SiFive veut faire rentrer du RISC-V dans votre PC

On avait déjà croisé SiFive et ses puces RISC-V il y a presque un an lorsque la marque présentait ses puces qu’elle mettait en face des solutions ARM. La marque décidé d’aller plus loin en 2020 avec un modèle capable rentrer dans nos PC.

En 2019, le RISC-V de SiFive se positionnait face à une solution ARM Cortex-A72 d’après son concepteur. Cette année, l’architecture serait assez performante pour venir s’intégrer dans des PC sous Linux. 

RISC-V

RISC-V, c’est une architecture de processeur, au même titre que ARM ou x86. La grosse différence entre RISC et les autres vient du caractère totalement libre et gratuit de son jeu d’instructions. Un détail qui fait que tout un chacun peu s’intéresser à ce format sans avoir à passer auparavant à la caisse pour payer des royalties. Un détail qui rend également l’offre moins centralisée, moins sujette à un quelconque blocus… Comme celui qu’exerce l’administration Trump envers les sociétés travaillant avec Huawei, par exemple. Un péril assez fort pour pousser la fondation gérant le RISC-V à s’implanter en… Suisse en 2019. Un pays à la neutralité suffisante pour éviter une entrée dans d’éventuels embargos commerciaux.

Le géant Chinois avait en effet annoncé son intérêt pour cette architecture il y a un an lorsque les US avaient interdit à ARM de travailler avec lui, RISC-V était alors vu comme une porte de sortie intéressante pour une solution Linux maison. Car la poursuite d’un développement autour de ARM comme le Kunpeng 920 parait de plus en plus compromise. Non seulement cela pourrait être bloqué à court terme mais le rachat par Nvidia de la structure, même si il n’est pas entériné, pourrait être un nouveau frein pour Huawei.

2019-10-31 12_31_54-minimachines.net

SiFive, société américaine et donc sujette aux même restrictions de son gouvernement, planche sur un nouveau RISC-V capable d’intégrer un PC. La marque veut proposer un ordinateur capable de populariser le format et d’inciter les développeurs à travailler dessus. Baptisée Freedom U740, c’est la solution la plus aboutie dans ce sens employant ce jeu d’instructions. 

Ce SiFive FU740 est un SoC employant des coeurs U7 de 2018 dans un format hétérogène mixant les fréquences. Il a pour particularité de prendre en charge les formats classiques du monde PC. La marque annonce également l’arrivée d’une nouvelle solution pensée pour les calculs haute performance et, en particulier, l’Intelligence et Artificielle et l’analyse d’images. Des secteurs critiques qui font largement écho aux spécialités de Nvidia. Le nouveau grand concurrent de SiFive…

Un travail de Titan

Pour autant, faut t-il s’attendre à voir débarquer des PC sous RISC-V rapidement ? Non, pas plus qu’on a vu des smartphones sous la même architecture arriver depuis l’annonce de la marque l’année dernière. Si RISC n’est pas tout jeune, la solution n’a jamais porté de projets de cette envergure pour le moment. Si différents acteurs ont pu y trouver leur compte en proposant des produits tirant parfaitement partie de cette architecture libre, cela a toujours été pour des solutions en vase clos et non pas des écosystèmes complets. Quand Western Digital ou Xiaomi intègrent des puces RISC-V dans leurs produits, comme un contrôleur de stockage ou comme puce pour un smartband, c’est en maîtrisant leur programmation de A à Z sans compter sur le travail de tiers.

Le pari d’un smartphone ou d’un PC est autrement plus complexe car le premier mur à faire tomber est celui des développeurs. Il faut convaincre ces derniers de prêter attention à ce nouvel univers. Un pari réussi par Google et Apple avec ARM mais ô combien plus difficile pour un nouvel acteur face à ces mastodontes. Toute la stratégie de SiFive ces dernières années, au delà du développement de nouvelles solutions, est basée sur ce tour de force. Construire des sirènes technologiques suffisamment séduisantes pour attirer constructeurs et développeurs dans les filets d’un nouvel écosystème. Cela reste un travail de Titan mais dont les fruits pourraient avoir un jour une portée énorme sur le marché informatique mondial.

Source : Business Wire via CNX Software

Soutenez Minimachines, partagez le !


Jaune
17 commentaires sur ce sujet.
  • 16 septembre 2020 - 19 h 07 min

    Voila quelque chose que l’Europe devrait financer en masse avec le logiciel libre et open source, seule issus pour une indépendance et souvraineté numérique…

    Répondre
  • 16 septembre 2020 - 19 h 10 min

    Android n’est pas particulierement dépendant du jeu d’instruction. L’OS tourne sur x86 et ARM, il y a meme eu il y a longtemps une tablette Ainol Android sous MIPS ( https://en.wikipedia.org/wiki/NOVO7 ). Les apps par défaut sont cross-platform (je crois que c’est tout betement du bytecode java recompilé/optimisé a l’installation + en JIT apres coup), meme si les devs peuvent utiliser du code natif ou des optimisations spécifiques, en particulier pour le GPU dans les jeux 3D.

    Bref coté Android, on pourrait passer sous RISC sans que l’utilisateur ne se rende compte de rien, a part a la marge. Apres coté dev y’a tout un ecosysteme et des compétences coté ARM qui doit etre un peu plus dur a convertir.

    Répondre
  • 16 septembre 2020 - 19 h 22 min

    @Madwill: L europe est un continent et ne finance rien et l Union Europénne est financée a 20% par la France
    la souveraineté est perdu depuis Maastricht
    l industrie en France, l Union l a tuée

    Répondre
  • 16 septembre 2020 - 20 h 04 min

    @foliepure: Oui, l’Union Europeene mais tu avais compris ;-) .
    Il y a bien la P.A.C, pourquoi pas une P.N.C (politique numérique commune).
    Bref, je veux une tablette Linux risc-v!!! Lol

    Répondre
  • 17 septembre 2020 - 1 h 21 min

    @foliepure: Oui. L’industrie et les bébés phoques.

    Répondre
  • 17 septembre 2020 - 7 h 24 min

    @Madwill: la pac financé à 100% par les francais, qui détruit l’agriculture en ne financant que les grandes exploitations

    que ce soit en numérique ou en physique, il faut éviter les monopoles , et savoir innover et sauver les petits

    Répondre
  • 17 septembre 2020 - 8 h 49 min

    Bientôt des solutions Huawei HarmonyOS (opensource) avec RISC-V ? En tout cas, il y a une référence à RISC-V sur cette page :
    https://device.harmonyos.com/en/ide

    Et puis, si la France faisait pareil que l’Inde, ça serait super :
    https://www.theregister.com/2020/08/19/india_microprocessor_challenge_risc_v/
    “L’Inde a annoncé un concours national pour favoriser l’utilisation des conceptions de microprocesseurs RISC-V du pays dans l’espoir que la technologie remplacera à terme les pièces importées et sera utilisée pour créer des produits demandés dans le monde entier” (traduction automatique)

    Répondre
  • bob
    17 septembre 2020 - 9 h 04 min

    Ça ressemble pas un peu au camion Nikola ?

    Répondre
  • 17 septembre 2020 - 9 h 20 min
  • 17 septembre 2020 - 12 h 51 min

    “Ho non, si seleument j’avais cherché au lieu de juste déverser mes préjugés politique sur internet” serait ce que certaines personnes pourraient penser ici si ils avaient trouver cela :
    https://www.european-processor-initiative.eu/

    Qui, pour en revenir au sujet, utilise justement l’architecture Risc-V pour son accélérateur de calcul
    https://www.european-processor-initiative.eu/accelerator/

    Et qui de fait participe activement à l’évolution de l’architecture Risc-V vers le monde de la haute performance.

    Répondre
  • 17 septembre 2020 - 19 h 48 min

    @Thomas57000:

    Ah tu me fais plaisir, je me demandais si quelqu’un allait enfin faire le rapprochement. C’est même exactement le logo de Maskman, il n’y a aucune différence!
    A quand un CPU Force Rouge?

    Répondre
  • 17 septembre 2020 - 19 h 57 min

    @Pacemk: Merci pour ce lien très intéressant ;)

    Répondre
  • 17 septembre 2020 - 21 h 45 min

    @Pacemk: Il y a aussi un autre projet européen mais pour le coté super calculateur avec de l’ARM. Au vu du nom, la France doit être bien derrière. C’est le projet Mont Blanc
    https://www.montblanc-project.eu
    Pour revenir sur le projet que tu sites, c’est l’Espagne qui a le lead sur le projet. Et devrait équipper le data center le plus du monde : Centro Nacional de Supercomputación
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Centro_Nacional_de_Supercomputación

    L’ESA fait aussi des processeurs basé sur une architecture open source : Sparc avec le procésseur LEON. On est sur les contrainte du spacial, donc des cpu dit renforcés.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/LEON

    Il y a un projet de laptop sous OpenPower (encore de l’open source), mais c’est de la conception participative pour un éventuel projet commercial.
    https://www.powerpc-notebook.org/fr/

    L’architecture MIPS (détenue par la société britannique Imagination Technologies : PowerVR) va ou est en partie open source.

    MIPS a techniquement plus de chance que RISC-V. On trouve du MIPS dans tellement d’équipement : switch routeur,super calculateur, station de travail de SGI, dans certaine vieille console , imprimante, modem, etc.

    Répondre
  • 18 septembre 2020 - 9 h 25 min

    Il ne faut pas oublier aussi l’architecture PowerPC (du RISC) qui est open source également.

    Quant aux projets EU, il y a parfois du concret, voire du bon, mais il y aussi beaucoup beaucoup d’esbroufe et d’argent vaporisé en pure perte.
    Et pourtant, si je suis pour l’indépendance nationale pour pas mal de choses, dans ce domaine je pense que quelque chose de sérieux devrait se faire à l’échelle EU.

    Répondre
  • 18 septembre 2020 - 9 h 55 min

    @eeegr: “dans ce domaine je pense que quelque chose de sérieux devrait se faire à l’échelle EU.” exactement, je dirais même qu’il n’y pas d’autres choix, la France est un petit pays vidé de son industrie, devenue une plateforme de services et de tourisme…

    “il y aussi beaucoup beaucoup d’esbroufe et d’argent vaporisé en pure perte.” Qwant…

    @revodev: Inde = 1.2 milliard d’habitants vs France = 68 millions, donc, il vaut mieux penser UE, ne serait ce que pour pouvoir s’appuyer sur un marché intérieur.

    Répondre
  • 18 septembre 2020 - 13 h 35 min

    @Nidouille:

    Tout a fait, plusieurs projets actuellement actif.
    Autant que je sache, ni MIPS ni SPARC ne sont totalement open-source ni libre de droits : des versions assez anciennes ont été libérée, mais elles restent la paternité du propriétaire du propriétaire.
    RISC-V est en effet encore beaucoup moins présent, mais pour avoir travaillé avec MIPS (il y a maintenant longtemps) et RISC-V (dernièrement), RISC-v a l’avantage de sa jeunesse : pas de rétro-compatibilité à tirer, et une architecture pensée avec les possibilités d’aujourd’hui.
    MIPS est la pour rester sur les systèmes réseaux,… Mais sur le segment des puissances un peu plus élevé, je pense que RISC-V va peu a peu venir se faire une réelle place. L’architecture logicielle se mettant elle aussi en place pour cela.

    Répondre
  • 18 septembre 2020 - 19 h 36 min

    @Madwill: La France a en effet de nombreuses industries, oui, elle s’est vidée à cause de la mondialisation mais face à la plupart des pays européens et notamment le Royaume-Uni, elle s’en sort bien mieux dans ce domaine.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *