FireFly Station P2 : un Rockchip RK3568 dans un mini boitier fanless

La FireFly Station P2 est un de ces minuscules boitiers qui tirent parti de la compacité et la faible dépense énergétique des SoC ARM pour proposer un fonctionnement le plus invisible possible.

En Juin 2020 sortait la P1, une première version de cette solution Linux Open source qui utilisait alors le SoC RK3399. 2021 signe l’arrivée de la FireFly Station P2 qui propose plus de possibilités à l’utilisateur avec des composants mis à jour et de nouvelles options.

FireFly Station P2

La FireFly Station P2 embarque un RK3568 qui propose quatre coeurs ARM Cortex-A55 cadencés à 1.8 GHz et un circuit graphique ARM Mali-G52. Un duo qui sera compatible ici avec Ubuntu 18.04 et Android 11 et ne consommera que quelques watts pour fonctionner. 

FireFly Station P2

Avec 8 Gigaoctets de mémoire vive et un support un stockage eMMC de 32 Go, cette nouvelle version ajoute désormais un slot M.2 2280 pour un SSD supplémentaire ainsi qu’un emplacement 2.5″ SATA 3.0 pour étendre au maximum le stockage. Il sera ainsi possible de démarrer le système sur le eMMC puis de profiter des deux autres solutions pour stocker données, applications et médias. 

FireFly Station P2

La connectique est toujours aussi complète avec une sortie HDMI 2.0, un jack audio stéréo 3.5 mm, un port USB Type-C, un USB 3.0 Type-A et deux USB 2.0, un port RJ Série et deux ports Ethernet Gigabit. Un module Wifi6 et Bluetooth 5.0 sera également présent avec deux supports d’antennes amovibles. Ce qui fait de la FireFly Station P2 une solution idéale pour de la gestion réseau mais également un bon candidat pour d’autres tâches comme le multimédia ou tout simplement une station multi tâches. D’autant que la solution est parfaitement fanless, dénuée de tout ventilateur.

FireFly Station P2

On ne connait pas encore le prix de l’engin, mais la FireFly Station P1 est proposée à 129$ en version 4 Go de mémoire vive et 32 Go de stockage eMMC.

Source : Liliputing


secret
6 commentaires sur ce sujet.
  • Luc
    30 mars 2021 - 13 h 21 min

    Cool, ça fait plaisir de voir
    1/ un produit qui à l’air bien fini
    2/ aux possibilités de stockage rapides et variées
    3/ qui sort des rk3399 qu’on trouve à la pelle

    Reste le sempiternel problème du support logiciel qui peut être partiel où carrément inexistant avec ce type de matériel. Donc à voir.

    Dommage aussi qu’il n’y ait pas de Gpio

    Répondre
  • 30 mars 2021 - 14 h 38 min

    Avec un G52 on devrait pouvoir avoir quelques chose de sympa si Panfrost fonctionne immédiatement dessus.

    Répondre
  • 30 mars 2021 - 22 h 19 min
  • Luc
    31 mars 2021 - 11 h 50 min

    @nouknouk. C’est vrai, la puissance de la puce est moindre mais suffisante pour pas mal d’usages particuliers. Mais concernant le rk3399, j’ai vu essentiellement des tvbox sous Androïd (ce n’est pas mon centre d’intérêt) ou des cartes (orangePi, nanoPi …) dont l’intégration matérielle est bien moins aboutie et le support de Linux souvent problématique. Mais ce point se posera sans doute aussi pour celle ci.

    Répondre
  • 5 avril 2021 - 12 h 39 min

    Le même avec un rk3588 et des emmc amovible ou boot direct sur nvme et un support logiciel au minimum pour les vidéos sur linux et se signe, d’ailleurs à quand les premiers SBC sous rk3588?

    Répondre
  • 15 juillet 2021 - 13 h 55 min

    […] Firefly Station M2 est une suite. En mars dernier la marque présentait la Firefly Station P2 et son SoC RK3568. En avril c’était au tour de la carte de développement ROC-RK3566-PC. En […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *