Un mini Mac mini grâce à une audacieuse modification

Envie d’un Mac M1 Mini encore plus petit ? Le Mini Mac Mini est une opération à coeurs ouverts de la machine pour la transplanter dans un châssis encore plus petit.

Audacieuse, cette modification du Mac Mini M1 en mini Mac mini l’est d’abord parce que le tarif demandé par Apple est élevé pour sa machine et qu’il est toujours délicat de se prêter à ce genre d’exercice sur ce type d’équipement. L’intégration choisie par Apple n’a d’habitude probablement pas un millimètre laissé au hasard mais dans le cas du Mac M1 Mini le boitier est le même que celui des solutions auparavant livrées sous puces Intel. Une optimisation est alors sans doute possible.

Filmée en détail, il s’agit donc de glisser les entrailles de cet engin sous SoC ARM M1 vers un boitier plus petit, ajusté à son nouveau format. Une opération qui n’a pas forcément grand intérêt d’un point de vue pratique puisque le boitier d’Apple est assez joli, sobre et compact. Mais pour quelqu’un de curieux ou qui chercherait à intégrer cette solution dans un espace minimal, c’est une solution originale à étudier.

A gauche l’alimentation 150 watts, à droite le ventilateur, au centre la carte mère.

Avec une réduction de 70% de son volume dans le nouveau boitier, ce mini Mac Mini peut trouver sa place dans un véhicule, un automate ou autre espace à encombrement réduit. Mais cela n’a probablement pas d’intérêt du point de vue de monsieur et madame tout le monde. A noter que ce nouveau format pourrait être une solution envisagée par Apple dans le futur, peut être pas de manière aussi drastique mais on se doute qu’une réduction de la taille de boitier pourrait être envisagée.

La solution d’origine avec un large ventilateur qui refroidit un dissipateur

Pour parvenir à ce résultat, il a fallu enlever quelques éléments de la machine à commencer par son ventilateur et son alimentation 150 watts. D’autres postes ont été simplement déplacés comme les antennes réseau et le bouton de démarrage. Le nouveau boitier a été imprimé en 3D pour s’ajuster au mieux à ce nouveau format. 

Le dissipateur seul suffit a encaisser les watts de la puce M1

Le plus surprenant semble être le comportement de la machine qui ne change pas d’un iota avec ce nouvel environnement. Avec une dissipation totalement passive et un boitier en plastique au lieu de la solution métallique classique, qui dissipe mieux la chaleur donc, le M1 embarqué propose les mêmes performances.  Le dissipateur passif suffit à encaisser les watts dégagés par la puce et aucun signe de ralentissement n’est perceptible. 

La partie la plus étonnante de cette transplantation semble être la nouvelle alimentation. Un hybride a été créé à partir de plusieurs éléments : une alimentation 65 watts de Microsoft Surface et des composants de Macbook pro servent à alimenter la machine divisant au passage quasiment par deux l’alimentation de l’engin.

L’utilisation d’une imprimante 3D, qu’elle soit à filament fondu ou à résine, permet également de nombreuses possibilités d’intégration, autant en format qu’en coloris et même en finitions.

Apple a, semble t-il, préféré conserver un boitier et une alimentation 150 watts pour des raisons de designs et, probablement, de stock. La ventilation et l’environnement de ce Mac M1 pourraient être radicalement différents en prenant en compte les capacités réelles de la puce ARM . C’est peut être également pour ne pas brusquer son public que la solution a conservé son ancien design. Cela a permis à Apple de ne pas trop effrayer ses clients et cela lui offrira l’occasion d’une mise à jour dans le futur.

Autre scénario possible ? La conservation d’un format apte à encaisser plus de watts pour les futures puces ARM de la marque qui pourraient être encore beaucoup plus performantes sans avoir à changer de format dans le futur. Avec de nouvelles solutions, Apple pourrait alors conserver son bon vieux boitier, sa bonne vielle alimentation 150 watts sans avoir à modifier les habitudes de ses acheteurs ni de faire des changements de format et d’apparence inutiles et perturbants.

Si vous voulez plus d’informations techniques sur cette étrange opération, vous pouvez suivre ce lien vers la page proposée par SnazzyLabs sur Priuseaprinters.org. Vous y trouverez le listing des composants employés et les fichiers nécessaires à la création du châssis en 3D.

Apple M1 : un nouveau chapitre de l’histoire informatique

Source Fanlesstech

Faites découvrir le site en le partageant


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

4 commentaires sur ce sujet.
  • hle
    3 mars 2022 - 19 h 19 min

    Rendez vous le 8 Mars pour voir les annonces d’Apple !

    Répondre
  • Xo7
    4 mars 2022 - 0 h 01 min

    Pour une fois qu’un produit Apple était facile d’accès pour la maintenance….Moi j’ai plutôt vu du potentiel d’intégration dans le boîtier d’origine… Certains voient le verre à moitié plein quand d’autre à moitié vide…

    Répondre
  • 4 mars 2022 - 0 h 07 min

    @Xo7: ah ah oui, moi je vois du potentiel d’évolution !

    Répondre
  • 7 mars 2022 - 8 h 10 min

    Je ne suis pas certain qu’il y ait un vrai gain de volume à externaliser l’alim. En comptant l’alim brique et ce nouveau miniboîtier, c’est sans doute plus volumineux (et moins pratique d’avoir cette brique de portable qui traine).

    Concernant l’alim ne pas oublier qu’avec USB-C y’a moyen d’alimenter pas mal de truc, donc une grosse alim intégrée c’est la possibilité de connecter un écran (ou une imprimante, un PC portable…) avec un unique câble (sans prise secteur)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *