Shuttle XPC EN01 : un MiniPC fanless au format industriel

Le Shuttle XPC EN01 n’est pas le plus beau MiniPC que j’ai pu croiser. Mais si il vise très clairement un marché professionnel, il propose un format très différent de nos habitudes. Celui d’un engin dédié à sa tâche, être discret, inaudible et efficace.

Le Shuttle XPC EN01 ne ressemble à rien de connu dans le monde de nos minimachines. Il ne prend pas en compte la part esthétique, encore que cela reste un à priori de ma part, pour se focaliser sur son objectif. Dissiper son équipement de manière totalement passive.

Shuttle XPC EN01

Avec 8 cm de haut sur 8.7 cm de large et 5 cm de profondeur, le Shuttle XPC EN01 est vraiment minuscule, ce qui ne l’empêche pas d’embarquer des composants classiques : Celeron Apollo Lake J3355, J3455 ou Pentium J4205. Des puces affichant 10 watts de TDP qui seront refroidies totalement passivement.

La mémoire vive se limite à 8 Go de DDR4 et, quant au stockage, il n’est malheureusement pas extraordinaire puisqu’il se limite à 64 Go d’eMMC auquel on pourra tout de même ajouter une carte M.2 de stockage (2242 ?). Un second port M.2 sera également disponible pour ajouter une carte de capture vidéo.

Shuttle XPC EN01

Comprenez bien que cet engin n’est pas un PC de particulier. Il ‘agit d’une machine industrielle conçue pour être logée n’importe où et quasiment oubliée instantanément. Sa maintenance se fera à distance, elle ne dispose d’aucune pièce mécanique et ne demandera donc aucun support technique, à priori, pendant toute sa durée de vie. Son design robuste la rend compatible avec des usages d’affichages numériques, des intégrations dans des automates ou le pilotage de solutions industrielles.

Shuttle XPC EN01

Sa connectique est complète malgré sa petite taille : Une sortie HDMI 1.4, un port Ethernet Gigabit, un second port Gigabit optionnel avec POE, deux USB 3.1 Type-A, un USB type-C, un lecteur de cartes MicroSDXC et un lecteur de cartes SIM optionnel pour un module 4G. Sur l’image, on peut voir un port HDMI-IN pour une entrée vidéo. Cela colle avec l’option de carte M.2 de capture vidéo. Le Shuttle XPC EN01 permettra en effet des applications de reconnaissance visuelle avec la possibilité de troquer le processeur Intel par un circuit Nvidia Jetson TX2.

Je trouve l’approche de Shuttle intéressante, elle n’est pas aussi étonnante qu’il n’y parait puisque de nombreux PC professionnels ou militaires ressemblent précisément à ce type d’engin. Fixé derrière un écran, ce PC sera totalement invisible et je me demande dans quelle mesure ce type d’approche, peut être un peu plus ouverte, ne pourrait pas correspondre à des usages grand public. Un MiniPC juste un peu plus large, avec ce même type de châssis muni de large ailettes de dissipation, que l’on pourrait totalement oublier sous un bureau, derrière un écran ou par dessus un meuble. Reliée en Bluetooth, déportée en USB 3.0, inaudible, increvable et nécessitant juste un petit coup de dépoussiérage de temps en temps. Après tout, la minimachine la plus réussie aujourd’hui, c’est probablement celle que l’on ne voit plus du tout.

Source : FanlessTech

Soutenez Minimachines, partagez le !


Violet
7 commentaires sur ce sujet.
  • 3 juin 2019 - 10 h 50 min

    Mais qu’il est moche lol
    Merci pierre il en faut pour tout le monde lol

    Répondre
  • 3 juin 2019 - 12 h 59 min

    C’est de l’art incompris :)
    En tout cas, pour une brique, il a de la gueule ! ^^

    C’est clair qu’il est parfait en usage industriel embarqué (carputer ?)

    Répondre
  • hle
    3 juin 2019 - 14 h 40 min

    J’en profite pour signaler que pour de l’embarqué le HDMI a comme défaut contrairement au DisplayPort de ne pas standardisé un moyen de verrouillage du connecteur.
    Sur le boitier présenté, il n’y pas de vis au niveau du connecteur HDMI qui permet sur du matériels professionnel de fixé ses connecteurs. On trouve deux distance différentes entre la vis et la prise HDMI; une courte (5,6mm) et longue (7mm).
    http://www.lindy.fr/Connecteur-LINDY-HDMI-1-3b-avec-verrou-version-courte.htm?websale8=ld0101.ld030103&pi=37408
    http://www.lindy.fr/Connecteur-LINDY-HDMI-avec-verrou-version-longue.htm?websale8=ld0101.ld030103&pi=37399&ci=800402
    On trouve des nouveaux systèmes comme Secure Lock ou V-Grip. Compatible avec tous les appareils, ses systèmes rajoutent des ergot qui font ressort sur la prise HDMI. C’est câble sont conçu pour offrir une rétention de connecteur plus importante que les câbles HDMI standard. Cela signifie que vous êtes moins susceptible de le pousser accidentellement hors du port HDMI.

    Il est important de noter que le câble n’est pas réellement verrouillé dans le port, donc si vous donnez un coup de pied ou trébuchez dessus, il tombera quand même.
    http://www.kimcorp.fr/adaptateur-hdmi-m-f-secure-lock-system-c2x20898172
    https://www.melectronics.ch/fr/p/785300138161/monster-hdmi-cable-w-ethernet-1-5m-black-platinum-ulths-27-gbPs
    Parmi ces systèmes, il y a la technologie ULS™ (Ultra-Lock System)qui a un système de verrouillage a deux positions qui se commute manuellement.
    https://www.purelink.de/marketing/datenblaetter/ULS_Infobroschuere_2017_EN_%28web%29_neu.pdf
    https://www.purelink.de/en/connection-cables/hdmi/hdmi-cables/1677/hdmi-cable-ultimate-serie-3-00m-yellow
    Si vous connaissez d’autres solutions de verrouillage, je suis intéressé.

    Répondre
  • 3 juin 2019 - 17 h 33 min

    Et bien je lui trouve 2 gros défauts ergonomiques :
    1 / la prise d’alim se trouve juste devant (si l’on considère que les ailettes doivent être placées à la verticale pour le refroidissement) le lecteur de carte amovible.
    Alors certes, c’est une solution industrielle à laquelle on ne doit plus jamais toucher.

    2 / l’alim n’est pas sur la même face que les prises RJ (au moins une), donc l’un des câbles sera coudé, et avec le temps ça peut être un facteur de défaillance.

    Répondre
  • 3 juin 2019 - 19 h 20 min
  • hle
    3 juin 2019 - 22 h 45 min

    @pipou
    Pour moi l’alim et sur la face arrière avec la prise antivol. Les prises réseau sur le côté.

    Pour les flux d’air, la tendance est de faire arrivé l’air frais par l’avant et d’aspirer l’air chaud a l’arrière. Avec le maximum de cache pour éviter que l’air chaud reviennent sur le devant.

    Pour avoir monté pas mal de matériel dans des baies informatique.
    Le plus souvent les alimentations arrive par l’arrière et la partie réseau par les côtés.
    Pour faciliter le brassage on déplace souvent les prises réseaux en façade avant.

    Cela permet de diminuer les interférences entre les câbles d’alimentation et les câbles réseaux qui se croise ainsi à 90° sous le faux plancher.

    D’expérience, sur les navires les problèmes proviennent des vibrations, pas de la courbure des câbles qui sont fixé avec des colliers. En effet, un connecteur mal enfoncé et non verrouillé va bouger et provoquer un dysfonctionnement intermittent.

    Typiquement a quai, un câble réseau mal enfoncé va fonctionné pendant les essais. Mais en mer, cela va provoquer des problèmes réseaux qui sur un système complexe peut être difficile à localiser quand tu des baies pleine de prises réseaux!

    Répondre
  • 4 juin 2019 - 14 h 10 min

    Ca ressemble beaucoup aux équipement installé sur des rail DIN mais ce n’est pas précisé sur la fiche technique si la fixation est prévue.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *