Le Potato : Une énième carte de développement en financement participatif

Libre Computer présente sur Kickstarter une nouvelle carte de développement avec un nom de plante. On passe du fruit au tubercule mais la Le Potato ne révolutionne pas vraiment le genre.

Surfer encore et encore sur le succès des Raspberry Pi. La carte de développement Le Potato de Libre Computer ne promet pas grand chose de plus que les concurrentes déjà en place si ce n’est un tarif plus avantageux puisque le premier prix de cette solution est fixé autour des 25$.

25 000$, c’est ce que demande Libre Computer pour lancer la production de sa carte Le Potato, c’est un objectif assez faible et donc parfaitement viable pour une campagne internationale sur Kickstarter. La carte n’a pourtant réuni que 5000$ en quatre jours auprès de 83 contributeurs. Faute de réelle innovation ?

Le Potato

Libre Computer est une société chinoise qui propose ici une carte sans grande valeur ajoutée face à une concurrence sérieusement établie.  Elle a certes des atouts mais pose également quelques soucis : D’abord, elle n’embarque pas de solution de module sans fil : Pas de wifi ni de Bluetooth à bord, ce qui est légèrement handicapant et ce qui explique probablement le tarif de l’ensemble par rapport aux produits concurrents. Ce n’est certes pas une obligation et certains projets pourront parfaitement fonctionner sans ce support.

Le Potato

Autre bémol, si la carte Le Potato a bien un port RJ45 celui-ci ne délivre qu’un signal Fast Ethernet et non pas de gigabit. Associez à cela un ensemble de quatre ports USB 2.0 sans aucun port USB 3.0 et on a une solution certes moins chère qu’un Odroid ou un Raspberry Pi mais également moins capable de communiquer avec l’extérieur.

A bord de la carte La Potato, on retrouve un SoC que l’on connait bien pour l’avoir croisé à mainte reprise dans des TV Box : Un Amlogic S905X. Une solution qui a fait ses preuves en terme de multimédia mais, peut être, moins employée pour des solutions de développement. Il s’agit d’un ARM Quadruple coeurs Cortex-A53 associé à un Mali-450. La carte propose 2 gigaoctets de mémoire vive et le stockage de données se fera via un lecteur de cartes MicroSD UHSet un support de puces eMMC. Une sortie HDMI 2.0 est intégrée et on retrouve les 40 pins habituelles pour interfacer des éléments externes. Une possibilité de brochage S/PDIF est indiquée comme un support infrarouge et autres ports classiques de ce type de carte.

Le Potato

Reste que la solution Amlogic S095X apporte à la carte un vrai support UltraHD à 60 images par seconde, ce qui est un plus indéniable pour construire une machine multimédia. A 25$ pièce en version 1 Go et 35$ en version 2 Go, cela reste néanmoins un maigre avantage face à des TV-Box complètes qui sortent équipées du même SoC et avec de la mémoire eMMC pré-embarquée. Les missions d’une carte de développement comme cette Le Potato et celle d’une TV Box ne sont pas les mêmes mais si le seul avantage réel de la carte est  une décompression UltraHD, il semblerait qu’elles se rejoignent quelque part.

Le Potato

Libre Computer indique que sa solution sera livrée avec Android 7.1 et un Linux 4.9 ce qui est évidemment un avantage. Mais au final, j’ai vraiment l’impression qu’il s’agit ici d’une variantes de carte de TV-Box sur laquelle on a rajouté les éléments d’une carte de développement (I2S, UART, SPI, GPIO) plutôt que d’une carte de développement pensée pour devenir une solution multimédia complète?

Cela et le fait que l’équipe utilise sa page Kickstarter pour mesurer ses performances en dénigrant de manière plus ou moins biaisées les solutions concurrentes comme la Raspberry Pi ou les solution Odroid ne participent pas à rendre le projet sympathique.

 

10 commentaires sur ce sujet.
  • 3 juillet 2017 - 13 h 41 min

    Si c’est pour avoir la même connectique et le même hardware (à peu de chose prés…) je n’en vois pas l’intérêt…

    Répondre
  • 3 juillet 2017 - 14 h 03 min

    plus que la norme ethernet ou usb ce qui est intéressant c’est comment tout cela est câblé sur la carte. Car si c’est pour avoir tout de branché sur un unique concentrateur USB qui sature dès que l’on se sert de la carte…

    Répondre
  • 3 juillet 2017 - 15 h 36 min
  • 3 juillet 2017 - 17 h 02 min

    “mesurer ses performances en dénigrant de manière plus ou moins biaisées les solutions concurrentes”
    On ne doit pas lire la même chose car ils mettent bien en avant les points fort et les points faibles de LEUR carte par rapport aux autres.
    Je trouve cela au contraire for sympathique.
    exemple : “If you look at the sheer number of boards Hardkernel has designed, it is jaw dropping. The ODROID-C2 is a very innovative board.”

    Ce qu’ils essaient de faire me rappele le fonctionnement de Olimex.

    Répondre
  • 3 juillet 2017 - 17 h 08 min

    En fait le seul truc “innovant” de la carte c’est la possibilité de fixer un bon gros radiateur via les perçages dédiés.

    Ces messieurs dames de la fondation raspberry pourraient s’en inspirer pour leur prochain modèle :)

    Répondre
  • 3 juillet 2017 - 23 h 10 min

    Effectivement… le prix ne fait pas tout… à 29,99$ ( :p ) nous aurions pu avoir une carte mieux finit (Wifi et Giga) !

    après l’autre avantage Pierre est surtout la partie graphique (tu parles plus de partie vidéo). Pour des problèmes de compatibilité Rpi est bloqué aux années 2000 avec son CPU.
    là nous sommes un peu mieux !

    après moi j’aurais innové avec carrément une gamme au même prix mais des cartes 100% compatible entre elles :

    – genre celle là avec Wifi+BT
    – Sans Wifi+BT mais [email protected],5Ghz
    – Sans Wifi+BT mais [email protected] et MALI450-MP8

    par exemple (vite fait jeter sans réfléchir… ce que je veux dire, que plusieurs personnes soient intéressé et que la communauté se créer)

    Répondre
  • 3 juillet 2017 - 23 h 18 min

    c’est plus chere mais je prefere largement la khadas vim avec 2 ou 3 go port gigabit wifi boitier distribution linux , android et le tout pour 50 euros… plsu chere mais bcp plus durable a mon humble avis.

    Répondre
  • 3 juillet 2017 - 23 h 30 min

    Perso ,le seul reproche important que je ferai c’est plutôt le mode de financement de cette carte .

    25000 $ US cela doit se trouver facilement même en Chine ,pas besoin de gros investisseur non plus .
    Je pense qu’a 25/35 euros la carte chez nous ,c’est pas spécialement cher sauf face a un Raspberry PI .
    Pour faire tourner Android c’est sur qu’il y a mieux et plus diffusé aussi .
    Pour une solution basée sur Linux ,reste a voir ce qui peut venir .

    Il y a par contre quelques truc qui me dérange sur ce genre de carte , a savoir la présence d’un HDMI 2.0 alors que mon moniteur PC et ma TV LCD n’accepte 1.4 .
    L’absence de sortie en SATA et l’utilisation d’un module de mémoire qui doit avoir un format dédiée .
    Vouloir faire du Raspberry Killer peut etre bien moyennant une carte permettant d’utiliser un boitier pour RASPBERRY PI .
    Pour l’alimentation ,celle d’un Raspberry devrait suffire ,je pense que chaque futur utilisateur dispose des câbles nécessaire .
    Petit achat envisageable si il y avait un boitier et si c’est distribué par un grand revendeur .

    Répondre
  • 4 juillet 2017 - 9 h 33 min

    @ptitpaj:
    HDMI 2.0 est rétrocompatible HDMI 1.x et le S905(X) n’embarque pas de SATA.

    Répondre
  • 25 juin 2018 - 18 h 02 min

    […] d’une société qui est une serial-crowdfoundeuse avec la proposition d’une solution Le Potato en Juillet et des Tritium en Novembre… toutes en financement participatif. Le recours à une campagne de […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *