Intel propose 2 milliards de dollars pour acquérir SiFive

2 milliards pour SiFive et son expertise RISC-V. Si la plateforme faisait encore rire pas mal d’industriels il y a seulement quelques trimestres, cette annonce devrait probablement les faire réfléchir.

Intel proposerait 2 milliards de dollars pour faire l’acquisition de SiFive. Le même montant engagé il y a 2 ans pour acquérir Habana Labs et intégrer ses capacités d’apprentissage pour Intelligence Artificielle. Tout n’est pas joué pour Intel qui peut essuyer un refus de la Start-up qui travaille au développement de solutions autour de l’architecture RISC-V. Celle-ci pourrait choisir une approche moins prédatrice en préférant lever des fonds.

RISC-V

RISC-V est une architecture complète, libre et indépendante. Cette ISA est pilotée par une fondation Suisse et développée par différentes marques qui n’ont pas de royalties à payer pour pouvoir la produire. SiFive fait partie de ces sociétés qui se sont penchées sur le berceau de RISC-V et qui commencent à voir les premiers éléments de leurs efforts porter leurs fruits. Spécialisée dans le développement de solutions pour des tiers autour de RISC-V, SiFive travaille pour le moment à la conception de puces sur mesures pour d’autres acteurs tout en développant sa propre gamme de silicium.

Intel aimerait beaucoup acquérir cette société et l’intégrer en son sein, elle fait pour cela une offre estimée à plus de 2 milliards de dollars. Pas mal pour une architecture et une société encore qualifiée d’immature par certains professionnels il y a seulement un an. SiFive est en effet le fruit d’une collaboration de chercheurs et la société ne brille pas particulièrement par le montant de son chiffre d’affaires. Ce qui compte pour ce type de société c’est son futur, celui qui pourrait amener des sociétés à bouleverser un marché en trouvant la puce sur mesures adaptée à son usage.

On l’a déjà vécu avec RISC-V. Xiaomi a intégré une solution de ce type dans ses fameux Mi Band au lieu de choisir une solution ARM plus classique. Et cela a été un vrai bouleversement pour le marché. En n’ayant pas à payer de royalties sur les ventes des puces ARM, Xiaomi a pu créer un produit au tarif hyper concurrentiel tout en proposant une offre complète et très autonome. Les Mi Band sont ainsi devenus les bracelets les plus vendus au monde et ont balayé la plupart de leurs concurrents entrée de gamme et même beaucoup de produits plus haut de gamme qui ne faisaient finalement pas beaucoup mieux qu’eux. 

Western Digital est un des investisseur de SiFive.

Ce genre de bouleversement de marché pourrait avoir lieu dans d’autres secteurs, aussi bien automobile que serveur en passant par la création de puces spécifiques comme celles équipant les solutions de stockage. Là où le nombre d’unités et la pertinence de l’offre pour chaque milliwatt dépensé compte. On imagine l’impact d’un tel bouleversement avec le monde ARM. Pour Western  digital par exemple, le basculement vers des puces RISC-V signifie non seulement la création de solutions parfaitement adaptées à l’usage demandé pour piloter ses éléments de stockage mais également la fin du gros chèque de royalties versé à ARM en fonction du nombre d’unités de stockage vendues. 

En rachetant SiFive, Intel rachèterait une expertise et un pied déjà bien engagé dans la porte de ce marché. La marque y voit une solution à faire fructifier mais probablement également une manière de contrer efficacement ARM sur différents secteurs. La possibilité de voir Nvidia racheter ARM étant également une drôle d’épée de Damoclès au dessus de la tête d’Intel sur des activités spécifiques comme le monde des serveurs.

Un élément qu’Intel, et son nouveau directeur/ingénieur Pat Gelsinger, ont probablement envie de pouvoir appréhender de manière sereine. RISC-BV pouvant servir d’assurance et d’amortisseur à toute transition du secteur.

2021-06-11 14_23_20

SiFive pas forcément intéressé par ce rachat

SiFive ne serait pas forcément ravi de la tournure de cette offre. La Start-UP préfèrerait peut être garder une certaine indépendance et avoir recours à des investisseurs avec des levées de fonds. Cela lui permettrait de continuer d’avancer peut être plus lentement mais vers le chemin tracé par ses concepteurs. La marque pourrait également avoir reçu des offres différentes de concurrents d’Intel. SiFive pourrait faire le pari de peser plus, beaucoup plus, d’ici quelques années.

Difficile de se prononcer sur ce poste, les dirigeants de SiFive qui accepteraient l’offre se verraient probablement devenir multi millionnaires tout en profitant d’un accès à des technologies et des services d’Intel très intéressants pour accélérer leur cadence et leur calendrier. D’autres acteurs sont également à prendre en ligne de compte. Plusieurs industriels et fonds d’investissements ont déjà investi dans le capital de SiFive pour le moment sans grand retour financier. L’aubaine d’un rachat pouvant infléchir sur les choix de la société.

Intel Capital est déjà partenaire de SiFive mais au même titre que Qualcomm, Samsung, Nvidia, Marvell, Google et bien d’autres qui ont également en tête une solution de repli de l’appétit d’ARM. Les forces en présence vont probablement avoir quelques jolies discussions dans les semaines qui viennent.

Source : Bloomberg


Pas de Pub
23 commentaires sur ce sujet.
  • 11 juin 2021 - 15 h 14 min

    Pas certain que ce soit bon, ça
    Intel a tout intérêt à cette “consolidation”
    Le Marché pas si sûr
    Nous les européens, encore moins

    Répondre
  • 11 juin 2021 - 17 h 45 min

    le libre innove, cette architecture est polyvalente et les monopoles standardisent, arment leurs juristes de royalties et ce contentent de racheter une fois l’innovation validé..

    Répondre
  • 11 juin 2021 - 20 h 00 min

    “qui peut essuyer un refus de la Start-up”. À ce prix-là, un refus, peut-être mais si Intel ou un concurrent surenchéri, pas sur que SiFive résiste. C’est parfois (souvent ?) le but d’une start-up que de se vendre à prix très cher.

    Répondre
  • 11 juin 2021 - 21 h 14 min

    Moi qui n’aime pas tellement RISC-V, je vois plutôt ça comme une bonne nouvelle. Intel a un talent particulier pour détruire.

    SiFive joue de sa position dans la standardisation de RISC-V pour se mettre en avant, mais ils ne sont pas particulièrement bons pour designer des CPUs. Les 2 milliards de SiFive c’est leur rôle dans un standard “gratuit”.

    Répondre
  • 12 juin 2021 - 11 h 29 min

    Total se prépare à l’après pétrole, Micro$oft embrasse Linux, Intel se prépare à l’après x86… le monde change, enfin.

    Répondre
  • 12 juin 2021 - 12 h 02 min

    Ce n’est pas illogique cette volonté d’acquisition. Intel l’a déjà fait via les StrongARM. Puis à revendu à Marvell.

    Sifive est mon chou chou car ce sont eux qui communique le plus.

    Et quand je vois la liste des sociétés et des projets libre ce greffant à RISC-V, l’avenir de cette architecture est radieuse.

    Et peut être que l’offre de rachat de nvidia pour arm a accentué les efforts sur RISC-V.
    Dans le libre on a mips ou open sparc qui ne donnent pas grand chose. Mais aussi open power que IBM contraint trop et n’a pas d’intérêt à mon plus grand regret de fane girl de POWER.

    Et ne surtout pas oublier les restrictions des usa qui sont d’avoir toute été levées.

    La Chine investi énormément sur RISC-V via alibaba, ZTE, Huawei pour ne citer que ces exemples.

    Intel peut y voir une réelle menace sur le long terme face à son x86.

    Répondre
  • 12 juin 2021 - 12 h 09 min

    Alibaba à annoncé des CPU allant du simple contrôleur au calcul haute performance avec des unités d’IA.

    J’ai oublié de dire que la fondation rasbery comme arduino ou freebsd sont des membres de RISC-V sans parler des sociétés chinoises faisant des soc arm.

    Répondre
  • bob
    12 juin 2021 - 13 h 50 min

    Ce qui est bien avec ce site c’est qu’en plus des articles de @Pierre on a les commentaires intéressants !

    Répondre
  • 12 juin 2021 - 14 h 56 min

    Si cela peut soudain donner un gros crédit à RISC V, voir Intel racheter l’acteur phare de sa poussée pose quand même question: Ils auraient la capacité de s’y mettre d’eux mêmes sans racheter une start-up et avec une mise initiale très très inférieure à 2 milliards de $. Dans ce cadre, le but pose AMHA question: Volonté de tuer dans l’œuf un concurrent (et gagner quelques années le temps qu’un autre prenne la place) ou réelle volonté de préparer l’avenir en élevant (Intel a du temps devant lui côté CPU, même si le tas de merde accumulée du x86 grossit chaque année un peu plus) un chien de sa chienne contre Nvidia qui, avec ARM, fait le choix d’un pari plus immédiat/mature?

    En tout cas, niveau “boutisme”, RISC-V est du côté d’Intel qui commençait sans doute à se trouver bien seul. C’est d’ailleurs un choix que je trouve pour ma part un peu pénible même s’il n’y en a pas un de réellement meilleur que l’autre (juste moins chiant à lire quand, sans devoir se poser la question de l’impact de la taille de ses accès).

    Répondre
  • 12 juin 2021 - 15 h 26 min

    @TREZA: ha? Tient donc? J’imagine quelque chose dans son design? L’absence de vrai “referrence design” type cortex? Ou la hype autour d’une ISA somme toute pas sortie de nulle part (héritière des risc 1, 2… De Berkeley, et petite cousine des Mips et Soarc) et pas encore au niveau des tenors du marché?

    Répondre
  • 12 juin 2021 - 23 h 35 min

    @yann:
    En fait d’alternative, j’ai bien peur que RiscV soit surtout la porte d’entrée à une totale indépendance technologique chinoise vis à vis des brevets US.
    Intel en rachetant SiFive, a en ce sens une stratégie un peu hasardeuse, qui vise peut être surtout à “priver la concurrence” d’un département clé en main maitrisant une ISA prometteuse
    Après leur lien avec X86 n’est pas autant un boulet qu’on le pense: coller sur un coeur risc un décodeur x86 est quelque chose qui a déjà été fait… par AMD
    Toute la question est de savoir si intel saura développer une archi oerformante, et lui greffer une compatibilité x86 sans que ça handicape son mode de fonctionnement primaire. Après tout le très attendu itanium, tentative précédente de s’affranchir de x86, a été un four

    Répondre
  • 12 juin 2021 - 23 h 37 min

    @Nidouille: ST micro aussi, mais ils n’ont tj pas trouvé quoi en foutre

    Répondre
  • 13 juin 2021 - 1 h 39 min

    Je n’aime pas tellement RISC-V parceque ce n’est pas particulièrement innovant, plutôt un jeu d’instruction avec une base minimaliste bien adapté pour les étudiants, et plein d’extensions par dessus. C’est la revanche des promoteurs originaux des RISCs d’il y a 30-40 ans (Patterson…), qui jusqu’à présent on perdu face à des trucs un peu plus complexes (par exemple les ARM ou les PowerPC qui n’ont jamais été simplistes).

    Les “brevets” c’est un problème séparé. Il y a une licence pour avoir le droit de créer un processeur compatible (c’est gratuit pour RISC-V, c’est payant pour ARM), mais les subtilités pour créer un processeur performant ou basse conso, c’est un problème assez indépendant du choix du jeu d’instruction (historiquement, même l’idée de faire un jeu d’instruction compressé était breveté, et ARM a acheté les droits à Hitachi pour Thumb). Il suffit de regarder les piles de brevets d’Intel, AMD ou ARM à propos de trucs comme la prédiction de branchement ou les architectures de caches pour se rendre compte que le jeu d’instructions est un détail.

    Est-ce que les Chinois respectent les brevets? Comment savoir si un brevet est respecté si on a aucun détail sur l’achitecture interne comme c’est le cas pour les processeurs Apple?

    Utiliser RISC-V c’est profiter d’une foultitude de logiciels open-source existants comme les compilateurs plutôt que de se cogner de les développer soi-même.

    (Quant à l’idée des x86 étant des RISCs à l’intérieur avec juste un décodeur qui transforme les instructions… C’est
    souvent répété, mais c’est globalement n’importe quoi.)

    Je ne sais pas ce que veut faire Intel. Peut être préparer l’après x86 avec quelque chose qui pourrait concurrencer ARM. Mais Intel devrait être capable de designer des processeurs autrement mieux que SiFive qui a une offre assez basique. La valeur de SiFive, c’est l’influence des membres fondateurs de RISC-V, et il y a plein de jeux d’influences quand il s’agit de standardiser les différentes extensions de RISC-V.

    Répondre
  • 13 juin 2021 - 2 h 59 min

    Le x86 ne disparaîtra jamais, quasiment tout l’éco-système informatique utilisé depuis les 40 dernières années se base dessus (imaginez tous les soucis de compatibilité même si on parvenait à une émulation totale du parc d’applications et systèmes d’exploitations développés pour les processeurs x86/x86-64).

    Répondre
  • 13 juin 2021 - 13 h 42 min

    @TREZA:

    Les CPU x86 sont exécutés sur du RISC comme l’a dit Bastien B. auquel je répond un peu plus bas.

    Je suis d’accord avec toi sur le fait que ARM et POWER vont bien au delà de la logique RISC. Il en est de même pour RISC-V.
    De nos jours parler de RISC, MISC ou CISC n’a plus vraiment de sens à mon avis. Car la vrai logique RISC on ne peux pas faire grand chose d’où le fait d’implémenter des unités liés à l’IA, aux calculs en virgule flottante voir des jeux instructions comme l’AVX vu sur CPU ARM du Supercomputer Fugaku, A64FX 48C 2.2GHz, Tofu interconnect D, Fujitsu.
    L’exécution des instruction en out of order augmente de fait la complexité des processeur et il en est de même sur la prédiction de branchement permettant des gains important. Sans parler des instructions pour la virtualisation des OS, les protections thermique, etc.
    Mais chez ARM, il ne faut pas que regarder les SOC pour smartphone mais surtout tout les petits contrôleurs qui sont souvent 32 bit, in order.

    Pour ce qui est des chinois et de leur implication dans le monde de l’open source, pour moi c’est très flou si il y a un retour de leur part ou non. Mais cela ne sera pas les premier, en France on est pas mal dans le genre a ne pas redistribuer en ce basant sur l’open sources ;)

    Ce que veulent les chinois avec RISC-V c’est de s’émanciper de toute contrainte lié avec les USA et la guerre commercial présente depuis des années (bien avant Trump). Pour moi cela cela fait sens.
    Il y a aussi le fait de ne pas payer de royalties a des sociétés tierces qui peuvent du jour au lendemain d’interdire l’utilisation de leur technologie.

    Ne pas oublié que les sociétés chinoises investissent pécuniairement dans le projet RISC-V en plus d’une monté en compétence de la conception des designs de puce. Et en ce moment faut regarder aussi le fondeur SMIC qui pourrait devenir un leader à moyen therme et détrôner Samsung, TSMC et Intel.

    Les industriels chinois sont logiques dans cette guerre commercial et technologique avec les USA.
    Intel veut gagner du temps sur RISC-V et l’a déjà fait dans le passé avec ARM via l’acquissions de société qu’elle ensuite revendu a Mervell.

    Intel a eu des échec dont le plus violent a été l’Itanium.
    Acquérir Sifive permet de gagner des ingénieurs expérimentés qui auront surement plus de financement.

    @Bastien B.:
    Pour le X86 avec un coeur de type RISC, chez Intel c’est arrivé avec le Pentium Pro. Depuis tout les CPU Intel comme AMD sont basé sur du RISC. Je fais impasse des instruction SSE ou AVX qui ne sont que des ajouts non x86.

    Et ne pas oublier les processeurs ALPHA de DEC qui sont du RISC et a l’époque dépotait sur le code X86.

    Je fais des raccourcis volontaire pour que ca reste compréhensible.

    Répondre
  • 13 juin 2021 - 15 h 28 min

    @TREZA: globalement n’importe quoi? C’est pourtant ce qui aurait été fait sur le premier 586 d’AMD à partir de leur Risc maison. Bien sûr, je me doute qu’une telle chose est tout sauf simple et que créer un décodeur x86 qui couche avec une archi qui n’a pas été faite pour ça est tous sauf évident (sans compter toute l’interface externe à revoir) mais si vous avez une information qui dit le contraire, n’hésitez pas à contacter wikipédia. Le CM d’AMD sera ravi de ne pas avoir à le faire
    A noter qu’un article sur le sujet chez Ars technica en 2003 semble dire que c’est un héritage des Nx586 de Nexgen. Néanmoins je suis à peu près certain qu’AMD l’a fait sur la génération avec son risc maison

    Répondre
  • 13 juin 2021 - 15 h 29 min

    “… La génération qui précédait…”

    Répondre
  • 13 juin 2021 - 15 h 36 min

    @Nidouille:
    Je ne sais pas si c’était une pique, mais ne vous donnez pas cette peine ;). Bien que ma formation soit plus fondamentale (analogique, Rf) j’ai quelque notions sur le sujet qui me permettent de ne pas être largué
    Concernant le Ppro, la presse généraliste l’avait gueulé sur tous les toits à l’époque, mais faute de détail j’ai tj cru à une fanfaronade et une approximation journalistique

    Répondre
  • 13 juin 2021 - 15 h 45 min

    Après je suis d’accord l’intérêt réel de Risc, c’est le coût de prod pour des petits CPU ou MCU généralistes. Qui dit jeu d’instruction réduit et instructions de largeur constante dit un décodeur très simple, peu consommateur en ressources et en surface et au final plus de coeurs produits sur un même substrat. Si derrière vous greffez du vectoriel, vliw et co. la complexité du design augmente fortement et la notion perd en effet de sa substance

    Répondre
  • 13 juin 2021 - 22 h 27 min

    @Bastien B.:
    Non pas de pic, c’était plus du complément d’information.
    Désolée si la forme pouvait le laisser penser.

    Je simplifie pour tout le monde. Et je me fait aussi avoir en simplifiant 😉.

    Pour rentrer en détail sur les concepts on serait plus sur un article d’une dizaine de pages voir un pavé pour un livre.

    En tout cas c’est un sujet hautement passionnant dans lequel j’aime échanger,apprendre et partager.

    Pour AMD et le RISC dans le x86 sauf erreur c’est le K5 et non le 5×86. Mais ma mémoire peut me jouer des tours.

    Répondre
  • 14 juin 2021 - 9 h 09 min

    @Nidouille:
    Non, vous dites juste, un 29000 ou un truc du genre, mais ça a la réputation d’avoir été un assemblage “lego” fait un peu vite
    Mais d’après ARS TECHNICA, le NX586 conçu dés le départ sur ce mode, en plus évolué (si je lis entre les lignes, je comprends qu’il avait un aspect reconfigurable, à la manière des crusoe de transmeta, ou tout du moins nettement plus que ce que permet un microcode basique) aurait intéressé AMD pour cette raison. Après c’est logique, lorsque vous assurez une compatibilité par reverse engineering, il est plus facile, en cas de découverte d’un Bug, de retoucher un soft que de revoir intégralement le schéma physique d’un décodeur

    Répondre
  • 17 juin 2021 - 0 h 09 min

    @Bastien B
    Oui, c’est souvent répété. C’est Intel qui a commencé à raconter ça avec le i486 (bien avant le PentiumPro ou AMD 586). Parce que certaines instructions s’exécutaient en 1 cycle et que le proc était pipeliné. Du marketing. “vous voulez du RISC, le RISC c’est rapide, ça tombe bien, nous avons mis un RISC dans le dernier x86 !”

    (La preuve : Intel i486 Processor family developer’s manual §2.1, “Processor features : 32bits RISC integer core”)

    Je répète, n’importe quoi.

    Pour simplifier, les processeurs découpent les instructions “externes” en micro-instructions internes. Ces micro-instructions sont de taille fixe (en général) et les instructions complexes peuvent nécessiter plusieurs micro-instructions.
    Ces instructions traversent le pipeline (ou son schedulés dans différentes files d’attente pour les OoO).

    Le découpage du microcode et les processeurs pipelinés c’est un truc qui existe au moins depuis les années 60. C’est anachronique d’appeler du microcode ou les signaux qui traversent les pipelines “RISC”. C’est juste que tous les processeurs pipelinés se ressemblent, un peu, ou à peu près tous les processeur OoO sont en gros basés sur 2 concepts similaires avec des file d’exécution, de buffer de réordonnancement, des registres re-nommés…
    RISC & CISC décrivent des “vrais” jeux d’instructions qui peuvent être programmés, pas le format d’encodage interne qu’utilise le processeur, qui a des contraintes de design très différentes (pas limité à 32bits, accès à des registres temporaires internes cachés, …).
    De nombreuses parties sont similaires quelque soient l’architecture du jeu d’instruction : Les interfaces mémoire et le cache, l’ALU, FPU, …

    L’avantage de RISC-V pour les Chinois, c’est que du logiciel libre existe déjà. Il n’y a qu’à se servir.
    Par contre, si ils utilisent des trucs comme les perceptrons pour la prédiction de branchement ou des trucs de mémoire transactionelle,… ils risquent de devoir payer des royalties à Intel, AMD, IBM…
    Non, je déconne, ils liront les brevets pour mieux copier.

    Répondre
  • 2 juillet 2021 - 15 h 41 min

    @Le Breton: “Le x86 ne disparaîtra jamais”… tu veux parier ?
    Sur les smartphones c’est déjà fait. Chez Apple, dans peu de temps la totalité de la gamme n’aura plus aucun x86. Le temps d’utilisation des smartphones est supérieur a celui des ordi. De + en + d’ordi Win sont en ARM, on est en passe de voir des ordi en RISC-V. Il y a des puces non-x86 enfouis dans de très nombreux appareils qui ont remplacer des x86 (comme les box internet par ex.).
    Qui n’a pas de version de système d’exploitation qui ne fonctionne pas sur autre chose que du x86 ? Micro$oft, Apple, Google, Debian, Arch Linux, IBM (RedHat) et bien d’autres ont tous des versions d’OS tournant sur autre chose que du x86.
    Parmi les machines les + performantes au monde, la 1ere x86 n’est pas en 1ere position mais en cinquième.
    Tout laisse à penser que le code x86 va être de moins en moins utilisé.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *