Toshiba BW-2112 : Une merveilleuse machine à écrire Japonais, Chinois et latin

Je suis tombé un peu par hasard sur cette minimachine d’une autre époque. Une machine à écrire avec une seule touche qui permet pourtant d’imprimer plus de caractères que toutes nos vieilles machines classiques…

La Toshiba BW-2112 est une antiquité, construite en 1940, elle propose d’écrire en 3 langues différentes avec 3 alphabets différents. La solution propose des caractères Japonais, Chinois et Latin. 

Toshiba BW-2112

Le fonctionnement de la Toshiba BW-2112 est différent de nos machines classiques. Au lieu d’associer une touche par lettre comme nous le permet notre alphabet, la machine associe 630 caractères Kanji installés sur différentes rangées que l’on sélectionne en faisant tourner un gros cylindre.

Toshiba BW-2112

Lorsque le caractère est sélectionné, une pression sur l’unique touche de frappe déclenche un marteau qui vient percuter un caractère Kanji métallique en relief poussé en avant.

Toshiba BW-2112

Positionné devant un ruban d’encre, il imprime directement la feuille de papier. Le résultat est l’impression du caractère choisi sur une feuille au format B4.

Toshiba BW-2112

Développée pour l’armée Japonaise pendant la seconde guerre mondiale. Cette Toshiba BW-2112 a été adoptée par de nombreuses entreprises pendant la reconstruction du pays. Sa fabrication a perduré jusqu’en 1954. En 1955, Toshiba a changé de système avec une solution plus proche de nos machines classiques : une disposition de 28 caractères “Kana” Japonais distribués en autant de touches. 2000 unités de ce premier modèle ont été fabriquées avant que Toshiba lance sa petite grande sœur, la Toshiba Typewriter Model BW-2112 sur le même principe mais avec 1172 idéogrammes Japonais et Chinois ainsi que notre alphabet latin. 

Je trouve cet objet assez merveilleux.

Source : Adafruit

Soutenez Minimachines, partagez le !


Jaune
27 commentaires sur ce sujet.
  • 26 janvier 2021 - 16 h 31 min

    UTF-8 typewrite ;-)

    Répondre
  • 26 janvier 2021 - 17 h 21 min

    C’est là ou l’on comprend le génie de l’alphabet latin (et des autres systèmes alphabétiques similaires que sont le cyrillique, le grec, l’arménien ou encore le géorgien) permettant de retranscrire avec simplicité et précision les paroles là où les idéogrammes sont des systèmes figés sans liens directe avec la prononciation réelle des mots. Je me suis toujours demandé comment un japonais ou un chinois faisaient pour retrouver la définition d’un mot qu’ils ont entendu dans un dictionnaire. Un chinois m’a apporté la réponse : ils disposent d’un dictionnaire à double entrée avec une entrée en caractères latins reproduisant la phonologie des mots.

    Pour le reste, très bel ouvrage que cette Toshiba!

    Répondre
  • 26 janvier 2021 - 18 h 08 min

    Bonjour !

    *J’ai eu l’occasion de m’amuser cet été sur un ancêtre de la machine à écrire assez incroyable.
    https://www.youtube.com/watch?v=TEIDmXwC9UQ

    la manière dont est choisi les caractères est assez incroyable
    je suis tombé sous le charme de cette belle mécanique

    Répondre
  • 26 janvier 2021 - 18 h 10 min

    @Raph: je comprends ce que tu veux dire. Cependant tu fais un distingo un peu grossier et en tire une supériorité qui me semble relative.

    Les caractères de l’alphabet latin n’ont eux non plus aucun lien direct avec leur prononciation. Ils sont une convention qui change d’une langue à l’autre et qui change au sein d’une même langue (sauf en turc si je ne m’abuse d’où le grand nombre de caractères utilisés dans cette langue). On s’en convaincra si besoin en regardant cette présentation TEDx : https://www.youtube.com/watch?v=5YO7Vg1ByA8 qui met un peu à mal la simplicité et la précision de l’écriture en français.

    Pour le Japonais, il me semble que la recherche d’un mot peut au besoin se faire en Katakana (qui est un syllabaire)… à vérifier car je ne suis pas sûr de moi là.

    Enfin, les sinogrammes ne sont pas seulement idéogrammatiques, mais aussi syllabiques (à vérifier aussi ; je ne suis pas sinologue mais ma fille a commencé à apprendre le chinois et c’est ce qui ressort de ses cours).

    Répondre
  • 26 janvier 2021 - 20 h 20 min

    Si les caractères latins ont un lien directe avec la prononciation d’une lettre et sa graphie … en latin. Cependant, si ce système a largement était repris (d’ailleurs je n’évoque pas uniquement l’al^habet latin si tu prends soin de lire mon message) c’est qu’ils présentent un grand avantage de modularités que les idéogrammes n’ont pas. Tout simpelement.

    Répondre
  • 26 janvier 2021 - 20 h 43 min

    Pinaise, faut que j’arrête d’aller sur jv.com, j’ai plus le niveau pour les com de Mm…

    Répondre
  • 26 janvier 2021 - 22 h 42 min

    Tu viens pourtant d’en faire un, faut pas te sous-estimer comme ça!

    Répondre
  • 27 janvier 2021 - 5 h 49 min

    @Raph cher petit apprenti suprémaciste blanc, permets moi de te rappeler que les idéogrammes chinois existent depuis 5000 ans et que le vocabulaire moyen d’un Chinois (ou Japonais ou Coréen) comporte 1000 à 1500 caractères… quand vous n’avez que 26 lettres à apprendre. Et vu le nombre de fautes de français et d’orthographes qu’on peut trouver même chez vos bac+5, laissez moi douter de votre supposée supériorité.

    Répondre
  • 27 janvier 2021 - 7 h 52 min

    En effet en chinois certains caractères porte le son et d’autre le sens. Mais ce qui est intéressant en chinois c’est l’histoire des signes. Il y a parfois une logique intéressante :
    人 personne
    从 suivre
    木 arbre
    林 forêt

    En chinois on utilise le pinyin qui est la transcription phonetique basée sur l’alphabet latin et qui permet au jour d’aujourd’hui d’écrire chinois sur nos smartphones et minimachines préférés :-) mais ce système a été essentiellement pensé et encourager sous Mao. Il existe un autre système d’écriture basé sur les radicaux composants les signes chinois mais ce système me semble bien obscure car de nos jours la plupart des personnes apprennent le chinois via le pinyin.

    Ce qu’il en ressort c’est qu’un chinois aguerri ne va pas écrire plus vite ni moins vite qu’une personne avec notre alphabet et de ce fait mettre en exergue le système latin me semble bien présomptueux…

    Chaque système a ses avantages et ses inconvénients.

    Ps : Je ne suis ni chinois ni expert en cette langue mais j’ai appris et je pratique ce dernier depuis de nombreuses années.

    Répondre
  • 27 janvier 2021 - 9 h 48 min
  • St
    27 janvier 2021 - 9 h 56 min
  • 27 janvier 2021 - 11 h 24 min

    @J’rigole pas: Hum, il y a un pas entre “exprimer son avis” peut être maladroitement, sur un système d’alphabet et être un “suprématiste blanc”. Non ?

    Répondre
  • 27 janvier 2021 - 12 h 24 min

    Passionnant !

    Le passage à l’ère numérique l’est tout autant. Et puisque l’on parle des langues à idéogrammes ou glyphes, on aborde les défis de l’internationalisation informatique. Vaste projet ! Pour voir à quel point c’est passionnant, je vous invite à parcourir en diagonale cet article (*) dans lequel on voit que le projet Unicode (de codage des systèmes d’écriture) applique des approches et des solutions communes pour un large éventail de systèmes d’écriture, parmi lesquels les systèmes CJK (coréen, japonais, chinois) mais aussi … le maya, et j’en passe !

    * https://linguistics.berkeley.edu/sei/assets/unlocking-the-mayan-rev6-latest-sept2016.pdf

    Répondre
  • 27 janvier 2021 - 13 h 18 min

    La machine écrit de gauche à droite, quelqu’un sait si c’est normal au japon en 1940?

    Répondre
  • 27 janvier 2021 - 14 h 17 min

    @Pierre : te fatigue pas, ce doit en être un de ceux qui était climato-millénariste il y a 2 ans, mitou il y a 3 ans et qui cette année dénoncera son voisin qui refuse de se faire vacciner…

    Très bel objet quoiqu’il en soit.

    Répondre
  • 27 janvier 2021 - 14 h 27 min

    @eeegr: Je me fatigue pas et je pense que chacun a le droit de défendre les luttes qu’il juge nécessaire. Juste qu’il ne faut pas spécialement braquer la société en “camps” aussi tranchés. Sauf a refuser pour tout futur la moindre tentative de dialogue.

    Répondre
  • 27 janvier 2021 - 14 h 55 min

    @Pierre Lecourt: @eeegr: C’est le syndrome “réseaux sociaux”, cela divise plus (violemment)que ça ne rapproche… Et comme dirait ce grand philosophe, Mike TYSON: “Les réseaux sociaux vous ont tous mis trop à l’aise avec le fait de manquer de respect aux gens, sans vous faire casser la gu*ule pour cela.”.

    Bref, minimachine très inintéressante même si je l’aurais préféré avec un clavier BEPO ortholineaire.
    Ok, je sors! :D

    Répondre
  • Jo
    27 janvier 2021 - 15 h 01 min

    @Raph: Bonjour,
    Le Japonais possède deux syllabaire qui permet d’écrire n’importe quel mot de la langue, et même ceux de nos langues occidentales si vous ne faites pas cas de quelques “japanisations” de leur prononciation.

    Répondre
  • 27 janvier 2021 - 15 h 11 min

    @Madwill : je ne connaissais pas, excellent ! On ne peut plus d’accord avec Tyson, c’est pour ça que je me tiens éloigné de ces réseaux dit sociaux. Hors des besoins du boulot, Minimachines est un des rares sites itnernet que je consulte régulièrement.

    Répondre
  • 27 janvier 2021 - 17 h 37 min

    @orfeo34:

    Pour avoir vécu quelques années là-bas, je me permets…

    Oui, l’écriture horizontale de gauche à droite est tout à fait habituelle.

    C’est l’écriture verticale (où tous les caractères se suivent de haut en bas) qui ordonne les colonnes de droite à gauche.

    J’espère avoir été assez clair ;o)

    Répondre
  • 27 janvier 2021 - 17 h 38 min

    Sinon, je ne connaissais pas ce genre de machine et suis vraiment impressionné!

    Merci pour cette découverte.

    Répondre
  • 27 janvier 2021 - 21 h 41 min

    @Madwill: Robert E. Howard, l’auteur de Conan le barbare, fait dire en substance la même chose à son héros : les gens dits barbares sont plus respectueux des autres que ceux dits civilisés parce qu’ils savent qu’ils peuvent se faire trancher la tête en cas de parole insultante.

    Répondre
  • 27 janvier 2021 - 22 h 07 min

    @Raph: Désolé si je me suis mal fait comprendre (j’ai voulu être concis car mon post était long). Quand je dis que les caractères latin n’ont pas de lien avec le son, je veux dire que rien n’oblige à transcrire le son associé à la lettre “O” à un rond. On aurait pu employer un carré, un losange (comme dans l’alphabet runique) ou un petit sapin, on l’aurait quand même prononcé “O”. C’est une convention. Comme c’est par convention qu’on trouve douze graphies différentes du son “S” en français.

    Et non, même pas en latin. Mes cours remonte à loin, mais il me semble que les lettres “I” et “V” ont deux prononciations possibles chacune dans cette langue. Cela m’étonnerait que ce soit les seuls cas. Quand aux autres alphabets, je n’en parle pas car j’en ignore les règles d’usage tout simplement.

    Mais encore une fois, je comprends ce que tu veux exprimer : une certaine admiration devant le côté “flexible” des alphabets (auxquels j’associe les syllabaires pour ma part). Je la ressens aussi. Mais je ne partage pas l’idée d’une “supériorité”. Surtout quand je vois que finalement on a dû inventer de toute pièce un alphabet phonétique international pour pallier les limitations de nos alphabets. (Mais on est plus à 26 lettres du coup.)

    Cordialement

    Répondre
  • 27 janvier 2021 - 22 h 23 min

    @J’rigole pas: Heu… l’âge d’un système ne dit rien quand au fait qu’il soit pratique. Les Coréens ont utilisé l’écriture chinoise avant de finalement créer leur propre écriture. De même avec les Turcs et l’écriture arabe.

    Et comparer un nombre d’idéogrammes à apprendre avec le nombre de lettres est erroné, je trouve. Il serait plus juste de le comparer avec un nombre de mots à apprendre (avec leur orthographe exacte). C’est là que l’on voit mieux qu’il n’y a pas de “supériorité” à mon sens. Avec un alphabet, on simplifie la graphie mais on complexifie l’écriture. On déporte juste le problème.

    Cordialement

    Répondre
  • 27 janvier 2021 - 22 h 25 min

    Et pour revenir au sujet du billet, je trouve aussi que cette machine est superbe !

    Répondre
  • 28 janvier 2021 - 13 h 03 min

    @ Kikimoo : a quel endroit a t il été fait mention du mot “supériorité” dans mon post. Il suffit de constater la répartition des systèmes d’écriture dans le monde. Rappelons tout d’abord que les systèmes d’écriture de l’ensemble du pourtour méditerranéen (dit phonogrammatiques) ont une origine commune : la Phénicie. Il suffit ensuite de regarder la carte du monde et les différents systèmes en vigueur. Grosso Modo, à part la Chine, Taïwan et le Japon, le reste du monde a adopté un système phonogrammatique (qui soit dit en passant est une évolution du système hiéroglyphe, pour vous en convaincre, retourner le A et vous vous rendrez compte qu’il s’agit d’une représentation d’animal, à avoir une t^te de boeuf).
    J’irais même plus loin : ce n’est pas un hasard si le roi coréen Sejong a opté pour l’abandon du système sinographique au profit d’un système phonogrammatique (certes, on retrouve comme base de l’alphabet coréen des sinogramme, mais ils ont perdu leur sens originel) : il lui semblait plus simple, dans un soucis de vulgarisation et d’accessibilité au savoir, de procéder à cette simplification.

    PS/ et si l’alphabet latin (même s’il existe quelques exceptions)permet d’offrir une adéquation entre graphie et son, c’est dans ce sens que les scribes romains l’ont développé.

    Répondre
  • 28 janvier 2021 - 18 h 44 min

    @Raph: disons que tu as accolé le substantif “génie” aux alphabets à contrario des systèmes idéographiques. Si cela n’implique pas de supériorité des uns sur les autres, alors dont acte.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *