OLO : Imprimer en 3D depuis un smartphone pour 99$

Utiliser l’écran de son smartphone non pas pour piloter une imprimante 3D mais pour catalyser un produit durcissant qui servira à imprimer des objets ? C’est la promesse d’OLO.

Prenez un écran de smartphone, insérez le dans un dispositif ultraportable fonctionnant sur batterie de 780 grammes mesurant 17,2 cm sur 11,5 cm de côté et 14,8 cm d’épaisseur et vous voilà avec une petite imprimante 3D totalement autonome.

Magie ? Non, OLO a eu la bonne idée d’utiliser une application qui permet d’imprimer en 3D en catalysant un produit sensible à la lumière d’un écran. Le résultat ? Une petite imprimante 3D de poche qui permet de créer des projets de 400 Cm cube de volume imprimable.

OLO

Le OLO coûte 99$ et propose dans on kit une bouteille de 100 gramme de polymère photo sensible de couleur qui permettra les impressions.

OLO

La technique est assez simple : On charge dans son smartphone (iOS, Windows ou Android) un objet à imprimer et on glisse le smartphone dans le support OLO. Un verre polarisant est placé par dessus l’écran et un support vient lever l’objet imprimé petit à petit. C’est la lumière de l’écran qui crée le durcissement du polymère. une technique déjà connue et employée par  des imprimantes 3D DLP (Pour Digital Light Projection).

La force du dispositif réside dans la chimie particulière de la résine à exploiter avec le OLO. Il faut qu’elle soit assez sensible pour fonctionner avec la lumière d’un écran de smartphone, réagisse au pixel près et couche par couche.

OLO

Le business model de OLO est d’ailleurs assez évident : Le kit de base est proposé à 99$ sur Kickstarter (La campagne est déjà validée) mais il faudra obligatoirement repasser à la caisse chez OLO pour se procurer la résine polymère adaptée. Des coloris et des matières différentes seront également proposés…

J’imagine que dans un futur proche une imprimante OLO pour des tablettes de 7, 8 ou 10 pouces pourrait également être proposée. La solution a le gros avantage d’être portable et autonome tout en étant assez rapide. De quoi créer des prototypes en déplacement assez facilement.

Découvrir le site Olo3D

41 commentaires sur ce sujet.
  • 25 mars 2016 - 11 h 56 min

    c’est beau le rêve (“validée” et alors ?) à ce propos la campagne “Skarp Laser Razor” annulée par kickstarter et passée sur indiegogo, on prend vraiment les gens pour des cr…..

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 11 h 58 min

    @frolix8: Il n’y a rien d’impossible dans cette techno déjà employée et maîtrisée… Au contraire du rasoir à gogo. En plus leur business model est parfaitement viable. Je vois pas le soucis ?

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 11 h 59 min

    L’idée est séduisante, mais elle a un très gros défaut :
    J’imagine mal quelqu’un laisser son smartphone bloqué pendant des heures pour l’impression 3D ;-)

    Ou pendant la nuit pendant qu’il se charge aussi… pourquoi pas…
    En espérant qu’on aie pas un appel d’urgence ou qu’on ne reçoive pas un SMS… ça serait dommage de foirer l’impression pour découvrir que c’était un SMS publicitaire ;-)

    En pratique il faudra prévoir une tablette dédiée à cela plutôt que son smartphone…

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 11 h 59 min

    /quote “un dispositif ultraportable fonctionnant sur batterie”

    Heu … dans la première vidéo, l’objet prend 3h50 à cristalliser. Je suis pas sur que l’autonomie permette vraiment un usage autonome. (en tout cas la batterie de mon tel lâchera avant surtout si il faut mettre la luminosité au max :p)

    Hormis cela je trouve le concept assez génial. Je suppose que la qualité du produit final doit dépendre de la densité de pixel de l’écran et permettre des produits finis très qualitatif comparés aux imprimantes 3d entré de gamme.

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 12 h 02 min

    il est surement recommendable de mettre le tél en mode avion pour éviter toute action parasite. Pour une approche plus expérimentale voire artistique, mettre le tél sur vibreur ;-)

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 12 h 10 min

    @Pierre Lecourt:
    techno maîtrisée oui avec un laser UV (stéréolithographie)

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 12 h 20 min

    si OLO a raison, on va vite devenir tous aveugles en regardant nos écrans (fluorescent,led,oled)

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 12 h 44 min

    Un écran de smartphone coûte 15$ (5″ IPS), un Pi Zero 5$, pourquoi ne pas en faire une imprimante 3D low-cost et autonome ? Il suffirait de transférer le modèle au Pi Zéro qui se charge de piloter l’écran. Il manquera juste une batterie…

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 12 h 44 min

    @frolix8: Je crois que tu penses à une autre techno : Ou alors mon videoprojecteur a un laser et je ne suis pas au courant :)

    Regarde ça par exemple : http://www.instructables.com/id/Chimera-60-DLP-resin-3d-printer/

    Cette OlO n’est ni plus ni moins qu’une version commerciale de produits DIY qui existent depuis… Je dirais 3 ans. La techno n’est pas dans la lumière mais bien dans la résine. Sinon ils vendraient des imprimantes, pas de supports à impression pour vendre leurs résines…

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 12 h 46 min

    @[email protected]: A mon avis ca va vite arriver, et je pense qu’ils sont pas contre, du moment qu’ils vendent leur résine… :) (133$ les 8 bouteilles)

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 12 h 49 min

    @Ronan / autoentrepreneurinfo.com: J’ai un, non deux, a non 3 ou 4 smartphones qui dorment dans des tiroirs ;) Avec une batterie externe et un câble MicroUSB je pense que je tiens le bon bout :)

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 13 h 31 min

    La taille d’impression n’est pas franchement utile, mais c’est surtout le modèle “gillette” qui me dérange, ok c’est pas cher au premier abord mais ensuite se procurer la résine va vite devenir très onéreux. Possédant pas mal de techno d’impression 3D différentes dans mes Fablabs je ne vois pas comment ils vont pouvoir tenir sur la durée. C’est du 3D print “gadget” et malheureusement vu le coût, ce n’est pas viable -amha- par contre je serais le premier heureux que l’on puisse se servir d’une telle techno avec un consommable “open source ” comme peut l’être le PLA aujourd’hui avec les imprimantes FDM.
    J’y crois donc pas pour le moment, mais j’aimerais bien que ça évolue vers quelque chose de viable. (je parle même pas du nettoyage imposée à la surface de l’écran après utilisation).
    En tout cas merci Pierre de toujours montrer les p’tits trucs High Tech du moment, même si c’est pas toujours dans ton coeur de cible on voit bien que ta veille techno est compléte!

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 14 h 08 min

    si l’application est bien foutue, il y aura intérêt à avoir un écran avec une bonne définition (FullHD ou 4K) pour augmenter la finesse “d’impression”

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 14 h 13 min

    @Le Josne Camille: Bah, c’est le modèle Gillette qui fait tenir le marché de l’imprimante jet d’encre aujourd’hui. Des imprimantes à 29€ avec des cartouches à 70€… J’ai acheté ma première jet d’encre, une epson noir et blanc une fortune mais à l’époque les cartouches étaient pas chères et très bien remplies… Le Laser inabordable. Aujourd’hui c’est l’inverse.

    C’est un des fantasme des fabricants le consommable en impression 3D. Fantasme chez Dremel par exemple avec des consommables “propriétaires”…

    Après cette solution est surtout orientée grand public ou usage limité, effectivement je ne vois pas un pro comme un architecte, un designer ou un prothésiste acheter ce truc. PAs rentable dans la durée. Par contre un curieux sera ravi et c’est lui la vraie cible.

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 14 h 38 min

    @Pierre Lecourt:

    la polymérisation de la résine s’effectue dans les 2 cas (cités) par un rayonnement UV, ce qui est le cas des lampes des vidéoprojecteurs avec une puissance non négligeable ~150/400 W.

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 15 h 08 min

    @frolix8: Oui, de leur résine, oui.

    “We have been hard at work for 2 years perfecting the case, reinventing mechanics, reengineering micro-chips, and discovering a completely new line of materials called Daylight Resins.” Tout le truc c’est la résine, on est d’accord sur ce point ?

    Plus loin : “We have taken great measure to legally protect OLO’s technology and made all of the needed partnerships with producers, manufacturers, distributors, logistics, and main resellers to ensure its success.”

    En gros, l’imprimante c’est du plastique et un moteur pas à pas, y’en a pour 30$ a tout casser. Tu fais tes armes avec la résine vendue puis Ils te vendent de la résine qu’ils ont développé et qui est suffisamment sensible pour réagir à la luminosité d’un écran. Tellement sensible que contrairement aux imprimante à lumière habituelles, ils ont du construire une imprimante en chambre noire. Pour continuer a imprimer, pas le choix de passer ailleurs, il n’y a pas d’alternative. La péremption de cette résine doit d’ailleurs être assez courte.

    C’est probablement un modèle très lucratif et je ne vois pas trop ce qu’il y a de si impossible a imaginer là dedans…

    Comme souvent sur KS, ici on a un produit quasi fini qui cherche un moyen de se faire connaitre plus qu’un produit a développer totalement. Plutôt que de démarcher les boutiques et distributeurs hobbyistes à travers le monde, une campagne permettra d’asseoir une base, de valider l’attrait du modèle et de voir venir des grossistes et distributeurs.

    Ou alors c’est un scam et les gars risquent désormais la taule puisqu’ils sont en Californie… Ptet des masochistes.

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 15 h 26 min

    @Pierre Lecourt: pas faux Pierre…on a tous tendance à avoir un vieux smartphone qui traîne…

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 15 h 32 min

    @Pierre Lecourt:
    Photocentric détient le brevet DDP (Daylight Polymer Printing), les résines sont disponibles pour ~70€/Kg, et les imprimantes 3D à partir de £499,par contre on ne trouve nulle part l’indication de la puissance lumineuse nécessaire.

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 15 h 54 min

    @Pierre Lecourt:
    Comment être certain que les gars (ou la boite) sont en Californie (société/domicile en poste restante, faux papier, ….,), kickstarter n’est pas une police mais juste un commissionnaire.
    Quel est vraiment le taux de réussite (100% clients livrés avec un produit à peu près correspondant à la description, même en retard) des projets “High tech.” en crowdfunding ?
    Quand on voit le résultat de “Potato Salad” sur KS, et que ce dernier s’en moque, effectivement l’escroquerie à de beaux jours devant elle.

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 15 h 56 min

    @frolix8: Ce n’est manifestement pas la même chose puisque OLO propose des résines translucides.

    Il y a quelques commentaires tu me soutenais que c’était impossible d’imprimer avec un écran et qu’il fallait un laser et là tu me parles d’une technique d’impression qui fonctionne avec un écran LCD ?

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 15 h 59 min

    @frolix8: 9% des crowdfunding réussis sur KS échouent. Sur ces 9% il y a fort peu d’escrocs au final, ils se font debunker avant la finalisation des campagnes.

    C’est quoi le problème avec Potato Salad ?

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 16 h 01 min

    Du coup, s’il faut soit garder son smartphone branché ou prévoir un second smartphone dédié à cette imprimante, l’argument de la portabilité ne fonctionne plus.

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 16 h 06 min

    @Popol: Pourquoi ? 750 grammes d’imprimante + résine + batterie + smartphone on doit être sous les 1200 grammes non ?

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 16 h 35 min

    @Pierre Lecourt:
    je n’est jamais soutenu que c’était impossible, les projets “DIY” sont basés sur les UV.
    que veut dire “échouent”, c’est un peu vague pour moi, est-ce qu’un projet comme “flic” (non KS) est considéré comme une réussite ?
    est-ce qu’un projet comme COOLEST COOLER (KS) est une réussite, une arnaque, une malhonnêteté,une mauvaise gestion ou juste de l’incompétence ?
    Par contre j’aimerai bien trouver des projets “High Tech” (récents) qui sont une réelle réussite pour l’ensemble des partenaires.

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 16 h 47 min

    C’est hyper sympa le croisement de domaines techniques.

    Ceci dit, on ne parle jamais de la résistance du plastique imprimée. Déjà que c’est pas folichon pour l’imprim 3D en général, j’ose à peine imaginer celle de résine “spécial”… Ou alors la réaction lumineuse est extraordinaire ?

    Du coup à part de l’ornementale et des petites pièces d’emboîtement, je vois pas à quoi ça sert l’impression 3D.

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 16 h 48 min

    je parle de “High Tech” innovante, les labos sont plein de techno innovantes et impressionnantes, mais les retrouver sur KS ou indiegogo avec fonds de l’ordre du million $/€, gérés par 3~4 “péquin” ça me laisse dubitatif.
    il y a effectivement des projets qui semblent sérieux mais le volume est tel, que je ne vois pas comment le projet pourrait être une réussite, ex. pine64, les livraisons sont effectives, mais à 400/600 unités/mois pour 36000 commandes, les délais risquent d’être ingérable.

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 17 h 12 min

    Bon, moi j’envoie mes fichiers à imprimer en 3D chez des prestataires et globalement cela doit me revenir 10 fois moins cher au cm3, frais de port compris ! On en reparle bientôt…

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 17 h 14 min

    @frolix8: Ben tu parles de beau rêve, ensuite tu dit que ca existe que v=avec UV + Laser où j’ai rêvé ?

    Echouent cela veut dire que le projet n’apporte rien à l’acheteur final. Mais pas qu’il ne retrouve pas ses fonds par exemple.

    Coolest Cooler est clairement un truc qui arrive à des boites dépassées par leur succès et qui n’ont pas su se rendre compte de la problématique de ne pas limiter les vannes de leur production. J’ai connu un type qui avait une usine de fabricationd e robinetterie qui a accepté un GROS contrat et qui a fermé dans la foulée car incapable de respecter la production que cela demandait, il s’est endetté pour se payer des machines et a fini par être ruiné. Il n’était pas malhonnête, il était juste un peu trop gourmand peut être. D’ailleurs aujourd’hui il élève des oursins en Bretagne…

    Sinon : ZNAPS ou Pebble Technology par exemple… Il y en a plein.

    @xaxa: CA sert à se rendre compte la plupart du temps oui… Mais ca sert aussia prototyper des trucs, vérifier qu’une pice est ok avant de l’usiner en métal ou de la fondre en cire…

    @frolix8: Mais c’est un peu le principe du Crowdfounding non ? On parie sur le financement d’un truc, on avance l’argent et on espère que ça marche. La plupart du temps ça marche sur KS. Et désormais la plupart du temps KS est utilisé comme un moyen marketing plus que comme un moyen de développement.

    Après il y a effectivement des trucs du genre Potato Salad ? Et alors ? Le mec demande 10$ pour se faire une salade de patates, il en récolte 55000 et fait une grosse fêtes bon enfant, je trouve ça plutôt cool mêmesi c’est loin d’un esprit de Crowdfounding réel.

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 17 h 15 min

    @Dadoo: Hé hé oui, vive les fablabs !

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 18 h 58 min

    Beaux rêves quand il s’agit de ce type de techno à prix dérisoire par 3~4 “péquins” inconnus avec beaucoup de comm. et peu d’infos (vérifiables) sur KS/indiegogo.

    Pour Pebble, les prix pratiqués permettent une marge suffisante contrairement a Pine64,ZNAPS ressemble beaucoup à de “l’import de produits chinois” et ça pullule, les commentaires “ZNAPS” sont instructifs.

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 19 h 19 min

    Ce qui me gène dans le crowdfunding, ce sont les “pledges” non tenus, alors qu’ils sont simples mais demande du temps comme dans Potato Salad, il serait préférable de rembourser les contributeurs même partiellement (70/80% car aucun investissement), je considère que ce projet comme malhonnête.

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 19 h 31 min

    Cool, une blague à $55.000, c’est plutôt navrant, le crowdfunding (comme la bourse) n’a pas cette vocation.

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 20 h 14 min

    Dernier point, ce qui est étonnant dans les projets comme Coolest Cooler c’est que les “update” sont toujours positifs même après des “mensonges” concernant les premières expéditions effectuées (cela fait 8 mois), encore une blague à $13 millions.

    Répondre
  • 25 mars 2016 - 21 h 59 min

    @frolix8: Tu considère le projet malhonnête ? Le mec a rempli à 100% ce qu’il avait annoncé. Tu as vu le projet ? “Filez moi 10$ pour que je me fasse une salade de patates…” Pas 10$ chacun, 10$ en tout. Le mec a récolté 55 000 $ et il a décidé de faire quelque chose de cool. Les gens se sont pas dit “oh je vais lui filer 10$ pour qu’il ME fasse une salade de patate hein, cétait pour lui. Rien d’autre.

    Le résultat : Une grosse fiesta avec le thème de la patate : http://www.theverge.com/2014/10/1/6880201/potato-stock-kickstarter-potato-salad-zack-danger-brown

    Le mec aurait pu se barrer avec le fric et se faire des patates a vie, les gens savaient où ils allaient. Il lui filaient volontairement du blé pour fabriquer SA salade de patates.. Il a préféré partager le tout. Plutôt loufoque et sympa non ? Je ne vois pas le côté malhonnête.

    @frolix8: Pour Znaps tu met la charrue avant les boeux Znaps est né et les Chinois ont copié l’idée.

    Pour Coolest Cooler, j’ai expliqué le problème au dessus. Je ne pense pas que le gars soit malhonnête. Il a juste été dépassé. L’avenir nous dira où en est son projet. Le mec a signé de son nom et risque la taule désormais aux US. Mais on est loin, très loin du sujet initial…

    Et KS n’est pas Indiegogo, loin de là : https://www.minimachines.net/actu/financement-participatif-la-poubelle-indiegogo-29874

    Répondre
  • 26 mars 2016 - 7 h 14 min

    les commentaires des contributeurs mécontents qui non rien reçu ne me donnent pas cette impression, ils sont trop nombreux.

    Répondre
  • 26 mars 2016 - 12 h 53 min

    @frolix8: Tu es dans la team 1er degré non ?

    Un des “objectif” de la campagne :
    “Pledge $10 or more 464 backers

    PLATINUM LEVEL: Hang out in the kitchen with me while I make the potato salad, choose a potato-salad-appropriate ingredient to add to the potato salad, receive a bite of the potato salad, a photo of me making the potato salad, a ‘thank you’ posted to our website and I will say your name out loud while making the potato salad.”

    En gros le mec leur permet de choisir un ingrédient de la salade de patate et criera leur nom très fort pendant qu’il la fera dans sa cuisine.

    Tu crois qu’ils s’attendaient à quoi les 464 mecs qui ont filé 10$ alors qu’il en réclamait 10 pour se faire une salade ?

    C’est de l’humour absurde, très Anglo-Saxon ! Tout le monde sait bien que les sous iront dans sa poche mais comme souvent sur le net, ça devient médiatique et ça s’emballe et …. 55000 $.

    Après il ya des gens très premier degré qui ont vraisemblablement ps compris le truc… Le mec a décidé de faire un livre de recettes pour finir et c’est en cours d’impression mais ceux qui réclament leur “photo de la salade de patate” et qui semblent en colère… Soit c’est de l’humour, soit ils sont totalement à la rue.

    La promesse d’un “morceau” de salade de patate envoyé par la poste il faut vraiment être limité pour y croire…

    Le mec a filé ses sous à des oeuvres de charité et fait une fiesta. Point. http://www.smh.com.au/lifestyle/life/man-who-raised-us55000-in-crowdfunding-campaign-for-potato-salad-to-support-charities-20140926-10mfhl.html

    Répondre
  • 26 mars 2016 - 15 h 55 min

    Juste la photo promise (même par email), mais non.Je suis perplexe quand je lis les commentaires du projet KS rephone soutenu par seeedstudio qui devrait être une référence en terme de sérieux.

    Répondre
  • 26 mars 2016 - 16 h 48 min

    Il faut être honnête,les interfaces de KickStarter/Indiegogo sont à ch…, qu’il est difficile d’effectuer des recherches/analyses/statistiques,sans compter la disparition pure et simple de certains projets “peu glorieux”, pour la transparence on repassera.

    Répondre
  • 26 mars 2016 - 22 h 15 min

    @frolix8 PAs faux. Ca fait environ 1 an que KS a détruit son ancienne interface qui était beaucoup plus pratique et donnait plus d’infos sur les campagnes.

    Répondre
  • 27 mars 2016 - 15 h 48 min

    Donc si je résume. Le projet ici utilise un écran de portable. Tu explique qu’il faut un laser ou des UV. Je te dis que non. Tu dis que si. Je te dis que d’autres y arrivent déjà. Tu dis OK mais c’est breveté. Je te dis que le brevet est différent. Tu bottes en touche sur un projet loufoque de salade de 2014. Je te dis que cela ne remet pas en cause le service KS vu le côté spécial de ce projet. Tu conclus sur “volonté apparente de KS de perturber le chaland” et un autre projet qui n’a rien à voir. Pour ma part j’arrête de “débattre” ici. Ça n’a plus aucun sens.

    Répondre
  • 29 mars 2016 - 4 h 37 min

    Il y a des trucs pour gamins comme ça.
    Rien que pour faire sécher une branche de lunettes il faut plus de 2 heures avec la petite lampe UV fournie.
    Du gaspillage.
    Changer les piles à chaque séchage , c’est de l’arnaque.
    db

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *