CES 2014 : La conférence Steam Machines a duré 7 petites minutes

Gabe Newell, le patron de Valve, n’a pas fait dans la dentelle. Il lui a fallu 7 minutes en tout et pour tout pour débuter, conduire et conclure la conférence de présentation des Steam Machines au CES 2014. 7 minutes suffisantes pour éclaircir certains points et laisser planer quelques doutes. Le projet est encore en bêta et si beaucoup travaillent dessus, sa gestation sera encore longue.

Résumé : Rondement menée, la conférence de presse de Valve au sujet de Steam OS n’a pas beaucoup éclairé ses participants. Si des partenaires ont été évoqués, il s’agit encore pour beaucoup d’assembleurs et peu de constructeurs. Pas de titres annoncés, pas de machine en démo. Projet en panne ou simple rappel de son existence par un Valve que l’on sait être très patient quand à la date de sortie de ses bébés ?

Steam Machines

 Ceux qui espéraient des annonces concrètes, comme moi, en sont pour leurs frais, Gabe Newell, le papa de Valve et de Steam a probablement passé plus de temps dans le hall de son Hotel Casino pour s’enregistrer que pour la conférence de presse de présentation des Steam Machines. 7 minutes en tout et pour tout pour commenter la présentation des 13 partenaires actuels de la marque autour de ce concept de PC de jeu d’un nouveau genre. Il s’agissait surtout de défricher quelques infos et de tordre le cou à des rumeurs autour du projet.

Pas de chaises dans la salle de conférence de Valve, le public du CES n’est pas habitué à être maltraité de la sorte. L’Hôtel Casino Palms qui recevait la conférence annonçait d’emblée la couleur : Pas de prises de notes faciles et une communication qui n’allait pas durer des heures. On a donc appris peu de choses hier sur les Steam Machines et leur futur fonctionnement.

Steam Machines

Le pied en faux granit, le bon goût façon Falcon Northwest…

La mise en scène est simple, sans fioritures : Un grand drap noir posé sur des boites que l’on devine être des Steam Machines des fameux partenaires autour du projet. Ce sera au final 13 partenaires au tour du projet, dont seulement 3 grands constructeurs internationaux : AlienWare, Zotac et Gigabyte. Les autres sont des assembleurs plus ou moins connus comme Falcon Northwest ou Origin. dans le lot un Français déjà signalé hier, Materiel.net qui fabrique déjà des PC de joueurs.

Steam Machines

Si AlienWare a fait un gros travail d’intégration et de design , d’autres se sont contentés de décorer un peu la façade de leurs appareils comme Gigabyte avec un Brix II aux armes de SteamOS. La gamme de produit est donc assez diversifiée et l’écart de prix entre un engin entrée de gamme et les modèles les plus évolué sera énorme. Certaines Steam Machines sont annoncées à 499$ tandis que les plus performantes atteindront les 6000$ !

Le discours de Gabe Newell tiens sur u point fondamental, si le marché du jeu PC se porte très bien en ce début d’année 2014, il est étranglé par des systèmes propriétaires. Des systèmes qui empêchent un développement facile et harmonieux des titres. Avec SteamOS et Big Picture, Valve veut rendre l’interface et la plateforme de développement plus simple à prendre en compte.

Steam Machines

Les 13 machines exposées sont toutes différentes, ce qui peut paraître le contre exemple parfait du discours de Valve. Mais c’est en fait un avantage pour Valve et les joueurs : Chaque machine est une proposition différente unifiée par un système unique orienté jeu : SteamOS.  Le joueur pourra ainsi faire jouer la concurrence, choisir entre un PC de taille plus ou moins imposante ou un engin réellement compact, faire varier la puissance embarquée et les tarifs. La seule contrainte imposée par Valve semble être dans la création d’un engin qui puisse aller dans le salon et bien évidemment la parfaite compatibilité avec le système Linux maison.

Cette diversité de produits empêche opportunément Valve de fournir la moindre réponse à la question de la disponibilité des produits. L’éditeur renvoyant la balle du côté des constructeurs. Sachant que ceux-ci ont, de toutes façons, besoin d’un système d’exploitation finalisé pour commercialiser leurs machines. La marque commercialisera bien ses Steam Controller en direct mais encouragera également des partenaires à proposer leurs propres solutions compatibles.

A la questions des jeux concernés par Steam OS, Gabe Newell a répondu qu’environ 250 titres étaient en cours de portage pour le moment sans préciser lesquels. On se doute que les jeux déjà compatibles Linux du catalogue Steam seront de la partie mais le gros du changement se fera quand les outils seront prêts. Valve travaille sur ces outils de développement qui permettront aux studios de création de basculer leurs créations anciennes, actuelles et futures sur Steam OS. L’intérêt des joueurs viendra du contenu disponible et de la facilité avec laquelle ils pourront profiter de ces titres sur leur PC de salon. Sans de gros titres majeurs, la mayonnaise ne prendra probablement jamais.

Source : TheVerge

17 commentaires sur ce sujet.
  • 7 janvier 2014 - 14 h 40 min

    Bonjour Pierre, pour compléter tes propos, nous avons eu également la présence de Gabe Newell au coté du nouveau CEO d’Intel lors de la grosse conf de presse de ce dernier hier ici à 18h30. On connait donc le Gros partenaires : Intel et surtout l’importance que donne ce dernier à cette alliance qui lui permet de contrer les Xbox One et PS4 toutes deux exploitant de l’AMD…
    Conf de Sony ce matin, nous nous croiserons peut-être :)

    Répondre
  • 7 janvier 2014 - 15 h 49 min

    deux élement clé le prix de la steam machine et le nombres jeux dispos ? Y a t-il encore un avenir à ce genre d’engin qui arrive trop tard par rapport aux futurs monstres comme Tegra 6 ou les 12 cores ARM à venir dans quelques années permettant une immersion vidéo ludique proche des consoles de salon ?

    Répondre
  • 7 janvier 2014 - 15 h 59 min

    @doctorcpu: “qui arrive trop tard par rapport aux futurs” ?

    @Stephane: Je ne suis malheureusement pas sur place cette année !

    Répondre
  • 7 janvier 2014 - 18 h 02 min

    Sûr que si Microsoft rate le coche ARM (et c’est bien parti pour…), GNU/Linux/OpenBSD ont leur carte à jouer… Si AMD et Nvidia se mettent à sortir des vrais drivers libres avec des développeurs qui planchent dessus… Bon ceci dit, même si steam n’arrive pas à faire aboutir son STEAM OS, restera le bon vieux Wine ;)

    Allez M’sieur Newell, on se bouge :p

    Répondre
  • 7 janvier 2014 - 18 h 39 min

    les futurs Tegra K1 (car y’aura pas de “5” ou “6”) ne vont pas arriver avant les Steams machines et avec un puissance BIEN moindre !

    et en 2016 les steams auront elles aussi évolué vu que ce n’est pas un HW fermé ! ;)

    dommage que les AMD soient (pour le moment) mis de coté !!!
    car dans la briks de Gygabite, j’aurai bien vu le dernier [email protected] et 512CGN ! ^^

    Répondre
  • 7 janvier 2014 - 18 h 43 min

    On reste sur sa faim avec les Steam machine :(

    @Baldarhion: “Bon ceci dit, même si steam n’arrive pas à faire aboutir son STEAM OS, restera le bon vieux Wine ;)” Steam est dans les dépôt de linux, donc pas besoin de Wine.

    Répondre
  • Guy
    7 janvier 2014 - 18 h 54 min

    Y aura t-il une forme de certification des steam machines ?
    N’importe qui pourra mettre le logo “steam machine” sur sa box ?
    Quid du support ?
    Valve est une petite société, ils auraient certainement intérêt à s’appuyer sur des plus gros pour avancer plus vite.
    Reste que sony et microsoft voit certainement tout ça d’un mauvais œil.
    Dans 2 ans, lorsque leurs nextgen seront des oldgen, ils pourront se faire du soucis.
    Du coup, ils seront tentés de renforcer encore leurs contrats d’exclusivités en interdisant contractuellement aux grosses boites de jeux (celles qui ne leur appartiennent pas encore) de développer une version steamos.
    J’aurai bien vu un accord avec nintendo. Les jeux wii tournent très bien sur PC gonflés avec les manettes WII (bluetooth) et un accord avec codeweavers (wine) pour nous proposer quelques jeux windows only.

    Répondre
  • 7 janvier 2014 - 20 h 24 min

    Je me demande si mes commentaires n’ont pas influencés les 2 dernières phrases.
    On en saura plus lors du prochain E3. Sinon c’est mort.

    J’ai bcp aimé la phrase ” étranglé par des systèmes propriétaires” en pensant à MS ou Apple , car le sauveur steamOS n’est pas propriétaire?

    Je ne comprends même pas la stratégie de valve sur le hard. Comment expliquer au client une différence de prix aussi importante? Aucune explication sur comment bien choisir et qu’est ce qui nécessite d’aller vers du haut de gamme.

    Après quand je pense que certains se moquent du hard de la PS4 en disant que ce n’est qu’un PC. Il faudra me dire quel PC tourne avec de la GDDR5 unifiée. Ces mêmes personnes parlent de steambox comme révolution alors que c’est un véritable PC avec un linux moddé et son AppStore …mais plus cher qu’un Pc avec windows. Il faut être un peu cohérent svp.

    Répondre
  • 7 janvier 2014 - 22 h 04 min

    @Guy: Je pense que si, il y a déjà un cahier des charges et il doit pour le moment correspondre à une target basse et pas à une haute. Cela va s’affiner au fur et a mesure que le steamOS se mettra en place.

    @Toys: SteamOS est un OS documenté, gratuit et open source…

    Comment expliquer au public ? Ben comment le public choisi entre un engin à 499€ et un a 3999€ sous Windows 8 aujourd’hui ? Avec des tests et des caractéristiques détaillées…

    Oui la SteamBox est un véritable PC, c’est d’ailleurs la première chose dite par Valve : Le PC est en super forme…

    Répondre
  • 7 janvier 2014 - 22 h 39 min

    Je ne comprends pas les Steam Machine,
    Au départ je pensais que Valve allait se concentrer sur une config type avec un OS optimisé pour cette config mais là on se retrouve avec des config très différentes dont on n’aura pas la même expérience de jeu.
    En parlant de jeu je suis sure que suivant la config pas toutes les jeux pourront tourner.
    Plus les annonces passent plus je le vois comme un OS comme les autres et si c’est le cas pourquoi des Steam Machine autant parler de config recommandée.

    Répondre
  • 8 janvier 2014 - 5 h 10 min

    SteamOS est un système basé sur Debian GNU/Linux (y!) Il en reprend le tout et y ajoute son client propriétaire, propose une platefome de travail aux dev’s pour optimiser les differentes parties du système qui sera forcément bénefique pour l’ensemble des distros GNU/Linux parce qu’on ne peut faire du proprio avec du libre, ET propose une aide aux licences videoludique pour le port et la commercialisation de leurs produits. Il est aussi possible d’installer le client Steam sur les autres distros ou même se faire un SteamOS customisé en reprennant leurs contributions mises en ligne. Sony reste du coté obscure avec un OpenBSD complètement vérrouillé (la licence BSD le permet) qui ne profitera qu’à Sony seul mais qui succombera quand même dans les mains expertes de hackers

    3615 (je suis utilisateur de PS3 et PSP jailbreaked :P et pas que pour le backup, mais aussi de Debian, Wine et. Steam Linux où j’ai importé ma clé de OilRush et joue aux F2P dispos en attendant de voir des titres comme GTA ou Red Faction en natif dans mon système. Windows j’y vais mais à contrecœur souvent pour faire plaisir à mes amis gamers et l’ergonomie, la lourdeur et l’absurdité de certains composants du système malgré toutes mes optimisations m’hérrissent le poil)

    Bref, vivement la suite =)

    Répondre
  • 8 janvier 2014 - 8 h 31 min

    Open source ne veut pas dire libre.
    Valve est propriétaire du code.

    Si je fais une recette de cuisine et que je la partage sur le net pour avoir des commentaires, Je peux faire ensuite des améliorations mais je reste propriétaire. Sinon je ne contrôle plus rien et il y a des dérives ( clone payant, ….)

    Répondre
  • 8 janvier 2014 - 15 h 56 min

    J’avoue être déçu des propositions et des prix pratiqués : autant se monter son PC et installer l’OS…

    Répondre
  • 9 janvier 2014 - 20 h 22 min

    Info: valve days le 15 et 16 janvier. Il devrait être présenté le casque virtuel de valve concurrent à l oculus rift ainsi que la disponibilité du sdk.
    Voilà qui redonne un peu d intérêt…s’il y a des jeux et que c est utilisable dès le bas de gamme.

    Répondre
  • 29 janvier 2014 - 11 h 26 min

    […] marque Gigabyte s’est largement impliquée dans le développement d’une Steam Machine avec un modèle présenté au CES 2014. A noter pour l’anecdote que les développeurs Valve se sont vu remettre une Steam Machine de […]

  • 20 mai 2014 - 13 h 57 min

    […] à Valve des machines compatibles avec Steam OS sans qu’ils n’y trouvent leur compte. Zotac, Alienware, Gigabyte et tous les autres ne gagneront jamais un kopeck à chaque jeu vendu sur la plateforme de téléchargement de […]

  • 6 mars 2015 - 10 h 44 min

    […] La bonne surprise est la présence de Materiel.net toujours dans la course. Le  constructeur Français avait été un des premier a se jeter dans le bain avec une présentation de sa machine par Gabe Newell – patron de Valve – himself lors du CES …. […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *