Raspberry Pi Store : la boutique Raspberry Pi n’a de boutique que le nom

Cambridge accueille désormais une boutique aux armes de la fondation Raspberry Pi. Cette Raspberry Pi Store n’a économiquement aucun sens en la regardant du petit bout de la lorgnette.

La fondation annonce la naissance de son Raspberry Pi Store au coeur d’un centre commercial à Cambridge, lieu où le concept est né et où les premiers prototypes ont été fabriqués. Première interrogation, comment une fondation à but non lucratif peut justifier l’existence d’une boutique ?

2019-02-12 13_15_49-minimachines.net

Alors évidemment, lorsque la fondation vend une carte à son prix public, elle gagne de l’argent et le Raspberry Pi Store générera donc des entrées significatives même si la marge générée par le produit ne sera jamais énorme. Ce magasin proposera également des accessoires, des livres, des goodies et probablement toute une galaxie de cartes HAT et autres composants pour réaliser des montages.

2019-02-12 13_15_15-minimachines.net

Un kit pour démarrer avec la Raspberry Pi

Sera-ce suffisant pour payer loyer, salaires et autres assurances ? A long terme ? S’installer dans un centre commercial avec un produit de ce type n’est pas viable. Quand on est une marque de smartphones et qu’on vend avec de belles marges un produit renouvelé tous les ans, on peut se le permettre mais pas quand on vend des cartes de développement. En imaginant un franc succès des ventes du Raspberry Pi Store l’année de son implantation, quid de l’année suivante ? Les acheteurs de Raspberry Pi 3 en 2019 vont t-il racheter une éventuelle Raspberry Pi 4 en 2020 ? On voit bien ici que la pérennité de la boutique est délicate.

Alors pourquoi lancer un Raspberry Pi Store ? Tout simplement parce que le nom Store est purement marketing et que la finalité de cette “boutique” n’est pas de générer un quelconque profit. Si elle parvient à s’équilibrer ce sera déjà une très bonne chose.

La solution imaginée par la fondation a donc, à mon sens, un tout autre objectif. Celui de créer un centre où recevoir des gens et les former aux solutions de programmation. Avec la boutique seront organisées des sessions d’apprentissage du code, de prise en main des cartes et de formation. L’idée est à mon sens à développer car c’est cruellement ce qu’il manque encore aujourd’hui un peu partout. Les gens, les enfants en particulier, n’ont que quelques heures pour s’initier à la programmation dans leur parcours scolaire de collège et parfois aussi peu suivant leurs filières en Lycée. Pourtant, ils vont devoir vivre au travers de l’outil informatique toute leur vie qu’ils soient boulangers ou programmeurs.

Il existe des structures associatives un peu partout en France, des FabLabs, des associations ou des entités comme Makeme ou Ateliersgeeks qui “évangélisent” les petits et les grands autour des concepts de robotique ou de programmation. Tous ces moyens doivent bénéficier de la bienveillance des élus et des marques pour les aider dans leur tâche. Ce que le Raspberry Pi Store fait aujourd’hui, c’est aider au développement de nouveaux cerveaux capables de prendre la suite.

Minimachines.net 2015-03-18 14_29_11

Pour rappel Eben Upton, papa du Raspberry Pi, est un des million d’enfant “contaminé” par les BBC Micro. Des ordinateurs distribués en masse par la BBC aux écoles anglaises pour les initier à l’informatique. Le résultat est là, l’Angleterre a donné naissance à une génération de cerveaux brillants et doués en informatique. Cet investissement à long terme a été repris avec les BBC Micro il y a peu. C’est ce genre d’initiative, le Raspberry Pi Store, qui peut aider ce mouvement et relancer lui aussi dans quelques années un nouveau souffle à cette industrie informatique dont vont avoir besoin les pays comme l’Angleterre.

8 commentaires sur ce sujet.
  • 12 février 2019 - 14 h 13 min

    Question con, y’a vraiment des gens qui se promènent avec un casque circum aural autour du cou ? J’ai essayé et je trouve ca désagréable au possible, pas du tout pratique.
    Après j’suis vieux, donc bon. :jap:

    Répondre
  • Cid
    12 février 2019 - 15 h 59 min

    @carter:

    T’es vieux :) Le métro parisien en est plein. (Et ça fait une paire d’année que je n’y ai pas mis les pieds !)

    Bon alors qu’attendent notre président et Thomson pour nous refaire un plan informatique pour tous et développer une carte à la sauce FrenchTech :) (plein de mots que j’aime pas dans ma phrase !:D )

    Je viens de commander mon 3ème Pi…

    Répondre
  • 12 février 2019 - 16 h 11 min

    @carter : oui moi avec un bose anti bruit, c est tres efficace pour avoir un bon systeme de son et des oreillettes legeres. Apres c est une question d habitude :-p
    Moi les Pi, ils me servent d émulateurs dans des pandora box (on garde la structure, on vire l interieur on y met le raspberry et hop tous les émulateurs de la planette avec une bonne manette d a rcade ;-) )

    Répondre
  • 12 février 2019 - 16 h 15 min

    @Carter: J’ai pas mal voyager ces 3 dernieres années (pour le boulot): Boston, Paris, Tokyo, Los Angeles, Berlin, Londres… Partout où y a des hypsters, tu trouveras des casques autour du coup. ;-)

    Répondre
  • 12 février 2019 - 16 h 56 min
  • 12 février 2019 - 18 h 03 min

    Oula, j’ai cru que j’allais m’énerver à la lecture de la première ligne ! “Education”, c’est le moteur initial.

    Merci pour l’article Pierre.

    Répondre
  • 13 février 2019 - 8 h 42 min

    @pierre : ne vont-ils pas se ratrapper sur les accessoires/goodies vendu en boutique ?
    c’est souvent ça dans pas mal de boutique… genre les boutiques de réparation téléphone entre autre !

    Répondre
  • 13 février 2019 - 10 h 34 min

    @Myke: Si bien sûr, mais combien de temps tu tiens avec un loyer de grand centre commercial, les assurances , les dépenses de chauffage et d’énergie, les salaires ?
    Je ne crois pas ici que le but soit de faire de l’argent. Si le truc est à l’équilibre c’est suffisant.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *