Toshiba décime son personnel et coupe à vif dans sa branche PC

Les mauvaises nouvelles s’accumulent dans la galaxie des vendeurs de PC. C’est au tour de Toshiba de se retirer du marché Européen pour se concentrer sur son marché local et sur l’Amérique du Nord.

Mise à jour : Fin Décembre, Toshiba annonçait une restructuration massive dans ses filiales avec pas mal d’emplois supprimés. Finalement, ce n’est pas 6800 salariés qui seront mis à la porte de Toshiba mais plutôt… 14 000 ! La plupart dans les branches Lifestyle de Toshiba, c’est à dire la division PC et produits grand public. Presque 4600 postes en moins dans les semi-conducteurs et 3500 employés partiront vers une retraite anticipée. Toshiba emploie presque 200 000 personnes à travers le monde.

Billet original : En plus de ces mesures drastiques que l’on a déjà connues avec Samsung qui a arrêté la commercialisation de PC en Europe, la marque précise vouloir se concentrer sur le monde professionnel.

Toshiba

Sale temps pour Toshiba. Des pertes qui s’accumulent à hauteur de milliards de dollars, le groupe n’arrive pas à se sortir de la mélasse financière maquillée pendant plusieurs années par ses dirigeants. Pour essayer de rétablir ses comptes, la marque se sépare de 6800 salariés. On se doute qu’avec cette nouvelle d’un retrait du marché Européen, pas mal de salariés des succursales françaises et du reste du vieux continent seront malheureusement touchés.

Autre élément notable, Toshiba compte se concentrer sur une fabrication maison de ses machines au lieu de sous traiter comme c’était son habitude ces dernières années.  Le design et la construction des ordinateurs de la marque devraient donc être 100% Toshiba désormais, un mouvement qui s’explique par une réduction de la production nécessaire et une volonté de maîtriser totalement les coûts.

C’est peut être aussi l’occasion pour la marque de retrouver ce qui a fait le succès de la marque pendant des années. Si la fabrication externalisée a probablement permis a Toshiba de faire face à une demande croissante, elle a également salement réduit la qualité déployée dans les machines fabriquées par des sous traitants. Un succès commercial qui a entraîné des déconvenues tant du point de vue design que qualité de fabrication de certains modèles et détourné de nombreux fans de la marque qui ne retrouvaient plus l’attrait de ses premières productions.

Ce mouvement peut également être interprété comme une volonté de la part de Toshiba de créer un nouvel environnement pour cette division. Faire table rase du passé, de ses contrats et de ses pertes, de manière à rendre cette division PC plus séduisante. Les rumeurs d’un rapprochement entre de grandes marques japonaises du secteur étant encore et toujours d’actualité, il faut que Toshiba propose quelque chose d’un peu moins bancal pour être crédible aux yeux de repreneurs.

Sorurce : TechReport

10 commentaires sur ce sujet.
  • 30 décembre 2015 - 14 h 07 min

    “elle a également salement réduit la qualité déployée dans les machines fabriquées par des sous traitants”
    Je trouve pas que mon PC portable acheté il y a 2 ans soit de piètre qualité face à la concurrence…
    Au contraire, je le trouve plutôt bien fini ; enfin, c’est un portable à 1000€ aussi, je ne sais ^pas ce que vaut le bas de gamme chez eux.

    Répondre
  • 30 décembre 2015 - 14 h 34 min

    Cest toujours le personnel qui trinque les betises des dirigents. Si les gens boycottaient chaque coupe d une masse salariale de la sorte, les boites refkechiraient avant de massacrer des milliers de vies…

    Tot ou tard on sera tous concerne.

    Répondre
  • 30 décembre 2015 - 15 h 00 min

    C’est vrai que Toshiba ne proposait plus beaucoup d’innovations et d’originalité dans ses portables.
    Je ne suis même pas sûr que leur fameuse fiabilité était toujours valable.
    Et franchement quand on compare aux autres marques ça manquait terriblement d’attrait esthétique.

    Répondre
  • MD
    30 décembre 2015 - 17 h 59 min

    Les vieux Portégé (ce nom :D ), ceux avec lesquels on pouvait assommer quelqu’un avaient une qualité proche de celle qu’on pouvait trouver sur les IBM de l’époque.
    Par contre, les derniers que j’ai pu avoir entre les mains, à part l’inclusion d’une tonne de bloatwares, je ne vois pas trop ce qu’ils avaient de réellement intéressants.

    Répondre
  • 30 décembre 2015 - 19 h 11 min

    J’ai un I5 15 pouces, acheté un peu plus de 700 euros, il y a 4 ans, toujours fidèle au poste, jamais tombé en panne.
    Dans la même série, j’ai acheté chez eux, “presque” le même avec plus de mémoire video et plus de ram, 1 an après. J’ai dû le changer 2 fois (donc 3 achats) au début de la garantie. ça n’a posé aucun problème avec le vendeur. Maintenant ça marche sans problème, mis à part le fait que ça chauffe un peu trop en été et utilisation longue durée, et a pour effet d’user prématurément la batterie, changée une fois en 3 ans.

    Répondre
  • 31 décembre 2015 - 9 h 47 min

    Ne pas oublier aussi que Toshiba c’est une branche de pc industriel. Tosh a part exemple racheté la division POS (Point of Sale) d’IBM.
    Cela veut dire par exemple qu’en France les caisses de carrouf, orange et d’autres c’est du Tosh désormais

    Répondre
  • 31 décembre 2015 - 18 h 26 min

    les 3/4 du temps les gens actuel navigue sur leur tablette et smartphone, d’ailleur les pays èmergents sautent 2 les pc et tablette mais passe directement pour naviguer sur le net

    Répondre
  • 21 avril 2016 - 11 h 44 min

    Ce qui confirme ce que j’annonçais dans un autre post en indiquant que la branche SAV France avait été euthanasié au profit d’une simple cellule basé à l’étranger. Courages aux salariés car j’ai le sentiment que ce n’est que le début, d’autres constructeurs vont emboîter le pas.

    Répondre
  • 21 avril 2016 - 11 h 55 min

    @maxxou:

    J’ai le z830 sorti en 2011, c’est une merveille de légèreté pour une conf plutôt correcte (i5, 4go de ram, ssd, 13″), coque en alliage de magnésium, finesse incroyable… Il est toujours vaillant, et tournera encore quelques années j’en suis sûr.

    Donc qualité de fabrication OK, et je ne suis pas d’accord avec toi : très innovants !
    Encore aujourd’hui, il est compliqué de trouver l’équivalent en terme de transportabilité.

    Répondre
  • 6 octobre 2016 - 17 h 34 min

    […] très claire de la revendre. L’opération Toshiba-Fujitsu-VAIO ayant échoué, avec les conséquences que l’on connait pour un Toshiba fort mal en point ces dernières années, Lenovo pourrait donc prendre la relève. Si Fujitsu […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *