La tablette JingPad A1 en mauvaise posture ?

Le fabricant de la JingPad A1 brade celle-ci à moitié prix, la tablette 11″ AMOLED semble bien mal en point.

La JingPad A1, c’est une tablette sous Linux exploitant un système sur mesure baptisé JigOS. Une différence qui fait tout le sel de l’offre mais qui la rend également très particulière dans son approche logicielle. Avec une puce ARM Unisoc T7510 combinée avec 8 Go de mémoire vive et 256 Go de stockage, elle peut compter sur un clavier amovible pour se transformer en solution portable plus classique.

La JingPad A1 est une solution haut de gamme. Dalle AMOLED affichant en 2368 x 1728 pixels, format 4:3, colorimétrie travaillée, équipement interne haut de gamme, webcams 16 et 8 Mégapixels, modem 4 ou 5G… Un véritable ordinateur sous SoC ARM Cortex A75 et A55 avec des possibilités assez évoluées.

Seul souci, la tablette est proposée à 699$ HT pièce à sa sortie, un tarif conséquent qui semble rebuter pas mal de monde… Suffisamment pour que le constructeur de la JingPad A1, Jingling, cherche à se débarrasser de ses stocks. Avec le code NEWYEAR, le prix de l’engin passe de 699$ à 384$. Et ce n’est pas forcément une bonne nouvelle.

L’état de santé de la solution ne serait pas enviable et plusieurs rumeurs courent au sujet de la santé financière de l’entreprise. Une partie des équipes a été licenciée et Jingling prévient que le support proposé auparavant ne sera plus au même niveau dans le futur. Cela veut dire qu’en cas de souci technique ou logiciel avec votre JingPad, vous serez probablement livré à vous même si il s’agit d’un problème très ou trop spécifique…

Cela dit, il est possible de débloquer la tablette en modifiant son Bootloader, Jingling en donne la méthode, afin de pouvoir installer un autre système sur la JingPad. Le code source du système basé sur Ubuntu de la solution a également été publié pour que des internautes s’en saisissent et développent pour la tablette. Un détail intéressant de JingOS est la possibilité  d’utiliser des applications Android grâce à un support logiciel développé pour la JingPad A1. Un élément jamais documenté par la marque.

Bref, une belle occasion d’obtenir une tablette plutôt bien équipée mais un risque de voir son investissement abandonné par tout suivi dans la foulée ? 

JingPad A1 : une tablette 11″ AMOLED sous JingOS

Faites découvrir le site en le partageant


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

16 commentaires sur ce sujet.
  • 3 février 2022 - 12 h 51 min

    Hummmm…bien qu’elle semble être la tablette idéal pour l’utilisateur linux que je suis, je passe mon tour.
    Trop d’incertitudes sur la garantie matériel d’une production en petite série émanant d’une société a l’apparente faillite.
    Même au prix de 384$ HT (donc, ajouter TVA+fdp+douane), il me semble plus pertinent d’aller sur une MS Surface sur la quelle l’on peut installé jingos mais surtout les différentes variantes linux adaptées aux tablettes.
    Et puis, je vois bien arriver une Pinetab sous le dernier Rockship, en cours d’année, et tout le recul et la pérennité qui va avec (soutiens et communauté) de Pine64.

    Répondre
  • 3 février 2022 - 12 h 55 min

    Dommage !

    Ce ne serait que du positif de voir poindre ce genre d’outils (tablettes, smartphones) avec un écosystème logiciel différent des google/apple.

    Répondre
  • 3 février 2022 - 13 h 25 min

    si j’avais du temps pour ce genre de chose, ça m’intéresserais bien de bidouiller un Ubuntu
    ARM. mais j’ai pas de temps actuellement pour ce genre de chose

    Répondre
  • 3 février 2022 - 14 h 12 min

    Ça m’a l’air parfait pour lire les BD !

    Répondre
  • 3 février 2022 - 15 h 19 min

    @Ganon: pour avoir une tablette 11″ en 4:3 je confirme, et c’est encore plus vrai pour les mangas :)

    Répondre
  • 3 février 2022 - 15 h 52 min

    Elle aurait du être vendu sous Chrome OS ou Android,
    et laisser la possibilité de mettre Linux en option !

    Mais 699 Usd HT, c’était vraiment un prix de Ouf…
    comparé aux tablettes existants,
    qui ne sont pas sous Linux !!!

    Du genre APPLE, SAMSUNG, Xiaomi, Lenovo, Huawei…

    Il manque les informations importantes par rapport
    à son poids et à son autonomie ?!

    Répondre
  • 3 février 2022 - 16 h 35 min

    On peut saluer le fait qu’ils aient ouvert le bootloader ainsi que le code source du système. Ce ne sont pas toutes les entreprises qui font ce geste quand elles sont en difficulté.

    Répondre
  • 3 février 2022 - 17 h 39 min

    Quand on clique sur le lien, elle est toujours affichée à 699 euros…

    Répondre
  • 3 février 2022 - 18 h 55 min

    @Nielda71: C’est vrai, mais c’est normal, comme expliqué dans le billet :)

    Répondre
  • 3 février 2022 - 20 h 04 min

    @pierre : oups, j’ai lu un peu vite…

    (Désolé.)

    Répondre
  • 4 février 2022 - 0 h 08 min

    Vraiment dommage. j’aimais bien leur développement de JingOS basé sur Plasma. Ça changeait de gnome, seule DE vraiment adapté aux hybrids sans avoir à customiser son interface (bon, en personnalisant un KDE on peut arriver a un truc correct).

    Répondre
  • 4 février 2022 - 13 h 14 min

    @ganon, perso, en dessous de 13″, j’ai un peu de mal pour les bédés.
    mais je vieillis (+50ans)…

    @Pierre merci pour la news ! :-)

    Répondre
  • 4 février 2022 - 13 h 50 min

    Il y a du matos très spécifique ou alors ça peut s’envisager avec une debian ARM « vanilla » ?

    Répondre
  • 4 février 2022 - 14 h 13 min

    Je serai sur de la fonction lanceur d’appli android et de pouvoir regarder netflix dans mon lit, pourquoi pas

    Répondre
  • 5 février 2022 - 9 h 36 min

    Et c’est le prix sans le clavier, avec on passe à $494.45 hors frais de port et de douane.

    Répondre
  • Tof
    8 février 2022 - 15 h 53 min

    @prog-amateur: Oui, moi aussi je salue le geste de l’ouverture du bootloader et du code source du système.

    J’aimerai que cela devienne une obligation légale pour tout entreprise qui abandonne un produit mêlant software + hardware, afin que le hardware déjà vendu aux consommateurs ne deviennent pas de-facto un déchet électronique.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *