nez dehors et connaître l’état du monde. Tout cela me saute à la figure sur mon smartphone. Si jamais un papier m’interpelle et que je veux le lire confortablement je peux toujours choisir d’allumer ma tablette qui propose un plus grand écran. Mais si jamais j’ai reçu un email qui appelle une réponse urgente, je n’ai aucune hésitation entre smartphone, tablette ou PC, je m’attable face à un vrai clavier.

Si j’avais un PC hybride, je le retrouverais d’ailleurs probablement dans cette position de portable classique pour ne pas à tenir la tablette en main. C’est probablement pour cela que le principe même du PC hybride, du PC tablette ne me satisfera jamais. Pourquoi acheter plus cher un produit qui ne comblera aucun de mes besoins en mode tablette ? Si je veux une « solution canapé » il existe des machines sous Android ou iOS plus adaptées pour bien moins cher.

Pire, il me semble qu’en rendant les interfaces du monde PC tactile on va y perdre tout leur intérêt. En rendant tactile l’interface de Windows on transforme l’habituel utilisateur en consommateur de contenu. Les tuiles de Metro sont avant tout des raccourcis vers des interfaces de consultation et non pas des programmes de conception. Des que l’on veut retourner à des utilitaires destinés à la fabrication d’image, la rédaction de texte ou le montage de vidéo, l’interface tactile devient totalement inexploitable et inutile.

Lightroom 2.0 Allows Spot Processing

Le risque est de montrer aux nouveaux utilisateur une interface qui cachera le réel potentiel d’un PC : Un outil qui s’apprend qui ne permet pas toujours d’avoir un résultat immédiat mais qui ouvre la voie à la créativité. La différence entre un logiciel comme Lightroom et une application comme Instagram n’est pas forcément évidente pour le néophyte. Jusqu’au jour où l’on se rend compte que sa photo de vacances dont on est très fier ressemble quasiment trait pour trait à la photo qu’un parfait inconnu vient de poster sur Facebook via une application qui lui a pré-mâché le boulot de la même manière que la sienne.

Le tactile impose forcément une approche adaptée à notre morphologie, une interface plus simple, des choix limités à ce que les gens préfèrent, coupant court à toute expérimentation ou tâtonnement. On va droit au but, à des résultats précis. Impossible d’exploiter facilement un menu déroulants, des courbes de niveaux ou autres systèmes nécessitant une sélection précise. Le tactile bêtifie l’interface.

Avec Leap Motion, le tactile sur PC est déjà dépassé.

Leap Motion vient d’annoncer la sortie de son dispositif de détection dans l’espace pour le 13 Mai prochain. Dans 3 mois les PC tactiles paraîtront totalement obsolètes.

Leap Motion est un système de détection dans l’espace, situé dans une zone précise au dessus du dispositif et qui prend en compte les évènements compris dans cet espace. Le système est invisible, peu cher et parfaitement intégrable à un clavier de portable en le positionnant par exemple dans le repose poignets ou sous le pavé tactile.

Leap Motion

A la différence du tactile, il ne constitue pas un obstacle entre ce qu’il y a affiché sur l’écran et l’utilisateur, il n’obstrue rien et ne salit pas la dalle. Son prix ne varie pas d’un écran de 11″ de diagonale à un écran 17″ ou plus, les économies d’échelles sont donc énormes puisqu’un même dispositif peut servir à l’ensemble d’une gamme de fabricant, ce qui est différent d’une dalle capacitive.

Leap Motion est précis, très précis. Suffisamment pour piloter une interface avec la même précision qu’une souris et surtout n’est pas condamné à des interfaces ayant besoin d’un courant de conduction électrique comme la main ou des accessoires spécifiques. On peut écrire dans l’air avec la pointe d’un stylo classique et voir son trait reporté à l’écran avec une finesse millimétrique. On peut également régler l’engin pour qu’il prenne compte de la profondeur de la position d’un doigt ou d’un stylet, de l’angle dans lequel il est positionné : En clair on pourra faire des pleins et des déliés avec un Leap Motion. Autant d’exploits remisant le tactile à des années lumières derrière en terme d’interactivité.

Leap Motion coûte 80$ aujourd’hui en pré-commande sur leur site, 80$ pour un objet externe que la marque a dû financer elle même à ses frais. Ce dispositif intégré dans une gamme de portable devrait coûter bien moins cher : Leap Motion a été suffisamment malin pour proposer à ses partenaires non pas de lui acheter une technologie mais de lui payer des royalties sur ses produits.

Ainsi les fabricants pourront intégrer directement des capteurs Leap Motion dans leurs claviers, dans leurs portables ou dans toute interface adaptée : Dos d’une télécommande de téléviseur ou d’ampli par exemple et tout cela pour un prix de revient très faible. Ils devront juste verser une somme au concepteur pour chaque produit vendu.

Un magasin d’applications dédiées géré par Leap Motion permettra de dégager d’autres revenus. Si les logiciels les plus courants pourront être pilotés nativement par le périphérique, y compris dans les sous menus les plus complexes et avec une précision redoutable, il est plus que probable que les éditeurs profiteront de l’arrivée de cette technologie pour proposer de nouvelles fonctionnalités. Les éditeurs de jeux pourront alors porter la plupart de leurs titres tablette sur PC. Il est également certain que tout un monde de nouveaux logiciels proposant de manipuler de la matière virtuelle avec l’ensemble de nos 10 doigts apparaisse très rapidement.

Leap Motion

A la sortie du premier portable avec technologie Leap Motion intégré, le monde des PC embarquant une couche tactile fera le même effet au public que les machines dépourvues de souris. Le choc va être rude et les utilisateurs trouveront là une vraie raison d’investir dans un PC. Non pas parce qu’il sera tactile, non pas parce qu’il ressemblera à une tablette mais bien parce qu’il proposera une nouvelle interface ergonomique sans les inconvénients majeurs d’une surcouche capacitive. L’engin se démarquera alors totalement d’une tablette et ne cherchera plus a la remplacer.

Je parie ma chemise qu’Intel ouvrira son cahier des charges à Leap Motion en remplacement du tactile que le fondeur va imposer pour obtenir l’appellation Ultrabook.


Pas de Pub
102 commentaires sur ce sujet.
  • 28 février 2013 - 15 h 00 min

    Mmmm, comment passer après tous ces commentaires pertinents…

    D’après moi, il y a des raccourcis énormes dans la plupart des commentaires, inhérents aux (mauvaises?) habitudes heritées du PC, qui nous font oublier ce que l’on est en droit d’attendre de tous ces gadgets.

    D’abord, le leap est un scanner 3D unidirectionnel: 2 choses vont compter:
    -l’angle sous lequel on l’attaque
    -le logiciel qui va interpreter “l’image” reçue.
    Et ce dernier point, sans un support “universel” de la part des developpeur, est son plus gros défaut.

    Des interfaces révolutionnaires, on en a vu un paquet, ils ont cristallisé les espoirs de certains, voire les fantasmes d’autres.
    Le système haptique Falcon de novint, le gant de nintendo, l’hydra razer, tous ces rejettons d’esprit geniaux, ouvrant des possibilités enormes, sont restés des flops, faute de développeur, de normes, et surtout de configuration des interactions possibles.

    Qu’on m’annonce qu’apple, microsoft, google, et les linuxiens se sont entendus pour definir une norme d’utilisation, un connecteur universel parametrable facilement pour utiliser le Leap, et j’achete direct des actions chez eux! Dire que ce sera un succés, ce n’est que reconnaitre l’ingeniosité du système, pas sa pertinence ni sa démocratisation.

    Ce qui est sûr, c’est qu’il contribue à la numérisation de l’etre humain en tant qu’interface d’entrée analogique, rejoignant ainsi les dinosaures précités, et les periperiques “next gen” que sont les kinect, wiimotes, et autres detections de mouvements, pensée ou regard.

    Car c’est le fantasme que nos gestes puissent avoir l’effet escompter dans un univers virtuel, qui nous fait courrir.
    Sauf que, et on l’oublie très vite, nous ne sommes pas DU TOUT aussi précis que nous le voudrions. Et c’est à ça que pallient la souris, le clavier, les boutons va-et-viens, et autres interfaces physiques plus ou moins binaires.
    Pousser le numérique jusqu’à ce qu’il soit assez précis (à nos yeux) que l’analogique, est encore une histoire de point de vue, d’echelle, et ce n’est pas à notre avantage.
    Nos gestes sont tremblants, hesitants, spasmodiques, parfois, involontaires, nous sommmes majoritairement mono-taches, d’endurance, morphologies, souplesse, désynchronisation de la motricité trop differents, limités.
    La souris, par sa validation vie bouton, les touches de directions du clavier, par leur coté binaire et grossier, sont très adaptés à notre maladresse. (et je dis ça alors que je suis plutot adroit)
    Ce sont de tel bons compagnons, qu’on arrive à les oublier, car ils ne nous dépassent pas, nous les controllons. Ils rendent l’analogique suffisamment binaire pour que notre pauvre cerveau puisse les modeliser, les anticiper, les retenir et interpreter.
    Suffit de voir comment il est difficile de viser avec un stick analogique, surtout quand on appuie trop fort sous le coup du stress ou de la tétanie!

    Reconnaitre la nature de nos pensées, et interpreter nos ordres vocaux, serait par contre une réelle avancée, et combiné aux gestes et au regard, serait l’interface idéale.

    Le leap devra etre extremement bien programmé et intégré aux systèmes pour faire son trou dans le marché. Tout comme toute autre interface…

    Ce qu’il manque, ce ne sont pas les périphériques d’entrée, ni de sorties, mais le parametrage et l’interfaçage LOGICIEL qui en est fait.

    pour moi, l’ideal de l’informatique passerait par là:
    Passer un document de son ecran de PC vers sa tablette, parcequ’on y pense, afficher sur sa tablette seulement les boutons/focntions dont on va avoir besoin pour l’utilisation en court sur son PC.
    La tablette comme outils de proximité, ecran secondaire.
    Le PC comme outil de création, normalisation et numérisation de nos ordres, poste fixe pour s’atteler à une tache de precision.
    Un processeur central, source principale de puissance de calcul, interpretant les entrées, répartissant les sorties, priorisant nos désirs et besoins.
    Une molette directionnelle de selection sur les tablettes, crantée, pour (ré)introduire du numérique quantifiable.
    Un bete interrupteur universel portatif servant à valider ou non nos actions saisies par tous ces merveilleux nouveaux outils de captation de l’analogique
    L’interpretation des commandes vocales appuyée de la détection de ce sur quoi la pensée et le regard sont focalisés.

    Bon, je retourne bosser, j’adore trop ce site! ;))

    Répondre
  • 28 février 2013 - 15 h 19 min

    @Lapinou: Ce ne sont que des exemples, si certains te parlent pas ce n’est pas grave, l’important pour moi c’est juste de proposer une façon d’appréhender la techno de façon plus réaliste que ce que proposent les vidéos que l’on en voit parce que effectivement, on va pas rester toute la journée avec les 2 bras en l’air ni jeter le clavier et la souris aux oubliettes comme j’ai pu le lire. On va juste profiter de ce type d’interface pour faire d’autres trucs. Si le volume n’est pas le bon exemple, le fait de pouvoir positionner ton curseur 10 lignes plus haut et 14 caractère à gauche te parlera plus peut être : c’est possible de le faire au clavier mais cela nécessite un grand nombre de frappe alors que ce sera faisable à la souris ou au pavé tactile en 1 tournemain. Et Leap Motion te proposera la même chose qu’il faudra peut être compenser de quelques coups de touches fléchées au début.

    Regarde cette vidéo de The Verge :
    http://www.theverge.com/2012/6/26/3118894/leap-motion-hands-on

    Tu as le CTO de Leap Motion avec un des rédacteur de The Verge; Regarde à 3’40 la différence entre le type de LM habitué à l’usage du produit et la “gaucherie” du journaliste… David Holtz explique qu’il est inutile de faire des grands mouvements pour piloter tout l’écran, lui même garde son avant bras contre son corps plie juste le poignet pour positionner la main dans un effort minimal. Cette position peut se projeter au dessus du clavier. Alors oui il sera possible de se la jouer “Minority report” et je pense que sur un grand écran ça sera un gros Kiff, mais il sera autant possible de se servir de cette interface relative de façon productive. Ce choix là est pour moi l’équivalent du réglage de DPI de ma Logitech… Et quand je retourne à une souris à faible DPI (j’ai une nonam filée avec un vieux portable qui doit être en 100 dpi pas plus) et que je suis en train de relever la souris 3 fois pour faire 3 diagonales de tapis de souris, je me rend bien compte qu’il s’agit de la même chose que ton appréhension : Ecarter les bras a fond pour zoomer est ridicule, ouvrir les doigts ou les pincer pour zoomer est bien plus sympa.. C’est faisable avec les clés du clavier, mais peut être moins fun, moins réactif finalement aussi.

    Ok pour le “dans 2 ans” même si je sais pas si je serais encore là :D J’espère de tous coeur, quoi qu’il arrive, qu’on aura toujours le choix d’acheter la machine qui nous correspond et qu’on ne sera pas forcé de se payer un engin tactile ou Leap Motion.

    Répondre
  • 28 février 2013 - 15 h 25 min

    @belijee: Très intéressant et je suis bien d’accord avec cette approche de correspondance entre l’outil clavier et la main et l’outil souris et notre gaucherie.

    Juste un truc par rapport à Leap Motion, si la technologie ne coûte pas cher (80$ le dispositif autonome sur batterie fabriqué par Leap Motion, 69$ en precommande, c’est parce que technologiquement c’est un simple détecteur de mouvement basé sur des technos archi usées de cameras. Ce qui fait la force de LM c’est le code, la qualité des algorithmes.

    Je n’ai pas tout lu encore mais le code employé sait déjà faire des choses énormes et depuis un an il a encore été peaufiné : C’est un travail de plusieurs longues années même si le dispositif de “détection” est prêt depuis plus d’un an maintenant. La détection est plus complexe que l’on croit par exemple, le Leap est capable de comprendre en temps réel la partie supérieure (non détectée) de votre main et de la projeter. Je crois que c’est sa force justement, cette finesse de détection, qui en fait un outil a mon sens comparable au couple souris – clavier : Même si il restera, comme le tactile, absolument pas indispensable.

    Répondre
  • fun
    28 février 2013 - 15 h 33 min

    Moi je suis bien content d’avoir renouvelé mon matos juste avant la sortie de Windows 8. Pas de surcoût inutile lié au refourgage d’un écran tactile accessoire voire inutile.

    C’est quand même incroyable qu’actuellement il soit aussi difficile de trouver un portable moyen – haut de gamme sans avoir a payer le surcoût d’un écran tactile…

    Quant à l’utilité de cette technologie, je dirais simplement : on ne peut pas faire boire un âne qui n’a pas soif :) (et oui nous sommes des ânes) :)

    Répondre
  • 28 février 2013 - 15 h 40 min

    @Pierre Lecourt: réparable => il faut remplacer la dalle tactile ( c’est le composant électronique en bas de l’écran qui est fissuré après une manipulation nocturne, et vraiment vraiment pas maline.j’ai localisé la panne il y a peu. L’écran se trouve pour peu cher via ebay/chine. J’hésite à commander (chine) et à le remonter (traumatisme). tu as un plan ?
    Je l’ai cassé une semaine avant le sortie officielle de win8 …

    Répondre
  • 28 février 2013 - 15 h 43 min

    @Klydde: Pas de plan particulier mais j’ai fait ce genre de trucs plusieurs fois, d’un smartphone à des tablettes en passant par des portables et même un reflex canon… Pas très difficile si on prends son temps.

    Répondre
  • 28 février 2013 - 16 h 20 min

    @PL : oki merci ;) Je viens de revoir le reportage bfm ( différent du web ), et c’est des surfaces. Plus exactement , 300 voitures radar à 70000 euros avec de la surface dedans. Et aussi le plein pour ce prix la.
    Et un leap en voiture ? derrière le volant ? why not .

    Répondre
  • 28 février 2013 - 16 h 26 min

    @Pierre Lecourt:
    C’est une affaire de relativité et d’echelle, et le probleme est qu’on reste comme bloqué au clivage gros dpi, petits dpi, et dans le meilleur des cas un interrupteur pour basculer de l’un a l’autre.
    Il existe peu de système ingénieux pour gérer “simultanément” les grands déplacements et les besoins de précision (par exemple, sur ipad, le systeme de loupe sur le curseur qui affine le positionnement de celui-ci dans un mot, rendant d’un coup la surface tactile bcp moins sensible)

    Mais comme tu dis, c’est une affaire de code, et surtout de son integration, son plébiscite et sa portabilité.

    Je peste à chaque fois que je repense à mes illusions de manipulation aisée d’objets 3D dans 3DSmax à l’epoque du MS Sidewinder strategic commander, ou plus récement du Novint falcon. Tant de potentiel … tout juste réutilisable en tant que raccourci clavier. Il a fallu attendre qu’un gars developpe un logiciel pour l’interfacer en tant que joystick/souris pour lui donner une seconde vie, mais en perdant le coté analogique au passage.
    Du code, oui, mais qu’en sera t’il dans les applications? Faudra t’il que chaque developpeur definisse spécifiquement la compatibilité et les mouvements requis pour interagir avec son logiciel?
    Pire, si chacun y va de son mouvement, et si les mouvement commencent à etre brevetés…

    Répondre
  • 28 février 2013 - 16 h 33 min

    @Klydde: Cte Lobbying de ouf :)

    @belijee: Moi aussi j’ai des tiroirs pleins d’appareil du genre : De la manette Sidewinder à des objets improbables comme le Asus EeeStick ou encore la 3D SpaceNavigator Personal Edition. Je te fait grâce de la longue liste de trucs noname qui vont de la poker mouse (si si) a des tas d’autres bidules. Mon labo est un musée !

    Mais aucun de ces engins n’avait le potentiel de Leap Motion à mon sens.

    Répondre
  • 28 février 2013 - 17 h 54 min
  • 28 février 2013 - 18 h 13 min

    @Lapinou: Ah c’est toi qui l’a acheté en France :D

    Répondre
  • 28 février 2013 - 19 h 09 min

    “En cherchant a copier les tablettes les fabricants de PC font vendre plus de tablettes.“
    > Tu as tout dit !

    Répondre
  • 28 février 2013 - 21 h 46 min

    En vous relisant je réalise qu’on a tous probablement tord et que la solution la meilleure est une solution plurielle avec au minimum une souris et selon le budget un équipement de pointage comme du tactile ou du motion pour piloter certaines applications plus confortablement, mais il n’y aura probablement pas de solution unique.

    Répondre
  • 28 février 2013 - 22 h 13 min

    @Dadoo: On a tous probablement tord, mais c’est intéressant d’en parler :D

    Répondre
  • 1 mars 2013 - 0 h 54 min

    Suis-je le seul a me voir coupler le leap-motion a un videoprojecteur pour essayer de me la jouer a la Iron-man en projetant l’image de son gant et essayer d’interagir avec via le leap-motion…?

    JARVIS….. me voila….

    Répondre
  • 1 mars 2013 - 1 h 55 min

    Je ne suis absolument pas d’accord avec votre analyse, vous dites que le leap motion est mieux que le tactile et vous mettez en avant le fait qu’avec les interfaces tactiles ont ne peut pas être productif mais comment vous serez plus productif avec leap motion. comment vous allez faire du Lightroom avec leap motion dans aucune des démos ou même de vos démonstration ont voit de des apps de type Lightroom ou Photoshop.

    Le tactile est parfait pour la consultation chose qu’il reste a prouvé avec leap motion. le tactile n’est pas idéale pour la création ok mais leap motion non plus.

    Une technologie que personne n’a tester dans de condition réelle en condition de soleil, sur un canapé, dans les transports ou même sur des surfaces non plate.

    Répondre
  • 1 mars 2013 - 10 h 36 min

    Ce que je reproche aux tablettes, c’est l’absence de clavier. Donc, une tablette avec clavier, hormis le prix astronomique, ça me paraît très bien ! Je ne vois pas quelle dent Pierre a contre elle ?

    Répondre
  • 1 mars 2013 - 11 h 52 min

    @Exploser:
    Sauf qu’une tablette avec un clavier n’est plus une tablette, à moins d’être dockable, mais là il faut balader le dock également.

    D’ailleurs tu utilises tablette en mode tablette pour faire des choses de tablettes. Soudain tu as besoin de faire un truc PC… avec ta tablette : tu fait comment ? ^^

    Répondre
  • A
    1 mars 2013 - 12 h 36 min

    @Exploser:
    Il a pas une dent contre les tablettes en général, mais une contre les tablettes/hybrides Microsoft (et Intel).
    Ca le fait ne pas etre objectif et fausse complètement son jugement.

    De même qu’il leur reproche (à MS et Intel) la mort des laptops 10-11″ (appelés à tort netbooks).
    Alors que ce sont les constructeurs qui les ont tués pour des raisons de politique de gamme: Ils ne voulaient pas vendre de bons laptops 9-10-11″ (avec un ‘vrai Windows Premium’ et un Celeron par exemple) pour ne pas cannibaliser leurs laptops moyen-haut de gamme (surtout depuis l’arrivée des ultrabooks et leurs marges confortables).

    Ce sont bien Intel et MS les vraies cibles de cet article car ce sont eux qui, selon Pierre, imposent le tactile (via W8 et Haswell bientot) aux constructeurs sur des machines productives (et pas simplement dédiées à la consultation).

    C’est ça (son bias anti ‘WinTel’) aussi qui le pousse à rejeter la convergence et les machines hybrides (sauf la ThinkPad à 1600€.
    Là, pour des raisons qui m’échappent – un faible pour ThinkPad ex-ibm? – le prix n’est pas ridicule mais justifié même si élevé et la machine est exceptionnelle (selon lui).

    Donc cette position émotive lui fait développer toutes sortes d’arguments irrationnels et qui se contredisent (sur W8, le tactile, LeapMotion, les laptops, les PCs…).

    C’est dommage car, à côté de ça, il peut avoir des analyses fines et bien développées.

    @fabrice compte-deux de FB:

    “D’ailleurs tu utilises tablette en mode tablette pour faire des choses de tablettes. Soudain tu as besoin de faire un truc PC… avec ta tablette : tu fait comment ?”

    Facile: Tu branches ton clavier.
    C’est pour ça qu’il y a des hybrides à clavier détachable. Ils représentent le meilleur des 2 mondes (tablettes/laptops).

    Répondre
  • 1 mars 2013 - 13 h 02 min

    @yebkun: Le fait de pouvoir écrire à la main hello en écriture manuscrite dans un carré d’1 cm de coté me laisse croire qu’il sera possible de retoucher très finement, sans autre équipement nécessaire, une image sous photohop. Avec un simple stylo bille – pour retrouver la dextérité apprise dans le monde réel – on pourra user de l’interface LM pour venir retoucher une image dans des proportions égales à une tablette graphique pour un prix 100 fois inférieur.

    Pour le reste, le tactile est effectivement parfait pour la consultation oui, sur tablette. Ce n’est pas mon propos ici je ne remet pas en cause la pertinence du tactile sur tablette puisque je ne parle que des portables. Je n’aborde ni la tablette ni les PC de type All In One.

    quelques soient les conditions , un portable a réussi a être suffisamment performant depuis des années pour être exploité en extérieur, au soleil ou dans des missions extravagantes au travers du monde, sans tactile ni leap motion. Pas de soucis donc.

    @Exploser: Je n’ai aucune dent contre les tablettes avec clavier, j’ai été un des fervent supporter de la Transformer par exemple. J’en ai même acheté une. Par contre, je ne vois pas le point d’acheter un engin qui coûte une fortune avec écran tactile et clavier attachés. Ca n’a pas de sens pour moi.

    Je ne vois pas non plus l’intérêt des hybrides a écrans sans orientation, avec des claviers coulissants et pour le moment c’est plutôt ça que le marché propose.

    Je ne changerais pas d’avis sur cette génération de portables tactiles qui arrive, je ne trouve pas cela pertinent.

    Les hybrides j’attends la prochaine génération de puces et le tassement des tarifs. Les TX300CA-C4006H par exemple sont intéressants, comme d’autres modeles du genre, mais malheureusement a 1200€ en Core i5 c’est un marché ultra niche au vu de leur équipement.

    Répondre
  • 1 mars 2013 - 13 h 29 min

    @A : oups je savais pas pour les surfaces !
    Et moi qui vient en re-re-causer dans les commentaires, alors que je n’en suis pas particulièrement dingue … j’espère que c’est pas moi le lobbyiste !
    Par contre il me semble que le windows remplaçant de Xandros, était un windows de cochon avec tout plein de limitations dedans. La responsabilité de Microsoft est logicielle et ça, on peux leur reprocher un poil.
    ProfesseurThibaut a fait une réponse à cet article sur son site …

    Répondre
  • A
    1 mars 2013 - 15 h 42 min

    HS:
    [@Klydde:

    Oui, c’était XP (puis 7) Starter.
    Sauf que…

    – Ce sont les constructeurs qui l’ont réclamé à corps et à cris et c’est pourquoi le premier eeepc est sorti sous Linux: Pour faire pression sur MS pour une version Windows plus light et moins chère (- 20€).

    – Rien n’obligeait les constructeurs à mettre ce sous Windows et un Atom dans leurs petits portables.
    Une fois que tu as intégré ce fait: MS ne faisait que répondre à une demande des constructeurs CONTRE leur gré (en tout cas ils auraient préféré vendre un Windows complet car plus de marge pour eux), tu comprends que ce sont les OEMs qui ont tout fait pour brider puis tuer les netbooks.

    Pour Intel c’est un peu différent car c’est lui qui a créé la marque ‘netbook’ pour écouler ses Atoms.
    Mais rien n’obligeaient les constructeurs à appeler leur petits laptops ‘netbooks’ et mettre un Atom dedans.

    Aussi, il est normal qu’MS et Intel imposent des restrictions à l’usage
    de Starter et de l’Atom sachant qu’ils ne voulaient pas qu’ils se retrouvent dans des machines plus grandes en diagonales car cela aurait été une perte sèche encore plus importante pour eux.

    S’il n’y avait pas eu de restriction à l’intégration de Starter et l’Atom
    dans les laptops, les OEMs nous en auraient fourré partout de ces m**des. Tout ça pour baisser les couts et augmenter les marges… Au détriment de l’usage et des consommateurs évidemment.

    En gros, les OEMs demandent un OS et des puces limités mais pas chers et après se plaignent de ces limitations et essayent de faire croire qu’ils n’ont pas le choix. C’est le monde à l’envers.

    Encore une fois, tu mettais un XP/7 premium (+20€) et un Celeron (+50€ en voyant large) et tu avais un ‘vrai’ petit laptop performant (comme les Asus X201 aujourd’hui) et autonome (ça ils ne veulent toujours pas, preuve en est la batterie 2 cellules de ce même X201-X202) à 400€ au lieu de 300€.

    Mais non, car les OEMs ne voulaient pas cannibaliser leurs laptops à diagonale (et marge) supérieure.
    C’est devenu encore plus vrai après l’apparition des ultrabooks ou là, ils ont carrément décider de ne plus en fabriquer pour essayer d’obliger les gens qui voulaient des machines légères et autonome à sortir le chéquier.
    C’est un raisonnement stupide car si tu n’a pas plus que 400-500€ à mettre dans un laptop, tu ne pourras pas, de toute manière, te payer un ultrabook.
    C’est une des raisons de la baisse des ventes de laptops, d’ailleurs. Pour avoir un vrai bon, beau et léger laptop, tu dois sortir minimum 700€ (plutot 900€ même pour un 11″)!
    Le reste (le milieu de gamme) c’est pareil qu’il y a un an ou 2.
    Donc à quoi bon changer à moins d’etre vraiment obliger? Si tu n’as pas 700€ minimum pour acheter un laptop fin, léger et autonome, t’as pas vraiment de raison de changer.

    L’arrivée du tactile et des hybrides peut redonner envie mais encore faut-il pouvoir… Car, là encore, les OEMs tentent d’augmenter les marges (une augmentation du prix disproportionné par rapport à l’augmentation du cout de fabrication) sur ces machines sous prétexte qu’elles apportent quelque chose de nouveau.

    Ou alors, quand ils proposent un prix raisonable (toujours l’Asus X202) c’est en te refourgant un écran TN pourri que tu ne peux pas utiliser en extérieur et une batterie inamovible qui tient 3h…
    Ca fait un portable qui donne l’illusion d’une bonne affaire car il est tactile et pas trop cher, mais qui est en fait très médiocre et qui ne durera que 2 ans max (à cause de la faible batterie inamovible qu’il faudra changer et qui te coutera un bras puisque tu devras renvoyer ton portable chez Asus juste après la période de garantie).

    Tout ça pour, encore une fois, faire plus de marge sur notre dos.]

    /Fin du HS

    Répondre
  • 1 mars 2013 - 16 h 20 min

    Va vraiment falloir qu’on déplace des débats de ce genre sur le forum : c’est très passionnant et on en apprend beaucoup.

    Répondre
  • 1 mars 2013 - 17 h 44 min

    oui @A, bien sur. Je ne prends pas parti, je spectatise.
    Mais pour l’utilisateur, se retrouver avec l’impossibilité de changer de papier peint, entre autre, bien comme dirait l’autre : spakool.
    y’avait d’autres choses à brider, quoique le mot bridage … bof.
    Quand aux OEM ma foi, tu as tout dit.

    Répondre
  • 1 mars 2013 - 23 h 33 min

    Outil de production/outil de consultation. Les laptops convertibles proposent les deux. Moi qui voyage beaucoup, j’ai pas envie de me balader avec un laptop et une tablette. Les solutions comme le transformer book ou le lenovo helix sont parfaites pour moi : puissantes, mobiles et convertibles en outil de consultation. Après que ça soit du tactile ou du leap motion, ça me va tant que ça fait son job. Le leap motion est peut-etre la prochaine génération de l’interface homme/machine mais pour l’instant c’est le temps du tactile.

    Répondre
  • 2 mars 2013 - 12 h 38 min

    Pour paraphraser Pierre :
    Leap Motion déjà condamnée par Myo (bracelet de contrôle) = getmyo.com

    Et là, cela tape encore plus fort, puisque c’est multiplateforme : PC fixes, portables, tablettes, caméras, consoles de jeux… Pour un prix raisonnable de 149$ !

    Répondre
  • 8 mars 2013 - 5 h 50 min

    Trop fatiguant, passera pas.

    Je veux dire, au delà de l’effet youhou-je-suis-dans-minority-repor. À l’usage, on sera bien plus vite fatigué qu’avec le clavier et la souris. Prenez le temps maximum consécutif pendant lequel vous restez devant un ordi et essayez de rester le même temps le bras ou les bras en l’air .

    Le comble intervient quand ils se sont mis à “écrire” (*). Franchement, écrire à main levée en plus de temps que celui de taper les mêmes lettres sur un clavier, sacré progrès. Faites l’essai en plaquant une feuille à la verticale et écrivez ou demandez à un enseignant (bien que ce ne soit pas tout à fait la même position)

    D’aucun diront que question fatigue, il y a les biens connus TMS de l’informatique (avec clavier + souris donc). C’est vrai, mais combien de ces personnes avaient une position idéale de travail ? Aucune. Combien de personne se trompe en tapant sur un clavier dans une position comme celle indiquée sur Wikipédia ? Toutes !

    Ce n’est pas la bonne posture. Pour taper, on devrait n’avoir besoin que de faire un effort avec les doigts et le reste du corps devrait être en position de repos.
    Idéalement, il faut donc :
    _ les bras au repos (le long du corps);
    _ reposer l’avant-bras du coude à la paume incluse sur une surface plate inclinée en descente;
    _ sans bouger l’avant bras, pouvoir reposer ses doigts;
    _ ne faire d’effort qu’au moment où l’on tape une lettre;
    _ faire que cette effort soit minimal (saisie bépo, clavier en “creux”)
    _ la tête inclinée vers l’avant;
    _ écran incliné vers l’arrière et posé sur une surface plus basse que celle où les avant-bras sont en appuis;
    _ le dos bien calée dans un dossier.

    Alors bon, la plupart des gens que je vois devant un ordi ont une position à l’opposée : coude en suspension, poignets appuyées, main en effort (opposition à la gravité), clavier azerty en surélévation ascendante, tête inclinée vers l’arrière, écran surélevée…

    Vivement qu’on ait des prises jack dans la nuques, ces problèmes n’existeront plus….

    (*) ce n’était que de l’affichage brut. pour vraiment écrire, il faut qu’un OCR analyse encore la forme et je lui souhaite bien du courage pour reconnaître l’écriture d’une personne à froid, au bout de 30 min et au bout de 3h (par ex).

    Répondre
  • PJL
    10 mars 2013 - 18 h 29 min

    Aujourd’hui, l’écran tactile va très bien avec la chaîne de production classique actuelle :
    – interface de saisie (clavier, souris, écran tactile) ;
    – unité de calcul (OC ou tablette ou serveur) ;
    – interface de sortie (écran, enceinte et imprimante).

    Mais demain, les interfaces de sortie seront :
    – écran 3D
    – imprimante 3D.

    Dans ce contexte, ou la 3D va prendre de plus en plus d’importance, je pense que les écrans tactiles seront dépassés et que des interfaces comme Leap Motion vont prendre toute leur importance.
    Après Leap Motion est un nouveau concept, je ne pense pas qu’il faille prendre toutes les vidéos pour argent comptant. L’exemple avec l’écriture au stylo n’est là que pour montrer la précision du Leap mais pas pour dire que le Leap va remplacer le clavier et que l’on écrira au stylo sinon,autant prendre une tablette graphique.

    Répondre
  • PJL
    11 mars 2013 - 14 h 03 min
  • 15 mars 2013 - 14 h 46 min

    (je viens de découvrir que Pierre a ce nouveau site, ravi de le revoir actif sur la toile).
    En dehors du confort ou des possibilités qu’offre la technique de Leap Motion, la question clé reste les brevets dont cette société dispose.
    S’ils ont bien breveté leur engin et si leur politique de licences est raisonnable, ils pourraient envahir le marché.
    Si par contre leurs licences sont abusives, ils seront soit ignorés par le marché, soit rachetés par un gros acteur.
    Nous avons déjà l’exemple de PixelQI, si prometteur et maintes fois cité sur l’ancien blog de Pierre.

    Répondre
  • 15 mars 2013 - 16 h 16 min

    […] comporter le marché face à Windows 8 et aux engins qui cherchent à se rapprocher des tablettes. A mon sens un portable qui imite une tablette fait vendre plus de tablettes et moins de portables. Il est possible que le résultat de tout cet acharnement a vouloir séduire les utilisateurs de PC […]

  • 15 mars 2013 - 16 h 26 min

    @zhir: Je penses qu’il s’agit de royalties classiques justement, un brevet que tout le monde à le droit d’intégrer mais pour exploiter le code Leap il faut passer à la caisse. Des licences abordables probablement et surtout une techno sans réelle concurrence. Pixel Qi s’est heurté à un gros problème : Beaucoup de ses clients potentiels étaient aussi des fabricants d’écrans.

    autre soucis, l’accent a été mis très vite sur les hautes définitions et sur les technologies type IPS AMOLED pour privilégier les contenus multimédia. Au lancement de PQi il semblait que le marché pouvait se lancer vers la lisibilité texte et cela n’a pas été le cas. qui pouvait savoir qu’Amazon se lancerait dans la tablette au lieu de rester sur des liseuses par exemple ? PQi n’est pas le seul a en avoir fait les frais, Les écrans Mirasol semblent également moisir au fond d’une oubliette…

    Répondre
  • 16 mars 2013 - 18 h 33 min

    A titre perso, je rejoins Pierre… venant de remplacer mon transportable 17″ qui m’a lâché par un mini barebone Shuttle (XH61V, équipé avec un core i3 3225, avec le HD4000, valant largement un i5 version mobile+GPU entrée de gamme).

    Pas envie de win8… ni des pb de secure boot posés par les version OEM de ces derniers, étant adepte du double boot linux.

    C’est discret (plus que le laptop), on peut y coller un bon écran IPS. Aucun regret.

    Je n’avait juste pas envie de m’emmerder avec des contraintes et un OS inadapté.

    Répondre
  • 16 avril 2013 - 17 h 27 min

    […] Pour  en savoir plus sur Leap Motion et comprendre les enjeux de cette technologie. […]

  • 19 avril 2013 - 9 h 26 min

    […] catalogue mais la disponibilité ne risque pas d’être très rapides. D’abord parce que Leap Motion ne semble pas tenir compte de leurs demandes et ensuite parce que les stocks vont d’abord […]

  • 30 mai 2013 - 21 h 33 min

    […] de microbes). Multi périphérique, adaptable, plus précis et prochainement intégrable. Pierre en parle également et partage un peu le même […]

  • 27 juin 2013 - 10 h 45 min

    Bonjour,
    Je souhaite changer de portable durant cet été et je viens de découvrir au travers cet article l’innovation Leap Motion. Aussi pensez-vous qu’il soit préférable dans mon cas d’attendre la sortie des pc portables intégrant cette technologie ? ou m’acheter le portable dès maintenant et précommandez Leap Motion sur leur site est aussi bien ? Ma préoccupation n’est pas réellement financière mais plutôt technique..est-ce qu’un leap motion intégré dans un ordinateur marchera mieux qu’en boitier USB ?
    Merci beaucoup pour vos retours !!

    Répondre
  • 27 juin 2013 - 10 h 51 min

    Autre question….dans mon bureau mon portable est capot fermé relié par HDMI à un moniteur. Dans ce cas comment le Leap Motion pourra-t-il fonctionner si je bouge mes doigts devant ce moniteur ??
    Merci encore de vos retours

    Répondre
  • 21 juillet 2013 - 23 h 15 min

    Comment peut-on être aussi sectaire ?
    Si je reprend l’article, il y a de quoi réagir sur chaque paragraphe.

    Rien que le titre “Portables tactiles, une technologie déjà condamnée par Leap Motion” :

    On compare là deux technologies différentes. Cette phrase reviendrait à dire que la souris est condamnée par l’écran tactile. Pourquoi vouloir imposer une technologie ? J’ai l’impression de lire le gourou Steeve Jobs et sa fermeture légendaire dictant son propre idéalisme. Et celui qui aime le galaxy note devrait prendre un iPhone 4″ et se la fermer c’est ça la (TA) vision des choses ?

    Après le titre, première phrase de l’article : “L’industrie du PC portable fonce tête baissée dans un immense piège et ne semble absolument pas s’en rendre compte”

    L’industrie du PC portable fait simplement face à l’arrivée d’un nouvel acteur sur le marché, la tablette capacitive, plus rentable et plus légère car dépourvue de clavier physique. Mais les choses ne sont pas “imperméable” : Oui Ordi + tablette = tablette hybride, de la même façon que téléphone + ordi = smartphone. Et pourquoi pas imaginer une tablette hybride qui soie équipée d’un ensemble clavier/souris, dalle capacitive et Leap motion ? Tout n’est pas fermé dans la vie… Sauf bien sûr pour les Apple users…

    Deuxième phrase de l’article :

    “L’intégration d’une couche tactile sur un PC portable n’a aucun sens.”

    Cette phrase fait encore preuve d’une forte fermeture d’esprit. Ni Microsoft ni Intel n’ont envisagés de remplacer le duo clavier/souris par le tactile. Il faut juste comprendre que certaines tâches sont plus agilement contrôlables sur un support tactile qu’au clavier et a la souris. C’est le cas parfois sur de la retouche photo, de la cartographie, de la vision d’image et plein d’autres tâches encore.

    Je pourrai continuer encore jusqu’à la fin de l’article mais je crois que vous avez saisi mon point de vue donc je vais m’arrêter là.

    Répondre
  • 22 juillet 2013 - 0 h 57 min

    @dreeck: Le titre est un titre, une accroche, de quoi donner l’envie (ou pas) de lire la suite.

    L’industrie du PC vient d’annoncer un trimestre de plus de baisse de ses ventes et ma phrase semble donc assez prémonitoire. Je ne dis pas que les gens n’achètent plus de PC parce qu’ils sont tactiles mais que cela n’aide pas leur envie d’investir dans ces nouvelles machines. La grande majorité des utilisateurs préféreraient acheter un Pc moins cher plutôt qu’un PC tactile. Car ce n’est ni utile ni pratique sur un portable. Il y a plein d’éléments qui font barrage entre l’utilisateur et l’écran comme le clavier et le fait que l’écran bouge sur une charnière forcément plus molle qu’une tablette qu’on tient fermement en main.

    Le soucis est donc aussi dans le tarif, combiner un portable classique au Leap Motion et rajouter du tactile ferait gonfler le prix et condamnerait l’objet. Je n’ai jamais dis qu’il ne fallait pas exploiter le tactile et le Leap Motion, je dis juste qu’a la différence d’Android et iOS, Les systèmes modernes de PC sont taillés pour une interface différente du tactile.

    Utiliser un pavé numérique ou une souris est réellement différent d’un écran tactile. Si j’ai un portable 15″ devant moi, je vais faire 3 cm de mouvement avec ma souris pour lancer un programme contre 25 cm de mouvement avec l’écran tactile. L’un permet l’usage relatif d’un pointeur, l’autre pas, tout simplement.

    La grande différence entre le tactile et LM c’est que LM fonctionne comme une souris et s’adapte donc bien à un OS de PC moderne complexe et fin. Il peut fonctionner autre part que sur un truc à gros boutons.

    Le seconde phrase ne dis pas que le tactile doit ou va remplacer la souris et le clavier. C’est de la parano.

    J’aimerais voir une seule fois dans ma vie un utilisateur de logiciel de retouche préférer un outil tactile qui masque la photo qu’il est censé retoucher avec son doigt ou un stylet et dont la précision est à des années lumière d’une bête tablette Wacom à 30€ non intégrée à l’écran. A part bien sur les 4 applis smartphone ou l’on transforme le visage de ses collègues de bureau en monstres mais ce n’est pas de la retouche, c’est juste de la blague.

    Pour la cartographie ou du maniement d’image, le simple fait de devoir toucher ce que l’on est censé regarder pose problème. La souris sera largement supérieure et le tactile largement inférieur au Leap.

    Il aurait été préférable d’aller jusqu’à la fin de l’article, ne serait-ce que pour comprendre la dossociation entre les cordonnées de l’interface et l’objet a manipuler, grosse invention rendue possible apr la souris et qui a créé les interfaces graphiques. Invention rendue totalement ridicule par le tactile, hormis pour 4 gestes de navigation photo ou de défilement, gestes qui ne remplacent rien, n’apportent rien à part peut être une interactivité plus facile pour les tous petits ou des usages multimédia..

    Et dans ces cas là, le Leap Motion est plus a son aise que les interfaces tactiles sur les Portables, PC de bureau ou téléviseur. La tablette étant évidemment un autre sujet ou le tactile à toute sa place.

    Répondre
  • 12 août 2013 - 18 h 54 min

    Le commentaire de Belijee 28 février 15h00 est un modèle de raisonnement, d’intelligence et de modération.
    Si tous les chats fonctionnaient comme ça, l’intelligence collective progresserait plus vite.
    Merci.

    Répondre
  • nj
    10 décembre 2013 - 23 h 46 min

    Depuis 1985 j.ai bien retenu la leçon. Aucun cloisonnement ne tient. Je me marre quand je repense aux moqueries de mon note one il y a deux ans. Et si je ne me sert que très rarement du stylet, quand il sort c’est pour faire des merveilles.
    Bref si tous ces commentaires sont vrais, la conclusion logique est inverse.
    Une seule réponse tien : ma belle mère. Incapable de se mettre a l.ordi pour cause de dyslexie souriesque, le tactile est un bienfait mais quine peut se passer du clavier sans virtualité. Alors passer d.une souris deux d a une souris trois d…………
    A l.opposé du spectre: bonneur du tactile pour piloter les videoprojecteurs avec des capacite de vrai ordi.
    Alors les petits jeunes, ne tombez pas dans la veillesse sous l.angle du marketing et croyez papy. Le portable tactile trouvera sa cible. Cette leçon est gratuite. Yoyo

    Répondre
  • 12 mars 2014 - 14 h 58 min

    Bonjour,

    Je ne vous rejoins pas du tout dans votre article. Moi même détenteur d’un PC tactile, je n’ai aucun mal à en utiliser l’interface, totalement en accord avec Windows 8, qui plus est. Je n’ai pas besoin de tenir mon écran et les performances de mon PC restent très élevées.

    Sans la juger indispensable, pour moi, l’interface tactile est un plus non-négligeable. Je fais ce constat 1 an après la sortie de votre article qui se voulait préventif sur la fin des PC tactiles, ce qui de toute évidence n’est pas le cas.

    Répondre
  • 14 avril 2014 - 10 h 49 min

    […] L'industrie du PC portable fonce dans un immense piège et ne semble absolument pas s'en rendre compte. Leap Motion va permettre de sortir la tête du trou.  […]

  • 19 septembre 2014 - 8 h 53 min

    […] actuelle on peut regarder la différence entre une boutique de vêtements et un shop de produits informatiques et de technologie ! ce dernier attire plus de clients… et à toute […]

  • 20 septembre 2014 - 19 h 27 min

    Il est certain que Leap Motion fera son petit bonhomme de chemin, y compris sur les smartphones. Toutefois les interfaces tactiles ne sont pas pour autant dépassées.
    C’est un usage différent.
    Ce balader la main en l’air sans appui n’est pas si facile que cela, surtout si cela dure longtemps!
    Passer la couche de Leap pour taper sur son clavier aussi.
    Il faudra que la techno s’adapte à l’ergonomie. C’est cela qui risque de demander un peu de temps.
    J’envisage un ultrabook tactile. Pourquoi?
    Je possède un Tablet-PC depuis 9 ans. Il est durci aux vibrations et convient parfaitement pour la prise de notes manuscrites.
    Ce n’est pas un écran capacitif mais un système magnétique comme sur le Samsung Note. D’ailleurs 9 ans après les stylets des deux machines sont compatibles avec un petit plus sur l’aîné de 9 ans : la “gomme” située en haut du stylet.
    Ce qu’il y a de bien, c’est le contact avec l’écran et la position du bras appuyé sur la table. Essayez d’écrire longtemps sans contact, la main en l’air, vous m’en direz des nouvelles!
    De même détourer des photos pour des montages qui durent longtemps.
    Replier l’écran sur le clavier est aussi incontournable pour utiliser son PC comme une tablette ou pour l’utiliser comme une tablette graphique.
    Dans mon cas, accroché au tableau de bord de mon 4×4 il ne bronche pas (système de gyroscope qui s’occupe du parcage des têtes sur les chocs)et je me sers du stylet pour les commandes.
    Dans les réunions, comme je n’ai pas la frappe d’une dactylo, j’utilise la prise de notes manuscrites et c’est superbe.
    C’est pour cela que je vais acheter un ultrabook TACTILE durci convertible en tablette, avec le même type d’écran que mon Tablet PC (13″ max pour le poids) Le Lenovo ThinkPad me paraît un bon compromis par rapport aux Panasonic Toughbook horriblement chers.
    Leap Motion me conviendrait peut-être mais pas pour une partie de l’usage que j’en fais, sauf si les détecteurs sont autour de l’écran et non du clavier et que ce dernier puisse être enlevé ou rangé derrière l’écran de temps en temps.
    Quant aux tablettes, il est évident que la majorité des gens qui les achètent n’ont que très peu de besoins bureautiques. Pour eux, c’est en effet la solution.
    C’est beaucoup plus simple qu’un PC, mois encombrant, adapté au surf sur internet et bien moins cher.
    Une couche Leap Motion pourrait aussi être un plus et il est certain qu’on les verra apparaître dessus. D’ailleurs un smartphone devrait sortir très bientôt avec cette techno.

    Répondre
  • 20 septembre 2014 - 19 h 34 min

    @fabrice compte-deux de FB:

    Tout dépend. Les logiciels tablettes sont en retraits par rapport à ceux dispo sur les PC.
    J’utilise un Tablet-PC et c’est super en mode tablette pour écrire en mode manuscrit ou pour la retouche photo.
    J’ai un Note 3 comme smartphone et une tablette aussi.
    Sur cette dernière, j’ai ajouté un clavier bluetooth qui me sert aussi de capot de protection et ue souris bluetooth.
    Un moyen très light mais très utile pour saisir du texte ou utiliser un tableur plus simplement.

    Répondre
  • 20 septembre 2014 - 19 h 56 min

    Un dernier truc :
    “Des que l’on veut retourner à des utilitaires destinés à la fabrication d’image, la rédaction de texte ou le montage de vidéo, l’interface tactile devient totalement inexploitable et inutile.”

    Désolé mais c’est là qu’ils prennent tous leurs sens. A la condition d’utiliser un stylet et la bonne techno. Photoshop sur mon Tablet-PC en mode tablette et son stylet hyper précis, c’est fabuleux. On se prend parfois pour un peintre car on travaille directement sur l’image ;-)
    Pour la saisie de texte, la reconnaissance de l’écriture c’est pas mal non plus (moins rapide qu’un clavier lorsqu’on tape vite), mais pas mal aussi pour se déplacer sur un écran. ;-)

    Répondre
  • 1 octobre 2014 - 20 h 59 min

    Je cherche un PC portable ou tout en un tactile. Je tombe sur cet article intéressant mais je me dis : peut on faire confiance à un expert qui n’a pas de cafetière programmable ?

    Répondre
  • 9 novembre 2014 - 9 h 44 min

    bon article merci

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *