SolidRun CuBox-M : un microboitier sous i.MX8M pour Android et Linux

Le SolidRun CuBox-M est une solution cubique de 5 cm de côté qui propose un SoC ARM et des fonctions basiques pour faire tourner Android ou Linux à partir de 99$

Clairement pas à destination de monsieur et madame tout le monde, le SolidRun CuBox-M a pour lui l’avantage d’une extrême compatibilité avec un châssis qui mesure en tout est pour tout 5 cm sur chaque côté. Il est équipé d’un SoC NXP i.MX8M quadruple coeur ARM Cortex-A53 avec des fonctions intégrées destinées à l’Intelligence artificielle et au Machine Learning culminant à 2.3 TOPs.

Son prix de base ? 99$ pour la version 1 Go de LPDDR4 avec 8 Go de stockage eMMC et un lecteur de cartes MicroSDXC. Une seconde version plus évoluée propose 4 Go de mémoire vive et toujours le même stockage. Celle-là débute à 160$. Le SolidRun CuBox-M est conçu pour faire tourner Android 10 ou  des distributions Linux autour du noyau 4.9. La marque annonce la disponibilité de Debian et Yocto mais également un portage d’Android 11 qui est encore dans ses cartons. 

SolidRun cubox

Le Cubox premier du nom

C’est une évolution d’un très vieux modèle, le Cubox sorti en 2013 et qui tournait à l’époque sous un Cortex A9 sur un seul coeur.

SolidRun Cubox-M

On retrouve un port HDMI 2.0, deux USB 3.0, un Ethernet Gigabit (avec option POE) et un MicroUSB. L’alimentation est gérée par un port jack classique. L’engin, totalement dénué d’élément mécaniques, fonctionne sans bruit et propose un Wifi5 et du Bluetooth non détaillé. Un capteur infrarouge est également présent ainsi qu’un bouton monté sur broches pour pouvoir être déporté facilement.

Vous l’aurez compris, ce SolidRun CuBox-M est prévu pour des tâches spécialisées comme l’affichage de données, la lecture de vidéos avec une prise en charge optimisée des fonctions de la puce NXP embarquées. La gestion des formats vidéo H.264 et H.265 en encodage comme en décodage mais également la prise en charge du format HDMI 2.0 sont des atouts indéniables pour des usages d’affichages numériques. La présence d’une solution capable d’accélérer des fonctions d’Intelligence Artificielle pouvant également être employée pour des fonctions embarquées de reconnaissance d’images, de visages ou autres. L’USB 3.0 permet, enfin, de connecter un système de webcam et du stockage. De telle sorte que l’on imagine assez facilement des montages de surveillance vidéo réagissant à certains éléments précis comme le mauvais positionnement d’un objet, des mouvements inhabituels ou la sortie d’un cadre défini. 

SolidRun Cubox-M

C’est le genre de machine que l’on mettra dans un faux plafond pour piloter un affichage numérique connecté mais également le coeur d’un petit outil pouvant surveiller le bon déroulement d’une chaine de montage par exemple. Bien entendu ce genre de machine peut également entrer dans la composition du circuit de votre choix même si j’aurais plus tendance à me pencher sur des solutions plus classiques pour un particulier. Que ce soit du côté des cartes type Raspberry Pi ou de la Nvidia Jetson Nano 2Go qui propose beaucoup d’éléments pour moins cher mais qui nécessite la réalisation d’un châssis.

Le gros avantage de cette solution, c’est sans conteste sa facilité d’emploi. Un professionnel qui développe une formule “Kiosque” pour un affichage d’informations pour une mairie ou un professionnel recevant du public, peut déployer ce type de solution en quelques minutes n’importe où très facilement. Il n’aura que peu de maintenance à prévoir.

Voir les fiches techniques chez SolidRun

Soutenez Minimachines, partagez le !


Rivière
6 commentaires sur ce sujet.
  • 12 février 2021 - 19 h 18 min

    Merci pour l’article, j’aime beaucoup ces micro-machines. A noter que cette puce NXP i.MX8M est utilisée par Purism pour son Librem 5 et que leur version dérivée de Debian (toujours open source) supporte le noyau 5 de Linux. On peut alors espérer (rien de confirmé) profiter de l’interface sympa de PureOS pour piloter ce CuBox-M.

    Répondre
  • Luc
    12 février 2021 - 19 h 37 min

    Cette puce nxp mx8m me fait de l’oeil depuis longtemps. Mais malheureusement, la grande majorité des cartes de développement qui en sont équipées sont à des tarifs astronomiques. Voir cette solution à partir de 99$ est une bonne nouvelle en soit (ne serait ce que pour tester le support logiciel) mais par contre on perd une grande partie des ports disponibles sur la puce du fait de son intégration extrême dans ce petit boîtier.
    La vie est dure ;-)

    Répondre
  • 13 février 2021 - 20 h 51 min

    “C’est le genre de machine que l’on mettra dans un faux plafond pour piloter un affichage numérique connecté”
    Alors la Pierre je m’inscris en faux !

    Ce genre d’ordi, car c’est un ordi, demarre en beaucoup trop de temps.
    En tous cas j’ai pas choisi ça dans mon cas car il était indamissible de penser mettre plusieurs secondes pour allumer un escalier.
    Les 15 marches de mon escalier sont donc gérées par un STM32 (un micro controleur 32 bits plus proche d’une arduino que d’une raspberry).
    à 20 balles la carte de dev kit, un port RJ45 pas encore activé pour changer les effets via un site web, exellent candidat…
    Démarrage dans les 15ms et la moitié du temps (presque 9 ms) est lié à l’alimentation à découpage des leds et de la carte microcontrolleur…
    Et donc 15ms, on ne se rend compte de quasi rien.

    Bref je profite de ton post pour me la péter un peu et “juste” rappeler aux autres que le temps entre l’allumage et l’utilisation, en fonction de ce que l’on veut obtenir peut être critique et éliminer une solution à base de linux, comme ce fut le cas pour moi !!!

    Have fun

    Lionel.

    Répondre
  • 13 février 2021 - 21 h 17 min

    @Lionel: C’est le genre d’ordi qu’on éteint pas surtout et qui va servir a interfacer les infos locales tirée du web dans une jolie présentation sur 2 écrans UltraHD dans le hall de ton hôtel avec l’heure de la prochaine navette qui rejoint le centre ville et l’heure de RDV pour la visite du musée du coin. Bref, rien a voir avec de la domotique ou un ESP :)

    Répondre
  • Tof
    13 février 2021 - 21 h 35 min

    @Pierre Lecourt: +1 Pierre, c’est exactement ça. Le SoC NXP i.MX8M c’est en général le choix pour les professionnels et l’industrie, etc… notamment sur le secteur du digital signage/smart signage.
    Ce n’est pas vraiment destiné pour les “bricolages” en domotique ;)

    Répondre
  • gUI
    15 février 2021 - 8 h 10 min

    Yes +1 à tous les 3. Ne surtout pas se tromper de destination de ces machines. Prendre une machine Linux pour faire clignoter une LED ou mettre un capteur de température c’est criminel :)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *