Microsoft Surface Pro 6 : Un simple boost technique

Sans surprise aucune Microsoft met à jour sa Surface Pro 6 avec un nouveau modèle qui emploie la gamme de processeurs Intel Core de huitième génération.

Comme ses petits camarades mais avec un peu de recul face au déferlement de l’IFA, Microsoft annonce sa Surface Pro 6 équipée de la huitième génération de processeurs Intel core. Plus qu’une évolution il s’agit donc surtout d’une mise à jour pour la tablette.

Surface Pro 6

Il faut dire qu’il devient difficile de modifier ce typer d’engin, la surface Pro 6 est dans la continuité des autres tablettes de la marque, très fine, avec un design très dépouillé, il est délicat de proposer des innovations techniques tout en gardant ce nom désormais assez reconnu qu’est celui de la gamme.

Le surface Pro 6 reste donc une 12.3″ en 2736 x 1824 pixels. Un affichage qui a fait mouche auprès de nombreux utilisateurs préférant ce type de diagonale 2:3 aux engins trop orientés multimédia.  Microsoft assure avoir amélioré le contraste de la dalle mais c’est la seule réelle évolution de ce poste affichage. Microsoft a gardé les mêmes bordures d’écran assez larges, probablement nécessaires pour une prise en main en mode tablette. cette mise à jour aurait peut être pu trouver d’autres compromis sur ce point avec une détection des doigts en mode tablette par exemple.

Surface Pro 6

Deux cameras sont disponibles sur l’engin : Une 8 mégapixels au dos de l’engin pour prendre des clichés et une 5 mégapixels avec prise en charge de Windows Hello pour la reconnaissance de visage. Deux microphones sont également présents pour la vidéoconférence et une paire d’enceintes stéréo 1.6 watt avec prise en charge d’un mode Dolby pour le son. L’autonomie annoncée est de 13.5 heures au maximum… Des éléments très proches des spécifications précédentes.

Surface Pro 6

On retrouve la béquille qui de déploie vers l’arrière autour d’une charnière centrale, la surface Pro 6 ne pouvait pas se passer de cette signature propre à la gamme mais qui est devenue plus commune désormais. Beaucoup de concurrents ont adopté ce style de dispositif. On retrouve les options habituelles comme le stylet actif ou la protection d’écran jouant le rôle de clavier. La marque n’a pas fait beaucoup évoluer son produit, trop peu à vrai dire.

Surface Pro 6

La connectique par exemple reste bien maigre : On retrouve un lecteur de cartes MicroSDXC, un miniDisplayPort pour un affichage vidéo sur la tranche droite de l’appareil, il est accompagné par un USB 3.1 Type-A et le connecteur magnétique des Surface. Suffisant pour un engin en 2018 qui vise largement a être commercialisé jusqu’en 2019 ? Probablement. Mais cela ne sera pas aussi confortable que prévu. Microsoft capitalise sur son connecteur surface qui fait partie des racines de sa gamme mais il en oublie que le monde change autour de lui et que désormais beaucoup d’utilisateurs ont acquis le réflexe de l’USB Type-C. Ajouter ce type de port, en Thunderbolt 3.0 ou en USB 3.1, aurait pourtant été un gros point positif pour cette gamme.

Surface Pro 6

La Surface Pro 6 profite donc surtout d’un changement moteur : On passe aux puces Intel Core i5 et i7 de Séries U de huitième génération. La mémoire vive évolue également avec des engins en 8 ou 16 Go de RAM et des stockages SSD allant de 128 Go à 1 To. Exactement comme le reste des concurrents qui ont présentés eux aussi leurs mises à jour à l’IFA. Si Microsoft annonce une évolution permettant aux tablettes d’êtres beaucoup plus rapides – la marque annonce un gain de performances de 67% – il faudra vérifier si ce gain est réellement disponible au quotidien.

C’est tout ? Malheureusement oui. La Surface Pro 6 peut se vanter de nouveaux coloris avec le retour d’une robe noire mat en plus de son traditionnel aspect métallique. 

Surface Pro 6

Du côté des tarifs les nouvelles sont en demie teinte : Les engins les plus entrée de gamme en Core M ont purement et simplement disparu pour le moment. La gamme commence en Core i5 en 8 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage à partir de 1049€ en Europe. Soit 100€ de moins que le tarif 2017 de la gamme.

Les machines évoluent ensuite en Core i5 / 8Go / 256 Go à 1349€ puis on passe aux Surface Pro 6 en Core i7 avec les mêmes caractéristiques à 1649€. En 16 Go / 512 Go à 2049€ puis en version 1 To de SSD à 2449€.. Sur ce dernier modèle on sent bien que les machines ont profité de l’écrasement du prix des puces SSD. Le modèle 2017 en 1 To à été lancé à plus de 3000 €…

Décevante cette Surface Pro 6 ? Le débat va être vite réglé je suppose. Les propriétaires des générations précédentes vont avoir du mal a se donner les arguments pour réinvestir dans l’engin au vu du peu de mouvements techniques effectués. ceux qui ne pouvaient pas encadrer la tablette ne pourront toujours pas le faire quand à ceux que la machine faisaient rêver et bien… Ils trouveront surement quelque part l’argument qui décidera leur portefeuille.

Surface Pro 6

Si la machine n’évolue que très peu, elle reste une des plus belle réalisation du genre de ces dernières années. Il faut juste que Microsoft ne considère pas cette réussite comme un monument et que cette tablette ne finisse pas coincée dans un moule qui lui servirait de sarcophage.

4 commentaires sur ce sujet.
  • 3 octobre 2018 - 13 h 45 min

    Toujours aussi sympa comme machine mais dommage que MS n’ait pas profiter pour revoir son hybrid en profondeur. Là, c’est juste un refresh des cpu, certes tjs bon à prendre.
    Et pour les 100€ en moins par rapport au modèle précédent, en fait c’est juste un retour à la normal si on considère que le clavier-cover ne fut plus livré en standard avec la machine. Donc, qd on rajoute cet accessoire indispensable, on est au même prix que feu la Surface Pro 4…

    Répondre
  • 3 octobre 2018 - 14 h 36 min

    …Et…?
    C’est tout…? Un Banal changement de CPU et une suppression pure et simple du type-c??
    Pardonnez-moi, mais ça ressemble plus à une régression qu’à un nouveau produit…
    J’ai beau regarder dans tout les angles, j’ai du mal à voir ce que ce produit apporte réellement de plus par rapport à son aîné.
    85% de performances en plus? J’en crois pas un mot, ou alors, si on reste sur les performances brutes du processeur.
    En ce qui concerne la partie graphique, nul doute que la surface pro 2017 fait infiniment mieux que le vieillissant UHD 620 avec son Iris Plus 640, ce qui est déjà aberrant en soit (ils auraient fait l’effort d’intégrer un NVIDIA MX150 comme acer avec sa tablette, ça aurait probablement fait toute la différence).
    Non. Pour moi, ce produit n’est absolument pas envisageable.

    Répondre
  • 3 octobre 2018 - 16 h 24 min

    […] recharge via USB type-C – preuve que Microsoft sait que ce type de port existe même si sa Surface Pro 6 et son Surface Laptop 2 n’en ont pas à leur bord – pour une autonomie de 15 heures en […]

  • 3 octobre 2018 - 20 h 14 min

    J’ai une Surface pro 3. Si y’a bien un truc que je ne rachèterai pas après, c’est bien une autre surface pro.
    Elle est beaucoup trop fragile et franchement le couple clavier/béquille est un non sens pour travailler sur les genoux ou regarder une vidéo au pieu.
    Le tissu finit par se détacher et il a fallu que je le recolle. Compte tenu du prix, je trouve cela inacceptable.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *