Du mieux pour les expéditions de PC en Europe, Acer rebondit fortement

Qui l’eût cru ? Les expéditions de PC en Europe se portent mieux que prévu. Confirmant au passage un ralentissement global de la baisse du marché. Les ordinateurs traditionnels ont connu un regain de leurs ventes ce premier trimestre en zone EMEA.

1.6% de croissance avec 17.4 millions d’expédition de PC en Europe, Moyen Orient et Afrique selon IDC, c’est plutôt encourageant même si il faut considérer ce chiffre comme un bien maigre rebond après des trimestres consécutifs de baisse. Est-ce le signe d’un plateau de renouvellement désormais atteint ? Pas vraiment.

Minimachines.net

Cette stabilisation du marché des PC en Europe peut s’expliquer de plusieurs manières et à commencer par l’apparition de nouveautés intéressantes en début d’année. Mais ce n’est pas le seul point, et des raisons bien plus pragmatiques expliquent peut être cette embellie.

Il faut d’abord comprendre de quoi l’on parle autour de ces chiffres. Les expéditions de PC ne sont pas des ventes, il s’agit du chiffre donné par les constructeurs de machines qui pointent le nombre de machines qui ont transité de leurs usines d’assemblages vers les divers revendeurs et grossistes sur la zone. Cela ne veut pas dire que ces machines ont toutes été vendues. Comprendre ce détail permet de toucher du doigt une des raisons de cette embellie.

 

Comme indiqué au début du mois de Décembre 2016, le marché a anticipé une hausse continue sur tout le premier trimestre des mémoires de stockage. Puis les constructeurs comme les revendeurs ont pris conscience qu’elle s’accompagnerait d’une hausse de la mémoire vive pour des raisons similaires dés le début de l’année 2017. Ces deux éléments allaient faire augmenter mécaniquement le prix des machines pour les mois à venir et la plupart des grossistes et revendeurs ont donc été contraints de commander en masse avant la répercussion de cette hausse sur les tarifs des machines.

Si l’on doit reprendre le calendrier des constructeurs, il faut assembler des machines en Novembre et Décembre pour les livrer au début du mois de Janvier. Les prix des mémoires ne sont donc pas encore impactés par ces hausses. Les distributeurs le savent et font donc leurs emplettes de manière plus importante que d’habitude afin de stocker des ordinateurs payés avant la hausse des tarifs. Ils les stockent et, au fur et a mesure que les prix des composants montent, font également gonfler la note de leurs machines.

La volatilité des pièces détachées est plus importante et un SSD ou une barrette de mémoire vive auront tendance à être impactés beaucoup plus rapidement qu’un PC complet. En indexant le prix de la hausse des composants sur un pourcentage du prix global du PC complet, les distributeurs font une meilleure marge. Choquant ? Oui et non. Si on peut considérer la pratique  comme désagréable puisque le revendeur a gonflé artificiellement la note de ses machines alors qu’elle n’a pas subi cette hausse puisqu’elle a été achetée avant son impact sur les prix réels, il faut prendre en compte la baisse qui s’en suit. Les tarifs à la hausse sont rares en règle générale sur le marché informatique et on sait pertinemment que les prix de la mémoire vive comme des SSD vont baisser à moyen et long terme. Cette hausse artificielle permet de lisser les marges sur l’année et donc de ne pas perdre trop de plumes quand un stock de SSD perd en une nuit 30% de sa valeur parce que le constructeur annonce sans prévenir un modèle plus dense au même tarif suite à un progrès technologique d’un fabricant de puces.

Bon an mal an, un revendeur peut ainsi suivre une éventuelle baisse en faisant une promo sur un SSD ou un PC complet à prix coutant d’un côté et se rattraper en ayant assez de flair pour anticiper une montée des tarifs de l’autre.

Minimachines.net

Cette anticipation a été suivie en masse ce premier trimestre et cela explique en partie la bonne santé du marché des PC en Europe. Les machines ne sont pas forcément toutes vendues mais sont stockées à l’abri dans les entrepôts des distributeurs. Alors que l’impact de la hausse sera encore perceptibles pendant au moins un bon trimestre sur le marché, les vendeurs ayant ces engins en stock pourront avoir du matériel à écouler. Les engins fabriqués en Janvier, février et mars, alors que les prix étaient à la hausse, ne débarquent que maintenant et resteront à des prix élevés jusqu’aux vacances scolaires. Cela permettra donc aux revendeurs de proposer des machines achetées pus tôt à des prix plus abordables. On peut donc s’attendre à une baisse des expéditions au second trimestre consécutives aux anticipations du premier.

Le marché des PC portables est le plus soutenu avec une hausse notable  en Europe, c’est évidemment le plus impacté par l’augmentation du prix des SSD. Les machines de bureau plongent, quant à elles, de manière importante avec -12% d’expédition sur le secteur.

Il est intéressant de noter que le marché ne réagit pas de la même manière suivant les pays. En Europe de l’Ouest, le paysage est très varié sur cette demande. Si la moyenne globale est à la hausse avec 3.1% d’embellie, la demande est très bonne dans l’hexagone avec une croissance de 8,2% ainsi qu’outre Rhin où elle atteint 5,8%. C’est par contre un plongeon en Espagne à -2,8% et en Italie à -2,6%. Et une véritable catastrophe en proportion au Royaume-Uni avec une baisse de 7,9% qui s’explique probablement par la morosité post Brexit et par l’augmentation des prix décidée par la plupart des constructeurs, Apple en tête… Ces scores mettent encore une fois en avant les expéditions de portables avec 11.2% de croissance.

Minimachines.net

Ces résultats ne bouleversent pas la donne chez les constructeurs qui restent dans une configuration de tête assez classique : HP et Lenovo en tête en EMEA avec respectivement 25.7 et 20.6% du marché et 4.4 et 1.4% de croissance d’une année à l’autre. Dell est l’habituel troisième du trio avec 12% de PdM et une jolie croissance de 9.8%. les quatrième et cinquième marches du podium sont beaucoup plus contrastées. Asus se plante avec une baisse de 5.6% de ses expeditions sur un an et tombe à 9.3% de parts de marché tandis que Acer croit de manière impressionnante puisque la marque est la seule à afficher une croissance à deux chiffres avec 35.1% de hausse de ses expéditions sur ce premier trimestre 2017 comparé à celui de 2016. Elle repasse en quatrième place sur le secteur des PC en Europe avec 9.8% de parts de marché.

Des résultats moins rassurants que ce que peuvent nous laisser croire la simple vision d’un chiffre en hausse pour les PC en Europe. Le marché a simplement anticipé ses attentes sur deux trimestres en espérant avoir fait le bon choix. Mais l’avenir n’est pas forcément très positif. Peu de scénarios peuvent laisser croire à une hausse des expeditions au second trimestre 2017. Une baisse très brutale du prix de certains composants pourrait avoir des conséquences catastrophiques en terme d’expéditions, les particuliers pouvant avoir envie d’attendre une meilleure opportunité de tarifs ou de capacités pour investir. Au contraire, si la tendance reste à la hausse, le marché aura tendance à ralentir ses achats et plus le temps passera plus l’idée d’acheter un engin sorti en début d’année apparaîtra comme un mauvais investissement.

Et dire qu’il suffirait que les portables retrouvent une trappe d’accès facile à leurs composants pour que ces effets de bords soient en partie absorbés.

Un commentaire.
  • 25 avril 2017 - 11 h 29 min

    Acer est aussi le spécialiste des Chromebook. Il serait intéressant de savoir la part de ces machines dans leur ventes.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *