Topton V320 : un MiniPC sous Core i7-1165G7 Tiger Lake-U

Le Topton V320 est un MiniPC assez classique qui peut accueillir des configurations assez poussées sur une base de processeur Tiger Lake-U mais également sous Comet Lake-H.

Après le très intéressant netbook  Topton L4 en 7″, la marque annonce le Topton V320. Un MiniPC complet ou vendu en barebone qui a la particularité d’embarquer des puces assez rares sur ce marché.

Topton V320

On retrouve, par exemple, une processeur Intel Tiger Lake-U Core i7 1165G7, le processeur que l’on retrouve dans les NUC Panther Canyon. Une solution 4 coeurs et 8 threads avec 12 Mo de cache et un fréquence maximale de 4.7 GHz. C’est également une puce qui propose un circuit graphique Intel Xe avec 96 EU dans un fonctionnement très raisonnable de 12 à 28 watts de TDP. Parfait pour une intégration dans un MiniPC.

Mais le Topton V320 peut également embarquer d’autres processeurs, plus musclés mais également plus difficiles à dissiper. On retrouve ainsi des puces Comet Lake-H assez intéressantes comme les Core i7-10870H et Core i9-10885H. Ce qui n’est pas vraiment une nouveauté puisque la marque présentait un engin équipé de cette génération de puces en septembre 2020. Mais ces puces proposent un niveau de performances très élevé au sein d’un MiniPC de ce type.

Topton V320

Le Core i9-10885H est plus gourmand avec un TDP de 45 watts mais c’est une solution huit coeurs et seize threads cadencée de 2.4 à 5.3 GHz avec 16 Mo de mémoire cache. Une puce qui embarque un circuit Intel UHD Graphics 630 moins performante que le circuit Intel Xe du Core Tiger Lake-U. Cette version aura un meilleur rendement en calcul mais ne sera pas forcément aussi à l’aise que la première solution en affichage 3D.

Vendu en Barebone, le Topton V320 est plutôt accessible. Le modèle Tiger Lake-U sans mémoire ni stockage est ainsi vendu à 381.97€. Pas mal pour un engin de ce calibre même si il faut prendre en compte le coût des équipements secondaires. La version Core i9-10885H est tout juste sous les 400€… Là encore c’est un prix assez intéressant. 

Topton V320

D’un point de vue mémoire, l’engin propose deux slots SoDIMM en DDR4 pour embarquer jusqu’à 64 Go de ram en double canal. Le stockage est, quant à lui, déployé sur deux emplacements M.2 2280. On remarque que le dissipateur et le ventilateur sont assez imposants et qu’ils semblent attachés via un système  qui traverse la carte mère. Une bonne nouvelle pour qui voudrait intégrer ce genre de solution dans un autre châssis ou une borne d’arcade par exemple. On pourra facilement adapter un dissipateur encore plus massif sur l’ensemble.

Topton V320

Le premier est exclusivement dédié aux SSD NVMe PCIe 3.0 X4 tandis que le second pourra accueillir au choix un NVMe ou un SATA 3.0. Un troisième emplacement M.2 au format 2230 permettra d’équiper la machine avec la carte Wifi de son choix, des antennes internes sont livrées. 

topton v320

La connectique de l’engin est très bonne avec en façade quatre ports USB 3.0 en plus de deux jacks audio casque et micro séparés et du bouton de démarrage de l’engin. Au dos de l’appareil, on retrouve deux sorties vidéo avec un DiplayPort et un HDMI, deux ports Ethernet Gigabit RTL8111 pour piloter deux réseaux indépendants et deux autres ports USB 3.0. Pas de Thunderbolt malheureusement, ni de lecteur de cartes SD mais un ensemble assez confortable pour une solution de 13.7 cm de profondeur sur 15 cm de largeur et 6 cm d’épaisseur.

Le Topton V320 sera capable de gérer des fonctions réseau assez avancées comme le Wake On Lan ou le PXE. Il est également possible de le positionner en VESA derrière un écran grâce à des vis fournies avec l’appareil. 

Topton V320

L’engin est également distribué en format Barebone avec de 8 à 32 Go de DDR4 et de 256 Go à 1 To de stockage interne. L’ensemble des différents modèles et versions proposées de ce Topton V320 est trop long pour que je vous les liste. Au passage, vous remarquerez que certaines options sont “doubles”, avec deux processeurs listés dans la même option. C’est assez classique dans ce type de distribution. Le fabricant1 assemblant des cartes mères au fur et à mesure que ses disponibilités lui permettent. En indiquant Core i9-10880H et Core i9-10885H dans la même option, il s’offre ainsi la possibilité d’assembler des machines avec une puce de son choix suivant ses disponibilités.

Cela est lié au fait que ce genre de constructeur n’achète pas en direct auprès d’Intel ou de grossistes officiels mais plutôt par lot chez des grossistes plus petits qui n’ont pas forcément des lots qui se suivent. Le constructeur arrive en général sans soucis à trouver les puces qu’il cherche, mais, si il a la possibilité d’assembler 100 cartes avec un panachage de puces, c’est plus simple pour lui de fonctionner de cette façon. Si vous tenez absolument à une référence précise, il vaut mieux le demander lors de votre commande pour éviter les déconvenues. Le vendeur prendra peut être un peu plus de temps pour vous livrer mais ne fera partir que la référence que vous voulez.

Ce Topton V320 est intéressant, je ne connais pas beaucoup de références présentant ce niveau de performances dans cette compacité. La connectique est correcte même si elle manque de certaines particularités de Tiger Lake comme le Thunderbolt. C’est un engin qui, accompagné d’un bon montant de mémoire et de stockage, pourra permettre tous les usages d’un PC moderne. Du jeu au montage vidéo en passant par les travaux les plus gourmands en calcul.

Vous trouverez l’offre AliExpress en suivant ce lien.

Source : AndroidPC.es

 

Notes :

  1. Topton est une marque mais ne fabrique pas le produit

secret
15 commentaires sur ce sujet.
  • 11 juin 2021 - 14 h 56 min

    A moins de modifier le boitier et le système de refroidissement à postériori, les Core i9-108xxH, Core i7-108xxH et Core i7-107xxH ne seront pas capable d’atteindre les limites supérieures de leurs spécifications sur ces machines ; même pour des taches peu gourmandes en énergie s’exécutant sur des fils d’exécution séparés et nombreux (threads, du type serveur web statique). Il est en effet impossible de dissiper la chaleur générée par ces machines fonctionnant à ces régimes, en y ajoutant la mémoire et le SSD, tout prôche, les moins consommateurs d’énergie et ce dans l’espace disponible sans recourir à des solutions de refroidissements exotiques (pompe à chaleur, refroidissement liquide, caloduc, radiateur externalisé de très grande dimension, etc.). Si le Tiger Lake i7-1065G7 est doté du même système de refroidissement que les Comet Lake-H, il leur sera supérieur dans tous les cas de figures en termes de performance, d’efficience dans la version sortie de la boite. Dans ces conditions ils seront peut-être même dépassés par le Tiger Lake i5-1035G4.

    Répondre
  • 11 juin 2021 - 16 h 11 min

    Houlà, j’ai de plus en plus de mal avec les références Intel. Pour pouvoir « décrypter » le message de @SebM, j’ai dû faire quelques recherches sur Google . Ce que j’ai compris (merci de me corriger si j’ai fait une erreur) :
    – Les 2 premiers chiffres désignent la génération NUC : donc là on est en à la génération 11 (facile)
    – Le 2eme chiffre désigne la puissance du processeur : 1,2,3,6,8 (ça fait 5 niveaux de puissance. C’est beaucoup).
    – Le 3eme chiffre désigne la consommations : 5 pour 12-28W et 0 pour 7-15W.
    – Les 2 derniers caractères désignent la puissance de la carte graphique : G4 (UHD Graphics) ou G7 (Iris Xe)
    Donc l’article concerne un processeur i7-1165G7. Ce qui veut dire : 11eme génération, puissant, consommation 12-28W et bonne capacité graphique. J’ai bon ?
    Il me reste encore à décoder Ice Lake, Tiger Lake, Panther Canyon, Comet Lake…

    Répondre
  • 14 juin 2021 - 10 h 47 min

    C’est presque ça mais pas tout a fait.
    Intel a changé de nomenclature à partir de la 10e génération; les détails de la nouvelle nomenclature sont ici.
    Le i3, i5, i7, i9 qui n’a pas toujours signifié la même chose entre différente génération, ne symbolise désormais plus rien d’identifiable et de constant; les numéros derrières ont des significations arbitraires dont les corrélations ne sont pas évidentes entre les modèles. De plus, il y a deux familles de processeurs de 10e génération et deux familles de 11e génération chez Intel. Chaque génération présente donc deux micro-architectures différentes avec des dénominations différentes et des caractéristiques réelles très différentes.
    Bref et pour faire simple, rien ne l’est plus : Intel abuse des ficelles de segmentations de gamme de produits pour masquer une absence de produits compétitifs ou novateur entre eux et vis à vis de la concurrence depuis 2017.

    Mais, mon point n’était pas celui là : le TDP annoncé n’est pas comparable entre les différents générations/familles/implémentations chez Intel. Cette notion de TDP, inventé par Intel, a beaucoup changé de signification pour le servir; elle a aussi un sens différent chez AMD.

    Au final et pour cette machine les Comet Lake-H consomment beaucoup plus d’énergie et dissipent beaucoup plus de chaleur que leur TDP affiché ne le laisse à penser. Dans le format spécifique de cette machine, au vu de la solution de dissipation adoptée, de la puissance de l’alimentation, les Comet Lake-H avec beaucoup de cœurs réels activés (>= 6) seront toujours à leur fréquence de base voire moins par moment; un Tiger Lake-U i7-1165G7 pourra lui envisager de monter un peu en fréquence mais pas longtemps. Bref pour tous les travaux de calcul (quelque soit la charge de travail, sur un OS généraliste) ce Tiger Lake-U sera plus performant et plus efficient et il en va peut-être de même de son p’tit frère.

    Répondre
  • 14 juin 2021 - 11 h 06 min

    Intéressant comme retour sur ces histoires de TDP.
    Du coup, pour un NUC, quel serait le processeur le plus intéressant chez Intel et AMD ?
    (quand je dis intéressant, je désigne un processeur qui ne fera pas sans cesse du cpu throttling car il chauffe trop et/ou est mal refroidi).
    J’avais vu des modèles fanless plutôt puissant chez Shuttle avec leur Shuttle XPC slim DS10U7 qui intègre un core i7-8565U et Zotac avec leur ZBOX CI662 Nano qui intègre un core i7-10510U. Mais difficile de dire si avec ces CPU il n’y aura pas du cpu throttling.

    Répondre
  • 14 juin 2021 - 12 h 07 min

    @Marc_H: Comme énoncé ici, il n’y a pas un NUC mais des NUCs; l’appellation étant dédié à des machines innovantes dans leur concept, leur format ou leur constitution.
    Pour pas passer à côté de la question, j’estime dans une machine comme le Topton V320 ou le format est de 137x150x60mm où la carte mère est situé au 2/3 de la hauteur (40mm), tête bêche (proc vers le bas), dans un boitier plastique et ou 1/3 de la surface extérieure à hauteur assure l’aération, avec un radiateur + ventilo rond de 70×40 maxi, un Tiger Lake-U i5-1155G7 avec de la mémoire en LPDDR4x en bi-canal (donc soudée) et un SSD NVMe à faible dissipation pourra être entièrement exploité.
    Il faut toujours regarder et comparer avec les NUC officiels d’Intel qui prennent toujours une marge nécessaire (boitier, solution de dissipation thermique, solution d’alimentation, choix soudé ou non soudé, orientation de l’ensemble) pour exploiter pleinement les processeurs sans prendre trop de raccourcis car un des objectifs est de mettre leurs processeurs en valeur.
    Après comme pour beaucoup de chose cela dépend prioritairement de la charge de travail à effectuer et puis des fabricants innovent.

    Répondre
  • 14 juin 2021 - 12 h 41 min

    Pour AMD, les Ryzen 5 5500U devraientt passer dans une machine identique avec une mémoire remplaçable.

    Répondre
  • 14 juin 2021 - 14 h 14 min

    @SebM merci pour ces précisions et effectivement j’aurais dû être plus précis sur ma vision du NUC qui finalement correspond, pour moi, au format équivalent au TopTon.

    Du coup, est il raisonnable d’avoir un NUC “format topton” fanless avec un processeur high level ?
    J’ai l’impression que pour des processeurs type Celeron J4125 and co les solutions sont maitrisées mais pour du processeur type core i7 ou Ryzen 7 c’est plus aléatoire, non ?

    Répondre
  • 14 juin 2021 - 14 h 42 min

    @Marc_H: Non, Fanless et compacité pour des CPU de plus de 10 watts ça ne fonctionne pas.

    Regarde le PN50 d’Asus par exemple. Il s’agit d’un MiniPC sous Ryzen 7 4800U au TDP de 15 watts. L’objet fait 5 cm d’épaisseur. https://www.minimachines.net/actu/asus-pn50-90319

    Mais quand il s’agit de le passer en fanless, c’est une toute autre histoire. La marque akasa propose un boitier spécifique pour transformer cet Asus PN50 en une machine fanless, et là le boitier change du tout au tout : https://www.minimachines.net/actu/akasa-turing-a50-97565

    On passe de 5 cm de haut à 24.79 cm de haut pour la version fanless…

    La solution est peut être “overkill” parce que Akasa vise les pros qui vont faire du 24H/24 mais cela donne une idée du besoin en dissipation d’une puce 15 watts de TDP.

    Répondre
  • 14 juin 2021 - 14 h 50 min

    @Pierre Lecourt : c’est malheureusement ce qui me semblait, mais du coup que dire du Shuttle XPC slim DS10U7 et du Zotac ZBOX CI662 Nano ?
    Ce sont des core i7 qui font moins de 10w ?

    Répondre
  • 14 juin 2021 - 14 h 57 min

    En disons que en refroidissement passif dans le même format que le Toptonet donc à même volume (en fait ça dépendra pas du volume mais de la somme cumulée des surfaces de contact des ailettes externes du boitier) tu n’auras accès qu’a des performances (je parle d’execution d’une charge de travail donnée dans un temps donné) moins élevées avec les solutions existantes sur le marché aujourd’hui. Et je n’ai pas parlé du prix. Ex le Akasa Turing PN-50 est quatre fois et demi plus volumineux que le boitier dont il intégre la carte mère le Asus PN-50; idem pour le Turin TN.
    Ce phénomène est identique pour les Gemini Lake Refresh. Après à toi de me dire ce que tu entends par processeur high-level. Peut-ėtre exprime le en terme de capacité à faire telle ou telle charge de travail dans telles ou telles conditions?

    Répondre
  • 14 juin 2021 - 15 h 08 min

    @SebM: mon besoin se porte sur un serveur de virtualisation fanless (pas besoin de carte graphique ou de son dolby mais plutôt 2 ports réseau voir plus), d’où mes interrogation sur un processeur “high level”.
    Je me rends compte en lisant les commentaires que le plus dur pour une machine fanless est de trouver celle qui restera assez puissante sur une longue durée : en gros un i5 moins rapide mais avec un tdp plus faible sera sans doute plus puissant qu’un i7 avec un tdp élevé, du coup, pas facile de trouver l’oiseau rare en terme de compromis. J’ai même mis l’aspect économique de côté pour ne garder qu’un choix technique.

    Répondre
  • 14 juin 2021 - 15 h 25 min

    @Marc_H: Là ça dépendra plus de ce que tu attends en terme de périphériques: le nombres de port M.2, de port SATA, de port PCIe sur la carte mère et le boitier. Et de définitivement savoir si tu souhaite l’opérer sans affichage avec une fenêtre de terminal sur un poste de contrôle.

    Répondre
  • 14 juin 2021 - 15 h 29 min
  • 14 juin 2021 - 15 h 43 min

    @Marc_H: Selon ce que tu veuw et si tu souhaites rester en AMD-64/Intel 64, on peut aussi chercher un produit à base de Denverton et dans 1 an ou 2 les Elkhart Lake. De temps en temps on trouve des occasions ou des fins de série déstockées (forum en anglais du site servethehome.com) très intéressantes mais les conditions d’exercices des garanties, s’il y en a, sont précaires.
    Il y a aussi les Ryzen embedded aussi mais c’est très dur à trouver peut-être quand nous serons sorti de la sous-capacité de production, les fabricants chinois s’y mettront.
    Après il y a l’univers ARM

    Répondre
  • 14 juin 2021 - 22 h 13 min

    Pour ceux qui veulent aller plus loin, en restant accessible (niveau collège-lycée), voici quelques ressources expliquant:
    des notions sur la puissance dissipée et notamment ça divergence avec la puissance consommée dans le cadre d’application électronique simple
    -quelques bases de calcul pour le dimensionnement d’un radiateur avec ventilation forcée, à partir de la page 2 et en anglais
    la même chose en français plus complet et détaillé pour des application d’électronique de puissance et de microélectronique dans l’aérospatiale.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *