Atari VCS : L’amour du risque

La Atari VCS est une nouvelle tentative de l’industrie de faire du beurre sur la déjà très grasse tartine de nostalgie qui nous est servie depuis quelques temps par les anciens fabricants de consoles. Une énième solution de la part du propriétaire de la licence pour finir d’essorer cette signature mythique.

L’Atari VCS c’est le bébé nostalgique de la marque, je vous en ai déjà parlé à plusieurs reprises pour vous dire de prendre du recul face à cette sortie mais l’arrivée de la console neo-retro-vintage sur Indiegogo m’oblige à faire le point. Histoire de vous en faire un portrait complet et de tenter de vous détourner de cette aventure.

2018-05-02 11_09_19-minimachines.net

La fibre nostalgique, une arme de persuasion massive.

2018-05-30 22_49_37-minimachines.net

Pour faire ce portrait, je vais simplement parcourir la page sur Indiegogo du projet et reprendre son argumentaire. La première partie met l’accent sur le design de la machine. Sur ce point, pas de doute, l’équipe a fait mouche. Le boitier est joli, les manettes sont sympathiques. L’idée de faire revivre l’Atari 2600 au travers de ce petit liseré de faux bois est bien trouvé. Le mettre à jour avec de nouvelles fonctionnalités comme le contrôle à la voix ou une solide connexion au réseau semble être une excellente idée.

2018-05-31 15_49_23-minimachines.net

Le projet est donc de glisser dans son salon un appareil que l’on connectera sur son téléviseur pour retrouver le catalogue des jeux de la marque : Les jeux d’arcade classiques mais également les « derniers titres PC et Indépendants modernes » tel que c’est décrit sur la page du financement. Le tout est bien emballé dans une interface mettant en valeur les jeux, permettant un contrôle vocal et offrant la possibilité de se connecter en ligne pour lire vos vidéos habituelles. Alléchant.

Tout cela tournera sous Linux dans un format ouvert avec la possibilité de transformer l’Atari VCS suivant ses besoins en lui ajoutant ses propres programmes. Enfin, la promesse d’une gamme de périphériques débutant avec des manettes de jeu mais se poursuivant avec des accessoires plus variés est annoncée.

Je n’ai pas grand chose à dire là dessus, ce sont des promesses et les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

2018-05-30 23_27_37-minimachines.net

Un catalogue de titres pour les nostalgiques

La solution proposera un catalogue de plus de 100 titres issus du portefeuille d’Atari. Des jeux déjà maintes fois publiés et republiés sur Windows, Linux, MacOS mais aussi sur consoles et même sur plateformes mobiles. Atari en a tiré le maximum au travers de compilations présentes sur la quasi totalité du marché. C’est sa stratégie de base, gagner de l’argent avec des licences déjà plus qu’amorties dans le temps. Les classiques d’Atari ont déjà rapporté plus de deux milliards de dollars de royalties. Et ce n’est, semble t-il, pas fini.

Le but est donc de surfer sur la vague nostalgique qui a fait dernièrement le succès des machines retro de Nintendo. L’âge d’Or de l’Atari 2600 est clairement invoqué pour pincer la corde sensible d’acheteurs se souvenant de titres mythiques. C’est bien, pourquoi pas, mais dans la pratique je doute que beaucoup de ces jeux soient réellement aussi amusants aujourd’hui qu’hier. Pas que je sois contre les gros paquets de pixels qui se battent en duel à l’écran, une bonne jouabilité reste indémodable. Mais pour avoir essayé ces jeux au travers de diverses solutions ces dernières années, ce ne sont pas pour la plupart des titres dans lesquels on a vraiment envie de replonger en 2018.

Asteroïd c’est rigolo, Pong c’est amusant mais hormis le côté historique de certains jeux, beaucoup n’ont plus vraiment d’attrait pour un joueur aujourd’hui. Ils ont perdu beaucoup de leur superbe. Les jeux c’est comme les films souvent, il y a des classiques indémodables et dans 1000 ans, on trouvera toujours un certain challenge dans un Pac Man ou un Tetris. Je doute beaucoup plus de certains titres contenus dans cette compilation. Autrement dit, l’Atari VCS promet un gros catalogue de jeux mais il y en aura peu qui résisteront à quelques minutes d’examen ludique avant de passer au suivant.

Cela soulève d’ailleurs un autre problème. Si l’expérience du joueur n’est pas extrêmement excitante, que va en tirer le spectateur ? Un des aspects mis en avant par la solution est de pouvoir streamer des contenus vers des plateformes comme Twitch. Mais qui va regarder une partie de Missile Command ? Y jouer entre amis sur un bout de canapé pourquoi pas, mais le streamer ? Cette possibilité annoncée de diffuser ses parties est sympathique mais dans la pratique qui va regarder cela ?

2018-05-30 23_43_18-minimachines.net

Le pack Atari Vault est disponible sur Steam, il coûte 9.99€ et tourne aussi bien sur Windows, Linux ou MacOS. Ses évaluations sont très positives et on comprend assez vite que viser la nostalgie est un business très efficace pour la marque. A lire les commentaires, on trouve toujours le même type de discours auprès des acheteurs de ce pack issu de l’Atari 2600 : C’est pas génial, la sélection est pas terrible et c’est vite ennuyeux. La nostalgie c’est comme l’amour, ça rend aveugle.

2018-05-30 23_39_32-minimachines.net

L’Atari VCS met ensuite en avant la possibilité de se connecter au net. Cela permettra de jouer à plusieurs en ligne, de naviguer sur le web, et de télécharger des jeux. Vient enfin une « promesse » qu’un partenaire industriel permettra de rajouter des jeux et du contenu à la console. Qui ? On ne sait pas. Quel contenu ? On ne sait pas non plus. On va vous demander de faire confiance.

Grâce à Internet, on pourra également naviguer dans un insondable –  countless ! – contenu de jeux venant d’Atari et de studios partenaires. La phrase qui suit est amusante. « Bien que nous ne puissions pas énumérer tous les grands partenaires que nous aurons pour le moment, les joueurs seront époustouflés à la sortie. » Donc Atari nous promet des jeux tellement nombreux que nous ne pourrons pas les compter, met dans la balance un peu plus de 100 titres dont une bonne partie n’intéressera plus personne et annonce qu’un partenaire dont ils ne peuvent pas dire le nom ainsi que des studios indépendants vont inventer le reste. Woah !

Je veux bien faire confiance mais si un type dans la rue me propose une boite en carton contre 200€ en me promettant qu’à l’intérieur je vais découvrir des trucs incroyables… et ben je garde mes sous dans ma poche.

2018-05-30 19_52_58-minimachines.net

La formulation de la suite de la page est habile : « Nous préparons l’arrivée de nouveaux jeux exclusifs à télécharger pour vous » suivi par « Tempest 4000 sera là ! » ce qui laisse croire que le jeu est une de ces nouveauté exclusivement réservée au système.

Ce qui n’est pas le cas puisque le jeu est annoncé sur Steam comme compatible Windows. Il ne sera en rien une exclusivité de l’Atari VCS. Autre remarque, il s’agit d’un jeu financé par Atari et non pas issu du travail d’un studio indépendant. Et c’est un point important.

2018-05-30 23_57_37-minimachines.net

2018-05-30 19_51_27-minimachines.net

Une série de partenaires est en effet affichée comme autant de développeurs pour l’Atari VCS. J’ai un peu fouillé le listing et fait un petit récapitulatif de ces « partenariats avec des studios de développement indépendants ».

Le studio Lyonnais Eden Games figure en première place, il est à l’origine de titres mythiques comme V-Rally en 1995 et plus récemment de portages comme Alone In The Dark en 2008 ou Test Drive Unimited 2 en 2011… On notera que le studio n’est pas rancunier, Atari l’a fermé après avoir licencié une bonne partie du personnel en 2013. Les licences de V-Rally et Alone In The Dark étant propriété d’Infogrames, elle même propriété d’Atari, on peu imaginer un énième portage de ces titres.

Workinman est également sur les rangs. Il s’agit d’un studio de New York qui développe des jeux pour différentes plateformes, sur commande, avec des partenaires assez variés allant de Disney à Nickelodéon en passant par Intel ou Fisher Price.

2018-05-31 00_17_43-minimachines.net

Suit GameHaolic qui  travaille pour Atari afin de réaliser un remake moderne de Night Driver, un free-to-play pour iOS et Android. Un jeu qui est sorti uniquement au Canada pour tâter le terrain et qui n’a malheureusement pas marqué les esprits au vu des notes relevées sur les plateformes. Avec moins de 1000 installations et deux étoiles sur cinq sur Android, cela n’augure pas des moments d’extase vidéoludique.

2018-05-30 22_11_50-minimachines.net

Dans le catalogue de Code Mystics

Code Mystics est également un développeur d’Atari qui a fait pas mal de portages pour la marque. On lui doit les Atari flashback 1 et 2 pour PS4 et XBox One mais aussi Atari Vault…

React Games, PlayMagic, MonsterGames, Nvizzio creations, Petroglyph, Kung Fu Factory et Origin8 sont des développeurs qui travaillent pour divers partenaires afin monter des projets ou des jeux pour leurs plateformes. Certains ont déjà collaboré avec Atari, d’autres non, ou pas à ma connaissance. Je n’ai fait que parcourir leur catalogue de jeux mis en avant.

Tous ces studios ont un point commun, ils travaillent pour qui les paye. Et cela change quelque peu la communication d’Atari. Parce que la présentation de la marque laisse croire qu’une flopée de gens brillants se bousculent au portillon pour avoir la chance d’être parmi les premiers à bosser sur l’Atari VCS. En réalité, il semblerait plutôt qu’ils répondent présent à l’appel d’un chèque signé par la marque. De studio indépendant dans le sens développeur indé, capable de nous pondre une nouveau jeu exclusif, je n’en vois aucun.

Des studios qui accepteront un chèque pour porter une nouvelle fois des titres de la gloire passée de la marque sur la nouvelle solution, cela ressemble déjà plus au portrait robot de toutes ces entités.


Pour emballer le tout, on nous propose une interface aux petits oignons. Une interface qui n’est pas promise mais plutôt « voilà à quoi pourrait ressembler les menus de l’Atari VCS ». Rien n’est garanti. Pour autant je suis assez persuadé que ce travail sera mené à terme. De jolis menus qui permettent de naviguer entre les jaquettes historiques de jeux avec des infos et des animations réussies. De quoi donner envie de parcourir le catalogue complet de la machine. Si je suis confiant, c’est qu’il s’agit, là encore, de faire vibrer la corde nostalgique pour faire passer le véritable contenu proposé au second plan.

2018-05-31 00_54_34-minimachines.net

Mais bon, tant qu’à faire, ne prenons pas de risques. Un petit astérisque et une ligne plus loin et tout cet ensemble d’interface mis en avant tout comme les titres exposés ne sont plus qu’une nouvelle promesse dans le vide…

2018-05-02 11_09_09-minimachines.net

Du logiciel libre, des manettes et un premier listing matériel…

Suit une ode au logiciel libre, à Linux et à Ubuntu. Le système qui vous offre la possibilité de prendre le contrôle de votre machine. Une approche très positive qui se traduira par la présence d’un « bac à sable » permettant de tester des programmes maison, de lancer vos propres jeux et applications et même, pourquoi pas, de faire un peu de hacking. Très bien, parfait même. Mais cela veut juste dire que vous pourrez bosser vous même pour optimiser les usages de l’engin que vous vous achetez. Ce qui est le principe de base d’un ordinateur personnel depuis toujours, non ?

Les manettes présentées ont l’air vraiment réussies. Qu’il s’agisse de la version réimaginée de la manette d’origine de l’Atari 2600 ou du plus classique paddle, ces éléments semblent très intéressants. Ils sont fabriqués par un prestataire spécialisé qui s’appelle PowerA. Une société qui développe des manettes de jeux pour différentes plateformes mais aussi des casques et autres accessoires. Son catalogue est assez vaste puisqu’elle développe aussi bien pour PC que pour XBox, Playstation, Switch ou Wii.

2018-05-30 23_04_19-minimachines.net

Techniquement, on en sait également plus officiellement sur l’Atari VCS. La fiche nous détaille la machine de manière plus aboutie et on connait les spécifications actuelles de l’engin.

2018-05-31 02_40_32-minimachines.net

Actuelles ? Oui, actuelles car ces caractéristiques, comme le contenu de la console, ne sont pas garanties par Atari. Elles peuvent changer à tout moment. Si vous finissez par ne recevoir qu’une TVBox bas de gamme sous SoC ARM et pilotée par un android 4.0 avec 30 jeux mal implantés, Atari aura rempli sa mission. Et il ne vous restera que vos yeux pour pleurer.

Bref, actuellement, l’Atari VCS est promis comme équipé d’un processeur AMD. Pour être plus précis, il s’agit d’un processeur x86 Bristol Ridge A1 d’après leur fiche technique. C’est flou mais je pense qu’il s’agit d’un AMD A10 9700E APU. Une puce apparue en 2016 qui n’avait pas eu, malgré la présence d’un circuit graphique intégré Radeon R7, une très bonne presse.

2018-05-31 14_53_23-minimachines.net

C’est un quadruple coeurs cadencé à 3 GHz et gravé en 28 nanomètres. Il dispose de 2 Mo de mémoire cache et propose 6 coeurs GPU. Son enveloppe thermique est de 35 watts. Pour vous donner une idée, ce processeur vendu 84.90€ fait tourner des jeux plus ou moins récents entre 30 et 40 images par seconde en 720p. Là où un Ryzen 3 2200G plus récent offre du 1080P dans les mêmes conditions pour 99€ prix public…

En 2016, elle était jugée un peu dépassée par rapport à sa cible. Un peu lente pour faire une vraie machine multimédia orientée jeu. En 2019, date de la sortie officielle de la machine, elle aura pris encore un peu plus de plomb dans l’aile.

2018-05-31 03_02_00-minimachines.net

Associée à cette base, l’Atari VCS proposera 4 gigaoctets de mémoire vive au format DDR4, ce qui est très bien. Et 32 gigaoctets de stockage eMMC ce qui est beaucoup moins bien. Ces éléments seront probablement soudés à la carte mère et donc non évolutifs.

D’un point de vue performances, on ne s’attend pas à une révolution, l’engin n’est pas supposé proposer une expérience de type console de jeu mais uniquement faire tourner des titres développés sur mesures pour elle ainsi que les vielles gloires de la marque. Des jeux anciens qui ne demanderont que peu de performances. Atari fait d’ailleurs attention à ne pas appeler son joujou une console parce que la marque ne veut pas se frotter aux ténors du marché. En effet, si  les performances globales de la machine feront bien pâle figure face à une PS4 ou une XBox One1, la catalogue de jeu sera encore plus différenciant. Sans nul doute à des galaxies d’écart entre les plateformes. On peut donc s’attendre à une belle fluidité de jeu sur la VCS. Simplement on jouera à Asteroid et pas à God Of War.

2018-05-31 03_01_50-minimachines.net

Le reste du descriptif technique nous renseigne sur divers éléments importants comme la présence d’un support pour disque dur… Excellente nouvelle non ? Ben non, il s’agit d’un support via USB 3.0 tout ce qu’il y a de plus classique. Un lecteur de cartes MicroSD est également de la partie pour stocker des données. On peut donc imaginer que l’on pourra emmagasiner plein de trucs sur des stockages externes à la machine.

L’Atari VCS proposera une sortie HDMI 2.0 gérant l’HDCP 2.2 pour afficher des contenus sécurisés, un wifi 802.11AC sur deux bandes, du Bluetooth 5.0, un Ethernet Gigabit et quatre ports USB 3.0.

La question du refroidissement se pose au travers d’un commentaire sur la fiche technique précisant que la faible consommation énergétique du processeur permet de limiter la chaleur et le bruit. Aucun détail sur l’emploi d’une solution passive n’étant mis en avant on imagine que l’engin sera ventilé. 35 watts de TDP ça se ventile  et il est donc possible qu’un ventilateur assez conséquent fasse partie de l’aventure. Enfin, pas moins de quatre microphones seront disponibles sur la face avant pour pouvoir piloter l’engin à la voix.

Ubuntu

L’Atari VCS proposera un système Linux basé sur une version Ubuntu autour d’un noyau Linux 4.10. C’est flou et cela peut aller d’un Ubuntu ultra classique avec un papier peint Atari à une solution réellement développée sur mesures. Les autres promesses de la marque, outre de pouvoir lancer une poignée de jeux que n’importe quelle machine moderne pourrait afficher, c’est la possibilité de pouvoir utiliser des outils  comme Skype, Discord ou de streamer vos parties de Pong en direct sur Twitch.

2018-05-31 03_04_20-minimachines.net

Quels tarifs pour l’Atari VCS ?

Trois tarifs sont mis en avant : L’entrée de gamme avec la console Onyx qui propose un design 100% plastique à 199$. Une version de la console Onyx avec une manette Atari revisitée est annoncée à 229$. Enfin la version Collector qui rajoute un bandeau de « vrai bois » en façade est proposée à 299$ toujours avec une manette.

2018-05-31 14_59_15-minimachines.net

Quelle différence technique entre le modèle à 229$ et celui à 299$ ? Aucune. Seule cette petite bande de bois collée sur la façade avant crée l’écart de tarif. Pour rappel, une bande de chant thermocollante en chêne coûte environ 1.2€ le mètre en grande surface de bricolage. 229$ Hors taxes cela nous donnera un montant équivalent en euros une fois la TVA appliquée. Il faudra compter sur  des frais de douanes pour l’importation.

Des accessoires seront également proposés en option : Le joystick rétro est vendu 29$, le paddle désigné par PowerA est à 49$ et enfin le prix des deux éléments supplémentaires additionnés ensemble grimpe à 59$.

2018-05-31 12_02_40-minimachines.net

L’Atari VCS, déjà un gros succès !

Des jeux déjà disponibles sur de nombreuses plateformes, des titres très anciens et livrés avec un matériel qui sera quasi obsolète à sa sortie dans plus d’un an en Juillet 2019, une présentation très floue et des arguments dignes d’un bonimenteur de rue. Des spécifications qui peuvent changer du tout au tout… On pourrait croire que la machine aurait eu du mal à trouver des clients. Le fait que ce soit en financement participatif sur Indiegogo et qu’il n y ait absolument aucune garantie de calendrier ou de livraison aurait pu calmer les ardeurs des internautes.

Que nenni, la soupe à la nostalgie est trop appétissante pour que le cerveau de tout le monde se mette en route correctement. Et 24 heures après le début du financement, plus de 2 000 000 de dollars versés par presque 8000 donateurs ont été recueillis. Un véritable succès.

Il faut dire qu’entre la manière de présenter les choses et la façon dont une partie de la presse française et internationale a annoncé la sortie de la VCS, les arguments étaient du côté d’Atari.

2018-05-31 13_11_26-minimachines.net

Prenez la liste de « témoignages » de la presse présentés sur la page Indiegogo par exemple : De grands noms y sont listés comme Forbes, Gamespot, The Verge, Mashable et bien d’autres. Associés à une galerie de logos, cela a pour effet de rassurer le visiteur. L’Atari VCS serait t-elle adoubée par ces titres ?

Le premier témoignage par exemple est issu de Gaming Age et se termine ainsi : « Même avec cette nouvelle annonce, il est toujours trop tôt pour savoir si ce nouvel Atari VCS sera une réussite ou si cela sera une nouvelle débâcle comme la Ouya »2. Evidemment, la première partie de la phrase n’a pas été retenue par Atari.

2018-05-31 13_16_42-minimachines.net

Chez Forbes, la citation est en fin d’article et date de l’époque où la machine s’appelait encore Ataribox et était encore plus floue. L’auteur de préciser que la machine pourrait embarquer « un processeur AMD sur mesures comme c’est le cas des XBox One et des Playstation 4 »3… ce qui en ferait un succès et pousse le journaliste à parler de « Real Winner ». Au vu des informations plus récentes, cette petite phrase sortie de son contexte ne veut évidemment plus rien dire.

La petite citation de Gamespot est issue de la reprise d’un communiqué de presse sans réel intérêt. Le travail du journaliste s’étant limité à trouver un titre repris ici pour la campagne4.

2018-05-31 13_15_10-minimachines.net

La phrase de Mashable reprise par Atari est : « {L’AtariVCS est] gagnante devant les autres reprises génériques de vieilles machines, pour moi y compris ». Mais le début de la phrase est édifiant. L’auteur indique mieux sa pensée… « Il est évidemment trop tôt pour dire si oui ou non l’AtariBox sera un succès, mais sur le design uniquement, la compagnie est surement gagnante devant les autres reprises de vieilles machines… » 5

Je ne vais pas vous faire la liste complète des différentes citations mais on est au niveau des affiches de cinéma. On va vous prendre le mot « extraordinaire » issu d’un critique de cinéma reconnu même si la phrase complète est quelque chose comme « Ce film est un navet extraordinaire ». Le but du jeu n’est pas de vous faire un portrait exact du film mais de vous faire dépenser vos euros en achetant votre billet. Dans cette campagne Indiegogo, ces critiques mises en avant ont la même fonction, rassurer le visiteur qui pensera que la presse en ligne a adoubé l’Atari VCS alors qu’il n’en est rien.

 

2018-05-31 10_52_59-minimachines.net

Autre problème, et cela, je l’ai vu autant dans la presse internationale que française, la machine est annoncée comme une précommande. Or ce n’est pas une précommande, c’est du financement participatif  ! Ce qui est par essence totalement différent.
Lorsque vous faites une précommande avec un vendeur, il y a un engagement ferme et un contrat vous lie avec lui. Le vendeur se retrouve avec une obligation de résultat… Ou de remboursement.

2018-05-31 13_20_10-minimachines.net

En financement participatif, ce n’est pas le cas. Il est tout à fait possible qu’un produit financé même à hauteur de millions de dollars, ne soit finalement jamais livré. Pourquoi ? Parce que c’est dans le contrat de ce type de financement. Les différents internautes ayant participé à cette campagne sont appelés des donateurs et non pas des clients. En tant qu’investisseur, vous acceptez le risque den pas être livré tel que c’est exposé en toutes lettres par Indiegogo dans ses pages.

Si en Juillet 2019 Atari décide de reculer d’un an la livraison de son Atari VCS vous n’aurez pas la même possibilité d’annuler le contrat qui vous lie. Ce contrat de financement participatif permet à Atari d’investir votre argent dans son projet. Vous pouvez très bien ne jamais rien recevoir du tout et n’avoir rien en main d’un point de vue légal pour vous retourner contre la marque.

2018-05-31 13_23_53-minimachines.net

Atari annonce que son choix d’une plateforme de financement participatif pour lancer ce produit est lié à sa volonté d’avoir un retour des fans de la marque et à mieux cerner les besoins du marché. C’est mignon mais on n’y croit pas une seconde.

2018-05-31 01_39_29-minimachines.net

La vraie raison, elle est expliquée sur les documents destinés aux investisseurs boursier de la marque : « Pour limiter les risques, la Box sera d’abord vendue au travers d’une campagne de financement participatif et pourra être vendue sous licence à un tiers ».

En clair, Atari n’a pas assez de cash en propre pour investir les sommes nécessaires pour la conception et la fabrication de cet engin, l’argent des internautes va être utilisé pour que la société ne crée pas de nouvelles dettes pour financer ce qui aurait alors été un pari. Un pari d’autant plus risqué qu’en proposant la VCS sur le marché comme une solution traditionnelle, les premiers testeurs pourraient annoncer la couleur de ses performances et de son catalogue ce qui aurait sans doute limité sa réussite. En faisant payer d’avance, c’est tout bénéfice pour la marque.

Mais au moindre pépin financier de la boite, il est possible que l’argent récolté ne soit plus suffisant pour mener à bien cette opération. Et que l’Atari VCS reste pour longtemps encore à l’état de prototype.

Bref, vous pariez votre argent pour un produit qui ne sera peut être jamais disponible et vous n’aurez aucun recours légal pour récupérer vos sous en cas de problème.

2018-05-31 11_20_05-minimachines.net

Et on comprend que l’Atari VCS n’existe pas encore

La fabrication de la console va être confiée à Flextronics. Une société US dont la spécialité est de fournir l’ingénierie nécessaire à la création de ce type de produit. Et sur ce point il faut être très clair, c’est d’ailleurs clairement annoncé par la page d’Indiegogo. L’Atari VCS n’existe pas encore. Il y a des prototypes en place – même si on ne sait pas ce qu’il y a réellement dedans pour faire tourner les jeux – mais pour le moment l’Atari VCS, c’est juste des fichiers 3D et des impressions 3D. Point.

2018-05-31 15_49_44-minimachines.net

Le calendrier publié sur Indiegogo montre que la marque a juste terminé le design de l’engin. Elle n’espère un prototype réellement fonctionnel qu’au troisième trimestre de cette année. Quand elle aura terminé la campagne et payé Flextronics pour le concevoir. Aujourd’hui, l’équipe en place étant concentrée uniquement sur le design et le marketing, elle est parfaitement incapable de dessiner les plans techniques de cette machine.

Flextronics a donc deux trimestres pour concevoir ce PC sous processeur AMD de 2016 de A à Z et installer un Linux dessus, cela ne devrait pas être trop difficile pour eux. Ils se chargeront ensuite de la fabrication du bébé et de son expédition vers un sous traitant qui renverra ensuite les commandes vers toutes les personnes ayant financé le produit.

2018-05-31 11_27_14-minimachines.net

Ce choix de prestataire fait partie de la stratégie globale d’Atari. C’est expliqué dans la présentation de la marque. Atari vise les secteurs avec une grosse croissance et multiplie les opportunités de saisir sa chance sur ces marchés. Les consoles vintage de Nintendo ont fait un carton, Atari tente donc sa chance dans cette voie. La marque fait alors appel à des équipes externes sur des périodes définies pour limiter les dépenses. La marque insiste sur ce modèle de coûts fixes minimaux et de productions externalisées pour maximiser ses profits.

Je n’ai rien contre ce procédé mais il est contraire à tout le blabla mis en avant dans la campagne de l’Atari VCS.

Qui va créer du contenu une fois la machine lancée et les équipes externes remerciées pour le travail mené ? Qui va résoudre les inévitables bugs que la communauté va rencontrer ? Qui va assurer le SAV du système Linux vendu à des néophytes ?

Quand il ne restera que les dirigeants et le marketing en place chez Atari pour ramasser l’argent des licences de jeu, la marque n’aura plus personne pour gérer l’Atari VCS ? Va t-elle alors embaucher du personnel pour gérer la plateforme ? Ce serait contraire à ce que la marque promet à ses investisseurs boursiers…

Du reste, l’équipe Atari VCS telle que présentée par la campagne est une équipe indépendante et non pas du personnel embauché en tant qu’employés d’Atari.

2018-05-31 02_04_05-minimachines.net

Le monsieur dans la vidéo de la manette un peu plus au dessus, c’est Joe Moak qui est présenté plus bas dans le descriptif de la page comme l’ingénieur en chef de l’Atari VCS. C’est le seul profil de la page à avoir des compétences techniques pour diriger la fabrication de la machine et la mener à bien. Aux dernières nouvelles, c’est le cofondateur d’une startup baptisée Joy qui propose un cadre photo numérique aux fonctions avancées. Je ne pense pas qu’il ait été embauché par Atari mais il s’agit plus vraisemblablement d’un intervenant indépendant. C’est un ingénieur assez renommé qui a bossé pour Apple ou Sonos, entre autres.

2018-05-31 02_27_40-minimachines.net

Il est suivi suivi par Dana Krieger, le designer industriel en chef de l’Atari VCS. C’est également un designer indépendant probablement missionné pour la construction de l’engin.

2018-05-31 14_10_21-minimachines.net

Julia Tsao est également présentée comme faisant partie de l’équipe Atari VCS. En charge de l’expérience connectée… C’est également une designer indépendante.

2018-05-31 14_11_55-minimachines.net

Brandon Lynne, enfin, a probablement également été missionné pour ce poste. C’est également un designer indépendant travaillant pour des boites prestigieuses comme  HP, Samsung, Intel, Bose ou Amazon.

Ce type de recours à des éléments externes talentueux est normal mais la présentation d’Atari nous donne envie de croire que ces personnes sont impliquées à 100% dans la solution VCS. Or il n’en est rien, dès que leur mission sera remplie, ils partiront ailleurs.

Console OUYA

Ouya Reboot !

Si vous ne vous souvenez pas de la Ouya, ce n’est pas très grave. Sa campagne de financement participatif sur Kickstarter est intéressante car elle ressemble trait pour trait à celle de l’Atari VCS. La petite console promettait grosso modo la même chose que la VCS et a eu un gros succès en financement même si elle ne jouait pas sur la même fibre nostalgique.

La console Ouya est sortie et elle a tenu sa promesse avec une livraison dans les foyers. Evidemment, comme il a fallu un certain délai entre la conception et la production puis la livraison des consoles, beaucoup de gens étaient déçus du produit final et de ses performances. Pourtant, elle embarquait un SoC Nvidia Tegra qui était encore parmi les plus performants de son époque.

Ouya Everyxhere

Le magasin d’applications de la Ouya

Mais ce qui a vraiment déçu avec la Ouya, c’est son catalogue de jeux qui s’est vite révélé loin des promesses faites pendant la campagne de financement. La marque a pourtant affiché plus de 1000 titres disponibles en tout. En ouvrant la porte à des développeurs indépendants, une foule de titres sont apparus comme compatibles avec la plateforme. Malheureusement, dans le lot, peu de vraies pépites et beaucoup de productions injouables ou inintéressantes.

Les rares développeurs indépendants ayant créé pour la console Ouya de vraies nouveautés ont vite regretté ce choix. Malgré des critiques positives unanimes pour de vraies merveilles de jouabilité, les ventes de leurs titres ne suivaient pas. Bref, avec un catalogue un peu rassis, peu de vrais développements innovants et un matériel un peu trop dépassé, la Ouya est quasiment morte née.

atari_vcs_retro_dark_01

Si je résume les éléments que nous avons sur la Atari VCS

L’Atari VCS est une boite en plastique contenant un processeur AMD très grand public de 2016 et qui devrait être livrée en 2019 avec 4 Go de mémoire vive et 32 Go de stockage. Elle tournera sous Linux à partir d’une version modifiée d’Ubuntu. Il est promis une centaine de jeux issus du catalogue des anciens titres d’Atari ainsi que des surprises techniques dont la marque ne peut pas nous parler immédiatement. Le tout est garanti une année et proposé à des prix en dollars hors taxes, hors frais de port et hors douanes. Les équipes embauchées pour concevoir la box et son interface ne sont là que pour remplir cette mission, aucune trace de la construction d’une éventuelle création communautaire ne transparaît à la vue des éléments publiés. Aucun prototype fonctionnel de la machine n’a été présenté. Il semble que la console elle même n’existe pas encore pour le moment, pas plus que son système d’exploitation.

atari-boule

J’ouvre ma boule de cristal

Je vais faire un pari. Je ne devrais pas mais je vais le faire quand même. Je vais vous annoncer ce que j’imagine être l’avenir de la machine dans les trimestres à venir.

Après la fin du financement participatif, Atari va avoir les chiffres clés nécessaires à la mise en chantier réelle de sa solution. La marque va donc contacter son partenaire Flextronics avec ces éléments et négocier ses prix. Atari a probablement déjà des devis estimatifs nécessaires pour définir le tarif de la console sur Indiegogo.

La partie recherche et développement materielle sera alors lancée pour de bon et un travail de ping-pong entre Flextronics et un intervenant spécialisé mandaté par Atari va débuter jusqu’à obtenir un produit assez satisfaisant pour lancer la production. Pendant ce temps là, un autre studio de design planchera sur la création d’un système Ubuntu adapté à l’usage de la machine. Des tests de jeux seront faits et un « best-of » sera implanté de manière à ce qu’il tienne sur les 32 Go de stockage de l’engin. Les divers studios de jeux partenaires de la marque seront invités à travailler pour elle à adapter ses titres. Atari, fort de la foule de donateurs ayant participé à sa campagne, ira voir des industriels du jeu et du multimédia pour négocier des partenariats.

Quand le produit sera finalement validé, la production sera lancée. Les moules de la VCS seront fabriqués et les machines sortiront de chaîne. Les jeux disponibles seront implantés en usine dans l’image du système. L’engin sera alors finalisé et expédié aux quatre coins du monde.

2018-05-31 15_49_34-minimachines.net

Et après ? Et ben après les gens vont s’apercevoir qu’ils ont reçu une boite en ABS avec un éventuel décor en bois collé dessus, pleine de vieux titres et pilotés par un processeur de 2016. Ils essayeront probablement de s’en servir un temps avant de chercher de nouveaux titres à télécharger et de s’apercevoir qu’hormis des jeux anciens et payants chez Atari, il n’y aura rien ou pas grand chose à se mettre sous la dent. Résultat des courses, la boite trônera un temps sous les téléviseurs, occupera un rare port HDMI et finira par y prendre la poussière avant de disparaitre. Les manettes seront recyclées avec un autre système.

Atari finira par revendre son bébé à une entreprise tierce tout en gardant ses juteuses licences de jeu. Et la console finira alors sa vie dans une offre d’un fournisseur d’accès internet chinois ou autre.

Exactement le scénario de la Ouya somme toute.2018-05-02 11_09_49-minimachines.net

Pourquoi acheter la Atari VCS ?

Pour le look ! Si vous réfléchissez cinq minutes seulement au concept de cet engin, vous allez payer 199$ HT une machine pour son look. Dans le reste de l’offre il n’y a rien de réellement pertinent pour un joueur ou pour un développeur. Le premier se satisfera autant d’une Nvidia Shield pour retrouver les jeux d’arcade de l’Atari 2600. Sauf que la Shield est une excellente solution, avec de nombreuses autres possibilités et elle profite d’un vrai partenaire industriel qui la met a jour en permanence en tissant des liens avec différents acteurs.

2018-05-31 14_46_33-minimachines.net

La Shield TV avec une manette et une télécommande vocale coûte 204.99€ aujourd’hui et vous l’aurez dans quelques jours si vous la commandez. Rajoutez Atari Greatest Hits disponible sur Google Play pour retrouver des jeux et vous voilà avec une console efficace et performante.

Si vous êtes un développeur, n’importe quel PC moyen de gamme d’occasion sorti depuis 2016 vous offrira de meilleures performances que cette hypothétique solution prévue pour 2019. Installer un Linux dessus ne sera pas compliqué et vous aurez rapidement le même résultat.

2018-05-31 15_16_41-minimachines.net

Si vous êtes développeur et joueur et fan d’Atari ? Achetez une solution Mini ITX sous processeur Raven Ridge Ryzen 3 2200G. La facture ne sera pas trop salée et vous ne serez pas coincé en 720p… Vous pourrez même la déporter dans le salon via un streaming Steam… En suivant les nombreux guides disponibles en ligne vous pourrez même intégrer votre nouvelle solution dans un châssis de console Atari 2600…

Pourquoi acheter une Atari VCS obsolète dès aujourd’hui, sans garantie de livraison ni en 2019, ni un jour et sans assurance qu’une vraie communauté de jeu suive derrière ? Je ne vois pas. Si c’est uniquement pour le look vintage, il y a beaucoup de solutions alternatives

Ataribox : Un MiniPC dans une future console déjà rétro

L’AtariBox, une pincée de nostalgie coûteuse et pas rassurante (maj)

 

 

 

 

Notes :

  1. Ou une PS3 et une XBox 360…
  2. Even with this new announcement, it’s still too early to decide if this new Atari VCS will be a hit, or if it will be another OUYA debacle. Source.
  3. It could even feature a custom AMD APU, similar to what’s already inside the Xbox One or PlayStation 4. Source 
  4. Source
  5. It’s obviously too early to say whether or not the Ataribox will be a success, but on the design alone, the company is surely winning over many GenX converts, including me.  source
50 commentaires sur ce sujet.
  • 31 mai 2018 - 16 h 07 min

    Ah, je l’attendais cet article…

    Si encore on avait la promesse d’un beau boitier, de bonnes manettes et d’un produit clé en main réellement abouti et avec sa personnalité ( interfaces etc. ), passe encore le tarif.

    Mais là, un an d’attente et que du flou…

    Je croyais que le produit était prêt et que le financement ne servirait qu’à mettre en production.

    Répondre
  • 31 mai 2018 - 17 h 12 min

    PERSO ,j’ai pas la nostalgie de ce type de console .
    J’en ai une neuve et encore dans une boite dans mon garage depuis un très long moment .
    Le choix matériel pourrait être intéressant pour une machine dédiée a l’émulation .
    Perso ,un look intégrant le clavier et le boitier style A-500 ou Atari ST déciderai mon achat .

    Ce que je trouve le plus absurde c’est qu’il existe un marché pour une machine ciblée dans le rétrogaming et la petite bureautique .
    Je pense qu’il y a aussi un marché pour cette machine si en plus ,elle n’offre pas l’obligation d’une connexion a INTERNET .

    Le prix de 300 ou 350 $ qui ferai autant en euros pour une machine type ATARI ST me semble pas dérangeant sachant que mon Atari ST m’a coûte 3000 Francs soit 450 euros .

    J’ai un besoin et une utilisation pour une machine pratique offrant jeux et bureautique , j’ai pas l’utilité d’une simple console pseudo Rétro .

    Répondre
  • 31 mai 2018 - 17 h 33 min

    @pierre concernant Eden Games, ils ont plus récemment développé Gear.Club dispo notamment sur IOS et Nintendo Switch. Concernant les plus vieux produits, je doute qu’il soit très rentable de les porter (v-rally, test drive unlimited, alone 5).
    Je pense plutôt à un portage de Gear.Club mais qui sait….

    Répondre
  • 31 mai 2018 - 17 h 38 min

    Laissons cette chance à cette console car à s’acharner sur elle comme on fait là, on va avoir l’air bêtes si ça fonctionne, qui allait croire que la PS1 de Sony allait fonctionner avant sa sortie ?

    Répondre
  • 31 mai 2018 - 17 h 47 min

    Encore un bel article! On verra si l’avenir te donnera raison, c’est possible. Ils surfent sur la vague Memberberries tout en prenant zéro risque. C’est un jolie coup financier mais pas forcement une arnaque, c’est même malin.

    Petit aparté néanmoins: Pour l’équipe Atari composée de consultants, indépendants ou non, cela n’a rien de choquant ni d’anomal et c’est même quasiment la norme, surtout dans la tech. Je ne compte plus les fois où quand j’interviens chez un grand groupe, tu te rends compte que tous les participants à un projet précis qui travaillent sous la même bannière (celle de l’entreprise), nous sommes en réalité tous des consultants, indépendants ou venant de cabinets divers et variés. Les meilleurs projets et produits sortent ainsi car tu es challengé au quotidien, sinon tu es OUT. C’est pour cela que les boites préférées payer un consultant entre 2000 et 10000euros brut par jour le temps d’un projet plutôt que de s’engager sur des profils précis sur une longue durée (voir durée indéterminée en France) et quelle devra rémunérer avec un salaire annuel à 6 chiffres minimum. Pour la boite, les avantages sont multiples, elles se payent les meilleurs éléments sur un domaine de compétence précis tout en gardant une grande flexibilité.

    Répondre
  • Alf
    31 mai 2018 - 17 h 55 min

    Les spécifications variables qui peuvent finir en box Android avec un SoC ARM bas de gamme, ce serait presque drôle si ça arrive.
    Hier soir je me suis pris le bec sur un forum anglophone avec un mec qui est persuadé qu’au contraire la phrase sur les specs variables veut dire qu’il va peut être recevoir un Raven Ridge plutôt que le Bristol Ridge parce que « d’ici là le prix des composants auront baissés » et que Atari à vraiment la main sur le coeur et l’envie de satisfaire les clients.

    Sinon pour le supposé A10 9700E, c’est un modèle « desktop », pourquoi ne pas envisager un modèle « mobile » avec un TDP encore plus bas à 15W ?
    Et concernant les performances graphiques de cette puce, il faut pas oublier que les tests sont souvent dans des conditions optimales, avec notamment de la RAM rapide et en double-canal. Sur cette machine Atari, avec 4Go, il y a fort à parier que c’est du simple-canal, donc les performances graphiques vont en pâtir avec la bande passante plus faible.

    Bref, j’étais un temps excité à l’idée d’un petit PC linux avec un Raven Ridge pour un prix intéressant, mais j’aurai du suivre le pessimisme de Pierre plus tôt, parce que cette campagne de crowdfunding est un désastre.

    A tout hasard, quelqu’un à des conseils pour monter un petit PC Ryzen ? J’ai regardé rapidement, les cartes mères mini-ITX avec socket AM4 sont plus chères que le Ryzen 3 2200G, ça me refroidit pas mal.

    Répondre
  • 31 mai 2018 - 17 h 59 min

    @Erwann: Ben Sony a posé sur la table des millions de dollars pour le hardware de la PS1 et des millions de dollars pour un catalogue de jeu. La marque a sécurisé un réseau de distribution propre et une chaine alimentaire complète pour vendre plus de 100 millions de consoles au final en visant le très long terme. C’est une petite différence.

    @anbee: Je suis bien d’accord, j’écris même : « Ce type de recours à des éléments externes talentueux est normal » mais ce qui me choque c’est de montrer cette équipe de consultants de la même manière que les têtes d’Atari en faisant croire que l’ensemble est dans l’équipe. Cela laisse flotter dans l’air un parfum d’implication que ce qui est dans la réalité. Je suis sur que dans les boites ou tu interviens la communication ne passe pas par les têtes des consultants mis en avant (à part si tu t’offres des pointures du design de l’architecture ou de la programmation dont le tarif comprend une partie image qui sera utilisable en marketing comme c’est le cas pour le Studio de Philippe Stark par exemple.)

    Répondre
  • 31 mai 2018 - 18 h 53 min

    @Pierre Lecourt: Effectivement, la communication ne passe que rarement par les « têtes » des consultants. Du moins on ne déballe pas mon CV, même de manière succincte, à chaque réalisation projet comme c’est le cas ici. Par contre cela ne dit rien du niveau d’implication présumé, personnel des têtes Atari comparé aux têtes externes (quand tu joues ta réputation au quotidien, généralement tu es impliqué) ou même du niveau d’implication de l’entreprise (qui semble même plutôt élevé). Rien ne dit que le même niveau d’implication (même si 100% externalisé) ne sera pas appliqué pour l’implémentation, la distribution, le suivi et le SAV.

    Ici Atari semble vouloir se donner une légitimité c’est certain. Ce niveau de transparence est-il de bonne foi et lié à son mode de financement ? Après tout, ils s’adressent à des investisseurs/clients aux travers de cette campagne et Atari n’est plus l’entreprise qu’elle fut d’antan donc elle repart quasiment de zéro. Les start-up aussi présentent quasi patte blanche dans ce type de campagne. Mais tu as peut être raison: es un écran de fumé pour dissimuler les faiblesses d’une initiative bancale? Cela me semble quand même risqué mais pas impossible. wait and see.

    Répondre
  • 31 mai 2018 - 19 h 29 min

    @anbee: Ben je suis pas devin hein mais :

    Est ce que la plateforme va intéresser les développeurs ? La console Ouya avait levé presque 8.6 millions de dollars auprès de 63 400 donateurs… Sans compter les modèles vendus en grande surface (Wallmart quand même, 20 000 unités). Et pourtant les chiffres de ventes de jeux sont très mauvais. Le plus gros hit de la Ouya a été Towerfall avec 7000 téléchargements payants.

    Est ce que 7000 ventes c’est suffisant pour faire vivre un développeur ? Non. est-ce qu’il est plus rentable de développer pour Steam / GoG / mobile ? Oui, assurément.

    Est-ce que la VCS va atteindre 65000 donateurs ? Même si elle atteint le double, le format de la Ouya montrait que les gens se contentaient des jeux gratuits et ne téléchargeaient pas souvent es jeux payants. Du coup la plate forme ( et donc al structure Ouya toute entière) n’a jamais été rentable après sa phase de lancement.

    Que va t-il rester à la VCS 6 mois après la livraison du produit ? Des jeux pré-financés par Atari ? Des Homebrews permettant d’installer des solutions d’émulation mais probablement pas grand chose d’autre. Il faut des années de travail pour qu’un studio sorte un jeu original. Le temps de coller à la sortie de la machine n’est même pas mécaniquement possible aujourd’hui si Atari respecte son calendrier.

    Au final alors la marque aura quels choix ?

    -Investir massivement dans la création de titres ? Même Nintendo ne s’y est pas risqué avec ses solutions vintage…

    -Embaucher du personnel pour gérer le magasin d’application en espérant pouvoir payer des salaires ? Cela n’arrivera pas d’après l’expérience actuelle du marché.

    Ces scénarios me paraissent fantaisistes et contraires à la politique court-termiste de la marque telle qu’exposée aux actionnaires.

    Je pense plutôt qu’une fois l’opération faite Atari va retourner a ses amours : Vendre de la licence et surfer sur d’autres vagues… La marque est capable de s’intéresser à la blockchain quand c’est susceptible de payer mais propose également des casquettes ou des handspinner à l’effigie d’Atari… La boutique va durer le temps d’un abonnement serveur, ptet deux ou tris ans avec des pauvres jeux qui vont se battre en duel et la marque la fermera discrètement au bout d’un moment. Il suffit d’attendre de voir que le nombre de connexion baisse et faute d’intéret dans la VCS il baissera inévitablement.

    Au final on aura quoi alors ? Un PC de 2016 sous linux avec un catalogue de jeux anciens monté dans un boitier en plastique tournant sous une version d’Ubuntu maison… Pour le prix demandé, cela ne me fait pas rêver.

    Répondre
  • 31 mai 2018 - 19 h 35 min

    Ce qui me surprend c’est 2 milliards de CA avec les licences de jeux, donc avec très peu de charges, et pas un dollar de disponible pour réaliser une maquette fonctionnelle de la console ???
    Pourtant, partir d’une ancienne Atari 2600, y coller une CM micro avec un proc, un peu de ram, un petit ssd et un linux c’est quand même à la portée d’un bricoleur compétant …
    Y porter les jeux demande un peu plus de savoir faire, mais ne doit pas représenter un coût monstrueux.
    Et pas un kopek pour ça …
    Ç’est vraiment un coup marketing / financier cette console !

    @+

    Répondre
  • 31 mai 2018 - 19 h 40 min

    @Emmanuel: Oulah alors attend. Les 2 000 000 000 des licences c’est en tout sur toutes les licences d’Atari depuis le début d’Atari. Tu as l’info dans le document financier que j’ai mis en lien. Tu as aussi les comptes d’activité d’Atari et là tu te rend compte que si la marque fonctionne à nouveau avec de bons résultats, elle sort tout juste la tête de l’eau en payant ses dettes passées. Elle n’a pas un kopek a investir dans un tel projet. Sans l’argent des internautes le projet n’aurait pas abouti.

    Répondre
  • 31 mai 2018 - 21 h 35 min

    en vu des objectifs du projet, le délai qui s’allonge ne me surprend pas trop, l’intégration logicielle doit bien être casse couille, surtout si c’est ni leurs outils ni leurs domaines, avec du prototype en matos il doit y avoir une bonne dose d’aléatoire et d’effets de bord

    la machine en proto, les manettes en proto, bosser sur gnu/linux ubuntu et steam pour avoir un rendu final de qualité commercial ça doit pas être de la tarte

    même si tout ça respire le vaporware je pense qu’il ne faut pas totalement s’y fermer

    le principal c’est qu’on ai une distro linux complètement supportée et que les titres qu’ils proposeront nativement tournent de façon fluide, et qu’on puisse l’utiliser comme une steam link, si ça ça fonctionne, ça sera un bon produit, après l’interface personnalisée c’est pour le coté commercial ça m’intéresse moins, surtout si la surcouche est sujette aux bugs et c’est je pense un cas trop critique pour qu’ils ne s’y risquent pas, en tout cas s’ils ont les fonds

    Répondre
  • 31 mai 2018 - 21 h 59 min

    @Pierre Lecourt: @Pierre Lecourt:
    Je n’avais pas compris pour les 2 milliards des licences.
    Donc, j’en reviens à ce que je disais : un boitier ancien Atari 2600 (entre 20 à 100 € d’après LBC), et c’est parti pour l’intégration d’un micro PC,
    ou, pour moins cher : intégration d’un Rasperry avec recalbox dans le boitier d’un Atari 2600 en panne …
    Ça me donne d’ailleurs une idée de cadeau de Noel pour mon fils, donc, à creuser :)

    Cdlt

    Répondre
  • 31 mai 2018 - 22 h 14 min

    Article très intéressant et gros travail de décryptage, merci. Je relève aussi dans toute cette com, que c’est un objectif flexible et qu’ils semblent déjà savoir que les 32Go de memoire seront insuffisante, et pense a proposer un abonnement en ligne pour cela…

    Répondre
  • 1 juin 2018 - 9 h 32 min

    Pierrot un des rares VRAIS journalistes IT restant putain de bordel de merde.

    Répondre
  • ph
    1 juin 2018 - 13 h 05 min

    Et vous avez entendu qu’Intellivision se lance dans la course aussi?

    Répondre
  • HP
    1 juin 2018 - 20 h 58 min

    Excellent compte rendu de la situation qui résume bien ma pensée en même temps :)

    Que vont faire tous ces backers dans cette galère ? Ce nouvel Atari n’a à peu près aucune crédibilité dans le développement de hardware, le prix est élevé au vu du matériel et au mieux les machines seront livrées dans un an… Sans aucune garantie sur les specifications exactes du produit fini !

    Une belle démonstration du pouvoir de la nostalgie. Tant mieux pour Atari, mais je pense qu’il y aura un certain nombre de déçus à l’arrivée.

    Répondre
  • 1 juin 2018 - 23 h 35 min

    très déçu par l’annonce du soc, l’idée est de proposer un OS capable de faire autre chose que du 100% kodi, 100% emulstation.
    ouya c’est pas bien mais la shield tv c’est trop bien, pourtant les deux se ramassent dans les services associés, donc il y a une marge de positive.

    Répondre
  • 2 juin 2018 - 2 h 38 min

    Salut Pierre,

    Merci pour cette article.

    Perso l’atari c’était ma première console ou falais brancher sa dans le câble d’antenne sur la télé c’était en noir est blanc avec le jeux asteroid.

    Mais meme moi qui est la nostalgie non,j’en veut pas.

    Répondre
  • 2 juin 2018 - 12 h 20 min

    Qu’est ce que tu es pessimiste pierre ! Déja le procs sera celui du moment en 2019 apu amd ,
    et dans le pire des cas , on installera steam linux dessus et on jouera aux milliers de jeux linux ( cs go ect…).

    Répondre
  • 2 juin 2018 - 15 h 21 min

    @mike: Tu veuix dire qu’ils vont concevoir une carte mère, la prototyper et au dernier moment en changer juste avant de livrer ? Ca ne marche pas du tout comme ça hein et Atari fait appel a un presta extérieur pour concevoir le produit. Cet appel sera fait juste après le financement de la campagne… Pas en 2019…

    Si c’et pour installer Steam Linux… un Steam link n’est t-il pas plus pertinent ? Moins cher ? Au pire tu prends une TVBox à 40€ :p

    Sinon dans l’absolu, je ne suis pas contre le projet : Je trouve que la plus value n’est pas là et que la machine ne vaut pas le prix demandé. elle a le cul entre deux chaises et son catalogue de jeu va être misérable.

    Soit tu fais une solution stream sous steam sous android avec un vrai SoC et là ok, pas de soucis, avec 2-3 émulateurs tu as un truc qui tiens la route à pas cher.

    Soit tu fais un vrai PC Atari format NUC Hades Canyon avec de vraies perfs et tu promets ce que promettent les autres PC…

    L’autre option, la plus valable pour moi, tu t’associes avec PowerA pour faire une manette. Avec un Cooler Master ou autre pour faire un boitier Mini-ITX format « Atari » ou avec un fabricant chinois pour faire une TVBox Atari. C’est le vrai métier d’Atari aujourd’hui, vendre des licences. Le reste ils savent pas faire et tels qu’ils le présentent ils ne vont pas savoir le gérer a moyen terme.

    Après ce n’est que mon avis :)

    Répondre
  • 2 juin 2018 - 22 h 52 min

    @Pierre Lecourt: perso le coté atari je m’en fou . Ce que je vois c’est un pc gaming linux a 199eu apu R7 ( ce qui est introuvable sur le marché pc) . c’est donné niveau prix .
    -ca va booster le dev de jeux linux ,en plus des 3000 jeux steam linux .
    -un steam link a 50 eu , il faut un pc gaming a 800 eu avec .
    -les solutions android ne font pas tourner les jeux steam linux en local .
    bref wait and see

    Répondre
  • Alf
    2 juin 2018 - 23 h 17 min
  • 3 juin 2018 - 0 h 54 min

    @mike: Ou attendre une solution du type Mini ITX ASRock ou autre qui finiront par débarquer. Parce que là, franchement, tu payes fort cher un materiel fort limité (4/32Go non évolutif c’est pas la fête …)

    Répondre
  • 3 juin 2018 - 10 h 47 min

    Je trouve regrettable le French bashing pour notre petite Française. Le plus paradoxale ce sont les us qui soutiennent le projet.je comprends mieux pourquoi les GAFA sont toutes us. Atari sort d’une situation difficile et redevient juste rentable ( 5 ans de restructuration).Heureusement qu’une entreprise est là pourgagner de l’argent. Si nous allons au bout de votre réflexion, cela veut dire qu’une petite de me peu pas devenir grande et Laissons le marché aux grandes qui au passage perdent toutes de l’argent sur la vente de leur box.

    Répondre
  • 3 juin 2018 - 19 h 40 min

    @triplex: French bashing??

    Répondre
  • 4 juin 2018 - 10 h 26 min

    @Triplex: French Bashing ?

    Où est-ce que j’ai parlé de France dans mon billet ? Du reste ça intéresse qui ? Qui pourrait me parler de French Bashing et de restructuration si ce n’est quelqu’un qui a investit des billes dans l’aventure Atari au travers de la bourse ?

    Vous me reprochez de faire du French Bashing mais d’abord je n’en fait pas puisque cela consisterait à dénigrer la marque parce que française, hors je m’en fiche pas mal de sa nationalité. Je ne m’intéresse qu’aux produits.

    Mais surtout c’est vous qui faites l’erreur de présupposer quelque chose dans votre jugement parce que Atari est Français. Je ne vais pas m’abstenir de dire ce que je pense de cette Atari VCS parce que le dirigeant est Français et la boite est cotée ne France. Le projet sur Indiegogo est d’ailleurs basé à New- York, pas à Mulhouse ou à Rennes hein.

    Je ne vais pas applaudir à deux mains une boite qui fait une console de jeu en forme de tour Eiffel parce que basée à Maubeuge si à l’intérieur elle propose un materiel dépassé, des jeux disponibles partout ailleurs et un tombereau de promesses quasi intenables pour la boite.

    Enfin, où ais-je dis qu’il ne fallait pas gagner de l’argent ? Il y avait moyen d’en gagner 10 fois plus en marge que cette opération risquée et mortifère pour le peu de réputation d’Atari garde encore.

    Fabriquer des manettes avec PowerA, un carton assuré : Des tonnes de ventes si les manettes sont bonnes. Je parle pas des copies de manettes XBox mais de la manette vintage qui pourrait vraiment faire la différence en grande distrib. On sait que sur ce genre de produits les ventes peuvent être excellentes, qu’il n’y a pas le taux de panne d’un PC et que les gens vont pas chercher a avoir une hotline comme cela sera le cas de l’Atari VCS. Autant de postes qui vont grever les marges de l’opération. Au final entre vendre sur le long terme une manette avec une bonne marge et pas de tracas derrière, Atari va vendre des Box sur le court terme (elles seront invendables dès que les premiers testeurs les auront démontées en vidéo et en articles) et gérer a minima deux années de hotline et de SAV. Si tout se passe bien lors de la prod, les marges seront faibles et si tout se passe mal les marges seront nulles. Quand a gagner de l’argent avec le magasin d’application derrière, Ouya avait un magasin d’applications bien remplit qui n’arrivait pas a dégager de bénéfices, loin de là.

    Ouya a réussi a brûler 10 millions de dollars entre Janvier et Avril 2015 avec un magasin remplit d’applications payantes a télécharger. J’imagine que le profil de l’Atari VCS va être identique. Un malin va sortir un programme d’émulation pour la VCS J+1 après qu’elle soit disponible. C’est pas dur pour un Retropie ou un RecalBox de se porter sur la VCS vu que l’Atari c’est un PC. Du coup le besoin sera immédiatement comblé pour le coeur de cible de la console, les retrogamers. Les ventes du magasin seront donc pires que celle de la Ouya, ça va être un massacre.

    Du coup les sommes levées ne feront que alimenter les frais de création des consoles et comme des consoles il ne s’en est pas vendu beaucoup (9500 participants aujourd’hui on ne sait pas combien de personnes ont acheté une VCS et combien d’autres juste des manettes disons 10000 consoles vendues ? C’est peanuts pour peser sur le marché. D’autant qu’encore une fois c’est un PC et que plein de gens vont le considérer comme tel et vont soit l’utiliser sous Ubuntu sans passer par le store, soit changer d’OS). Pour rappel, Ouya c’est 63416 précommandes sur Kickstarter plus les ventes directes en grande distrib. On est plus proches des 90 000 unités vendues. et malgré cela, la boutique de jeux qui devait être le poumon financier du concept s’est avéré être une ancre…

    Deuxième moyen de faire de l’argent pour Atari (et c’est son vrai métier aujourd’hui puisque la boite n’a plus de création en interne), vendre les droits à un fabricant de boitier pour concevoir un boitier Atari au format Mini ITX ou autre afin de permettre aux fans de la marque de se construire leur PC. Risque zéro, retombées confortables…

    J’ai rien contre le fait de gagner de l’argent je crois juste que vous vous trompez ici. Pour moi la VCS va détruire les dernières onces de confiance que le grand public avait encore dans la marque. Parce que le produit sera décevant et que Atari fait croire à beaucoup de choses qui sont techniquement et financièrement intenables. (Ça serait tenable si Atari avait les moyens de s’offrir de gros hits majeurs sur un hardware sur mesures ce qui n’est pas le cas. C’est la guerre Sony/Microsoft et Atari n’a pas les moyens de s’y joindre)

    Répondre
  • 4 juin 2018 - 11 h 36 min

    @Pierre

    Tes réponses étayées sont remarquables mais dommage de perdre tant de temps pour un commentaire ne tenant manifestement pas compte l’argumentaire du billet.

    Répondre
  • 4 juin 2018 - 13 h 11 min

    @Alain: C’est mon SAV à moi :)

    Répondre
  • 4 juin 2018 - 17 h 36 min

    Super test et excellente analyse, merci Pierre ! :)

    Pas pour moi car trop cher, bien qu’étant un fan du retrogamming. Mais comme tu disais, retrouver 30 pixels qui se battent en duel, ça vaut pas le coup, ni le coût.
    Ma Shield me permet d’émuler de l’Amiga, du ST et des consoles (+ mame), de quoi vraiment s’amuser. Ca marche également avec mon phone Android.

    J’étais un vrai fan de l’amiga mais je ne paierai pas pour un émulateur matériel qui prendrait de la place et qui couterait une blinde (les émulateurs sont gratuits).

    Répondre
  • .IL
    5 juin 2018 - 0 h 34 min

    Franchement, superbe article, qui nous montre, une fois de plus, que les ricains sont fort en marketing pour entuber leur monde. Le seul truc qu’elle a pour elle, cette console, c’est son design qui a de la gueule…mais pour le reste…ça ressemble à une belle carotte à plus de 300 boules (avec les divers frais et taxes bien sûr). En tout cas, ils sont en train de se faire des golden balls, car le financement est deja à plus de $2,508,551…et il reste encore 25 jours!! L’hallu totale! Rien que pour ça, chapeau bas, Messieurs!

    Bref, la seule chose excitante, c’est de voir ce que tout ça va donner au final. Si elle sera vraiment commercialisée en 2019…ou jamais dans le pire des cas! Mais dans tous les cas, je pense qu’on est pas au bout de nos (mauvaises?) surprises avec cette Atari VCS.

    Répondre
  • 5 juin 2018 - 14 h 17 min

    L’article mélange de bonnes informations, des vraies questions à …une mauvaise foi bien tassée.
    Le meilleur exemple étant la première phrase de la conclusion, qui caractérise le ton inutilement désagréable de l’article : L’Atari VCS est une boite en plastique…

    Pourquoi tant de haine…

    Quelques remarques

    – La critique du financement participatif.

    C’est un des points crucial (et très recevable) des attaques. Oui c’est toujours risqué et on peut le dire, mais c’est inhérent à tous les kickstarters et pas propre à Atari. Pourquoi revenir sur ce sujet 15 fois dans l’article (presqu’à chaque paragraphe) ?
    Les gens savent que c’est du financement participatif. Et je dis ça en ayant déjà eu des mauvaises surprises sur kickstarter.

    Bref, Etait il nécessaire de pousser jusqu’à « c’est fumeux, l’atari vcs ne sera pas livrée, vous perdrez votre argent et dans le meilleur des cas vous recevrez une android TV »

    J’ose espérer que si cette machine est livrée, vous publierez un mea culpa.

    – La partie rétro.

    Oui, Atari Vault coûte 10€ sur steam mais non, le projet ne repose pas que sur ça comme on le lit entre vos lignes.
    vous ecrivez un long article qui prétend faire le point, mais pas une fois vous ne parlez du catalogue de jeux récents déjà disponibles via le catalogue steam Linux. Bref vous vous attardez sur l’hypothétique sans jamais parler de ce qui existe déjà…

    >Qui va créer du contenu une fois la machine lancée et les équipes externes remerciées pour le travail mené ?

    Il existe déjà : c’est un Linux. On pourra jouer toutes les pépites indés quelques jeux plus gourmands en 720.
    Ce que ne proposait pas la Ouya basée sur Android, donc orienté mobile : pas de vrais jeux ni logiciels.

    >Si vous finissez par ne recevoir qu’une TVBox bas de gamme sous SoC ARM et pilotée par un android 4.0 avec 30 jeux mal implantés, Atari aura rempli sa mission. Et il ne vous restera que vos yeux pour pleurer.

    La moitié de l’article prête de (mauvaises) motivations (faire du fric sur le rétro) et intentions à Atari, mais là ca tombe dans la mauvaise foi intersidérale. Vous présupposez qu’Atari va arnaquer les acheteurs ?

    Vous pensez sincèrement que ca va terminer comme ça ou c’est juste gratuit ?

    >On peut donc s’attendre à une belle fluidité de jeu sur la VCS. Simplement on jouera à Asteroid

    La énième pique acerbe. Etait ce vraiment inutile de ponctuer TOUT l’article de remarques acerbes comme celle là ?

    >Il est promis une centaine de jeux issus du catalogue des anciens titres d’Atari

    Encore une fois, sans un mot sur le catalogue Linux, vous mentez par omission.

    >Il semble que la console elle même n’existe pas encore pour le moment, pas plus que son système d’exploitation.

    Ca c’est intéressant, mais quelle sont les sources ?

    Je vous donne une autre façon de voir cette machine : dans le pire des cas (on élimine les cas d’escroquerie caractérisée que vous suggérez), le participant à cette campagne recevra un mini PC plutôt élégant, moins cher et plus puissant qu’un intel NUC à 300€. Un genre de steam machine bas coût.

    Tout cela pour 199$=170€ en premier prix (Non, il n’est pas possible de monter un mini Pc a ce tarif).

    Est ce que cela mérite un tel pamphlet ?

    Répondre
  • 5 juin 2018 - 15 h 20 min

    @Eusebe:

    « L’article mélange de bonnes informations, des vraies questions à …une mauvaise foi bien tassée.
    Le meilleur exemple étant la première phrase de la conclusion, qui caractérise le ton inutilement désagréable de l’article : L’Atari VCS est une boite en plastique…

    Pourquoi tant de haine… »

    Parce que c’est une boite en plastique peut être ? L’Atari VCS est une boite en plastique avec un bandeau de chant en bois collé dessus pour la version haut de gamme. Comme beaucoup d’autres boites en plastique du genre mais cela permet de relativiser le tarif demandé par la marque.

    « – La critique du financement participatif.

    C’est un des points crucial (et très recevable) des attaques. Oui c’est toujours risqué et on peut le dire, mais c’est inhérent à tous les kickstarters et pas propre à Atari. Pourquoi revenir sur ce sujet 15 fois dans l’article (presqu’à chaque paragraphe) ?
    Les gens savent que c’est du financement participatif. Et je dis ça en ayant déjà eu des mauvaises surprises sur kickstarter.
     »

    Non les gens ne savent pas. Je ne remet pas en cause ce choix d’Atari, c’est le seul qu’ils ont vu l’état de leurs finances. Ce qui me gène beaucoup plus c’est la façon dont la presse le met en avant en parlant de précommandes. Or ce ne sont pas des précommandes mais un financement participatif. C’est très différent. quand « les gens » lisent précommandes ils ne lisent pas « investissement à risque dans un projet qui peut ne pas aboutir » alors que c’est bel et bien le cas.

    Et non je n’en parle pas à chaque paragraphe.

    « Bref, Etait il nécessaire de pousser jusqu’à « c’est fumeux, l’atari vcs ne sera pas livrée, vous perdrez votre argent et dans le meilleur des cas vous recevrez une android TV »

    J’ose espérer que si cette machine est livrée, vous publierez un mea culpa. »

    Je n’ai JAMAIS écris cela. J’ai écris que les règles de Indiegogo sont telles que Si Atari ne livre rien, on ne pourra pas légalement les poursuivre. Si Atari livre un matériel sans rapport avec la promesse faite sur leur page de financement, on ne pourra pas les poursuivre. Si Atari ne lire que quelque jeux avec la machine, on ne pour a pas les poursuivre. C’est donc très différent de l’engagement d’une précommande. Et il me parait important de le faire comprendre aux lecteurs.

    Si Atari livre, ce que je crois qu’Atari va faire au demeurant, je ne vois pas pourquoi je devrait publier de mea culpa ? Atari livrera une boite en plastique avec un PC de 2016 à l’intérieur et c’est à la portée de n’importe quelle boite chinoise d’en produire 10 ou 15 000 pièces (je doute qu’il se vende plus de 15 000 machines)

    Je n’ai pas dis qu’ils n’allaient pas le faire je dis juste que la façon dont on présente ce financement est impropre à le décrire. Ce n’est pas une précommande telle qu’encadrée par la loi, c’est une prise de risque.

    « – La partie rétro.

    Oui, Atari Vault coûte 10€ sur steam mais non, le projet ne repose pas que sur ça comme on le lit entre vos lignes.
    vous ecrivez un long article qui prétend faire le point, mais pas une fois vous ne parlez du catalogue de jeux récents déjà disponibles via le catalogue steam Linux. Bref vous vous attardez sur l’hypothétique sans jamais parler de ce qui existe déjà…
     »

    Euh, c’est très hypothétique hein Steam Linux :) Rien ne nous dis que cela sera parfaitement compatible et optimisé. Je connais pas mal de machines sous Linux qui n’accèdent pas a Steam correctement et ou les performances ne sont pas fameuses. Il y a une ligne parlant de Steam dans le descriptif… et elle est au conditionnel :

    « Yes. Linux-based games from Steam and other platforms that meet Atari VCS hardware specifications SHOULD work. »
    Oui, les jeux linux de Steam et d’autres plateformes compatibles avec les spécifications matérielles de l’Atari VCS pourraient fonctionner… On est loin de la parfaite compatibilité annoncée… On reste encore sur de l’hypothétique.

    « >Qui va créer du contenu une fois la machine lancée et les équipes externes remerciées pour le travail mené ?

    Il existe déjà : c’est un Linux. On pourra jouer toutes les pépites indés quelques jeux plus gourmands en 720.
    Ce que ne proposait pas la Ouya basée sur Android, donc orienté mobile : pas de vrais jeux ni logiciels.
     »

    Encore une fois c’est totalement hypothétique. De plus, baser un achat gaming pour une livraison en 2019 sur un materiel lancé en 2016 me parait un très mauvais calcul. Pour le même tarif on va pouvoir se projeter su une bien meilleure configuration en 2019 : Ryzen 3 2200G / 4 ou 8 Go de ram / 120 Go de SSD dans un boitier classique sous Linux.

    « >Si vous finissez par ne recevoir qu’une TVBox bas de gamme sous SoC ARM et pilotée par un android 4.0 avec 30 jeux mal implantés, Atari aura rempli sa mission. Et il ne vous restera que vos yeux pour pleurer.

    La moitié de l’article prête de (mauvaises) motivations (faire du fric sur le rétro) et intentions à Atari, mais là ca tombe dans la mauvaise foi intersidérale. Vous présupposez qu’Atari va arnaquer les acheteurs ?

    Vous pensez sincèrement que ca va terminer comme ça ou c’est juste gratuit ? »

    Comme expliqué plus haut, ce n’est pas l’intention que je prête a Atari mais un rétablissement de la différence entre une précommande et un investissement participatif. J’écris : « Autre problème, et cela, je l’ai vu autant dans la presse internationale que française, la machine est annoncée comme une précommande. Or ce n’est pas une précommande, c’est du financement participatif ! Ce qui est par essence totalement différent. »

    Je soulève donc le fait que des astérisques ponctuent la totalité des annonces de la page pour expliquer que ce ne sont que des annonces sans garanties de livraison. Il me semble que c’est un élément important à prendre en compte.

    Du reste j’explique clairement ce que je pense qu’il va advenir dans le paragraphe « boule de cristal » : « Quand le produit sera finalement validé, la production sera lancée. Les moules de la VCS seront fabriqués et les machines sortiront de chaîne. Les jeux disponibles seront implantés en usine dans l’image du système. L’engin sera alors finalisé et expédié aux quatre coins du monde. »

    « >On peut donc s’attendre à une belle fluidité de jeu sur la VCS. Simplement on jouera à Asteroid

    La énième pique acerbe. Etait ce vraiment inutile de ponctuer TOUT l’article de remarques acerbes comme celle là ? »

    Oui. Car je tiens un blog, je ne suis pas journaliste. Et pour moi cette Atari VCS est une mauvaise affaire pour tout le monde : cela va déplaire aux gens qui auront investit mais cela va également détruire le peu de notoriété qui restait encore à la marque. Pour moi dès la sortie de la console cela va tourner au vinaigre, les retours de testeurs vont être catastrophiques comme pour la Ouya et à terme l’image d’Atari va être salement écornée.

    Les retombées financières vont être catastrophiques et ce sera peut être la fin de la marque telle qu’on la connait aujourd’hui avec une action en bourse qui va sombrer encore plus bas qu’aujourd’hui. Si vous dites « Ouya » à un geek aujourd’hui il se marre en se disant « quelle marque totalement à côté de la plaque » et bien je pense qu’en 2019 Atari va détrôner la Ouya dans le coeur de cible de son business… Notez que je signe mes papiers, que je les date et que je ne dépublie rien, on verra alors dans un an effectivement où on en sera.

    « >Il est promis une centaine de jeux issus du catalogue des anciens titres d’Atari

    Encore une fois, sans un mot sur le catalogue Linux, vous mentez par omission. »

    Voir plus haut, c’est une promesse, pas une certitude. Vous avez une pleine confiance en Atari apparemment, pas moi. Cela ne veut pas dire que je mens ou que vous mentez. Nos avis et appréciations divergent. C’est tout.

    « >Il semble que la console elle même n’existe pas encore pour le moment, pas plus que son système d’exploitation.

    Ca c’est intéressant, mais quelle sont les sources ? »

    2018-05-31 11_20_05-minimachines.net

    La page de la campagne fait état d’un calendrier qui parle de design de prototypes. Comme aucun prototype hardware n’est présenté (cela aurait augmenté la confiance du public dans le projet) mais uniquement des prototypes de design. Je suppose qu’il s’agit de cela et uniquement de cela. Les prototypes présentés à la GDC et qu’Atari refusait d’ouvrir en précisant que ce n’était que des boites vides. Le travail de création électronique devrait donc débuter avec le « second prototype » c’est à dire quand Atari pourra investir la coûteuse somme de départ dans les mains de Flextronics pour la mener à bien. Ce n’est pas Atari qui va faire cette machine, c’est Flextronics avec un consultant interne pour Atari. Pour lancer ce design électronique il faut investir un pourcentage important du montant global du coût de la production vers Flextronics et Atari ne peut pas le faire avant la fin de la campagne. Donc la machine n’existe pour le moment pas encore.
    Flextronics a probablement du présenter une carte mère ODM standard à Atari avec la puce AMD et les performances annoncées. Ils vont se baser dessus et la faire rentrer dans le châssis de la marque.

    « Je vous donne une autre façon de voir cette machine : dans le pire des cas (on élimine les cas d’escroquerie caractérisée que vous suggérez) »

    Je ne le suggère jamais, vous interprétez. Pour rappel, même en ne livrant rien du tout ce ne serait pas une escroquerie puisque c’est un financement participatif. Vous voyez comme il est important de le rappeler, vous vous trompez vous même…

    « le participant à cette campagne recevra un mini PC plutôt élégant, moins cher et plus puissant qu’un intel NUC à 300€. Un genre de steam machine bas coût. »

    A combien un PC Ryzen 3 2200 G / 8 Go / 128 Go en 2019 ? Vous comparez à un NUC d’aujourd’hui mais la machine est annoncée pour dans plus d’un an ? Je pense qu’on aura des solutions de ce type à +/- 300€ alors. Plusieurs constructeurs sont au travail dans ce sens.

    « Tout cela pour 199$=170€ en premier prix (Non, il n’est pas possible de monter un mini PC a ce tarif). »

    199$ + 35$ de port + TVA + douanes éventuelles : 235 à 270€ pour être précis.

    « Est ce que cela mérite un tel pamphlet ? »

    Oui, car si je peux dissuader une seule personne d’acheter cette Atari VCS que je crois sincèrement être une erreur de stratégie dangereuse pour la marque comme pour les internautes, j’aurais pas perdu la journée qu’il m’a demandé.

    Répondre
  • Alf
    5 juin 2018 - 15 h 31 min

    @Eusebe:
    « Je vous donne une autre façon de voir cette machine : (…) le participant à cette campagne recevra un mini PC plutôt élégant, moins cher et plus puissant qu’un intel NUC à 300€ »
    Le côté « plus puissant » est franchement discutable.
    L’architecture de la puce choisie pour cette machine est connue pour ses performances médiocres côté CPU.
    Côté GPU c’est en théorie plus puissant que ce que propose Intel, mais tout dépend de la bande passante disponible sur la RAM. Si Atari utilise bien de la mémoire double-canal, le GPU sera plus puissant qu’un NUC Intel à 300€, mais s’ils utilisent de la mémoire avec un seul canal (moins cher, moins encombrant sur la carte mère), ce sera moins puissant que chez Intel.

    Ce projet de mini PC linux « moderne » avec un look rétro aurait pu être génial, mais ils auraient du monter un tout petit les prix pour avoir du matériel plus récent et plus puissant (Raven Ridge) que des puces qui étaient déjà médiocres à leur sortie en 2016.

    Répondre
  • 5 juin 2018 - 21 h 02 min

    @Pierre Lecourt:

    >Ce qui me gène beaucoup plus c’est la façon dont la presse le met en avant en parlant de précommandes.

    Les 9/10e des articles que je vois actuellement sur google actu parlent bien de financement participatif.
    Certains parlent en effet de précommandes, mais en précisant dans l’article qu’il s’agit d’un financement participatif…

    >Atari livrera une boite en plastique avec un PC de 2016 à l’intérieur et c’est à la portée
    de n’importe quelle boite chinoise

    Au moins vous êtes rassurant, voilà que c’est devenu facile :).
    Mais je doute que le tarif soit inférieur à 200 ou 250$…

    >Je connais pas mal de machines sous Linux qui n’accèdent pas a
    Steam correctement et ou les performances ne sont pas fameuses.

    J’ai été un temps intéressé par l’Atari Box car je voulais monter un mini Pc de salon sous Linux dans l’idée
    de jouer aux indés, en faire une box multimédia ouverte.

    C’est fait, et ca fonctionne très bien.

    >On va pouvoir se projeter su une bien meilleure configuration Ryzen 3 2200G / 4 ou 8 Go de ram / 120 Go de >SSD dans un boitier classique sous Linux.

    Sur ce point, je ne peux qu’être d’accord. J’ai monté ma config bas coût avec un Ryzen 3 2200G.
    Ce serait d’ailleurs ma principale critique : les Raven Ridge offrent vraiment de quoi faire une belle petite console pas cher.

    Je pense qu’Atari a fait face à un mauvais timing : les 2200G, déjà dispo, ont une enveloppe thermique sans doute trop élevée (65W) et les 2200GE (35W) ne sont pas encore sortis…

    >Vous avez une pleine confiance en Atari apparemment, pas moi

    Je n’ai pas spécialement confiance en Atari. Et puis se lancer dans du matériel/logiciel en 2018 avec peu de ressources, oui c’est éminemment casse-gueule, donc les risques existent.
    Mais mettre à disposition le catalogue Linux est tellement facile que je ne vois pas pourquoi ca ne serait pas fait, sachant que ça va être, selon moi, un des gros intérêts de la console avec l’aspect ouvert.

    Atari aurait dû montrer quelques jeux sur la config. Hollow Knight, Broforce, Steam world dig 2…
    Histoire de montrer du contenu neuf.

    >Comme aucun prototype hardware n’est présenté

    Je dois avouer que dans ce cas, des vidéos comme celles là
    https://www.youtube.com/watch?v=HgKjLTkor5Q
    me semble bien trompeuses.
    Ils auraient caché un Pc sous la table ?

    >Si vous dites « Ouya » à un geek aujourd’hui il se marre en se disant « quelle marque totalement à côté de la >plaque » et bien je pense qu’en 2019 Atari va détrôner la Ouya dans le coeur de cible de son business…

    Quelle catastrophisme quand même…Oui, cette machine vise une niche, mais ça semble outrageusement pessimiste! Je me répète mais dans le pire des cas, les acheteurs auront un mini Pc avec un catalogue de *vrais* jeux déjà énorme. On est loin de la Ouya et de ses titres conçus pour mobiles…

    >A combien un PC Ryzen 3 2200 G / 8 Go / 128 Go en 2019 ?

    Je ne sais pas. Le Ryzen 3 2200GE n’étant pas dispo, qu’aurait dû faire Atari ? Se baser sur une boule de cristal ? Attendre AMD ? Vous n’arrêtez pas de reprocher le concept flou dans l’article…

    Franchement, je pense que l’orage de critiques que subit cette machine est surdimensionné pour un malheureux mini Pc à 200$. Il ne faut juste pas en attendre ce qu’elle ne peut pas offrir.

    Répondre
  • 5 juin 2018 - 21 h 15 min

    @Alf:

    En effet, cet APU n’est pas une foudre (vu le prix…), mais toujours plus puissant qu’un NUC d’entrée de gamme (https://www.ldlc.com/fiche/PB00244611.html).

    Si j’en crois cpubenchmark : 25 % plus rapide pour le CPU, et 20% pour le GPU intégré.

    >e projet de mini PC linux « moderne » avec un look rétro aurait pu être génial, mais ils auraient du monter un tout petit les prix pour avoir du matériel plus récent et plus puissant (Raven Ridge)

    Entièrement d’accord, mais comme je l’ai expliqué plus haut, je pense qu’Atari a buté sur le calendrier AMD (TDP trop éleevé pour le 2200G et 2200GE pas encore dispo)

    Répondre
  • Alf
    5 juin 2018 - 21 h 26 min

    @Eusebe:

    « Ce serait d’ailleurs ma principale critique : les Raven Ridge offrent vraiment de quoi faire une belle petite console pas cher.
    Je pense qu’Atari a fait face à un mauvais timing : les 2200G, déjà dispo, ont une enveloppe thermique sans doute trop élevée (65W) et les 2200GE (35W) ne sont pas encore sortis… »

    Ils auraient très bien pu partir sur un Ryzen R5 2500U avec un TDP qui peut être configuré entre 15 et 25W. Vu la taille du boîtier, je pense que c’est du tout soudé à l’intérieur, donc un APU de PC portable y aurait parfaitement sa place.

    « Je ne sais pas. Le Ryzen 3 2200GE n’étant pas dispo, qu’aurait dû faire Atari ? Se baser sur une boule de cristal ? Attendre AMD ? »
    Il paraît qu’ils sont partenaire avec AMD, ils auraient très bien avoir prévu leur projet avec AMD qui leur garanti la faisabilité du concept, et d’ici la mi-2019 pour la livraison les versions 35W seront sorties depuis belle lurette.

    Répondre
  • 5 juin 2018 - 22 h 11 min

    @Eusebe: « Les 9/10e des articles que je vois actuellement sur google actu parlent bien de financement participatif.
    Certains parlent en effet de précommandes, mais en précisant dans l’article qu’il s’agit d’un financement participatif…
     »

    Je suis totalement convaincu que la grande majorité des gens ne saisit pas que le financement participatif est un financement à risques. Du coup parler de précommandes sans préciser ce risque reste un travail en demi teinte. Il me semblait bon (et il me semble toujours bon) de le rappeler. Ce rappel n’est pas exclusif à l’Atari VCS mais à tous les financements de ce type.

    « Au moins vous êtes rassurant, voilà que c’est devenu facile :).
    Mais je doute que le tarif soit inférieur à 200 ou 250$…
     »

    J’ai jamais dis que c’était difficile hein, Je dis juste que la valeur ajoutée d’Atari c’est le design. Le reste ne vaut pas le coup. Surtout pour parier sur un futur en 2019 avec des fondations de 2016.

    « C’est fait, et ça fonctionne très bien. »

    Vous avez acheté un bristol Ridge ? En 2018 ? Quel courage !

    « Sur ce point, je ne peux qu’être d’accord. J’ai monté ma config bas coût avec un Ryzen 3 2200G.
    Ce serait d’ailleurs ma principale critique : les Raven Ridge offrent vraiment de quoi faire une belle petite console pas cher.
     »

    Ah je me disais aussi ^^. Je suis 100% d’accord, le passage à un Raven Ridge serait une bien meilleure nouvelle. Masi je suppose que chez Flextronics il n’y a pas encore d’ODM sous Ryzen 3 2200G de dispo et qu’Atari n’a pas les moyens de précipiter cette venue à coup d’investissements.

    « Je pense qu’Atari a fait face à un mauvais timing : les 2200G, déjà dispo, ont une enveloppe thermique sans doute trop élevée (65W) et les 2200GE (35W) ne sont pas encore sortis… »

    Je pense qu’Atari n’a surtout aucune maîtrise technologique. Ils ont lancé un design pour voir et cela a fait mouche. Devant le mouvement que cela représentait ils ont saisi la balle au bond et contacté une entreprise spécialisée pour définir ce qu’il était possible de faire. Flextronics a répondu présent et proposé une machine abordable typique. Pour que cela ne soit pas cher ils ont proposé des composants anciens : Bristol Ridge, 4Go/32Go. Pas de quoi faire la révolution. Atari a répondu OK car je reste persuadé en regardant leurs produits et leur stratégie qu’ils ne cherchent pas à s’impliquer au delà de la vente.

    Il aurait fallut du temps et de l’expertise pour concevoir un produit plus adapté. Mais il n’y a pas de miracles hein : Dell a tenté de faire une steam machine et n’a pas réussi. Intel, Asus, MSI, Acer et tous les autres cherchent la formule pour faire un PC de salon performant et abordable depuis environ 12 ans. Personne n’y est arrivé. Et voilà qu’Atari débarque et promet la lune sans aucun ingénieur à bord ? Comme si personne n’avait reçu des samples de Bristol Ridge ? Comme si ces marques ne vendaient pas des cartes mères compatibles Bristol Ridge ? J’ai de quoi douter.

    « Je n’ai pas spécialement confiance en Atari. Et puis se lancer dans du matériel/logiciel en 2018 avec peu de ressources, oui c’est éminemment casse-gueule, donc les risques existent. »

    Zéro ressources, les actionnaires en sont a confondre les rentrées d’argent de la campagne Indiegogo en trésorerie dont Atari profitera jusqu’en Juillet 2019, c’est dire !

    « Mais mettre à disposition le catalogue Linux est tellement facile que je ne vois pas pourquoi ca ne serait pas fait, sachant que ça va être, selon moi, un des gros intérêts de la console avec l’aspect ouvert. »

    C’est un intérêt et une de ses seules voies de sorties. Le soucis c’est que lorsque la Atari VCS sortira il y aura probablement des PC noname mieux équipés sur le marché pour pas beaucoup plus cher avec un vrai espace de stockage évolutif.

    « Atari aurait dû montrer quelques jeux sur la config. Hollow Knight, Broforce, Steam world dig 2…
    Histoire de montrer du contenu neuf.
     »

    Ça aurait été bien mais Atari est un maniaque de la licence, c’est son vrai fond de commerce. Pas question de montrer des jeux d’autres licences.

    « Je dois avouer que dans ce cas, des vidéos comme celles là
    https://www.youtube.com/watch?v=HgKjLTkor5Q
    me semble bien trompeuses.
    Ils auraient caché un Pc sous la table ?
     »

    Euh glisser une Raspberry Pi ou une carte de dev quelconque n’est pas bien difficile, il y a de la place dans le boitier et ce ne serait pas la première fois.

    « Quelle catastrophisme quand même…Oui, cette machine vise une niche, mais ça semble outrageusement pessimiste! Je me répète mais dans le pire des cas, les acheteurs auront un mini Pc avec un catalogue de *vrais* jeux déjà énorme. On est loin de la Ouya et de ses titres conçus pour mobiles… »

    Non dans le pire des cas ils n’auront rien.
    Je suis d’accord pour dire cependant qu’il y a de très fortes chances qu’ils reçoivent une machine. Mon point c’est de dire qu’ils n’y gagneront absolument rien si ce n’est le design proposé ! Les gens vont bloquer 1 an une somme importante alors qu’ils pourraient dépenser en juillet 2019 la même somme pour un materiel plus moderne. Ils pourront alors faire tout ce que promet l’Atari VCS et bien plus : Jeux Atari pour 9.90€ et solution Steam… Le problème c’est que Bristol Ridge va prendre encore un plus gros coup de vieux dans un an…

    « Je ne sais pas. Le Ryzen 3 2200GE n’étant pas dispo, qu’aurait dû faire Atari ? Se baser sur une boule de cristal ? Attendre AMD ? Vous n’arrêtez pas de reprocher le concept flou dans l’article… »

    Peut être faire comme l’ensemble du marché ? Proposer soit un PC plus cher et vraiment compétent ? Le sortir vite avec un partenaire industriel. Soit prendre son mal en patience. Ce n’est pas parce que c’est Atari et qu’il y a une opportunité avec le marché rétro-gaming actuel que l’univers High tech va se plier aux fantasmes et besoins de la marque.

    Que faire pour Atari ? Ce que j’ai proposé par exemple : Vendre un design à une marque de boîtiers et faire fructifier l’idée de départ avec une livraison rapide sans SAV ni gestion derrière. Vendre des manettes avec le même profil. C’est moins ambitieux mais rentable, sans risque et à la mesure des compétences réelles de la marque. Là Atari s’envole dans un projet que la marque n’est pas en mesure d’assurer techniquement.

    « Franchement, je pense que l’orage de critiques que subit cette machine est surdimensionné pour un malheureux mini PC à 200$. Il ne faut juste pas en attendre ce qu’elle ne peut pas offrir. »

    C’est cette ambiguïté que je soulève. La marque promet en 2019 un matériel de 2016 pour un tarif annoncé en 2018. Je trouve que le jeu n’en vaut pas la chandelle.

    Répondre
  • 5 juin 2018 - 22 h 24 min

    @Alf: AMD se refuse a me répondre sur ce partenariat pour le moment… Je suppose que Flextronics est partenaire d’AMD effectivement. Quand à Atari ? Je ne vois pas pourquoi ils le seraient ? Je vois pas trop qui dans l’équipe d’Atari entendrait grand chose aux documents techniques de la marque.

    Répondre
  • Alf
    5 juin 2018 - 22 h 50 min

    @Pierre Lecourt: En y repensant, je crois que j’ai fait une confusion avec Smach Z, un autre crowdfunding fumeux à base d’APU de chez AMD.
    Dans une présentation récente (2018), AMD avait une diapo avec pleins de logos de partenaires et Smach Z y était alors que tout le monde était persuadé qu’ils étaient morts et qu’ils ne livreraient jamais.

    Répondre
  • 5 juin 2018 - 23 h 23 min

    @Alf: Oui, j’étais à Londres pour la présentation des Ryzen Embedded et j’étais le premier surpris de voir le logo Smach-Z.

    Maintenant si tu regardes le calendrier de Smach-Z, c’est assez édifiant !

    Fin 2015 : présentation de la Smach-Z avec l’annonce d’un CPU AMD de série G, de 4 à 8 Go de ram et de 32 à 128 Go de SSD. http://www.minimachines.net/actu/smach-z-une-console-portable-avec-de-vrais-morceaux-de-pc-36293

    Quelques jours plus tard : Les créateurs dela Smachj Z stoppent la campagne. elle ne démarre pas. http://www.minimachines.net/actu/console-pc-smach-tv-arret-brutal-du-financement-participatif-36430

    Il faut dire que leur projet demande 900 000$ pour démarrer : Il faut tout concevoir et c’est complexe et long.

    Novembre 2016 : La marque tente à nouveau le coup sous Indiegogo… 748 000$ sont récoltés. A ce jour personne n’a été livré.

    En Juin 2017 on apprend que le prestataire technique de la Smach Z n’a jamais pu mener à bien le travail demandé… Parce qu’il était intenable technologiquement parlant. http://www.minimachines.net/actu/console-pc-smach-z-52232 Une histoire édifiante.

    Février 2018 : AMD annonce les Ryzen V1000 et affiche le logo Smach Z. La puce colle aux exigences de la console. Le jeu est relancé.

    Mars 2018 : La console est à nouveau annoncée. Mais le prix explose : 699$ en V1605B 4/64Go + écran 6″ FullHD. 899$ en 8Go/128Go. Le prix de départ était de 299€ sous AMD Serie G…

    Bref, une histoire intéressante ou une équipe a une idée sur le papier mais ou personne n’a de compétence technique et qui face à la réalité technique du moment se retrouve a devoir tout annuler. Pour reprendre le développement de son concept lorsque AMD propose enfin, des années plus tard et pour beaucoup plus cher…

    Répondre
  • 6 juin 2018 - 20 h 17 min

    Cette BOX va se faire hacké dans tous les sens , c’est enfin THE BOX que j’attendais avec une renommé et pas n’importe laquelle . ATARI c’est juste l’image meme du retro gaming

    Je vois déjà des dashboard a la maximus arcade avec tous les previews vidéo , etc
    et tout ca sans se prendre la tête a paramétrer des tas de bidule comme sur raspberry

    Tout le monde en aura une dans son salon , ca va remplacer les box pourris des FAI qui sont inexploitable et sans mis a jour

    Je précommande !!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre
  • 6 juin 2018 - 21 h 50 min

    @akou le fou:

    « Cette BOX va se faire hacké dans tous les sens »
    Comme n’importe quel PC sous Ubuntu mais pour un matériel de 2016, vendu en 2018 et livré en 2019 ^^

    « c’est enfin THE BOX que j’attendais avec une renommé et pas n’importe laquelle . ATARI c’est juste l’image meme du retro gaming »

    Non Atari c’est l’image de Polaroid ou Thomson PC. Des boites qui n’ont plus rien a voir avec leurs origines. Juste des entités qui vivent en vendant des licences qu’ils n’ont pas inventées.
    2018-06-06 22_01_27-minimachines.net
    Ted Dabney, un des fondateur de l’Atari originel et le créateur de Pong, est mort la semaine dernière :
    https://www.nytimes.com/2018/05/31/obituaries/ted-dabney-dead-atari-pong.html .

    Tu crois qu’il y a un mot sur le site d’Atari ? Sur leur page Facebook ? Non, parce qu’ils s’en foutent… La communauté Retro Gaming par contre a parlé de cette perte. Ce n’est juste pas le même monde. Des passionnés d’un côté, des financiers de l’autre.

    « Je vois déjà des dashboard a la maximus arcade avec tous les previews vidéo , etc »
    Euh, sur la VCS ? Parce que les développeurs vont abandonner Retropie, Mame et recalbox du jhour au lendemain pour la VCS avec 10 000 consoles vendues ?

    « et tout ca sans se prendre la tête a paramétrer des tas de bidule comme sur raspberry »
    Tuto Retropie ou RecalBox = 2 minutes de configuration montre en main. tuto Recalbox sur PC, idem.

    « Tout le monde en aura une dans son salon , ca va remplacer les box pourris des FAI qui sont inexploitable et sans mis a jour »
    30/05/2018 : 7614 commandes
    31/05/2018 : 992 commandes
    1/06/2018 : 301 commandes
    2/06/2018 : 313 commandes
    3/06/2018 : 262 commandes
    4/06/2018 : 274 commandes
    5/06/2018 : 229 commandes

    Nous sommes plus de 7,55 milliards au dernier recensement de 2017, reste a trouver quelques milliards de fans d’Atari pour que tout le monde s’équipe. C’est beau de rêver mais a part des petits porteurs de la marque qui voient l’action s’effriter de jour en jour malgré l’introduction de la VCS, je ne vois pas trop qui pourrait s’enflammer ainsi ^^

    2018-06-06 21_47_47-minimachines.net

    En jaune, la date d’introduction de la VCS… La suite du cours de l’action va vous étonner (ou pas)…

    « Je précommande !!!!!!!!!!!!!!!! »

    Bon courage.

    Répondre
  • 7 juin 2018 - 10 h 57 min

    Ce billet doit être en train de devenir une référence au sujet de cette machine… à juste titre. Que de passion pour cette marque, même morte!

    « Autre problème, et cela, je l’ai vu autant dans la presse internationale que française, la machine est annoncée comme une précommande. Or ce n’est pas une précommande, c’est du financement participatif ! Ce qui est par essence totalement différent. »

    >> Pourtant, le terme « PRE ORDER » revient sur la page Indiegogo et dans leurs mailings. communication abusive voir mensongère donc ?

    Répondre
  • 7 juin 2018 - 11 h 05 min

    @Alain: Je ne sais pas quelles sont les implications de « Pre Order » par rapport à la VPC internationale. Mais en france le terme de commande en VPC induit des éléments importants de contrat. Je ne remet pas en cause la plate forme ni Atari sur ce point. Par contre la couverture média a clairement laissé sous entendre qu’il s’agissait de précos, ce n’est pas le cas.

    Répondre
  • 7 juin 2018 - 11 h 19 min

    @Pierre en effet, y compris sur les sites « sérieux »

    Répondre
  • 8 juin 2018 - 13 h 38 min

    […] ACTU Atari VCS : L’amour du risque […]

  • 12 juin 2018 - 23 h 06 min

    Ce qui serait cool, c’est un boîtier pour raspberrypi, en forme de vielle console Atari VCS.

    Répondre
  • 13 juin 2018 - 0 h 02 min
  • 16 juin 2018 - 2 h 30 min

    Petite mise à jour :

    30/05/2018 : 7614 commandes
    31/05/2018 : 992 commandes
    1/06/2018 : 301 commandes
    2/06/2018 : 313 commandes
    3/06/2018 : 262 commandes
    4/06/2018 : 274 commandes
    5/06/2018 : 229 commandes
    6/06/2018 : 313 commandes
    7/06/2018 : 113 commandes
    8/06/2018 : 109 commandes
    9/06/2018 : 88 commandes
    10/06/2018 : 127 commandes
    11/06/2018 : 140 commandes

    Je n’ai pas pu récupérer les chiffres des derniers jours, je ne sais pas pourquoi ils ne remontent pas dans les stats.

    2018-06-16 02_22_07-minimachines.net

    Ce ne sont pas le nombre de consoles vendues, mais le nombre de commandes. Pas mal de commandes sont triples : Les acheteurs commandent 1 console puis une manette puis une seconde manette. Je ne sais pas pourquoi mais c’est très visible.

    Dans la capture ci dessus, 8 commandes enregistrées par 3 personnes mais 3 consoles vendues seulement. D’un côté c’est une bonne nouvelle à court terme pour Atari car cela veut dire que les manettes se vendent bien. Or la marge sur les manettes sera meilleure que sur la console. D’un autre côté c’st une mauvaise nouvelle car si il y a 70 ou 80% des commandes qui concernent des consoles… Et bien on sera loin d’un nombre suffisant pour intéresser un développeur en exclusivité.

    Je continue de penser qu’Atari aurait fait un fameux coup en proposant une manette Retro revisitée en partenariat sans s’investir outre mesure. Les ventes auraient été extra et la marque n’aurait pas eu a s’engager.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *