Le PC-Console Atari VCS est enfin arrivé !

Ca y’est, les premières livraisons de l’Atari VCS ont débuté pour les participants à son financement participatif de… 2018 !

C’est donc avec un an et demi de retard qu’Atari livre1 les premières pièces de sa console qui n’est pas une console. Bon, une pandémie est passée par là ce qui explique un peu le temps perdu mais la marque a connu des épisodes assez salés dans sa gestion de la construction de l’engin. Entre les équipes qui tournent en rond sans rien faire avant un changement – logique – de processeur. Les divers soucis rencontrés avec ses développeurs et autres mésaventures, la solution s’en tire pas si mal finalement.

2018-05-31 11_20_05-minimachines.net

Evidemment, entre 2018 et la fin 2020, les octets ont eu largement le temps de couler sous les ponts. On  a connu quelques évolutions intéressantes sur le marché. Par exemple le processeur choisi pour la VCS a été remplacé par un autre plus récent. Le Ryzen Embedded R1606G intégré fait désormais partie de l’ancienne génération de puce sur ce segment puisque AMD a lancé les V2000 en Novembre dernier sous architecture Zen2.

Atari VCS

Mais passons, la machine est là, fidèle à sa promesse de base. Il s’agit d’un PC sous Ryzen R1606G avec 4 ou 8 Go de mémoire vive extensible jusqu’ 32 Go de mémoire vive et également 32 Go de stockage eMMC de base. La carte mère propose un port M.2 compatible SATA 3.0 pour offrir un stockage supplémentaire. Un module Wifi5 et Bluetooth 4.0 est présent en plus d’une connectique Ethernet Gigabit. La connectique comporte une sortie HDMI 2.0, 4 ports USB 3.1 distribués par paires de chaque côté de l’engin. Le tout dans un châssis en plastique avec une éventuelle façade en bois plaqué. Le tout lance un système Linux baptisé Atari Native OS tout en étant compatible avec d’autres Linux et même Windows 10. Ce qui est logique puisque l’Atari VCS est un… PC.

Cet ensemble est vendu entre 250 et 400$ suivant les versions. Evidemment, on peut trouver beaucoup mieux pour moins cher sur le marché aujourd’hui, c’est tout le problème d’être un PC et non pas une console. La comparaison existe et elle est facile, surtout quand on pose dans la balance les avantages à acheter une VCS.

Dans les points positifs exclusifs offerts par la VCS il y a :

  • Le look de l’engin. C’est un détail bien sûr mais c’est le point le plus différenciant de cette offre puisque derrière il ne s’agit que d’un PC classique. 
  • Les manettes de jeu liées. Le côté rétro du modèle classique et l’autre modèle plus classique.
  • Le logiciel maison qu’est Atari Native OS et les 3 jeux offerts.

Pour le système d’exploitation, c’est une version Linux modifiée pour coller aux besoins de l’engin. Rien de vraiment formidable, à première vue. Le navigateur par défaut est Chrome. Les premiers retours sont assez positifs malgré quelques éléments étranges. Par exemple, il est impossible de créer plusieurs comptes sous Chrome. Ce qui donne un navigateur unique pour tous les profils de la maison. Il faudra soit en créer un spécifique soit… partager ses accès.

Ajout du 21/12/2020 : deux jeux du Atari Store.

Autre détail étonnant du logiciel, les sauvegardes sont uniques. Un joueur qui lancera une partie d’un jeu VCS devra partager sa progression avec tous les autres. Atari a promis de régler ce souci avec une mise à jour. Enfin, trois jeux sont livrés gratuitement avec la machine… Le reste sera payant à des tarifs allant de 0.99$ à 24.99$.

2018-05-31 15_49_23-minimachines.net

Alors au final la Atari VCS ?

La gestation du projet a été très longue et le produit sort déjà dépassé techniquement mais, comme anticipé, la livraison aura bien lieu. J’ai bien peur pourtant que personne n’y voie au final un véritable intérêt. Je vois mal le point d’ajouter cette solution derrière son téléviseur face à n’importe quel MiniPC classique en Ryzen classique qui sera moins cher et plus puissant. Ou n’importe quelle console moderne au vu du prix de la version VCS 800…

Si on prend un Minisforum UM300 en Ryzen 3 3300U avec 8 Go et 256 Go plus rapide et évolutif avec un prix moins élevé on aura exactement le même service que ce que propose la VCS. Plus de possibilités d’évolution et les mêmes partenariats puisque tous ceux évoqués par Atari ne sont pas exclusifs.

Je suppose que l’Atari Native OS sera vite récupéré et rendu disponible pour tout le monde. Ce qui permettra à tout un chacun de « profiter » de cette interface particulière… Enfin, les manettes Atari devraient également être disponibles à l’achat pour compléter la panoplie.

atari-boule

Bref, si je résume, l’Atari VCS est une machine dépassée et vendue trop chère par rapport au marché. Elle est disponible avec un an et demi de retard et n’a aucun attrait particulier si ce n’est son look. La marque aurait, encore une fois, pu se contenter de proposer un boitier en partenariat avec une grande marque et lancer ses manettes à part. Elle aurait évité bien des écueils et même, peut être, gagné plus d’argent. Je ne suis pas sur que la VCS se vende désormais. La « mode » est passée, les gens vont être au courant de ce qu’elle propose véritablement et ils comprendront assez rapidement qu’il est plus intéressant – et rentable- de choisir une autre solution.

Pour le moment mon pari de Mai 2018 est toujours gagnant

Notes :

  1. A noter que les consoles livrées en France viennent des USA, elles ont donc fait le voyage de la Chine vers les USA avant de repartir pour l’Europe… Avec au passage plus de 60€ de frais de douane surprise aux acheteurs…

Rivière
57 commentaires sur ce sujet.
  • 22 décembre 2020 - 1 h 18 min

    @Eusèbe:

    « J’ai juste pris les contrôleurs sur igg, 2 pour 55€ (67$) livrés, quelle arnaque, vraiment :). »

    100% d’accord avec ça, les manettes sont de vrais produits, proposés à un bon prix.

    « Vu le prix de la console (165€ encore une fois), je sais pas ce qu’il vous faut ici. Un pauvre raspberry nu (boitier alim rasp), on est déjà à 100 balles. Un raspberry quoi… Autant le prix en boutique est trop élevé, autant pour les backers, je comprends pas qu’on puisse hurler à l’arnaque. »

    Moi non plus. Juste que la méthode et le materiel annoncé étaient totalement débiles. A 165€ HT + 60 à 80€ de frais de douanes c’est quand même cher payé vu le materiel embarqué et l’absence de la somme pendant 2 ans et demi dans un portefeuille.

    « J’arrive pas à comprendre cette espèce d’indignation parce que des gens ont “osé” acheter cette console. »

    Aucune indignation envers les acheteurs, uniquement le culot d’Atari.

    « Un peu comme je suis sidéré par la violence des mecs qui hurlent “scamscamscam” en boucle sur youtube sur le sujet. »
    Ces gens se rendent pas compte de ce qu’ils risquent en fait.

    « Des gens veulent une console avec un logo Atari dans leur salon, Atari répond à leur demande, grand bien leur fasse… »

    Certes, mais cela n’empêche pas d’être critique sur la méthode non ? Des gens veulent critiquer la méthode de commercialisation d’une console avec un logo Atari dessus, grand bien leur fasse…

    Répondre
  • 22 décembre 2020 - 13 h 37 min

    @Pierre Lecourt:

    Bonjour,

    La vache, quand je parlais de votre abnégation sur les articles, on la voit aussi dans les comm.
    Bon ça va, il ne faisait pas beau aujourd’hui…
    ____________________________________________________________________________________________
    « “Disponible”, comme vous y allez. La majorité des acheteurs ne l’ont pas reçue encore. » 
    Peut-être, mais vous le dites vous-même, la couleur est annoncée dès le départ.
    je ne dis pas que votre opinion sur Indiegogo est infondée, c’est juste qu’un backer va passer au-delà de ça.
    ____________________________________________________________________________________________
     http://www.atari-investisseurs.fr/wp-content/uploads/2018/04/PRES-ATARI-2018-04-US-VDEF2.pdf

    Une annonce de plus pour les actionnaires, Chesnais passe son temps à faire ça, et y’a pas besoin d’aller chercher un pdf (je l’ai vu dans un vos billets ce lien non ?), on en trouve des videos, c’est même ce qui le rend désagréable, tout le monde le sait.
    Et alors ?

    ____________________________________________________________________________________________
    « Non mais on parle d’un produit commercial présenté et vendu de manière classique pour Microsof »
    Alors là, entièrement d’accord, tout est dit. C’est bien le problème.

    ____________________________________________________________________________________________
    « Je veux bien admettre votre rire. Mais alors il va falloir jouer serrer. »
    Attendez, on parle de vous. Vous déconseillez une société qui abuse/détourne un système
    (tout à fait d’accord de le signaler), je vous dis juste d’être cohérent.
    C’est votre blog qui conseille en achat informatique, moi je ne fais rien. Je ne « joue » pas et je ne conseille pas des produits pour des boites type « Total » (heureusement que je noie le poisson).

    La boite de Gates manipule/détourne un système à une autre échelle. Demandez à Me Michu si elle est au courant qu’un autre système gratuit peut faire tourner son PC. Vous allez pouvoir lui proposer une pillule bleu ou une rouge.

    Continuez de faire ce que vous faites, je m’en tape, je vous dis juste qu’il ne faudrait pas utiliser cet argument dans ce cas ou me dire que ca n’a aucun rapport.
    Me dire que Microsoft mette des billes au départ, il ne manquerait plus que ça.
    Mais vous conseillez également les produits sous Linux, et ça peu le font.
    __________________________________________________________________________
    « On en parle partout depuis 2004 avec le passage de la gendarmerie à OpenOffice… »
    En réalité, c’est même 2001, mais migrer une suite bureautique et changer le système d’exploitation, sans être spécialiste je pense que ça n’a rien à voir. Que ce soit financièrement pour Microsoft et financièrement/techniquement pour l’administration.
    Je vous laisse la note interne que la gendarmerie a publié depuis pour expliquer ça (décembre 2006). La dernière phrase est :
    « De façon à ne pas être freinée dans sa progression par des influences exogènes, la SDTI réalisera sans publicité cette migration technique vers Linux et ne s’investira en communication extérieure qu’une fois le processus devenu irréversible.
     »
    __________________________________________________________________________
    « Emprunter à la banque […].c’est comme ca que ca fonctionne  ? »
    Elle est bonne celle-là, qu’on dise ça quand une pratique est illégale… mais là c’est juste votre avis.
    [Digression]
    Moi mon avis c’est que Microsoft nous a déjà tous soutiré (légalement)de l’argent en verrouillant le système à son avantage, par des pratiques honteuses. Ne serait-ce que lors de mes achats de PC portables. Sur 4 constructeurs, un seul m’a remboursé le Windows sans histoire. Environ 200 euros de perdu.
    Et que dire des débuts où Microsoft construit son assise financière sans prendre aucun risque financier : Microsoft qui n’a pas l’OS pour IBM signe quand même le contrat. Paul Allen achète en catimini le QDOS (sans préciser au vendeur SCP pourquoi) et refaire faire à l’arrache le MS DOS, évidemment complètement buggé. Purée, là aussi on l’a tous subi ce truc buggé.

    Gary Killdall, vrai auteur d’un OS (CP/M) est écarté par IBM qui ne comprend rien à l’importance du logiciel. La stratégie digne de marché de village de Gates et Allen fonctionne. Killdall règlera ses comptes plus tard mais Digital Research (qui fournira entre autre le TOS, système des Atari ST) finit par s’éteindre.
    [/Digression]

    C’est pas ça comme ça que ca marche pour moi…On ne va pas acheter un kilo d’orange dans le dos du vendeur et de l’acheteur quand on n’en a pas.

    Mais…vous vous en fichez ? OK, c’est juste mon avis.

    Par contre les décisions sur leurs pratiques illégales, c’est une décision basée sur la loi.
    _______________________________________________________________________________________________
    Je pense qu’on a fait le tour. Je vais garder une trace de tout ça pour mon site, ça n’aura pas été inutile.

    Encore une fois, passez de bonnes fêtes.

    Romain,

    Désolé pour le post qui suit mais je ne voulais pas uploader le fichier.

    Répondre
  • 22 décembre 2020 - 13 h 51 min

    ### Direction générale de la gendarmerie nationale 11 décembre 2006

    OBJET : Situation sur la politique « logiciels libres » de la gendarmerie sur le poste de travail
    _____________________
    Le contexte initial
    _____________________

    La gendarmerie s’est orientée vers les logiciels libres dès 2001. Cette utilisation s’est intensifiée au fur et à mesure de leur percée sur le marché informatique. Ainsi, l’architecture de l’Intranet gendarmerie et les messageries associées reposent, pour l’essentiel, sur ces technologies. En outre, la gendarmerie a déployé des logiciels libres sur le poste de travail avec en 2005 la suite bureautique OpenOffice .org et en 2006 le navigateur Firefox et la messagerie Thunderbird.

    Cette politique s’appuie sur le plan stratégique pour l’administration électronique (PSAE 2004-2007) mis en oeuvre par la direction générale de la modernisation de l’état (DGME) et relayée par la direction générale des SIC du MINDEF (DGSIC). Les logiciels libres sont inscrits dans la stratégie ministérielle de réforme (SMR) de la défense. Le 4 décembre 2006, suite aux travaux de la commission sur l’économie de l’immatériel « réinventer notre modèle de croissance », le ministre de l’économie, a pris la décision de créer un pôle de compétitivité du logiciel libre et de l’open source.

    Les déploiements au sein de la gendarmerie d’OpenOffice .org, de Firefox et de Thunderbird ont connu un
    certain retentissement dans la presse informatique et sur Internet, car ils ont été, dès le début, valorisés par l’agence pour le développement de l’administration électronique (ADAE a ujourd’hui DGME) comme un exemple de bonnes pratiques. Ce pendant, d’autres administrations ont fait le même choix que la
    gendarmerie : les douanes, l’intérieur, l’équipement, l’agriculture, la direction générale des impôts…
    ___________________________________________________________________
    Les raisons du choix fait par la gendarmerie des logiciels libres
    ___________________________________________________________________

    – La première raison est l’ utilisation des standards ouverts tels qu’ils sont définis dans la loi n°2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique.
    En effet , la gendarmerie exerce ses missions dans un contexte interministériel ( défense, ministère de l’intérieur, justice, douanes, services de secours, collectivités locales …) et au titre du service public, elle devra demain échanger, via Internet, avec le citoyen (e-administration).

    L’utilisation de standards ouverts et libres de droit assure pour l’avenir des SIC de la
    gendarmerie une interopérabilité avec l’ensemble de ces acteurs.
    C’est aussi le gage d’une indépendance technique et financière face aux monopoles de certains éditeurs, et celui d’une meilleure maîtrise de l’ hétérogénéité des logiciels installés sur un parc informatique de plus de 70.000 stations de travail.

    – Le coût est aussi une des raisons du choix des logiciels libres. Ces derniers sont développés par des
    communautés et sont disponibles gratuitement sur Internet. Cela ne veut pas dire que les logiciels libres sont gratuits ; les licences sont gratuites, mais le modèle économique se fait sur le service autour de ces logiciels (conseil, intégration, formation, soutien, développements spécifi ques…).
    Ce modèle est particulièrement intéressant pour la gendarmerie car elle possède en interne des équipes qualifiées pour intégrer les logiciels libres sur l’architecture de ses systèmes d’information. Enfin, le modèle éditeur ( un utilisateur ou une machine é gale une lice nce) est aujourd’hui peu a dapté à la gendarmerie dans la mesure où, au travers de l’Intranet, ce sont 100.000 utilisateurs ou 70.000 postes qui peuvent utiliser un logiciel.
    Ainsi, le déploiement, sur l’ensemble de l’intranet, d’un logiciel dont la licence vaut 100 € coûte 7 M €. Dans ces conditions, une solution « logiciel libre » est , sur le plan financier , nettement préférable.

    _______________________
    Le contexte actuel
    _______________________

    Aujourd’hui, la DGSIC mène au sein du MINDEF une politique logiciel libre et de standards à l’instar de la
    gendarmerie. Or ce ministère représente un enjeu à la fois stratégique et financier pour l’éditeur Microsoft.
    C’est un enjeu stratégique parce que c’est un argument fort vis-à- vis des détracteurs qui pourraient acc user Microsoft d’être « un cheval de Troie » de certaines agences des Etats-Unis. C’est aussi un enjeu fi nancier parce que ce ministère est le premier client de Microsoft France ( près de 400.000 postes de tra vail).

    Logiciel libre sur le poste de travail.odt-mise à jour le 12/01/07

    Répondre
  • 22 décembre 2020 - 13 h 57 min

    […]Le choix de Linux sur 40.000 postes de travail sera potentiellement vécu par Microsoft comme une nouvelle menace à son monopole. Cette situation peut justifier aujourd’hui des actions ci blées pour em pêcher ou discréditer la politique de la gendarmerie en matière de poste de travail. De façon à ne pas être freinée dans sa progression par des influences exogènes, la SDTI réalisera sans publicité cette migration techniques vers Linux et ne s’investira en communication extérieure qu’une fois le processus devenu irréversible.

    C’est la gendarmerie qui le dit, pas moi ;).

    Répondre
  • 22 décembre 2020 - 14 h 01 min

    @Wuuf_the_bika: Oui et ça n’a rien de secret. Tout en étant absolument sans aucun rapport avec ce qui nous préoccupe ici non ?

    Répondre
  • 22 décembre 2020 - 14 h 21 min

    @Wuuf_the_bika:

    Ce n’est pas de l’abnégation, c’est mon métier.

    « Annoncée dès le départ ? Je suis pas persuadé que les gens se rendent compte de comment fonctionne Indiegogo ou de l’absurdité d’un financement flexible.

    Et alors ? Et bien alors cela montre juste la volonté d’une boite composée de financiers de ne prendre aucune responsabilité sur le projet, ni financière ni technique.

    Atari ramasse de l’argent de milliers investisseurs sans même savoir comment fabriquer le produit. Elle demande à un prestataire de réaliser le boulot sans le payer. Et elle distribue avec 2 ans et demi de retard un produit au compte goutte. Pourquoi ? Parce qu’elle est incompétente a gérer le projet et qu’elle se fiche bien du résultat, seul le bénéfice compte. Vous pouvez défendre ça… C’est juste que ça ressemble de moins en moins à de la logique et de plus en plus à un syndrome de Stockholm. Non pas en tant que baker mais de plus en plus en tant qu’actionnaire…

    —-

    Les ventes de Microsoft sont totalement légales. Il existe des alternatives de plus en plus nombreuses sous Linux ou sans système. Je ne vois pas le problème pour ma part.

    Bill Gates n’est plus chez Microsoft depuis un bail, les accusations que vous portez au présent contre Microsoft sont sous votre responsabilité.

    Je n’ai aucun problème avec Microsoft, leur proposition est légale et il existe des alternatives à leurs produits et logiciels.

    Je ne déconseille pas Atari, je déconseille ce produit qui est une absurdité technologique qui n’existe que parce qu’il y a un logo Atari dessus. Si n’importe quel autre acteur avait posé cette machine sur IGG, elle n’aurait pas ramassé un sou.

    Gendarmerie: super mais on s’en fout non ? Perso je suis au courant depuis un bail, si la gendarmerie n’en a pas fait la publicité, elle ne l’a pas non plus caché. Encore une fois, c’est sans rapport avec le sujet.

    —-

    Mais entre un constructeur qui propose un produit avec Windows que vous demandez en remboursement et un investisseur qui avance ou emprunte de l’argent pour réaliser un projet il y a quoi comme rapport ? L’historique de Microsoft n’a également aucun rapport avec la pratique du financement participatif outrancier ? Vous êtes totalement à côté de la plaque, désolé.

    Les décisions légales contre Microsoft ont donné lieu à des procès, soldés aujourd’hui. Vous pouvez digresser autant que vous voulez, cela n’a aucun rapport.

    « C’est pas ça comme ça que ca marche pour moi…On ne va pas acheter un kilo d’orange dans le dos du vendeur et de l’acheteur quand on n’en a pas. »

    Super … Oo

    Bonnes fêtes à vous.

    Répondre
  • 22 décembre 2020 - 14 h 29 min

    @Pierre Lecourt:

    Bonne fêtes, et portez-vous bien. Je repasserai ;)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *