Le processeur Core M3-8100Y laisse la place au Pentium 6500Y

Le processeur Intel Core M3-8100Y est en fin de vie, la puce d’Intel ne sera plus disponible à l’achat en Octobre. Qu’a cela ne tienne, le fondeur a lancé le Pentium 6500Y, une solution quasi équivalente.

Le processeur Pentium 6500Y a été lancé au premier trimestre par Intel. Il s’agit d’une puce Amber Lake Y à très basse consommation qui propose deux coeurs et quatre threads cadencés de 1.1 à 3.4 Ghz avec 4 Mo de cache. La solution embarque un circuit graphique Intel HD 615 cadencé de 600 MHz à 1.6 GHz. Elle est gravée en 14 nano Avec un TDP oscillant entre 3.5 et 7 watts pour une consommation moyenne de 5 watts, c’est une solution parfaite pour un ultraportable léger,  une tablette ou un MiniPC fanless et accessible. Un ensemble de compétences solides pour une solution entrée de gamme ou ultramobile. 

2021-08-31 12_09_22

Le Xiaomi Mi Notebook Air de 2019 sous Core M3-8100Y

Ses caractéristiques sont presque identiques à celles du Core M3-8100Y qui est en fin de vie. La puce n’est plus disponible à l’achat depuis un moment et Intel honorera la production pour la poursuite de ses anciens contrats jusqu’en octobre. Mais il n’est plus possible de commander aujourd’hui ce processeur directement à Intel pour lancer une nouvelle machine.

2021-08-31 12_16_532021-08-31 12_17_27

On retrouve pourtant dans cette puce presque les même spécifications que sur le Pentium avec des coeurs à même fréquence, un cache et une consommation quasi identiques1 et des dimensions de puces équivalentes. La version Amber Lake Y du Pentium 6500Y lancée cette année est certainement plus optimisée que le précédent modèle sorti en 2018 mais c’est pratiquement la même puce sur le papier. 

En gros, Intel a amélioré son Core en optimisant ses processus et l’a déclassé en Pentium puisque les nouveaux processeurs Core de la marque sont désormais en 10 nanomètres. Le Pentium 6500Y en 14 nanos est un Core M3 optimisé qui ne dit pas son nom. 

Et c’est une très bonne nouvelle.

J’adore ces processeurs, j’utilise toujours un Core M3-6Y30 au sein de mon ultrabook Xiaomi Notebook Air de 12.5″ et il est toujours aussi capable de surmonter des tâches complexes. Ce n’est pas un foudre de guerre pour le jeu mais ce n’est pas ce que je demande à ce genre de PC censé m’accompagner partout loin d’une prise secteur. On ne connait pas le tarif du Pentium 6500Y mais il sera surement moins élevé que le Core M3-8100Y à sa sortie. Laissant la porte ouverte aux constructeurs pour imaginer des machines légères, accessibles, autonomes et pratiques ayant des compétences parfaites pour un usage en mobilité.

Microsoft devrait employer ce Pentium 6500Y dans ses futures Surface Go 3, là où leur efficacité et leur faible consommation pourront briller. Bien entendu, ce type de puce n’est pas idéal pour tous les usages mais les Surface Go 2 emploient déjà avec bonheur les Core M3-8100Y… Cela ne devrait donc pas être très différent d’un point de vue usage.

Reste le problème de l’appellation Pentium

Beaucoup de « spécialistes » détournent le regard d’une fiche produit à la lecture des mots Pentium ou Celeron, ce qui leur donne droit à des guillemets autour du mot spécialiste. Le fait qu’un processeur soit estampillé Core ou Pentium par Intel n’est pas le signe d’un problème particulier ou d’un manque de performances. Il s’agit surtout aujourd’hui d’une manière de créer des étages plus lisibles d’un point de vue marketing. Le Core d’hier est devenu le Pentium d’aujourd’hui. Renâcler à l’idée d’acheter un Pentium non pas pour ses compétences mais parce qu’il s’appelle Pentium n’est rien d’autre qu’une affaire de snobisme.

Si demain un constructeur proposait un petit ultraportable 11 ou 12″ abordable et fanless sous Pentium 6500Y avec 8 ou 16 Go de mémoire vive et 256 Go de stockage, un bon écran, une autonomie correcte et un bon clavier, il est probable que celui-ci rencontrerait un certain succès.

Sources : Liliputing

Notes :

  1. Le Core à un TDP Down de 4.5 watts contre 3.5 watts pour le Pentium 6500Y.

Rivière
6 commentaires sur ce sujet.
  • 31 août 2021 - 13 h 01 min

    Ce Pentium 6500Y devrait être effectivement très intéressant ds des machines fanless. Le pb viendrait comme tjs de des constructeurs qui l’épauleront cette sympathique puce avec malheureument une config moyenne.
    Selon les fuites, la future Surface Go 3 est prévue avec ce Pentium 6500Y et un Core i3-10100Y. Mais le Pentium aura probablement que 4Go de ram (contre 8 pour le Core)et un stockage eMMC contre un ssd pour le Core.
    J’espère que les chinois ns concocterons de bonnes machines avec ce SoC (ainsi qu’avec le Celeron N5100).

    Répondre
  • 31 août 2021 - 17 h 08 min

    Oui, un cpu parfait pour une petite machine fanless pas cher comme le mi notebook air 12.5. Si son successeur pouvait sortir, si possible avec 8G de mémoire, cela en ferait un compagnon parfait en déplacement…

    Répondre
  • 31 août 2021 - 18 h 16 min

    Pierre, je me permets à titre amical quelques conseils photoshop :

    il faudra m’expliquer l’intérêt de détourer au lasso … Si c’est pour faire du détourage en suivi des contours, autant prendre la plume, l’outil est infiniment plus rapide ET infiniment plus précis. Le temps de détourage est divisé par 2 ou 3, tout en respectant plus finement les contours

    De même, pour affiner l’intégration dans la compo, rien de mieux que d’ajouter un masque et travailler dessus, plutot que d’effacer direct sur le visuel. On ajoute un masque (juste un clic), on efface avec une brosse pas trop rude, et si on doit remettre de la matière, la touche X inverse le noir et le blanc et on remet, et X et on efface, et X et on remet, et ça permet un nettoyage super rapide et propre des contours

    Je parlais de la plume ci dessus, mais il y a mieux pour ce genre de visuel aux contours difficiles et avec autant de petits détails :

    Pour détourer la mer tout autour de la plate-forme pétrolière mais aussi et surtout dans les pylone, entre les cables, etc, une sélection par teinte sur le bleu sera plus rapide et plus propre
    ça évite aussi de se taper chaque trou dans le pylone (et il y a énormément de trous) avec un lasso

    Une fois qu’on a la sélection, on en fait un masque, on l’inverse et … Voila ! Et avec un peu de nettoyage par la suite on a un rendu extrêmement bien intégré

    Pour une meilleure intégration encore, on peut aussi récupérer l’ombre de la plateforme dans la mer, l’isoler dans un nouveau calque, la passer en « multiplier », puis à 70% de transparence, et ajouter un calque par dessus que l’on définit en « clipping mask » (POMME-ALT-G sur Mac) et que l’on peint avec la couleur du café. Puis on passe ce calque en blending « color » ou « hue », et l’ombre dans la mer va passer naturellement de bleu foncé à marron foncé

    Répondre
  • 31 août 2021 - 18 h 50 min
  • 31 août 2021 - 22 h 21 min

    J’aimerai bien retrouver cette puce x86 moderne dans un SBC au format RaspberryPi.
    Une remise à jour de l’Up Board ou UP Core en fait… (qui sont en Atom Z8350)

    Répondre
  • 1 septembre 2021 - 0 h 55 min

    Comme Pierre, j’aime bien ces Intel core m3 très capables sur une machine d’usage courant, et favorisant les machines fanless.

    Moi qui possède justement la Surface Go 2 M3-8100Y 8/128 Go, pour l’autonomie c’est toujours en revanche très loin d’un ARM Apple M1. Microsoft vend jusqu’à 10 h sur le papier qui en usage varié de la machine tombe à moins de 5 h dans la vraie vie. Pas sûr que la nouvelle mouture reclassée en Pentium fasse gagner beaucoup de temps de batterie. Mais sinon, cette Surface Go 2 est très agréable à utiliser dans un format pratique à embarquer (écran tactile de 10,5 pouces pour 544 grammes).

    Petite machine assez polyvalente au quotidien donc. Ainsi, avec l’application IceCream Video Editor, je monte des petits films dont la vidéo est en 4K natif issue d’un Canon APS-C (rushes sur SSD externe). Avec les effets en temps réel, la charge processeur oscille entre 10 à 30% pour l’application. Avec quelques pointes à 45%.

    Par ailleurs, avec un Asus 2 en 1 13″ Core M3-6Y30 fanless, le processeur m’a grillé le bas de l’écran LCD avec un encodeur vidéo qui a tourné trop longtemps à 100% sans que le bridage throttling s’avère efficace. Pour ces rares occasions là, je bride désormais la puissance processeur allouée à l’encodeur.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *