Valve connait les composants exacts de chaque Steam Deck

Chaque console Steam Deck est différente, si les séries se ressemblent, toutes les machines bénéficient d’une totale traçabilité par Valve.

La production des Steam Deck a été compliquée pour Valve, si aujourd’hui il est possible de commander la console PC sans attente, pendant longtemps elle n’a pas été disponible sans réservation. Il faut dire que la marque a porté grand soin à la fabrication et la commercialisation de l’objet et cela se ressent dans certains détails.

Aujourd’hui, on apprend que Valve va proposer à chaque acheteur un listing précis des composants de sa machine. Cela parait ridicule à priori parce que tout le monde est censé savoir ce qu’il y a dans son Steam Deck. Mais, en réalité, ce n’est pas vrai. Bien sûr, on sait combien on a de gigaoctet de mémoire ou de stockage, quelle puce est embarquée pour faire fonctionner l’engin et on peut facilement demander au système plus de détails sur ces composants. Quel modem Wi-Fi est présent, la marque de son SSD ou de sa mémoire vive…

Mais Valve parle d’un catalogue de pièces détachées plus en profondeur avec le détail de beaucoup de composants. De telle sorte que le suivi de l’engin pourra être total. Ce qui pourrait être déterminant en cas de SAV. Réalisée en amont avec un listing des composants employés pour construire chaque console, cet inventaire permet de lier chaque acheteur au matériel qu’il a commandé. Dans le détail, ce n’est pas la totalité des éléments qui est listé mais les éléments les plus importants.

Au travers d’une mise à jour du système, Valve va donc permettre aux utilisateurs d’interroger sa base de données depuis sa console et d’avoir ce listing précis. Inutile ? Pas vraiment. Imaginez deux exemples, un réel et un supposé.

Un éventuel problème de rappel de composants ?

Il y a quelques années il y a eu ce que l’on a appelé la peste des composants. Des condensateurs fabriqués par des fabricants peu scrupuleux s’étant procurés une formule chimique incomplète suite à un espionnage industriel ont inondé le marché de composants souffrant d’une instabilité chimique et provoquant des millions de pannes à travers le monde. Certains industriels ont pu déterminer que leurs matériels allaient souffrir de cette panne et ont décidé de changer les condensateurs de leurs matériels avant celle-ci. Ceux-ci ont fait cet effort sur des matériels industriels ou médicaux coûteux où la maintenance  en cas de panne leur aurait coûté une fortune.

D’autres n’ont rien fait, tout simplement parce qu’ils ne savaient pas vraiment si le matériel qu’ils avaient vendu allait être touché ou non par le problème puisqu’ils ne tenaient pas un listing précis des composants qu’ils utilisaient. Ils savaient évidemment quelle référence était employée mais pas leur source exacte.

Ce que propose Valve, c’est de savoir exactement quels composants sont en place dans chaque machine. Et si, par hasard, votre stockage pose un problème d’usure prématurée ou si son modem Wi-Fi buggue, de proposer des solutions sans avoir à ouvrir votre machine. Si dans 6 mois, Valve se rend compte que les modules eMMC de certaines de ses consoles ont un souci, il pourra vous prévenir et vous dire de faire une sauvegarde avant d’enclencher une procédure de rappel. Comme le font les fabricants de voitures qui se contraignent à ce genre de traçabilité à cause de la dangerosité de laisser circuler des véhicules problématiques.

La protection « Project Killswitch » de dBand et sa béquille magnétique

Un exemple réel qui a déjà été rencontré par le Steam Deck

La console s’étant bien vendue, elle a attiré tout un marché d’accessoiristes autour d’elle, certains se sont mis à fabriquer des docks, des coques et autres éléments autour de la console PC. Une solution proposée était une housse avec une béquille qui était maintenue magnétiquement au dos du Steam Deck. Problème, sur les machines proposant un ventilateur de la marque Delta, la présence de cet élément magnétique ralentissait le ventilateur et baissait sa capacité à refroidir l’engin. Ce qui pouvait provoquer, à terme, un mauvais fonctionnement. Impossible de savoir si on avait un ventilateur Delta ou un autre de la marque Huaying sans démonter sa console et donc impossible de savoir si on allait être impacté par le problème. 

 

Dans ces deux cas, et si on veut pouvoir commander un élément de réparation dans le futur, il sera désormais possible de savoir quels composants sont exactement montés à bord de chaque Steam Deck. Il suffira d’aller dans les propriétés systèmes de SteamOS et d’aller regarder le sous menu précisant le numéro de série. Vous pouvez d’ores et déjà avoir accès à cette fonction, et à bien d’autres, en acceptant les versions Bêta de Valve.

Valve veut que vous répariez vous même vos Steam Deck

Source: The Verge

Faites découvrir le site en le partageant


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

13 commentaires sur ce sujet.
  • 21 octobre 2022 - 13 h 31 min

    Belle preuve de savoir faire industriel, pour une activité qui n’est pas leur cœur de métier, ça fait plaisir a voir.

    Répondre
  • 21 octobre 2022 - 14 h 23 min

    Valve est un exemple à suivre pour les industriels de la micro-informatique.
    C’est comme ça que ça devrait être tout le temps.
    C’est la raison pour laquelle je n’achèterai pas de console/pc chinoises telles les Ayaneo et consort même si elles sont plus puissante que le SD, on n’est pas sur la même qualité de support ni de service.

    Répondre
  • 21 octobre 2022 - 15 h 37 min

    Et si c’était le Steam Deck le véritable « Next Unit of Computing » NUC ? Matos bien fait, chipset bien exploité, même sans être un joueur, même si on n’a pas besoin de l’écran et des contrôles de jeu, est-ce que ça ne fait pas un PC au très bon rapport puissance/prix/encombrement à docker chez soit, au bureau, etc ?

    Répondre
  • 21 octobre 2022 - 16 h 01 min

    @benoitb: Je sais pas si il doit y avoir une véritable voie a suivre, il y a de la place pour d’autres.

    Ce qui est intéressant c’est de voir Valve arriver à quelque chose sur ce plan alors que Google abandonne Stadia et lance des Chromebooks classiques pour le gaming avec Nvidia. Si Google avait un peu creusé le marché ils auraient pu faire un Steam Deck like sous ChromeOS avec Stadia très efficace. Ils ont préféré faire un truc à cheval entre plusieurs marchés auquel je ne crois pas du tout au final.

    Répondre
  • 22 octobre 2022 - 0 h 21 min

    peut être que stadia a disparu pour réapparaitre sous un autre jour ? avec du matériel 100% elgoog ? je suis persuadé de ce scénario !

    Répondre
  • 22 octobre 2022 - 13 h 01 min

    @Pierre Lecourt:

    C’est surtout que Stadia s’est lancé en concurrent frontal de Steam et Epic. Steam a le mérite de l’ancienneté, Epic des exclus avec Fortnite, et les jeux gratuits…
    Quelle exclue majeure (au sens quelques milliards d’€) avait Stadia ? Je ne suis pas sûr qu’un store Stadia sur les Chromebook aurait pu aussi fonctionner…

    Répondre
  • Luc
    22 octobre 2022 - 14 h 09 min

    @Steph: tout à fait d’accord. Comme dit dans le billet, avec la situation actuelle sur le marché des composants, les fabricants peuvent être amenés à changer un chipset (usb, ethernet, pmic …) … Tenir en amont (par le constructeur) une bdd du matériel embarqué sur chaque console va soulager de nombreux utilisateurs lambda (des joueurs, pas des geeks) en cas de soucis matériels.

    De plus Valve laisse (si j’ai bien suivi) le bios grand ouvert, la possibilité de booter et d’installer des OS alternatifs à la place de leur OS. Merci à l’architecture x86_64.

    Par rapport à l’annonce concernant la console de chez Logitech, on voit tout de suite la différence d’approche : va donc installer un autre OS sur ce truc: système fermé, puce non supportée dans le mainline de Linux (dommage, elle a l’air plutôt capable).

    Encore une fois, bravo Valve

    Répondre
  • 22 octobre 2022 - 19 h 22 min

    @benoitb:

    En partant par là je dirais que le NUC ultime … c’est le téléphone. Vendu par millions, marché ultra développé (offre pléthorique, occase, reconditionnement). Consommation ultra limitée. Architecture intégrée. Matériel au pic de l’innovation.

    Un adaptateur USB/HDMI et c’est parti.

    Répondre
  • 24 octobre 2022 - 9 h 52 min

    @Essep: Oui, mais comme toujours, c’est le soft qui va pêcher.
    Combien de vieux téléphones trainent, et qui pourraient être encore fonctionnels pour des media center, des consoles gaming, des dev style raspi, l’imagination de certains, etc…
    Mais un vieil Android n’a plus de support (et google plante volontairement les vieilles versions en les ralentissant), et les soc dedans sont suffisamment fermés pour éviter de les passer sur un linux de base.
    L’un dans l’autre, il est impossible de massivement les réutiliser.

    C’est un incroyable gâchis.

    Répondre
  • 24 octobre 2022 - 12 h 24 min

    La voie à suivre. Tous les Dell, HP, Asus et compagnie devraient en faire de même, avec toutes leurs machines assemblés

    Répondre
  • 28 octobre 2022 - 17 h 02 min

    Bonjour un p’tit retex en passant sur la Steamdeck (sous windows 10) que j’avais promis
    ça fonctionne impec, et en mappant les controler ça permet de faire plein de choses très sympas hors jeu
    C’est surpuissant pour de l’ému retrogaming (en 720p) et du jeu en général, zero soucis en stream sur nvidia now ou moonlight, et en plus, le hardware est TRES accessible pour upgrade.
    C’est un peu plus lent par contre pour de la CAO 3d, et autres usages en cours de test

    Evolution, un autre ssd ;) pour la faire booter sous une distri linux on scratch et imprimer des pièces en 3d pour lui donner plus de volume et rajouter des boutons

    Répondre
  • Luc
    28 octobre 2022 - 18 h 28 min

    @Oud_s: Merci du retour.
    Hâte d’en apprendre plus au sujet d’une installation d’une distribution Linux ;-)

    Répondre
  • 28 octobre 2022 - 19 h 17 min

    Steam Os est déjà une distri linux, base Arch il me semble pour la steamdeck et Debian stable pour le x86
    Wait & see (là j’avoue que je suis plus branché linux sur ps4 pro en ce moment en terme de mini pc multimedia sous la tv, soucis de payload et driver, courage aux devs)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *