Sous Snapdragon 845, les machines seraient à la hauteur d’un Pentium

Sorties sous Snapdragon 835, les premières machines sous Windows 10 ARM affichaient un grand écart a faire pâlir JC Vandame. Chères pour un niveau de performances entrée de gamme, elles faisaient dire aux constructeurs que cela irait mieux avec la prochaine génération de Qualcomm : Les Snapdragon 845.

Les Asus NovaGo, Lenovo Miix 630 et HP Envy x2 sont les trois machines sorties sous Windows 10 pour ARM et SoC Qualcomm Snapdragon 835. Je n’ai jamais pu m’approcher d’elles et ce que j’en sais n’est issu que de la lecture de tests à travers la planète ainsi que de retours d’utilisateurs.

HP Envy X2

Quelques éléments sont communs à tout ce que j’ai pu lire sur ces machines, leur niveau de performances n’est pas à la hauteur du tarif demandé et les limitations proposées par le système de Microsoft sont de vrais handicaps. La présence d’une 4G totalement intégré change considérablement les usages. Le bilan global est cependant assez mauvais de par la faiblesse en calcul et en réactivité de ces engins.

Asus, Lenovo et HP semblaient être conscients de ces problèmes de vitesse de calcul et dès le début de la commercialisation de leurs machines. Ils indiquaient dès le lancement des engins que ce n’était que le début de l’histoire et que l’arrivée de futurs Snapdragon 845 allait largement augmenter les performances de leurs machines.

Aujourd’hui, alors que le terme flop n’est pas assez acide pour décrire précisément à quel point les ventes de machines Windows 10 sous ARM sont mauvaises, on a les premiers retours de performances d’une machine sous Snapdragon 845 et Windows.

2018-05-28 15_43_13-minimachines.net

Et le gain est important. L’engin construit par Lenovo qui est apparu sous GeekBench fait un bond en avant. Il passe en simple coeur de 819 points pour une machine sous Snapdragon 835 à 1353 points sous Geekbench et en multi coeurs de 3278 points à 4288 points. c’est 40% de mieux en simple coeur et 25 % en multi coeur ! Impressionnant.

2018-05-28 15_53_38-minimachines.net

Le seul souci, c’est que la puce sous Windows 10 ARM partait de très loin et que ce bon de 40% ne lui permet pas de rattraper le niveau de prix demandé. Si vous collez un turbo à une 2CV pour qu’elle puisse passer du 120 Km/h à 170 Km/h en pointe, cela n’en fait pas une Ferrari capable de dépasser les 300 Km/h. Ici c’est pareil, le prototype de Lenovo est certes plus performant mais son score atteint ce que propose un Pentium Apollo lake habituel.

HP Envy X2

Le souci est donc équivalent aux modèles actuels, avec des machines comme le HP Envy X2 sous Snapdragon 835 vendu 1299€, se limiter à des performances dignes d’un Celeron d’Intel ne parait pas être une bonne idée. Passer au Pentium ne changera probablement pas la donne et même en espérant des performances encore au dessus comme celles d’un Core M ou d’un Core i3, cela laissera l’utilisateur sur sa faim par rapport au prix dépensé.

Il y a certes l’avantage d’une bonne autonomie et la possibilité de se connecter en 4G mais on a vu que sur ces postes, Intel et AMD travaillent également d’arrache pied et l’écart creusé lors de l’annonce de Windows 10 pour ARM commence à se resserrer.

2018-05-28 15_53_29-minimachines.net

Autre détail intéressant, pour parvenir à ce résultat là, Qualcomm booste son Snapdragon 845 au maximum. Alors qu’il est généralement boosté à 2.8 GHz au maximum, la machine passée sous GeekBench par Lenovo grimpe à 2.96 GHz.

Il faut garder à l’esprit que les tests de ce type sont souvent trompeurs et que la perception d’une machine avec une note basse peut tout à fait être bonne. Il est également possible que cette machine, probablement un prototype, soit encore en cours de développement et d’optimisation. Mais qui serait assez aventureux pour tenter le pari d’une solution dans les gammes de prix des premières machines sous Snapdragon en sachant le risque de se retrouver avec un processeur capable de ne délivrer que les performances d’un PC très entrée de gamme ?

Sans même parler des soucis de compatibilité et de catalogue logiciel, d’émulation des applications x86 qui grèvent sérieusement les performances de ces engins, il parait toujours aussi risqué de pencher du côté d’ARM sous Windows 10 pour le moment.

Plus d’infos devraient suivre avec le Computex début juin.

Source : winfuture

29 commentaires sur ce sujet.
  • 28 mai 2018 - 16 h 36 min

    C’est vraiment le genre de machine sans intérêt
    et à éviter, sans parler d’un prix FOU…

    Alors pour le même prix, choisiriez-Vous
    un portable sous un Intel Kaby Lake G
    ou un Snapdragon 845 ?!
    C’est presque à mourir de rire…

    1299 Euros, pour un Royale FLOP !!!

    Répondre
  • 28 mai 2018 - 16 h 43 min

    Microsoft a un tel monopôle qu’il se permet de lancer des concepts boiteux directement dans les rayons pas à prix d’or.

    Répondre
  • 28 mai 2018 - 16 h 54 min

    un core M de base …. de merde …. core m3 quoi, modèle 2015, c’est 2750 en single, et 5250 en multi

    on est pas loin de 200% de perfs en single

    bon courage pour rattraper ça

    et je parle pas d’un core m5 comme celui de mon Macbook 12″ (3700/6700) ….

    C’est mort d’avance leur histoire

    Répondre
  • Alu
    28 mai 2018 - 17 h 13 min

    Le pire c’est l’écart entre ARM et X86 en terme de single thread performance. Un simple NUC Gemini Lake a un score de plus de 2000 points à Geekbench 4 alors que le meilleur ARM ne fait que 1300 points… :-s

    Répondre
  • 28 mai 2018 - 19 h 35 min

    On a l’impression que certains découvrent que les puces mobiles ont une puissance ridicule face aux CPU desktop… Il n’y a pas de miracle, l’autonomie a un prix.
    Si on pouvait faire des CPU aussi économes que les ARM et aussi puissant que les Core i actuels, Intel l’aurait déjà fait.

    Répondre
  • 28 mai 2018 - 19 h 52 min

    @steph n’oublie pas qu’il y a émulation. Donc même si ce n’est pas un niveau de performance suffisant pour le prix demande, ça reste une performance remarquable dans l’absolu

    Répondre
  • 28 mai 2018 - 20 h 29 min

    @AlxV: y’a quand meme 2 détails
    1- un proc passe combien de temps a ne rien faire ? 95 ou 99% ?
    2- Au moment ou j’écris ces lignes, la charge de mon i5 de 2013 (score GB = 4k en mono, 10k en multi)est de 30%, dont 20% pour VLC sur mon 2eme ecran. Le 845 va entre 1/3 et 1/2 de ca, donc pour la meme chose.. ben il serait plus pres du 100%, entre 70 et 90. Pas sur que ca soit grave.
    3- par ailleurs, comparer a l’identique comme ca ne fait pas sens. Les OS modernes (dont 10S) sont mieux optimisés: les taches de fond sont stoppées+vidées, l’OS lui-meme est plus simple, le décodage vidéo est mieux assisté en hardware…

    Je dis pas que c’est transparent (on sentira des ralentissements sur les traitements lourds, le gros multitache), ni adapté a tous les cas (il y a plein d’utilisateurs qui utilisent plus de 5% de leur CPU en moyenne). Je dis par contre que la majorité des utilisateurs utilise 5% de son CPU en moyenne pour les apps, donc un 845 suffit. Y’a qu’a regarder la liste des best-sellers sur Amazon ( https://www.amazon.fr/gp/bestsellers/computers/429879031/ref=zg_bs_nav_computers_2_429882031 ): la moitié sont des Celeron, Pentium ou Core3 (1/4 sont des gamers, 1/4 des plus puissants).

    Pour moi ca veut dire que y’a la moitié du marché susceptible d’uitiliser un ARM. Apres, faut que ca rime a quelquechose, c’est sur que si le prix est le meme qu’un Core…

    Répondre
  • 28 mai 2018 - 21 h 49 min

    Et c’est là que Cyrix/Via euh non Zhaoxin , et ben ils reviennent en disant et nous ont poutre un snapdragon 845 ^^
    en plus on coute 10% du tarif …comeback baby comeback :D

    Répondre
  • 28 mai 2018 - 23 h 25 min

    Obarth, OK, Mais tu as vu le tarif ?

    Répondre
  • 29 mai 2018 - 1 h 07 min

    va t’enterrer M$ -_-” franchement quand je vois les problèmes que rencontrent les gens sur ce système qui sont insoluble parce que tout est toujours verrouillé de partout et qu’il est impossible de debugger les gens se disent poubelle alors que c’était probablement un problème de résolution native ou d’installation partielle de pilote ça fout les boules, la machine est repartie avec une debian xfce \o/

    ça aurai été un truc mips ou arm pareil :p une debian ou openwrt et ça repart

    Répondre
  • 29 mai 2018 - 4 h 02 min

    @H2L29: On a des visions tres différentes de la chose. La derniere fois que j’ai essayé (y’a 6-7 ans, c’etait mon 5eme essai et ca a achevé de me degouter), Ubuntu ne savait pas gérer convenablement 2 ecrans de résolutions différentes avec barre de menu a droite de l’ecran de droite, et possibilité… d’afficher des videos. Le PC est reparti en Windows. Y’a p’tet un probleme de compétence de moi, mais passer 3j a essayer d’installer un OS c’est ma limite, Windows c’etait fait en 1h. La fois d’avant un pote avait du, bien sur, me recompiler le noyau pour que ca tourne. J’aime pas qu’on me recompile le noyau.

    A l’utilisation je sais pas, mais a l’installation, Linux demande de GROSSES compétences a moins d’etre dans une config ultrastandard. Perso, j’aurais bien aime pouvoir lke promouvoir, mais deja pour moi j’ai jamais réussi a l’instaler de facon fiable et convaincante, alors pour les autres, j’ai pas tenté.

    Répondre
  • 29 mai 2018 - 8 h 23 min

    A mon avis, l’erreur n’est pas de sortir ces machines Windows sur ARM, mais c’est de le faire à ce prix.
    J’espère qu’ils vont redescendre quand ils verront que les ventes ne suivent pas.

    Répondre
  • 29 mai 2018 - 10 h 12 min

    @Obarthelemy: Le muti ecran natif sans rien faire sous linux ça fait déjà bien longtemps que ça marche si les écrans sont sur une vraie sortie graphuqque (du cpu. de la carte mère ou d’une carte fille). Au moins 4 ans.

    Mais si c’est un écran géré par usb, c’est encore très variable. Mes derniers essais datent d’il y a un an et la conclusion est : ça marche d’office ou laisse tomber. ubuntu savait faire, pas debian. C’est une question de config, mais trop lourde pour moi (j’y ai passé des heures et des heures en vain).

    Pour ce qui est de la config du bureau, c’est du problème du gestionnaire d’écran, un étage au-dessus. La barre est sur l’écran maître, il faut bien indiquer quel est l’écran maître, et éventuellement remettre dans l’ordre les écrans (à la souris dans l’applet d’affichage). Pour les vidéos, aucun souci particulier.

    En général, le meilleur support global se trouvait sous linux mint ou ubuntu.

    Répondre
  • 29 mai 2018 - 11 h 14 min

    @Obarthelemy:
    Et moi c’est tout l’inverse…3 clics pour installer linux sur des dizaines de machines (portables, desktop, souvent en dual boot de surcroit) et souvent (pas toujours certes) une galère pas croyable pour installer windows (dans la plupart des cas, la carte réseau n’est pas reconnu à l’installation, donc sans un autre ordi difficile d’installer tous les drivers….). Ah, et les interminables re-démarrage et mises à jours séquentielles de windows… il faut presque une demi journée pour avoir un système à jours et fonctionnel…
    Quand on installe linux, le plus souvent, je télécharge directement les derniers paquets lors de l’installation… et sinon tout est à jours après une simple mise à jours. Un seul redémarrage.
    Evidemment, la plupart du temps les gens ont windows préinstallé…
    J’écris ce message sur un HP spectre tournant sur OpenSuse Tumbleweed avec un écran tactile de 2560×1440 (qui fonctionne nickel, même le tactile) et un deuxième écran 1920×1080 via la sortie display port (marche aussi avec la sortie HDMI). J’ai ma barre de menu sur l’écran du portable, comme je le souhaite, mais tout est paramétrable. Ceci dépends plus de l’environnement graphique choisi, que du noyau linux. D’ailleurs, je n’ai pas recompilé de noyau depuis 10 ans !
    Tous les boutons physiques de la machine fonctionnent sans rien paramétrer (son, luminosité, dual screen, airplane mode, multimedia)… la seule chose qui ne fonctionne pas est la connexion à un écran externe wireless (widi ou miracast) qui ne fonctionne que sous windows (protocole propriétaire).

    Chacun fait comme il veut, mais moi je préfère toujours installer linux…beaucoup plus rapide que windows.

    Répondre
  • 29 mai 2018 - 11 h 23 min

    Pour moi, le plus gros handicape de cet OS, c’est son nom.
    On attend d’un Windows 10 (ARM ou pas) qu’il se comporte comme un windows 10.

    Chez, apple, il y a 2 OS, on en attend naturellement pas la même chose. Le grand public est bien conscient qu’on ne fait pas tourner la même chose sur mac OS X et sur iOs.
    Chez microsoft, la confusion règne à tel point que la grosse majorité de la com sur les performances se font sur les performances en émulation x86.

    Je serais personnellement plus intéressé par ses performances sans émulation.
    Le snapdragon s’en sort bien mieux niveau perfs sous android avec une fréquence de base à 1.77Ghz (2200 en single et 8300 en multi). si on mesurait ses perfs sans émulation avec sa fréquence à pas loin de 3Ghz, il ne finirait pas comparé à pentium.
    La destination première des machines windows 10 ARM, n’est pas de faire tourner des applications x86.
    Ces machines répondent déjà au besoin d’une partie des utilisateurs sans être handicapé par l’émulation.
    Ceux qui ne font que de la bureautique, du surf, consultation de mails, vidéos ne devraient par souffrir des performances en x86.
    à ma avis, il ne faudrait pas grand chose pour en faire un produit qui marche: un autre nom, la communication qui va dans le bon sens. Il faut aussi motiver les développeurs à faire des applications ARM ou “Universelle” et/ou faciliter l’adaptation d’application ios/android sur windows.

    Répondre
  • 29 mai 2018 - 11 h 39 min

    @TiNano: “On attend d’un Windows 10 (ARM ou pas) qu’il se comporte comme un windows 10.

    C’est aussi comme cela qu’il a été mis en avant…

    Répondre
  • dja
    29 mai 2018 - 11 h 40 min

    @TiNano: parfaitement d’accord, le gros problème dans “Windows 10 ARM”, c’est bien “Windows 10”. Ils sont incapables de compiler leur software intégralement en ARM natif et n’utilisent trés probablement que 20% des instructions ARMv8-A.
    Pourquoi Asus, Lenovo et HP ne lancent pas le même matériel avec un linux ARM en parallèle? le surcoût serait mineur avec un potentiel non négligeable.
    Probablement parce que Microsoft fait du Microsoft, leur stratégie classique: vérouiller les constructeurs sur leur OS et donc, malgré eux, générer du nivellement par le bas du marché.

    Répondre
  • 29 mai 2018 - 13 h 06 min

    Et pourtant on a eu des téléphones et des tablettes avec de l’Intel, Atom. Et au niveau performances c’était vraiment pas terrible et très loin des Qualcom de l’époque en performances sans parler de compatibilité.

    Répondre
  • 29 mai 2018 - 13 h 07 min

    @testadura: Tu veux dire… sous Android ?

    Répondre
  • 29 mai 2018 - 13 h 52 min

    @testadura:
    Aujourd’hui, on pourrait tout à fait envisager
    un smartphone sous Windows en x86,
    car les technologies sont devenus suffisamment matures…

    y aurait-il un intérêt ?
    Peut être, le fait de pouvoir amener
    son ordinateur partout…

    Répondre
  • 29 mai 2018 - 13 h 53 min

    @TiNano:
    Et bien pour moi, le plus gros handicap de cet OS, c’est son histoire. Windows a bâti sa réputation sur sa compatibilité ascendante. Cela fait sa force mais aussi sa faiblesse.
    MS a bien tenté jadis (2012) de faire 2 OS, Windows RT pour ARM et Windows 8 pour x86, mais le grand public et les dev n’ont pas suivi. Ce qui explique que MS ait changé son fusil d’épaule et ait ajouté l’émulation x86 pour préserver la sacro-sainte compatibilité ascendante, au grand dam des perf il est vrai…

    Répondre
  • 30 mai 2018 - 10 h 01 min

    Clairement ce genre de machine avec une distribution Linux en ARM natif serait plus intéressant qu’un W10 émulant du x86… Si seulement Qualcomm supportait une pile graphique libre pour ses pilotes vidéos.

    Répondre
  • CHP
    30 mai 2018 - 16 h 17 min

    @H2L29
    Tiens, moi c’est l’inverse… Je ne compte plus les gens de mon entourage qui se sont fait avoir par Chromium, Android sur tablettes, PC sous Linux a qui les vendeurs ont promis une compatibilité soit-disant “Totale” avec les PC Windows mais qui, en fin de compte, c’est avéré un désastre :
    – LibreOffice n’est pas Office (habitudes différentes)
    – Les périphériques ne sont pas reconnus (même des périphs standard)
    – Problèmes d’impressions “En Cloud”
    – La galère de faire reconnaitre des périphs spécifiques et qui correspondent aux besoin de chacun ( balances USB, Télécommandes PC-Média, Programmation de Drones, cartes audio/video, et j’en oublie)
    – Jeux (même les plus basiques) a moins de regarder dans les stores Google ou les (a peu près) équivalents sur les dépôts (ou sous Wine).
    – Emulation Windows? Oui c’est possible mais sincèrement vous voyez Mme Michou jongler avec Wine? moi pas.
    – Et j’en oublie…

    Arrêtez de comparer Linux (Android?) à Windows. c’est deux univers différents pour deux publics différents. En ce qui me concerne j’utilise les 2 pour des besoins différents.

    La grande force de Windows par rapport à Linux c’est son vaste choix de solutions et matériels qui peuvent correspondre à des besoins précis.

    Répondre
  • 30 mai 2018 - 16 h 40 min

    @Obarthelemy:

    Pas du tout d’accord avec ton discours

    Tu confonds CPU en iddle et puissance CPU. C’est tentant de mélanger les deux, mais pour autant, ce n’est pas parcequ’un scooter 50cm3 et une BMW série 5 roulent majoritairement à 30km/h dans Paris, donc dans une certaine partie de leur utilisation, que l’on peut conclure qu’une BMW ne servira pas à la majorité des utilisateurs et qu’un scooter 50cm3 c’est tout aussi bien

    Non

    En informatique, on a des gammes de CPU, ça commence par les Atom, puis les celeron/pentium, puis les core-M, puis les core-i qui sont équivalent en puissance, mais plus endurants, puis les i5/i7 desktop, puis les i9/xeons.

    Bon

    Là, on parle de CPU ARM qui font tourner Windows en natif (seules les applications sont émulées, et encore, celle non recompilées) à la vitesse d’un Atom, pour le prix d’un m5/i5

    Ton discours ne tient pas 2 sec car il ne parle que d’un ordinateur dont l’utilisateur ne fait rien, moi je parle des moments ou l’utilisateurs fait quelque chose, et pas besoin de lancer un rendu 4K sous after effect pour jauger de la capacité d’une machine, une simple utilisation mainstream met déja le CPU (et les composants autour, ne l’oublions pas) à rude épreuve

    Je ne parle pas dans le vide, il y a déja des ordinateurs sous ARM dans le commerce, ces machines ont été testées abondamment, et les retours sont catastrohiques. Et les testeurs ne parlent pas de Cinema4D, Première Pro, Photoshop ou je ne sais quel soft bien bourrin, non, ils parlent d’ouvrir un excel, lire un film, lancer un navigateur, ouvrir 3 onglets … et ça rame sa mère à en vouloir jeter l’ordinateur par la fenêtre

    C’est quasi inutilisable, même pour une utilisation BASIQUE. Le tout payé au prix d’un laptop haut de gamme qui sera un avion de chasse à coté … ça c’est le coup de pelle qui achève l’enterrement.

    Répondre
  • 30 mai 2018 - 18 h 05 min

    @testadura:
    Euh non, le GPU était en retrait mais le CPU se défendait bien, à la fois côté conso et côté performances, même face aux solutions Qualcomm.

    Répondre
  • 30 mai 2018 - 22 h 23 min

    Pour élargir le sujet, n’oublions pas que les macbooks ARM sont en approche également.
    Ce sera le début de la fin pour la compatibilité 8086 dans la micro-informatique.

    Répondre
  • 31 mai 2018 - 1 h 23 min

    @zhir: Je veux pas jouer les rabats joie mais il s’agit d’une rumeur dont al source est Digitimes…

    Répondre
  • 31 mai 2018 - 10 h 54 min
  • 31 mai 2018 - 17 h 48 min

    j’ai qu’une chose à dire

    ça fait cher le pentium

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *